home > Films > Maryland (2015)
Maryland (2015)
de Alice Winocour
publié le mardi 29 septembre 2015

Sélection Un certain regard du festival de Cannes 2015

Sortie le mercredi 30 septembre 2015

par Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 366-367, été 2015

JPEG - 98.7 ko

 

De retour d’Afghanistan, Vincent, victime de stress post-traumatique, n’a qu’une obsession, repartir. Mais le médecin militaire a bien décelé sa fragilité psychologique. Pas question d’un nouvel engagement. Seul refuge pour le jeune homme, l’agence de sécurité où il retrouve quelques anciens camarades de combat. Il est chargé de protéger Jessie, la femme d’un riche homme d’affaires libanais, dans sa propriété, Maryland.

Tandis qu’il éprouve une étrange fascination pour la femme qu’il doit protéger, Vincent est sujet à des angoisses et des hallucinations. Malgré le calme apparent qui règne sur Maryland, il perçoit une menace extérieure...

JPEG - 92.3 ko

 

JPEG - 99.8 ko

 

Film d’angoisse, film de genre, construit entièrement du point de vue de Vincent, de sa perception physique des événements, de sa vision altérée et fragmentée de la réalité, ce deuxième long métrage d’Alice Winocour, après Augustine, est une œuvre complexe et originale qui nous renvoie à notre propre anxiété devant un monde opaque et brouillé dont nous ne tirerons jamais aucune des ficelles.

Vincent (Matthias Schoenaerts, tout en animalité à fleur de peau et violence contenue) épie, guette, surprend des bribes d’information, toujours incertain de la réalité qu’il perçoit.

Plus le récit avance, glissant doucement vers le fantastique, plus le spectateur entre dans la tête de Vincent.
L’intrusion des hommes masqués dans la villa est-elle réelle ou fantasmée ?
Peu importe, ces ombres sans visages qui glissent d’une pièce à l’autre, le replacent sur le terrain de guerre qu’il appelait de ses vœux au début du film.

JPEG - 132.6 ko

 

Le combat final lui fait retrouver tous ses réflexes et n’est pas sans rappeler le climax meurtrier du premier Rambo, qui lui aussi souffrait de troubles post-traumatiques.

Avec l’adrénaline du combat, il reprend possession de son corps, retrouve la part de guerre qui est en lui et l’éloigne définitivement de Jessie.

Il restera seul dans l’immense villa, dans son propre monde, ailleurs…

Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 366-367, été 2015

Maryland. Réal : Alice Winocour ; sc : A.W., Jean-Stéphane Bron ; ph : Georges Lechaptois ; mont : Julien Lacheray ; mu : Gesaffelstein ; int : Matthias Schoenaerts, Diane Kruger, Paul Hamy (France-Belgique, 2015, 101 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts