home > Films > Cowboys (les) (2015)
Cowboys (les) (2015)
de Thomas Bidegain
publié le mardi 24 novembre 2015

par René Neufville
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection Quinzaine des réalisateurs, festival de Cannes 2015

Sortie le mercredi 25 novembre 2015

JPEG - 54.7 ko

 

De la fille de cette famille, Kelly, on ne connaîtra que le beau sourire, au début dans les bras puissants de son père sur la piste de danse d’un festival country au bord d’un lac, dans l’Ain. Puis au finale, quand Kid, son frère, la retrouve, voilée, en Belgique où elle tient une boutique d’accessoires de téléphonie, avec ses deux enfants.

JPEG - 61.9 ko

 

L’un et l’autre ont connu dans le fracas du temps des blessures qui marquent une vie, Kid, lui aussi, s’est ouvert au monde et un sourire peut désormais les tenir pour quittes. Car Kelly n’est pas l’héroïne du film, même si c’est par elle, dont il trace le portrait en creux, que le film existe.

Les vrais héros, ce sont le père puis son fils qui vont se lancer à sa recherche, quinze ans durant, alors même que Kelly, dansant avec son père, avait déjà formé le projet de partir et disparaître avec son ami Ahmed, le fils du voisin mécanicien, pour faire vivre les valeurs de l’islam.

Thomas Bidegain est devenu, en dix ans, un scénariste en vue, cosignant les scénarios des derniers films de Jacques Audiard et travailant avec Bertrand Bonello, notamment. Les Cowboys est son premier film comme réalisateur.
Il aime le western et entend que ça se voie et s’entende : Kid, Kelly, jusqu’au titre même, les paysages grandioses, un Indien désemparé, un payeur de rançon sans foi ni loi, belle démarque du chasseur de prime, les stetsons, santiags et vestes à franges de la fête country du début…

JPEG - 71.4 ko

 

C’est l’obsession cinglée du père (François Damiens, accablé et violent) qui le conduira à sa perte, puis l’obstination généreuse du fils (Finnegan Oldfield, tout en intériorité sereine) dans leur quête, qui renvoient aux figures illustres du genre.
Les Indiens de ce néowestern, ce sont les Islamistes et le film est ponctué par les attentats de notre histoire récente, ceux du 11 septembre, de la gare d’Atocha à Madrid, de Londres (1), alors que Kid se rapproche des lieux au Pakistan où sa sœur a vécu un temps avec Ahmed.

JPEG - 53.4 ko

 

Mais ce contexte n’est pas fouillé, on le comprend compte tenu de sa complexité, et il reste en toile de fond.
John Ford est mort. Le scénario des Cowboys l’aurait sûrement intéressé. Il aurait pu en faire La Prisonnière du désert. Trop tard !

René Neufville
Jeune Cinéma en ligne directe

1. Cet article a été écrit avant les attentats du 13 novembre 2015, à Paris.

Les Cowboys. Réal : Thomas Bidegain ; sc : T.G., Noé Debré ; ph : Arnaud Potier ; mont : Géraldine Mangenot ; mu : Raphaël Haroche. Int : François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne, Ellora Torchia, John C. Reilly (France/Belgique, 2015, 114 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts