home > Films > Aventuriers de l’art moderne (les) (2015)
Aventuriers de l’art moderne (les) (2015)
Brève
publié le mercredi 23 décembre 2015

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Old Gringo (Lundi 21 décembre 2015)

JPEG - 191.3 ko

 

Les Aventuriers de l’art moderne de Amélie Harrault, Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux (2015) d’après l’œuvre de Dan Franck : Le Temps des Bohèmes (Grasset, 2015), sur Arte, cette mini-série de 6 épisodes, vous l’avez peut-être suivie, ou vous ne l’avez vue que partiellement, ou vous l’avez ratée.

Heureusement, il y a le Replay (et d’ailleurs le DVD dans la boutique).

* Épisode 1 : Bohème (1900-1906).

Dans le Montmartre joyeux du début du siècle, une troupe d’artistes composée, entre autres, de Max Jacob, Pablo Picasso et Guillaume Apollinaire, s’installe au Bateau-Lavoir. La vie de bohème s’organise entre travail, muses, collectionneurs et fêtes. Au Salon d’Automne de 1905, les couleurs éclatantes de Matisse font scandale : le Fauvisme est né. Picasso prépare sa réponse.
 

* Épisode 2 : La Bande de Picasso (1906-1916).

Naissance du cubisme, trafics et enchères : avec la bande à Picasso, c’est toujours le scandale. Picasso répond à Matisse avec Les Demoiselles d’Avignon : le cubisme s’annonce et scandalise. En 1911, Apollinaire et Picasso sont mêlés à un immense scandale, le vol de La Joconde au Louvre. L’affaire se conclut par un non-lieu, mais leur amitié en souffre. Les balbutiements de la reconnaissance artistique s’accompagnent de ruptures : Picasso quitte Fernande, il déménage à Montparnasse. La Première Guerre mondiale éclate. Picasso et Max Jacob, réformé, restent à Paris. Braque et Derain partent au front où Guillaume Apollinaire est blessé en 1916.
 

* Épisode 3 : Paris, capitale du monde (1916-1920).

À Montparnasse, le plus pauvre des Russes, Soutine, devient l’ami du plus beau des Italiens, Modigliani. 1916. À Montparnasse, les artistes étrangers crèvent de faim. Le plus pauvre des Russes, Soutine, se lie d’amitié avec le plus beau des Italiens : Modigliani. En 1917, Apollinaire monte sa pièce Les Mamelles de Tirésias, sous-titrée drame surréaliste. Le mot est né. La guerre se termine, mais Apollinaire meurt en 1918 et Modigliani en 1920. Son enterrement marque la fin de la bohème.
 

* Épisode 4 : Les Enchanteurs de Montparnasse (1920-1930).

Avec Breton, Aragon, Man Ray, Desnos et les autres, la révolution dadaïste et surréaliste est en marche. En réponse à l’absurdité de la guerre, la révolution dadaïste et surréaliste est en marche. À sa tête, André Breton et Louis Aragon, entourés de Man Ray, Robert Desnos et beaucoup d’autres. Alors que Ray vit une passion avec Kiki avant de s’envoler avec Lee Miller, Aragon rencontre Elsa Triolet, Picasso vit entre deux femmes et Salvador Dalí fait irruption dans le mouvement.
 

* Épisode 5 : Libertad !.

Au début des années 1930, la montée du fascisme conduit les artistes à s’engager. Entre fascisme et communiste, l’Europe se déchire. Dès 1936, la guerre d’Espagne mobilise : Malraux, Robert Capa et Gerda Taro soutiennent les Républicains, et en 1937, le massacre de Guernica inspire à Picasso sa toile. Mais en 1939, la guerre d’Espagne s’achève sur la victoire de Franco. Une autre débute.
 

* Épisode 6 : Minuit à Paris.

La Seconde Guerre mondiale éclate. En juin 1940, la France est occupée. Nombre d’artistes et d’intellectuels fuient l’Europe. Parmi ceux qui restent, on tente de survivre, on continue à peindre et à écrire pour lutter contre l’occupant ou simplement pour continuer d’exister. Les uns collaborent, les autres résistent, beaucoup s’accommodent, d’autres paient leur engagement de leur vie.
 

JPEG - 13.7 ko

 

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Old Gringo (Lundi 21 décembre 2015)

Revue Jeune Cinéma - Contacts