home > Films > Mia madre (2015)
Mia madre (2015)
de Nanni Moretti
publié le mercredi 2 décembre 2015

par Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 366-67, été 2015

Sélection en compétition officielle du festival de Cannes 2015

Sortie le mercredi 2 décembre 2015

JPEG - 128.1 ko

 

Margherita (Margherita Buy, belle et lumineuse) est une réalisatrice en plein tournage… en plein doute aussi.
Elle se pose des questions sur son métier d’artiste, doit faire face à un acteur américain qui se prend pour une star, refuse de voir la gravité de la maladie de sa mère et subit la crise d’adolescence de sa fille.

Nanni Moretti propose, une nouvelle fois, une œuvre intime et précieuse directement liée à son propre vécu (la mort de sa mère, les affres du réalisateur) sans jamais oublier l’importance de la fiction, de l’humour, de la tendresse.

JPEG - 125.2 ko

 

S’effaçant devant Margherita Buy, il s’octroie le rôle du frère de Margherita, homme paisible et attentionné qui prend le temps de s’occuper de sa mère avec la conscience de la mort inéluctable et l’envie de passer le plus de temps avec elle. En choisissant de ne pas se mettre en scène dans le rôle du cinéaste, il a sans doute voulu créer une certaine distance, un recul par rapport à sa douleur personnelle.

Dans La Chambre du fils, il avait évoqué la disparition violente d’un enfant et la souffrance terrible que provoque l’absence. Ici, à travers la lente évolution de la maladie, il traite, avec pudeur et justesse, de l’accompagnement vers la mort.
Entre l’hôpital et le plateau de tournage, Margherita vit dans l’instant.

JPEG - 168.7 ko

 

JPEG - 139.5 ko

 

Perturbée par les visites à sa mère, elle l’est tout autant par son acteur incapable d’apprendre son texte. Et là encore, Moretti, mêlant souvenirs, rêves et réalité, jouant avec les situations et les personnages, plaçant quelques réflexions à l’ironie gentille sur les états d’âme d’artistes engagés, passe avec un bonheur rare de scènes de comédie magnifiques (la performance de John Turturro en acteur ingérable mais finalement sympathique est irrésistible) à des séquences bouleversantes, sans jamais tomber dans le mélodrame ni l’amertume.

Cette diversité de tonalités donne à Mia Madre un charme élégant et une douce gravité.

Gérard Camy
Jeune Cinéma n° 366-67, été 2015

Mia madre. Réal : Nanni Moretti ; sc : N.M., Francesco Piccolo, Valia Santella ; ph : Arnaldo Catinari ; mont : Clelio Benevento ; int : Margherita Buy, Nanni Moretti, John Turturro, Giulia Lazzarini (Italie-France, 2015, 102 mn).

Revue Jeune Cinéma - Contacts