home > Festivals > Autres festivals et cycles > Beaune 2015, 7e éditon
Beaune 2015, 7e éditon
25-29 mars 2015
publié le mercredi 2 septembre 2015

Festival international du film policier 2015, 25-29 mars 2015, 7e édition.

par Jean-Louis Touchant
Jeune Cinéma n°365, mai 2015

JPEG - 1017.1 ko

 

Le Festival international du film policier s’est déroulé pendant plusieurs années à Cognac, et depuis sept ans dans la ville de Beaune : le bourgogne a remplacé l’alcool.

Ce n’est pas un festival comme les autres : un peu ignoré par la presse bourgeoise, c’est un festival populaire au sens large du terme.

À Cognac, les habitants venaient regarder défiler les vedettes comme Alain Delon ou Johnny Halliday, mais assistaient peu aux séances.
En revanche, ici, le public afflue, formant de longues files d’attente avant les projections. Six salles permettent de satisfaire tout le monde.

Quarante et un films ont été projetés cette année dont quatorze en compétition : reprises, classiques, inédits hors compétition et un mini festival Séoul Polar.

Chaque année, des hommages sont rendus à de grands réalisateurs, cette fois-ci John Mc Tiernan et Bertrand Tavernier.
Un hommage à également été rendu à l’acteur Claude Brasseur.

Côté littéraire, chaque année est décerné le prix du premier roman policier français édité par les Éditions du Masque et le Grand prix du roman noir français, ainsi que le Grand prix du roman noir étranger.
Ont été élus respectivement Olivier Taveau pour Les Âmes troubles, Gianni Pirozzi pour Sara la Noire et Bill James pour L’inspecteur est mort, ces deux derniers chez Rivages-Noir.

Côté cinématographe, les quatorze films de la compétition étaient, dans l’ensemble, intéressants. Pas de grand coup de cœur comme parfois. La multiplication des prix a permis de distinguer les plus méritants dans ces sélections.

Le prix Sang neuf a été décerné à Life Eternal (Das ewige Leben) de l’Autrichien Wolfgang Murnberger. Nous ne l’avons pas vu mais il a été apprécié par les membres du jury.

Le prix de la Critique à Marshland (La isla minima) de l’Espagnol Albert Rodriguez. Le film, qui a obtenu également le prix Spécial Police, se déroule en 1980, dans une petite ville d’Andalousie où règne encore le souvenir de Franco. Notons un couple de bons acteurs et des paysages bien utilisés - dont l’île du titre original : comme souvent, le titre français nous laisse perplexe.

Le prix de la Compétition a récompensé deux films :

* Une seconde chance (A Second Chance) de la Danoise Susanne Bier.
Le film est classique, c’est histoire de deux flics amis aux comportements différents. L’histoire va se poursuivre de façon originale avec un échange de bébés.

* Hyena de l’Anglais Gerard Johnson. (1)
Ce film est beaucoup plus noir, voire rouge, avec ses scènes de boucherie où les sacrifiés sont des hommes. Le héros du film est bien interprété par Peter Ferdinando. Nous avons revu avec plaisir, dans un second rôle, le petit et excellent Stephen Graham.

Enfin le grand prix du festival a honoré un film allemand : Victoria de Sebastian Schipper.
Avec raison, car c’était assurément le meilleur de la compétition, inégal, sans doute, mais passionnant.

Il dure cent quarante minutes, ce qui pourrait paraître long, mais c’est justement par cette durée qu’il intéresse.
Laia Costa, actrice principale, innocente et passionnée, heureuse de vivre et de s’amuser, est fascinante.
On espère pendant la plus grande partie du film qu’elle va échapper à la tragédie qui la menace, sous la forme de la bande de paumés qu’elle a rencontrés. Ils disparaissent, mais toujours ils reviennent. On devine que tout cela va mal finir.
Unité de temps, d’action et de lieu - la nuit, le petit jour, les rues qui lentement s’animent, l’errance -, une mise en scène efficace et une direction d’acteurs remarquable. Espérons que le film sortira et remportera le succès qu’il mérite. (2)

Le dernier soir, à l’issue de l’hommage rendu à Bertrand Tavernier, fut projeté le second volet d’une nouvelle saga danoise, Les Enquêtes du département V.
Chaque film raconte une histoire. Cela rappelle les vieux polars de Roy Vickers sur le service des Affaires classées - et son équivalent moderne, la série Cold Case : affaires classées.
Ici l’affaire s’intitule Profanation (The Absent One). Le flic mis sur la touche dans ce département et son adjoint vont rouvrir une affaire de meurtre horrible impliquant un magnat du pays.
Les acteurs sont remarquables, en particulier Carl Merck, policier qu’on voit rarement sourire. L’affaire est bien menée avec peut-être quelques retours en arrière parfois superflus. Ces fameuses enquêtes vont, sans doute, être distribuées en France.

Ajoutons, pour finir, que le prix Claude Chabrol, président perpétuel du Festival international du film policier, a été décerné cette année à La Chambre bleue de Mathieu Almaric (cf. Jeune Cinéma n°360, été 2014).

Jean-Louis Touchant
Jeune Cinéma n°365, mai 2015

1. Hyena est sorti en mai 2015.
2. Victoria est sorti en France le 1er juillet 2015.

Revue Jeune Cinéma - Contacts