home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! 2015 > Semaine télé du 17 au 23 octobre 2015
Semaine télé du 17 au 23 octobre 2015
Salut les câblés !
publié le samedi 17 octobre 2015

Samedi 17 octobre 2015

20.40 : Frozen River de Courtney Hunt (2008), OCS Choc
On ne connaît que ce seul film de la réalisatrice, grande surprise de l’année 2008 et qui mérite largement le grand prix obtenu au festival de Sundance.

20.45 : Docteur T. et les femmes de Robert Altman (2000), Émotion
Comme presque tous les autres de l’auteur, le film ne fut pas très bien accueilli, sinon par ses aficionados. C’est pourtant un très bel Altman, drôle et méchant, qui ne dépare pas la collection. Décidément, un cinéaste d’élection.

20.45 : Toys de Barry Levinson (1992), Famiz
Mais oui, on peut fréquenter la chaîne Famiz ! Levinson n’est pas Altman, il n’a jamais été considéré comme un auteur. Cependant, il n’y a pas beaucoup d’erreurs dans sa filmographie, depuis Diner. Un éparpillement certain, mais des œuvres à l’écart, comme Tin Men ou Des hommes d’influence, et celle-ci. Robin Williams en fait beaucoup, mais ça fait partie du jeu.

23.25 : Le Prince et la danseuse de Laurence Olivier (1957), TCM
Ce n’est pas le meilleur film de l’un ni la meilleure apparition de l’autre, mais de cette rencontre improbable, il demeure tout de même quelque chose. Et c’est la période, ses cinq dernières années, où Marilyn est la plus belle.

23.45 : Luther, saison 1, France Ô
Pour ceux qui étaient passés à côté de cette remarquable série, la reprise de la saison 1. Idriss Elba est renversant.

01.20 : 49e parallèle de Michael Powell (1941), TCM
Encore un film décalé de Powell : en plein effort de guerre, il centre son histoire sur un commando allemand qui parvient au Canada. L’heure est tardive, mais le film existe également en DVD.

Dimanche 18 octobre 2015

20.40 : La Cible de Peter Bogdanovich (1968), Paramount Channel
Le premier galop d’essai de Bogdanovich, avant The Last Picture Show qui le rendit célèbre. Film de cinéphile, référentiel et plaisant. Boris Karloff est très émouvant dans son dernier rôle.

20.45 : La Tourneuse de pages de Denis Dercourt (2006), Numéro 23
Encore un auteur trop peu mis en valeur. Il est vrai que ses films ne font pas le trottoir et sont construits avec une science musicale qui ne prend son effet qu’après plusieurs visions. Depuis presque vingt ans (Le Déménagement, 1997), il poursuit un chemin que l’on aimerait plus fréquenté par la critique.

20.45 : The Lunchbox de Ritesh Batra (2013), Club
Un très joli premier film, remarqué à la Semaine de la Critique de Cannes 2013. Simple et juste.

22.25 : Charlie’s Country de Rolf de Heer (2013), Club
Remarquable, comme tout ce que fait l’auteur australien - rappelons-nous Bad Boy Buddy, récemment ressorti, et le superbe 10 canoës, 150 lances et 3 épouses. Le tableau qu’il dresse ici de la difficile survie des Aborigènes est éprouvant, mais David Gulpilil toujours aussi bon.

23.05 : Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain de Martin Scorsese & Michael Henry Wilson (1995), Arte
On préfère Marty le documentariste à Marty l’auteur de fiction : on n’est jamais déçu par ses plongées dans le monde musical, le cinéma ou la presse (cf. The 50 Year Argument sur The New York Review of Books).
Ce soir, les deux premières parties seulement (155 minutes).

00.15 : Razumov, sous les yeux d’Occident de Marc Allégret (1936), France 3
Le gratin des acteurs français, comme dans tous les films de prestige du temps : Fresnay, Simon, Renoir, Barrault, Copeau. Avec un dialogue de Jacques Viot (cf. JC 312-313) d’après le roman de Joseph Conrad. Allégret (l’aîné) est à la barre, fort estimé à l’époque - et avec raison. Le film a été exploité sous deux titres, ceux que la version de ce soir réunit.

Lundi 19 octobre 2015

20.40 : Fool for Love de Robert Altman (1985), Paramount Channel
Même remarque que pour Docteur T. Le film a été descendu en flammes, c’est pourtant un grand numéro entre Sam Shepard (auteur de la pièce) et Kim Basinger. Altman est aussi à l’aise pour adapter du Shepard que du Pinter.

20.40 : La Clinique de l’amour d’Artus de Penguern (2012), OCS Max
Déjà recommandé en janvier. Mais qui l’a vu ? Une des meilleures comédies à la Hara-kiri que l’on connaisse, saignante et ravageuse. Dommage que son auteur soit mort quelques mois plus tard.

20.45 : American Horror Story : Freak Show, Frisson
Six épisodes de la saison 4, d’une seule goulée. Si on le cœur bien accroché et si on a aimé les précédentes…

20.45 : Le Géant égoïste de Clio Barnard (2013), Club
Encore une découverte de la Semaine de la Critique cannoise. Le Nord de l’Angleterre, les marginaux, la débrouille, pas vraiment un feelgood-movie qui vaut le détour.

20.45 : Les Forçats de la gloire de William A. Wellman (1945), Classic
La guerre au quotidien, vue par un reporter sur le front. Pas d’héroïsme, la boue, l’ennui, la peur. Aussi puissant que Bastogne du même WAW. Il y a Mitchum dans un de ses premiers vrais rôles, mais il y a surtout Burgess Meredith, excellent en journaliste las.

20.55 : Là-haut de Pete Docter & Bob Peterson (2009), W9
L’original était en 3-D, il doit bien en rester quelque chose. Une très grande réussite des studios Pixar (presque aussi belle que Vice Versa, 2015), avec un scénario qui vous arracherait des larmes (les vingt premières minutes surtout).

23.05 : Mean Streets de Martin Scorsese (1973), Arte
Ce qui nous avait plu à l’époque, cette peinture sans clichés de Little Italy vue au ras du trottoir, fait-elle encore de l’effet ? En tout cas, c’est ici que l’on a vraiment découvert Harvey Keitel et Robert De Niro.

00.15 : Pour ton anniversaire de Denis Dercourt (2013), PCS Max
Décidément, c’est la semaine Dercourt. Profitons-en !

00.55 : Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain III de Martin Scorsese & Michael Henry Wilson (1995), Arte
Troisième et dernière partie.

Mardi 20 octobre 2015

20.45 : Suzanne de Katell Quillévéré (2013), Émotion
Le second film de la cinéaste a été accueilli avec enthousiasme. On préfère pourtant Un poison violent, son premier, plus neuf. Mais il y a Sara Forestier (c’est sa soirée sur la chaîne). Elle en fait un peu trop, comparée à Adèle Haenel et Lola Duenas qui sont aussi de la partie.

20.45 : Henri de Yolande Moreau (2013), Club
Moins surprenant que Quand la mer monte, moins abouti, mais avec de très beaux moments d’émotion, mais oui. Pippo Delbono traverse tout le film, lourd et mutique, on ne voit que lui.

20.45 : Convoi de femmes de William A. Wellman (1950), Classic
Deux Wellman de suite, Classic nous gâte. D’autant que ce western - mais en est-ce vraiment un ? - est costaud : Robert Taylor à la tête d’une caravane de futures épousées en route vers la Californie. Il ne se passe rien ou presque, mais c’est passionnant (et drôle) de bout en bout.

22.10 : Les Femmes du bus 678 de Mohamed Diab (2010), OCS City
Les films égyptiens sur le câble se comptent annuellement sur les doigts d’une main. Pas question de laisser filer celui-ci, qui traite en outre d’un problème quasi vital, l’agression des femmes dans la ville du Caire.

22.15 : Le Nom des gens de Michel Leclerc (2010), Émotion
Une vraie surprise, avec un scénario étonnant, cosigné ML et Baya Kasmi - succès pas renouvelé depuis, hélas. Sara Forestier était digne d’une comédie américaine de la grande époque - une fanatique de Jospin, jusqu’où peut aller l’imagination ?

Mercredi 21 octobre 2015

20.45 : Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol (1997), Syfy
Niccol est un grand auteur de SF : après cette première œuvre de toute beauté (ah, Jude Law et Uma Thurman !), il a signé le scénario de The Truman Show, et écrit et tourné S1mône et Time Out, qui font partie du dessus du panier dans le genre.

20.45 : A Touch of Sin de Jia Zhangke (2013), Club
Le meilleur film du meilleur réalisateur chinois actuel. Un modèle d’écriture et de construction. À voir et revoir, car le prochain, Mountain May Departs, est moins satisfaisant.

22.50 : Still the Water de Naomi Kawase (2014), Club
On est partagé devant les films de la Japonaise, qui parfois nous exaspèrent, parfois nous étonnent. Celui-ci est entre les deux. À voir, si l’on aime ce qu’elle fait d’habitude. Sinon, on peut attendre la sortie de son dernier, An, une véritable réussite.

00.20 : Syngue Sabour, pierre de patience d’Atiq Rahimi (2012), Arte
Après Terre et cendres, il y a treize ans, Rahimi nous offre un second film magnifique (et pas seulement parce que Golshifteh Farahani l’occupe entièrement), dans l’Afghanistan en guerre. Le film du jour. Cf. la critique sur le site de Jeune Cinéma.

Jeudi 22 octobre 2015

20.45 : Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen (2013), Club
L’adaptation des mémoires de Dave Van Ronk, le "maire de Macdougall Street", prince de la folk au début des années 60, avant que Dylan ne surgisse et en devienne le roi. La récréation du petit milieu de Greenwich Village est parfaite, Oscar Isaac également. Un plaisir pour amateurs.

20.45 : La Très très grande entreprise de Pierre Jolivet (2008), Numéro 23
L’auteur trace depuis trente ans un sillon bien personnel, parfois jalonné de succès, parfois ignoré, en tout cas jamais décevant (Force majeure est un des meilleurs films de SF du cinéma français). En passant de Ma petite entreprise à l’échelon supérieur, Jolivet n’a rien perdu de son mordant ni de son humanité.

20.45 : Les Conspirateurs de Jean Negulesco (1944), Classic
La même équipe que pour le précédent Le Masque de Dimitrios (et le suivant Three Strangers) du même Negulesco : Peter Lorre et Sidney Greenstreet, tandem savoureux. Le roman de Frédéric Prokosh est moins fort que celui d’Eric Ambler, donc le film est moins étonnant, mais c’est de la belle ouvrage.

20.45 : Paris la nuit de Henri Diamant-Berger (1930), Histoire
D’où Jean Tulard a-t-il sorti ce film inconnu ? En tout cas, nous serons au rendez-vous : Marguerite Moreno dans son premier film parlant, c’est inratable.

20.55 : Charlie et la chocolaterie de Tim Burton (2005), HD1
Jolie version du roman de Roald Dahl, de l’époque où Burton nous surprenait encore. Mais ne pas oublier la version de Mel Stuart (1971), moins riche en effets spéciaux, mais plus proche du texte d’origine.

23.55 : King Kong de Merian C. Cooper & Ernest B. Schoedsack (1933), TCM
Toujours préférer l’original aux remakes. Inutile de revoir la version de Peter Jackson qui précède (20.40) et prière de savourer cette icône avec le respect requis. On annonce une "version intégrale" de 100 minutes, alors…

Vendredi 23 octobre 2015

20.40 : Le Cran d’arrêt de William Dieterle (1952), Paramount Channel
Très bon polar d’après une nouvelle d’Horace McCoy. Avec des carrures, William Holden et Edmond O’Brien, et aussi la trop méconnue Alexis Smith.

20.40 : Chien enragé d’Akira Kurosawa (1949), OCS Géants
Kurosawa, l’ancien, revient au premier plan : DVD, sorties en salles d’inédits, c’est la fête. Ce film-là ne semble pas faire partie du programme de rééditions publiques. Raison de plus pour savourer cette remarquable leçon de mise en scène - la scène finale de la poursuite devrait figurer dans toutes les anthologies du polar.

20.45 : Marie Heurtin de Jean-Pierrre Améris (2014), Club
Une version un peu transposée de l’histoire d’Helen Keller, déjà filmée par Penn dans Miracle en Alabama, avec Isabelle Carré à la place d’Anne Bancroft et Ariana Rivoire à celle de Patty Duke. Améris, c’est toujours intéressant, parfois très, comme ici.

22.10 : Dans l’ombre de Manhattan de Sidney Lumet (1996), Paramount Channel
Belle soirée sur la chaîne : après le Dieterle, ce Lumet tardif, mais efficace, comme tout ce qu’a fait, jusqu’au bout, le réalisateur.

22.25 : Jeux dangereux d’Ernst Lubitsch (1942), Classic
On ne s’en lassera jamais - d’aucun film de Lubitsch d’ailleurs. Alors, c’est reparti pour un tour, un tour en Pologne avec Shakespeare dans les bagages.

23.05 : Le Rock du bagne de Richard Thorpe (1957), TCM
Assurément le meilleur film d’Elvis, alors dans toute sa splendeur, avec King Creole de Curtiz. La chanson-titre fait l’objet d’un clip somptueux. Et la bande originale, donc !

Revue Jeune Cinéma - Contacts