home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! 2015 > Semaine télé du 15 au 21 août 2015
Semaine télé du 15 au 21 août 2015
Salut les câblés !
publié le samedi 15 août 2015

Samedi 15 août 2015

Note : tous les films notables programmés ce soir ont déjà été cités dans la sélection des câblés.
Prière de s’y reporter pour : Les Zozos (Club), L’Aventurier du Texas (Classic), Les Cicatrices de Dracula (Classic), Irma la Douce (TCM), Cruising (OCS Géants).

21.00 : 36 de Nawapol Thamrongrattanarit (2012), Sundance Channel
Inconnu, mais c’est une bonne façon de vérifier qu’il n’y a pas qu’Apichatpong dans le cinéma thaï. Si le film est bon, on apprendra même à épeler le nom de son auteur.

01.00 : Sabotage à Damas de Léonide Moguy (1944), TCM
La Syrie, déjà… Moguy est bien oublié, malgré son succès des années 50, Demain, il sera trop tard. On ne connaît pas ce film, mais ses deux autres titres tournés aux USA (dont Tragique Rendez-vous avec Ava Gardner) sont intéressants. Ça vaut peut-être la peine de veiller.

Dimanche 16 août 2015

20.40 : Des filles, encore des filles de Norman Taurog (1962), OCS Géants
38 ans qu’Elvis Presley est mort. Impossible de ne pas célébrer sa mémoire, même si ce titre n’est pas parmi ceux que l’on préfère (pas plus que Sous le ciel bleu d’Hawaï du même Norman Taurog, à 22.15). À quand King Creole de Curtiz ou Viva Las Vegas de George Sidney ? Enfin, on s’en contentera pour ce soir.

20.45 : La Tête de maman de Carine Tardieu (2007), Numéro 23
Un joli premier film, avec la découverte de la jeune Chloé Coulloud, que l’on a revu plusieurs fois depuis, mais jamais aussi bien. La cinéaste a également réussi son second film, Du vent dans mes mollets. À surveiller donc.

23.20 : Woodstock de Michael Wadleigh (1970), Arte
On a rarement fait mieux, à la fois dans la réalité et dans sa retransmission. Le film clôt la décennie du Flower Power, rien ne sera plus pareil. Hendrix, certes, mais aussi Country Joe, Richie Havens, Santana, Joe Cocker…

00.50 : Le Café du Cadran de Jean Gehret (1946), France 3
Jean Gehret a signé, mais on sait que le film a été étroitement "supervisé" par Henri Decoin. D’où cette qualité dans la récréation du petit monde populaire du bistrot de Blier. Le film est peu connu et c’est dommage.

00.55 : Cœurs brisés de Philip Moeller (1935), TCM
Encore un film inconnu, ainsi que son signataire - merci RKO ! Katharine Hepburn et Charles Boyer, c’est de la cavalerie de haute école. La découverte de la semaine ?

Lundi 17 août 2015

20.40 : Le Portrait de son père d’André Berthomieu (1953), OCS Géants
L’avantage du mois d’août : quelle chaîne aurait osé programmer le reste de l’année un film de Berthomieu ? Mais Brigitte Bardot y apparaît (son troisième vrai rôle) et en cherchant dans les coins, on verra Roger Pierre et Maurice Biraud. Tout un monde.

21.00 : Fric-frac de Maurice Lehmann (1939), TV5
Comme pour Le Café du Cadran, le signataire n’est pas l’auteur, puisque le film a essentiellement été réalisé par Claude Autant-Lara. Le trio Arletty-Fernandel-Michel Simon est fumant - ce dernier est génial, lorsqu’il manipule les machines à sous ou organise une partie de bonneteau ("Où qu’es-t-y ? Où qu’est-y ?")

22.35 : La Hache de Wandsbeck de Falk Harnack (1951), Arte
Premier film d’un auteur dont, avouons-le, on ne sait rien, les œuvres des cinéastes est-allemands n’ayant guère franchi nos frontières dans ces années-là (et ensuite non plus). 1934, un boucher qui devient bourreau, on en saura bientôt plus.

22.55 : La vida loca de Christian Poveda (2009), Club
Remarquable documentaire sur un gang de San Salvador, la Mara 18. En immersion totale, ce film est un des plus puissants jamais tournés sur le sujet des bandes de jeunes. Il est sorti en septembre 2009, quelques semaines après la mort de son auteur, exécuté de quatre balles dans la tête à San Salvador.

00.05 : Gildersleeve’s Bad Day de Gordon Douglas (1943), TCM
C’est bien parce que l’on s’est promis de ne rien laisser passer du programme RKO. C’est signé Gordon Douglas, comme les trois autres films du cycle Throckmorton Gildersleeve ; il a fait mieux ensuite, heureusement

Mardi 18 août 2015

20.40 : Je l’aimais de Zabou Breitman (2009), Teva
Ce n’est pas souvent qu’il y a lieu de s’attarder sur cette chaîne. Mais le film de Zabou est un beau mélo, bien interprété, pas de raison de ne pas le souligner.

21.00 : L’Illusion comique de Mathieu Amalric (2010), TV5
Amalric réalisateur est encore plus intéressant qu’Amalric acteur. Même s’il ne s’agit que d’un téléfilm, adaptation de la pièce de Corneille par les acteurs de la Comédie-Française, on se réjouit.

22.35 : Camouflage de Krzysztof Zanussi (1977), Club
Il y eut un temps où Zanussi nous semblait aussi important que Kieslowski. Ce film nous avait paru remarquable lors de sa sortie. Qu’en est-il aujourd’hui ?

23.05 : Jours de pêche en Patagonie de Carlos Sorin (2012), OCS City
La petite musique de Sorin, un des plus subtils capteurs de temps suspendu, nous bluffe à chaque fois, depuis Historias minimas et Bombon el perro. On peut l’accompagner en confiance au bout du continent.

00.05 : A Night of Adventure de Gordon Douglas (1944), TCM
Encore un film de Douglas pas vu lors de la rétrospective de la Cinémathèque. Avec Tom Conway et Audrey Long, donc on n’en attend pas grand-chose, mais la surprise est toujours possible.

Mercredi 19 août 2015

20.40 : Brèves de comptoir de Jean-Michel Ribes (2014), OCS Max
Le film n’est pas réussi : les brèves ne peuvent être savourées que par petites gorgées, cinq minutes par cinq minutes. Ici, 100 minutes de plaisanteries, de calembours, de banalités exemplaires : on est submergé. Dommage. Mais il y a tout les acteurs du cinéma français.

20.40 : La Bataille de Solférino de Justine Triet (2013), OCS City
Soirée Vincent Macaigne, figure indispensable du nouveau nouveau cinéma national, parfois surabondante. Le film de Justine Triet est un joli numéro, un peu brouillon, mais très enlevé - filmer la soirée de l’élection de Hollande en y insérant une fiction était une bonne idée.

20.45 : La Vierge des tueurs de Barbet Schroeder (2000), Club
Après San Salvador, Medellin. Le paysage n’est pas plus enthousiasmant, mais le réalisateur s’en sort très bien, comme avec tout ce qu’il a tourné à l’étrangre - on verra bientôt Amnesia et son retour aux Baléares.

22.15 : 2 automnes, 3 hivers de Sébastien Betbeder (2013), OCS City
La suite des aventures de Macaigne, toujours le même d’une bande à l’autre. Mais le réalisateur a frappé juste et la construction assez savante de son film est plaisante

23.20 : La Cinquième Saison de Peter Brosens & Jessica Woodworth (2012), Arte
Leur précédent Altiplano nous avait un peu laissé sur notre faim. Ce n’est pas le cas avec cette somptueuse fable apocalyptique, éblouissante de bout en bout. On a évoqué Tarlovski, Bergman, les surréalistes, etc. pour une fois, ce n’était pas faux. Un chef-d’œuvre.

23.45 : Courts métrages avec Vincent Macaigne, OCS City
Suite et fin de la soirée. À noter Un monde sans femmes de Guillaume Brac (2011), excellent.

Jeudi 20 août 2015

20.45 : Le Héros de Satyajit Ray (1966), Classic
Comme dans un grand magasin parisien jadis, on peut aller voir Satyajit Ray les yeux fermés. Rien à jeter.

20.50 : Une époque formidable de Gérard Jugnot (1991), D17
Jugnot est un acteur sympathique, mais un réalisateur un peu court en bouche. Sauf dans ce film, prémonitoire, et fort bien écrit ; une comédie sur le chômage, oserait-on encore ?

22.50 : Les Vivants de Barbara Albert (2012), Arte
Toujours la confrontation entre générations allemandes. Entre les 25 ans de l’héroïne et les 95 ans de son grand-père, entre 2012 et 1933, il s’est passé des choses…

00.45 : Girl Rush de Gordon Douglas (1944), TCM
La ruée vers l’or californienne de 1849. Comment faire fortune ? En amenant un lot de dames dans une ville d’hommes. Douglas s’en tire mieux qu’avec les Gildersleeve - et il y a Mitchum dans un petit rôle.

Vendredi 21 août 2015

20.40 : Attaque ! de Robert Aldrich (1956), TCM
Quelle belle intention de consacrer une soirée au grand Bob Aldrich, considéré comme un des grands cinéastes américains dans les années 50 et 60. L’opinion critique s’amoindrit ensuite, par un retour de mode injustifiée, car La Cité des dangers ou Deux filles au tapis valaient largement bien des films du Nouvel Hollywood.

22.20 : Fruitvale Station de Ryan Coogler (2013), Club
Un jeune Noir pris et tabassé par la police de San Francisco. Heureusement, ce n’est qu’une fiction, sans aucun rapport avec quelque réalité que ce soit... À part ça, ce premier film est excellent.

22.20 : Domino de Roger Richebé (1943), OCS Géants
Décidément, la chaîne a décidé d’explorer les marges du cinéma français ancien. Le film de Richebé (toujours le "Pauvrecé" de Jeanson) est rare, avec du beau monde sur l’écran - Gravey, Blier, Simone Renant. Scénario de Marcel Achard et Jean Aurenche, musique de Vincent Scotto, les spectateurs de 1943 étaient gâtés.

22.25 : Bronco Apache de Robert Aldrich (1954), TCM
Encore un pur chef-d’œuvre. Lancaster, en lutte contre le monde des Blancs, trouve là un de ses plus beaux rôles (ah, la séquence finale où il est traqué dans un champ de blé !).

00.05 : Ses trois amoureux de Garson Kanin (1941), TCM
Sous ce titre, on ne reconnaissait pas "Tom, Dick and Harry", une remarquable comédie ginger-rogersienne. Les trois amoureux sont George Murphy (bof), Alan Marshal (ouais) et Burgess Meredith (ah !). Bon scénario de Paul Jarrico, futur blacklisté, qui faillit avoir l’Oscar.

Revue Jeune Cinéma - Contacts