L'actualité, ça ne se suit pas, ça se crée.
Il faut publier un texte sans se soucier de son rapport à l'actualité,
à la mode, au succès, à la notoriété.

Jean George Auriol

Journal de Ben Cash (juin 2017)

 

JPEG - 946.7 ko

 

* Ben Cash-édito * Janvier 2017 * Février 2017 * Mars 2017 * Avril 2017 * Mai 2017 * Juin 2017
 



 

JUIN 2017

 



Jeudi 29 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal (Jolly)

* À 9h00 : Young Desire de Lewis B. Collins (1930).
Film inconnu d’un cinéaste qui ne l’est pas moins. La découverte du jour ?

JPEG - 108 ko

 

* À 11h30 : Sensation Seekers de Lois Weber (1927).
Elle est bien mieux connue que le réalisateur précédent, puisque Bologne lui a consacré un hommage il y a quelques années. Cette cinéaste prolifique (38 longs entre 1915 et 1934 et 100 courts auparavant) a signé plusieurs films notables et au moins un chef-d’œuvre, Shoes (1916). Alors, celui-ci ? Réponse aujourd’hui.

JPEG - 139.6 ko

 

1917 (Mastroianni)

* À 9h00 : Le Coupable de André Antoine (1917).
L’un des premiers films de l’homme de théâtre, sans doute un de ses mieux réussis, avec L’Hirondelle et La Mésange. Adapter un roman de François Coppée et en faire un bon film, c’est une performance. On découvrira combien le jeu de Sylvie, dès les années 10, était étonnamment moderne.

JPEG - 145.3 ko

 

* À 10h30 : La Fille de la tourbière (Tösen från Stormyrtorpet) de Victor Sjöström (1917). Comme son alter ego Stiller, Sjöström n’a rien tourné d’indifférent.

JPEG - 131.5 ko

 

La bonne soupe dans les vieux pots (Arlecchino)

* À 9h00 : Zéro de conduite de Jean Vigo (1932).

JPEG - 114 ko

 

* À 10h30 : Celui par qui le scandale arrive (Home from the Hill) de Vincente Minnelli (1960).

JPEG - 156.3 ko

 

* À 14h00 : Tout ce que le ciel permet (All That Heaven Allows) de Douglas Sirk (1955).

JPEG - 176.9 ko

 

* À 15h45 : Belle de jour de Luis Buñuel (1967).

JPEG - 167.1 ko

 

* À 18h00 : Love (Women in Love) de Ken Russell (1969).
No comments

JPEG - 150.2 ko

 

Ristaurato (Mastroianni)

* À 14h30 : Casanova de Alexandre Volkoff (1927).
Film-fleuve (159 mn), certainement le plus beau film de la production Albatros des années 20. Ivan Mosjoukine est à son sommet.

JPEG - 135.6 ko

 

Nicole Védrès (Scorsese)

* À 16h15 : Paris 1900 de Nicole Védrès (1946-1948).
La courte carrière comme cinéaste de l’écrivaine-chroniqueuse, une des plus attachantes des années 50 et 60, commence avec ce film, magnifique évocation, à partir de documents choisis, de la si mal nommée Belle-Époque. Montage de Alain Resnais, son premier.

JPEG - 227.3 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


Polémique Netflix, suite

Okja de Bong Joon-ho a créé le scandale au Festival de Cannes 2017, pas auprès de la critique qui a trouvé le film fort bon, mais auprès des exploitants qui ont jugé saumâtre qu’un film produit par Neftlix et donc destiné uniquement aux abonnés de la chaîne soit présenté en sélection officielle.

Polémique, appel solennel à la défense des salles, création d’un nouveau règlement du Festival pour empêcher que le fait se reproduise les prochaines années, on sait tout ça - même si on est amené à penser qu’eu égard aux nouvelles conditions de production et de consommation des images, les circuits vont devoir s’adapter tôt ou tard, comme ils l’ont fait pour le numérique. Les solutions à terme immédiat ne sont que des combats déjà perdus.

Le mercredi 28 juin 2017, Okja est donc sorti sur Neftlix.

Mais, ô surprise, il est sorti en salles également - plus exactement dans quelques salles, sept en tout, Paris et province confondues, pour des projections uniques et gratuites, et il sortira aussi, en province, dans quelques autres en juillet.

Pour quelle raison les exploitants desdites salles ignorent les clameurs du reste de la profession ?
On espère le savoir un jour.
En attendant, le public, même si en petit nombre, peut profiter de cet excellent film.



Mercredi 28 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

William K. Howard (Jolly)

* À 10h30 : The Power and the Glory de William K. Howard (1933).
C’est le film dont Orson Welles avouait qu’il l’avait influencé pour écrire Citizen Kane. Thomas Gardner (titre français) est effectivement construit sur une série de retours en arrière, technique jusqu’alors jamais utilisée aussi systématiquement.

JPEG - 72 ko

 

Universal (Jolly)

* À 12h00 : Ladies Must Love de E.A. Dupont. (1933).
Le réalisateur allemand, un des plus célèbres du muet, auteur de Variété (1925) et de Piccadilly (1929), commençait, avec son premier film aux USA, une lente descente aux enfers. Interprété par des acteurs de second plan (June Knight, Neil Hamilton), le film est inconnu et peut se révéler une belle surprise.

JPEG - 75.6 ko

 

1917 (Mastroianni)

* À 10h30 : Le Meilleur Film de Thomas Graal de Mauritz Stiller (1917).
Le cinéaste est à l’honneur en ce moment puisque la Cinémathèque française présente une rétrospective (14 juin-5 juillet 2017). Rien de ce qu’a tourné le Suédois n’est indifférent et l’interprète principal est Victor Sjöström, alors…

JPEG - 72.9 ko

 

Ritrovati e Ristorati (Mastroianni)

* À 14h30 : The Informer de Arthur Robison (1929).
Premier film hors d’Allemagne du réalisateur du Montreur d’ombres (1923), chef-d’œuvre de l’expressionnisme, et première adaptation du roman de Liam O’Flaherty - John Ford tournera la seconde en 1934. Avec Lya de Putti et Lars Hanson, deux stars du muet, qui ne brilleront pas dans le parlant.

JPEG - 79 ko

 

* À 18h30 : She Done Him Wrong de Lowell Sherman (1933).
Ce n’est pas le cinéaste qui importe ici, c’est l’actrice-scénariste : Mae West, la Lady Lou du titre français, capture dans ses filets le jeunot Cary Grant. Elle n’a pas beaucoup tourné, mais chacun de ses treize films est une performance.

JPEG - 87.7 ko

 

John Huston (Arlecchino)
Journée hommage, avec deux films inoubliables et qu’il est inutile de présenter.
Plaisir de la redécouverte assuré.

* À 16h15 : Wise Blood (Le Malin) de John Huston (1979).

JPEG - 44.1 ko

 

* À 18h30 : Asphalt Jungle (Quand la ville dort) de John Huston (1950).

JPEG - 82.3 ko

 

Piazza Maggiore

* À 21H45 : The Patsy de King Vidor (1928).
En français C’est une gamine charmante, comédie étonnante (ce n’était pas vraiment la spécialité de la maison Vidor) et découverte d’une actrice remarquable, Marion Davies, qui eut pour particularité d’être la maîtresse officielle de W.R. Hearst, l’inspirateur de Citizen Kane himself - on y revient.

JPEG - 87.6 ko

 

Acrobatie d’emploi du temps : il ne faut pas rater, piazza Maggiore, la sala Borsa, juste en face de Neptune entré en occultation.

Dehors, la ville rouge se souvient de ses glorieux combats.

JPEG - 321.3 ko

 

JPEG - 395.4 ko

 

JPEG - 214.8 ko

 

Dedans, des livres et le cinéma en affiches.

* Il Manifesto ritrovato. Les affiches retrouvées de Maurizio Baroni & Bernard Martinand.

JPEG - 351.7 ko

 

JPEG - 267.6 ko

 

JPEG - 290.9 ko

 

JPEG - 248.5 ko

 

Dessous, les ruines de l’antique Bologne.
Il faut toujours soigneusement regarder où on marche.

JPEG - 188.4 ko

 

Sala Borsa, piazza Maggiore, tous les jours durant le festival.
Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, la Cinémathèque française présente une Rétrospective intégrale Andreï Tarkovski (28 juin-12 juillet 2017)

Ce soir :

* À 20h00 : Le Miroir de Andreï Tarkovski (1974).

JPEG - 139.7 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Les Derniers Jours d’une ville (Akher ayam el madina) de Tamer El Said (2016).

* Voyage of Time : Au fil de la vie de Terrence Malick (2016).

* Sans pitié (Bulhandang) de Byun Sung-hyun (2017).

* Visages Villages de Agnès Varda & JR (2017).

* Bonheur Académie de Alain Della Negra & Kaori Kinoshita (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Pas de printemps pour Marnie (Marnie) de Alfred Hitchcock (1964).

* Le Privé (The Long Goodbye) de Robert Altman (1973).



Mardi 27 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal du jour (au Jolly)

* À 9h00 : The Road Back de James Whale (1937), fameux réalisateur dont les films sont occultés par Frankenstein. Il s’agit du director’s cut, mais le film étant inconnu ici, on ne fera pas la différence.

JPEG - 98.7 ko

 

* À 12h00 : Destination Unknown de Tay Garnett (1933), petit-maître dont tous les films sont réjouissants, et parfois sublimes comme Voyage sans retour, avec Kay Francis et William Powell (1932).

JPEG - 94.4 ko

 

William K. Howard (au Jolly)

* À 10h45 : Sherlock Holmes (1932), une des innombrables adaptations du personnage, peut-être la première du parlant. Clive Brook a l’élégance du héros, mais pas son ambiguïté. Reginald Owen en Dr. Watson et Ernest Torrence en Pr. Moriarty, en revanche, sont à leur place.

JPEG - 87.4 ko

 

1917 (salle Mastroianni)

* À 9h00 : Until They Get Me de Frank Borzage (1917), le plus ancien film que l’on connaisse du cinéaste, un western, ce qui n’était pas vraiment sa spécialité. Hervé Dumont, son biographe, assure que c’est un chef-d’œuvre (et on attend un autre chef-d’œuvre dans quelques jours, Little Man, What Now ?).

JPEG - 94.3 ko

 

Augusto Genina (salle Scorsese)

* À 14h15 : Maddalena (1954). Son avant-dernier film (en France, Une fille nommée Madeleine) est composite : une Suédoise (Marta Tören), des Italiens (Gino Cervi, Folco Lulli), des Français (Charles Vanel, Valentine Tessier). Et tout ça donne quoi ? Réponse cet après-midi.

JPEG - 103.5 ko

 

* À 18h30 : Das Madchen der Strasse (1928), un peu mieux connu sous son autre titre de Scampolo (et surtout parce que Romy Schneider en a tourné une version en 1958). Avec Carmen Boni, Madame Genina.

JPEG - 87.6 ko

 

Documents et documentaires : la Cinémathèque d’Alger (Auditorium)

* À 18h00 : Mon histoire n’est pas encore écrite de Jacqueline Gozland (2017).
La Cinémathèque d’Alger, fondée par Jean-Michel Arnold, a célébré son cinquantième anniversaire en 2015.

Le couronnement de la journée, c’est ce soir, sur la piazza Maggiore.

* À 21h45 : Monterey Pop de D.A. Pennebaker (1967), présenté par D.A.P. en personne.
Le générique reste éblouissant : Janis J., Jimi H., Jefferson A., Country Joe, Mamas and Papas, The Who, Otis Redding, Eric Burdon, Ravi Shankar, etc.
Toute une époque.

Acrobatie d’emploi du temps : il ne faut pas rater, piazza Maggiore :

* À 16h00 : L’ouverture spéciale, avec visite guidée, du chantier de construction Cinema Modernissimo.

JPEG - 313.3 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, à l’IMA, depuis le mois d’octobre 2016, on étudie la sexualité, en toute liberté et sans tabou, à travers des rencontres, des spectacles et des ciné-débats.

Voilà la dernière séance de la saison.

Ce soir, à 19h00, en entrée libre, l’homosexualité masculine dans les pays arabes.

* Gayrouth de Charbel Raad (2015).

JPEG - 357.3 ko

 

* Comme ils disent de Hicham Ayouch (2011).

JPEG - 62.1 ko

 

Institut du monde arabe (IMA), auditorium, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, place Mohammed V, 7005 Paris.



Lundi 26 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Aujourd’hui, pas de chefs-d’œuvre patrimoniaux, signés par des cinéastes renommés, à l’exception de :

* À 9h00 : Mater Dolorosa de Abel Gance (1917), pour les lève-tôt (salle Mastroianni).

À vendre, sur le Net, des tas d’affiches bien cotées.
En voici une parmi d’autres.

JPEG - 92.7 ko

 

Si l’on supporte la rhétorique et le pathos du Maître, on savourera également ce soir le prologue de La Roue du même Gance (1923) (piazza Maggiore à 21h45).

À l’exception, également, de :

* À 18h15 : La Vérité de Henri-Georges Clouzot (1960) (Arlecchino), curieux choix, le film passant régulièrement sur les chaînes TV.

Et, bien entendu, de la version rénovée du

* À 21h45 : Cuirassé Potemkine de Serguei Eisenstein (1925) (piazza Maggiore), avec la musique d’origine de Edmund Meisel.

Ici, vous n’aurez ni voiture d’enfant ni fiers marins, à peine, au loin, un escalier.
À la place, on vous propose une image étonnante, tirée du somptueux catalogue du Ritrovato, qu’on suppose de quelque tournage américain, alors qu’il s’agit de celui de Potemkine.

JPEG - 233.1 ko

 

Mais, ce lundi, c’est surtout un grand jour pour les amateurs de découvertes, puisque commence la seconde partie de l’hommage à Universal, commencé l’an dernier (et passé par le MoMA en mai 2017), avec des raretés inconnues de presque tous les acharnés.

Cf. aussi Carl Laemmle, l’Universel.

Il ne faut pas rater non plus les deux titres de William K. Howard, réalisateur célèbre pour avoir influencé le Citizen Kane de Welles, influence difficile à vérifier tant ses films sont peu montrés. On nous offre donc au Jolly :

* À 9h00 : The Trial of Vivienne Mare de William K. Howard (1932).

JPEG - 18.7 ko

 

* À 10h15 : Outside the Law (Les Révoltés) de Tod Browning (1930), remake de son film de 1921, que personne, parmi les érudits présents, ne semble avoir vu.

JPEG - 401.5 ko

 

* À 11h45 : Transatlantic de William K. Howard (1931).

Les complétistes, jamais rassasiés, se délecteront, salle Mastroianni, de deux moyens métrages de Evgueni Bauer (1865-1917), grand réalisateur tsariste puis soviétique (5 films en 1917 juste avant de mourir) :

* À 10h30 : Le Révolutionnaire (Revolyutsioner) et À la recherche du bonheur (Za schastem) de Evgueni Bauer (1917).

JPEG - 82.6 ko

 

* À 16h00 : Assez de sang (Ne nado krovi) de Jacob Protazanov (1917), passionnant cinéaste éparpillé (1881-1945).

JPEG - 48.3 ko

 

Puisque l’heure est aux réalisateurs russes, même émigrés, n’oublions pas, salle Mastroianni :

* À 17h30 : Kean ou Désordre et Génie de Alexandre Volkov (1924), un des plus beaux rôles de Ivan Mosjoukine.

JPEG - 420.3 ko

 

Dans la relecture progressive du continent Julien Duvivier, Pathé a eu la bonne idée de rééditer l’excellente comédie très inventive (merci Henri Jeanson !) :

* À 16h00 : La Fête à Henriette de Julien Duvivier (1952) (Arlecchino).

JPEG - 286.6 ko

 

Enfin, tous ceux qui s’intéressent aux rapports de André Breton avec le cinéma ne manqueront pas d’aller voir au Jolly :

* À 18h30 : Les Deux Moines (Dos monjes, 1934) de Juan Bustillo Oro.

JPEG - 94 ko

 

Il s’agit d’un des rares films que Breton reconnaissait avoir aimé, même s’il l’a simplement cité (pour trouver une analyse plus développée, il faut aller chercher dans Foyers d’incendie, du surréaliste Nicolas Calas).
On ne se souvient que d’une seule projection dans les années 60, à la Cinémathèque, en version française. Donc une découverte, due à la la Film Foundation de Scorsese, qu’on ne peut que remercier.

JPEG - 28.6 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, à la Maison de la Poésie, un concert littéraire pendant 3 jours, en coproduction avec le festival Les Émancipéés (Scènes du Golfe de Vannes) (26-28 juin 2017).

* À 20h00 : Pasolini par Virginie Despentes, Béatrice Dalle & Zëro.

JPEG - 228 ko

 

Avec Éric Aldéa (guitare), Ivan Chiossone (claviers), Frank Laurino (batterie), Wilo (son).

Maison de la poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


À Villeneuve d’Ascq, au LaM, : André Breton et l’art magique (24 juin-1er octobre 2017).

JPEG - 189.7 ko

 

À l’occasion des quarante ans du Centre Pompidou, le LaM réunit à nouveau une partie des artistes chers à Breton : Victor Brauner, Max Ernst, Paul Klee, André Masson, Joan Miró ou encore Jean Degottex, Baya, Aloïse Corbaz, Fleury-Joseph Crépin, Augustin Lesage, Scottie Wilson.

Avec des manuscrits, des objets trouvés, des trouvailles extra-occidentales, le LaM explore aussi les obsessions de Breton : le spiritisme, l’amour fou, le merveilleux.
Commissariat : Jeanne-Bathilde Lacourt.

Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut (LaM), 1 allée du Musée, 59650 Villeneuve-d’Ascq.



Dimanche 25 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Faites votre programme du jour.

Les suggestions de Jeune Cinéma.

Après un samedi après-midi de mise en train, simple tour d’échauffement, ce dimanche s’annonce nettement plus sérieux, avec, aux quatre coins du programme, une palanquée de chefs-d’œuvre certifiés et un choix plus audacieux de films à (re)découvrir.

Pour la première catégorie, on va à l’Arlecchino, où on peut choisir entre La Griffe du passé (Out of the Past) de Jacques Tourneur (1947), Le Secret magnifique (The Magnificent Obsession) de Douglas Sirk (1954), Haute Pègre (Trouble in Paradise) de Ernst Lubitsch (1933) et Zéro de conduite de Jean Vigo (1932). Grand faible pour Haute Pègre,Kay Francis est éblouissante.

JPEG - 136.7 ko

 

Si la fréquentation successive de tels sommets asphyxie, on peut aller voir, salle Scorsese :

* À 16h15 : Sous deux ponts (Unter den Brucken) de Helmut Kautner (1946), une des plus belles promenades au fil des canaux que l’on connaisse.

JPEG - 76.2 ko

 

* À 18h15 : Prix de beauté (Miss Europe) de Augusto Genina (1929), dans la version muette, celle où Louise Brooks n’est pas abominablement doublée.

JPEG - 224.7 ko

 

Et si l’on veut tenter l’aventure d’une journée entière sans changer de salle, on peut s’installer au Jolly, qui, entre 9h30, avec Dimanche d’août (Domenica d’agosto) de Luciano Emmer, (1950) et 21h45 avec Les Dimanches de Ville-d’Avray de Serge Bourguignon (1962), ne présente que des films ayant le mot "dimanche" dans le titre.

Au palmarès :

* À 16h30 : Il pleut toujours le dimanche (It Always Rains On Sunday) de Robert Hamer (1947), qui est trop méconnu et n’a pas signé que Noblesse oblige (1949).

JPEG - 166.6 ko

 

* À 18h30 : Du samedi au dimanche (Ze soboty na nedeli) de Gustav Machaty (1931).

JPEG - 199.3 ko

 

Quant à Johnny Guitar de Nicholas Ray (1954), le soir sur la piazza Maggiore, il est admis de faire l’impasse et d’aller plutôt reconstituer sa force d’attention pour affronter un lundi prometteur.

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


En Belgique, on retourne au Grand Hornu, revoir le MAC’s, ce musée merveilleux logé dans un coron ouvrier chargé d’histoire.

JPEG - 397.7 ko

 

Aujourd’hui, à partir de 17h00 : on vernit Philippe de Gobert et Wesley Meuris (25 juin-3 septembre 2017).

* Philippe de Gobert : De toutes pièces.

JPEG - 115.1 ko

 

* Wesley Meuris : Modèles d’exposition.

JPEG - 228.5 ko

 

Tout le programme de la saison 2017-2018.

Grand-Hornu, 82 rue Sainte-Louise, 7301 Hornu.


En France, c’est la Fête du cinéma, 33e édition (25-27 juin 2017).


 



Samedi 24 juin 2017

 

Et revoilà Bologne.

San Petronio plus propre que jamais, le grand écran, une plus grande chaleur que les années précédentes mais avec un petit vent délicieux le soir, la piazza Maggiore qui se remplit au soleil couchant, les jeunes filles, les étudiants américains à casquettes. Seul Neptune - lieu-dieu incontournable de tous les rendez-vous - s’est éclipsé sous un innommable chantier. Faut bien qu’il se lave de temps en temps, le vieux dieu, s’il veut continuer à jouer les jeunots.

JPEG - 219 ko

 

JPEG - 185.3 ko

 

JPEG - 144.5 ko

 

JPEG - 245.4 ko

 

Et Robert "Sol y sombra" Mitchum, alias Big Brother, qui nous surveille à tous les coins de rue.

JPEG - 299.9 ko

 

JPEG - 315.4 ko

 

L’exposition Bologna Fotografata Tre secoli di sguardi (9 juin-30 septembre 2017) s’est installée depuis le début du mois dans le passage souterrain de la piazza Re Enzo, à la gloire de la ville rouge et de ses archives.

JPEG - 306.5 ko

 

JPEG - 260.4 ko

 

JPEG - 230.2 ko

 

Tout est prêt.
Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017) peut remplacer Sotto le stelle del cinema pour une semaine.

JPEG - 275.3 ko

 

Dès le 8 mai 2017, on avait eu un avant-goût clair du programme qu’on avait exposé dans le Journal de Ben Cash de mai 2017.

Aujourd’hui, ça commence dès 14h30, dans toutes les salles, et ceux qui n’ont pas soigneusement préparé leur programme ne savent où donner de la tête.
Pour tout voir, il faudrait un mois et demi de temps.

JPEG - 269.7 ko

 

Voilà le programme détaillé (à la Cineteca elle-même, et dans la petite cour, à l’Arlecchino, au Jolly, sur la piazza Maggiore, et tutti quanti).
Certains préfèrent l’officiel.
Ils trouveront leur bonheur avec l’inauguration marque déposée et Marco Bellocchio qui fait l’accueil à l’Auditorium.

* À 14h30 : Le Centre Georges-Pompidou de Roberto Rossellini (1977).

Ce soir, pour tout le monde, Bolognais, cinéphiles accrédités, touristes de passage, c’est sur la piazza Maggiore :

* À 21h45 : À propos de Nice (1930) & L’Atalante (1934) de Jean Vigo.

Les cinéphiles durs trouvent que, comme découvertes, on peut mieux faire.
Mais ils ont oublié qu’il fut un temps où ils ont été jeunes et ignorants.
Et revoir L’Atalante sur ce grand écran en version restaurée dans l’air doux du soir est un plaisir rare.

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


La Gay Pride a 40 ans.
Elle est devenue la Marche des fiertés LGBT.
Elle a lieu ce samedi.

JPEG - 220 ko

 

* À partir de 14h : Itinéraire à Paris.
Départ place de la Concorde, rue de Rivoli, boulevard de Sébastopol, boulevard Saint-Martin et arrivée place de la République.

* À 17h00 : Grand Podium place de la République.
Concert géant jusqu’à 22h00 avec Océanerosemarie et Shirley Souagnon : Hyphen Hyphen, Chloé, Il Est Vilaine, The man inside Corrine, Rag.

JPEG - 219 ko

 


À Madrid, le Prado, et à Londres, la Tate Britain font écho aux 40 ans de la Gay Pride en montrant les trésors cachés de leurs riches collections.

Au Prado : La mirada del otro. Escenarios para la diferencia (14 juin-10 septembre 2017).

JPEG - 130.3 ko

 

JPEG - 112.7 ko

 

Prado, Paseo del Prado, s/n, 28014 Madrid.

À la Tate Britain : Queer British Art 1861–1967 (24 mars-1er octobre 2017).

Avec aujourd’hui, une journée particulière.

JPEG - 37.6 ko

 

* À partir de 14h00 : Queer and Now. Launching the Pride in London festival.
Entrée libre.

Programme de la journée.

Tate Britain, Millbank, Westminster, London SW1P 4RG.


À Aix-en-Provence, ont lieu, chaque année, les Rencontres Déconnomiques.
Vous connaissez ?

Une idée de l’ambiance avec l’intervention de Pablo Servigne ; co-auteur, avec Raphaël Stevens, de notre ouvrage fétiche qui nous ouvre les yeux :

* Pablo Servigne & Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil, 2015.

En 2017, les Rencontres se tiendront du 7 au 9 juillet 2017.
Programme des Journées 2017.

JPEG - 38.4 ko

 

Mais aujourd’hui, les Amis du Monde diplomatique organisent une cérémonie de lancement, présidée par Jacques Généreux.

* À 14h00 : La Roue du Pays d’Aix, monnaie locale complémentaire.
Présentation, témoignage et animation.

* À 17h00 : Musique avec le groupe Bluestream.

* À 18h00 : La Déconnomie. Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent.
Conférence-débat avec Jacques Généreux.

Contact.

Parc Saint-Mitre, avenue Jean-Monnet, 13090 Aix-en-Provence.


À New York, au MoMA, on célèbre les 70 ans de l’Agence Magnum de Capa et Cartier-Bresson : Beyond the Frame. International Cinema by Magnum Photographers en l’abordant par le cinéma (24 juin–1er juillet 2017).

JPEG - 694.8 ko

 

Ce soir :

* À 18h00 : Magnum Shorts. From Video to Media.

MoMA, Theater 2, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 14 au 30 juin 2017.



Vendredi 23 juin 2017

 

Bon anniversaire à Alan Turing (1912-1954), ce grand savant qui a infléchi notre civilisation.

JPEG - 298.3 ko

 

Comme Oscar Wilde, il fut traîné dans la boue, et châtié, et comme lui, il n’y survécut pas. Homosexuel, génial et visible, la société n’aimait pas ça, et c’est pas encore gagné.

JPEG - 155.4 ko

 

JPEG - 80.6 ko

 

Sur sa vie-son œuvre, il y a des biographies, des émission de radio (France Culture), des films, des thèses, des BD.
Son œuvre est accessible en ligne.

Il y a même un opéra : Life and Death of Alan Turing de Justine Chen sur un livret de David Simpatico (2012).

* Imitation Game de Morten Tyldum (2014) avec Benedict Cumberbatch et Keira Knightley, c’était bien.


 


La Tate Liverpool se tourne vers le passé avec sa nouvelle exposition République de Weimar : Portraying a Nation : Germany 1919-1933 (23 juin-15 octobre 2017).

Otto Dix a fait le portrait de la journaliste Sylvia von Harden en 1926.
August Sander a photographié la secrétaire de West German Radio à Cologne en 1931.

JPEG - 213.3 ko

 

JPEG - 105.9 ko

 

Ce sont les femmes qui donnent sa couleur à une époque.
Qui est le plus réaliste, Otto Dix ou August Sander ?

Tate Liverpool, Albert Dock, Liverpool L3 4BB.


Comme autrefois, comme d’habitude, c’est l’époque où les chanceux commencent à migrer vers le Sud, le Sud "normal" par encore l’Antarctique. Profitons-en, tant que le réchauffement est encore supportable.

À Lalinde, on fête la sortie du numéro 10 du magazine Secrets de Pays, qui paraît au Éditions du même nom.

JPEG - 198.3 ko

 

* À 17h30 : Bastides & cités médiévales.
Avec Jacky Tronel et Françoise Cheyrou.
Et un cocktail.

Jardin public, Maison de Montard, 24150 Lalinde.


À Lyon, à la Mairie du 3e arrondissement, c’est les Causeries du IIIe de Sonia Bove et Bernard Chardère, dernière édition de la saison.

* À 18h30 : Jacqueline Delubac par Bruno Villien.

Jacqueline Delubac (1907-1997) était lyonnaise.
Une très belle filmographie cinéma et théâtre jusqu’en 1952.
Une bonne reconversion en collectionneuse d’art.
Un haut fait d’arme : avoir épousé à 22 ans un Sacha Guitry de 50 ans et être restée avec lui 4 ans.
Une vraie vie très élégante.
Une mort stupide, renversée par un vélo au coin d’une rue.


 

Bonne lecture :

* Olivier Barrot & Raymond Chirat, Inoubliables ! Visages du cinéma français 1930-1950, Paris, Calmann-Lévy, 1986.

Contact.

Mairie du IIIe, salle Brouillard, 18 rue François-Garcin, 69003 Lyon.


À Paris, l’été sera plein de possibilités, et pourvu que les canicules nous laissent des répits, on peut y rester et y être bien.

Le Pavillon de l’Arsenal, en partenariat avec la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME), installe un mur d’escalade de 13 mètres de haut, accessible à tous les grimpeurs de tous niveaux, sans équipement et sans réservation, en entrée libre.

Ça s’appelle Pavillon vertical.

Ça commence aujourd’hui, avec trois journées d’initiation (23-25 juin 2017) :

* À partir de 10h00 : Démonstrations avec des membres de l’Équipe de France 
d’escalade et d’handi-escalade, challenges de vitesse 
et animations.


JPEG - 109.7 ko

 

Et ensuite, Pavillon vertical demeure tout l’été, pour une pratique sportive libre et encadrée, à partir de 6 ans (28 juin-31 août 2017).

JPEG - 125.8 ko

 

Pavillon de l’Arsenal,
 21 boulevard Morland, 75004 Paris.



Jeudi 22 juin 2017

 

La Fondation Seydoux joue les prolongations de la Fête de la musique : En avant la musique ! (22 juin-8 juillet 2017).

JPEG - 290 ko

 

La danse et la musique sont présentes dans le cinéma muet, d’ailleurs, il va de soi qu’on peut entendre avec les yeux.

JPEG - 621.1 ko

 

Qu’est-ce qu’une phonoscène ?
C’est une appellation donnée par l’industriel Léon Gaumont à des films de cinéma synchronisés à des enregistrements phonographiques selon le procédé du Chronophone, mis au point par Georges Demeny. Ce sont parmi les premiers exemples de films musicaux.

Qu’est-ce que le Phono-Cinéma-Théâtre ?
C’est un système de projection cinématographique développé à la fin du 19e siècle. Il consistait à synchroniser les voix des acteurs, enregistrées sur un phonographe à cylindre, aux images projetées. Il permit notamment la présentation de courts métrages lors de l’exposition universelle de 1900, à Paris. C’est lors de cette exposition que la première présentation publique de films alliant images et son eut lieu.

Et, comme d’habitude, en 2017, tous les films sont accompagnés au piano par élèves de la classe de Jean-François Zygel.

JPEG - 426.8 ko

 

JPEG - 756.2 ko

 

JPEG - 357.6 ko

 

Aujourd’hui, dans la délicieuse petite salle de la Fondation :

* À 14h00 : Programme Les Patriotes.
La Marseillaise de Étienne Arnaud (1912) ; La Marseillaise (phonoscène, 1911) ; Ce que c’est qu’un drapeau, phonoscène de Alice Guy (1909) ; Madelon à Fontenay (1921) ; Carrie Lanceley chante (1915) ; Le Grand Souffle de Gaston Ravel (1915).

JPEG - 211.2 ko

 

* À 16h00 : Programme Eh bien dansez maintenant !
Le Maître de ballet (Phono Cinéma Théâtre sonore, 1900) ; Pardon glorieux de Gaston Leprieur (1916).

JPEG - 94.6 ko

 

Faites votre programme du cycle.

Fondation Jérôme-Seydoux-Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris.


On vous l’annonçait le 11 mai 2017 : l’exposition Bilad es Sudan, les photos du Sud Sodan de Claude Iverné, à la Fondation Cartier-Bresson (11 mai-30 juillet 2017).

JPEG - 241.2 ko

 

Aujourd’hui, un intéressant rebond, en entrée libre avec réservation nécessaire.

* À 18h30 : Entretien entre Jacques Rancière et Claude Iverné.
Avec Christine Coste.

Sur France Culture.

Fondation Henri-Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis, 75014 Paris.


Au Musée Guimet, deux nouvelles expositions ont ouvert hier.

* Le paysage japonais, de Hokusai à Hasui (21 juin-2 octobre 2017).

JPEG - 228.3 ko

 

* Les 113 Ors d’Asie (21 juin-4 septembre 2017).

JPEG - 173.1 ko

 

Musée Guimet, 6 place d’Iéna, 75016 Paris.


À Toulouse, la Cinémathèque participe au festival international de littérature, le Marathon des mots 2017, 13e édition (22-25 juin 2017).

Ce soir, cinéconcert :

* À 20h30 : Le Ring (The Ring) de Alfred Hitchcock (1927).
Séance accompagnée par le Lorenzo Naccarato Trio.


 

Faites votre programme.

Cinémathèque de Toulouse, 69 rue du Taur, 31000 Toulouse.



Mercredi 21 juin 2017

 

Donc, ce matin, 21 juin 2017, à 04h23, temps universel - ce qui fait 6h23 heure locale de Paris - c’est l’été, le jour le plus long, la nuit la plus courte, cette Saint-Jean fabuleuse où tout est possible y compris courir avec Mademoiselle Julie.

JPEG - 83.2 ko

 

Les jours commencent à raccoucir aussi.
Les apogées, les acmés et autres zéniths, par définition, annoncent un déclin.
Déclin, déclin…

Soyons optimistes et réévaluons le mot, et pourquoi le haut serait mieux que le bas ? Par exemple, pour les phases de la lune, la lune croissante n’est pas "mieux" que la décroissante, l’inspiration, c’est pas "mieux" que l’expiration, c’est nécessaire à la respiration du monde.

JPEG - 23.1 ko

 

Words, words, on dit ça, on dit rien.
Méfions-nous de l’éternel été qui vient.
Résistons le plus longtemps possible.


En 2017, ça fait dix ans que Jean Baudrillard (1929-2007) est mort, et l’éclaireur qu’il était nous manque de plus en plus, comme son sourire en coin devant une margarita bien frappée.

En ces temps brutaux qui s’obscurcissent à la vitesse grand V, on aurait besoin de ses idées inouïes, désormais orphelines. Et c’est pas sur le Net - qui serait pourtant son terrain de jeu naturel - qu’on lui trouve une quelconque descendance, le Net n’est pas une terre fertile de reproduction mais une glaise de répétition.
Alors on recycle, et ce n’est pas difficile, il est inépuisable, éternellement moderne.

JPEG - 255.1 ko

 

Ses amis - qui s’appellent carrément "CoolMemories" - lui organisent une journée d’hommage et tout le monde est invité.

Ça se passe à Paris, dans le IIIe arrondissement, avec un colloque chicos au Salon d’honneur du CNAM : La Disparition (Faut s’inscrire), et une grande Street Party, rue Volta, dans un espace-temps non-réaliste, avec un défilé de mode, du théâtre, des photos, des vidéos, des performances, des "indoors" et des "outdoors", des réalités virtuelles, des bouquins, des graffs, des cuisines du monde, bref tout ce qui l’inspirait et qu’il transformait en un labyrinthique poème aussi ludique que philosophique.

JPEG - 224.1 ko

 

Alors, pour préparer cette journée mémorable, on est retourné le saluer à Montparnasse, où il réside dorénavant.

À notre première visite - il venait de se barrer -, sur sa tombe brute, quelqu’un avait posé une bouteille de vin entamée.
Au long des années, la dalle s’était remplie, elle était devenue une joyeuse friche pleine de fleurs.

JPEG - 155.9 ko

 

JPEG - 274.8 ko

 

JPEG - 540 ko

 

En juin 2017, elle s’est peuplée, alors que les fleurs se sont flétries.
Des petits êtres sont apparus là, qui veillent sur quelque no-future, certains grimpés sur la plaque, un surtout, blême, minuscule et perdu, dans un désert qui gagne, à l’image de ce qui est en train d’advenir à la Terre.

JPEG - 507.5 ko

 

JPEG - 555.9 ko

 

JPEG - 509.6 ko

 

Il avait tout compris, il est toujours là.

Programme détaillé.

CNAM, Salon d’honneur, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris.
Rue Volta, 75003 Paris.


Cela ne peut échapper à personne, c’est la Fête de la musique. et pas seulement en France.

JPEG - 248.6 ko

 

C’est bien de sortir à l’aventure ce soir-là.
Les rues et les places des villes offrent mille surprises, et la température devrait commencer à baisser, après 22h00.

On peut trouver son bonheur où qu’on soit dans le monde.

Pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas sortir dans la rue, un grand live en direct.

Une des manières organisées de faire la fête, c’est de voyager (et donc de faire connaissance avec ce qui ce qui est différent) à travers les centre culturels étrangers de Paris.

Sinon il y a aussi des choix ciblés.
À Paris, on hésite entre :

À l’Hôtel de Massa :
 

* À 19h30 : Bob Dylan Prix Nobel 2016 USA.

Présentation de Charles Ficat, lecture de textes par Anny Romand.
Suivi d’un concert par Jean Dubois (chant), Claire Gillet (contrebasse) et Marc Gauthier (batterie).
Avec cocktail estival.

JPEG - 147.2 ko

 

Hôtel de Massa, salons et jardins, 38 rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris.
 

À Saint-Vincent de Paul :
 

Chez les Grands Voisins, le Batucada Activiste, avec le collectif Rythmes et résistance (ROR Paris), dans les sous-sols de l’hôpital Saint Vincent de Paul, pour une répétition générale.

Comme eux, on considére la samba (et le Carnaval) comme une forme d’action politique.

JPEG - 94.1 ko

 

* À 19h30 : Rendez-vous devant le poulailler (après l’entrée prendre à droite et c’est au fond de l’allée, téléphone au cas où : 06 68 41 10 74).

Couscous à prix libre dans le bar "La Lingerie" à 19h15.
C’est une bonne idée de prendre des boules Quies car ça résonne dans les sous-sols.

Hôpital Saint-Vincent de Paul, 82 avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris.
 

Au Théâtre de la Huchette :
 

Ionesco y fête ses 60 ans toute cette année 2017, et ce soir, c’est cabaret.


 

Le théâtre fait relâche et propose un Cabaret Ionesco, avec des chansons d’après Ionesco, de Tardieu ou de Jean-Claude Darnal, et un répertoire des années 50.

Mais vous dire à quelle heure, ça, on n’a pas trouvé.
Contact.

Théâtre de la Huchette, 23 rue de la Huchette, 75005 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Rara de Pepa San Martin (2016).

* Songs for Madagascar de Cesar Paes (2016).

* Ava de Léa Mysius (2017).

* K.O. de Fabrice Gobert (2017).

* Ana, mon amour de Calin Peter Netzer (2017).

* Macadam Pop-corn de Jean-Pierre Pozzi (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Vers un destin insolite sur les flots bleus de l’été (Travolti da un insolito destino nell’azzurro mare d’agosto) de Lina Wertmüller (1974).

* Frankenstein Junior de Mel Brooks (1974).

* Impitoyable (Unforgiven) de Clint Eastwood (1992).

Et une rétrospective Derek Jarman :

* Sebastiane (1976) ;

* Jubilee (1977) ;

* La Tempête (The Tempest) (1979) ;

* The Last of England (1988).



Mardi 20 juin 2017

 

C’est la Soirée Bref mensuelle, une programmation thématique autour du court métrage d’un auteur phare : aujourd’hui Jean Renoir.

Et c’est la der de der de cette catégorie.
L’année prochaine, on passera à autre chose.

À 20h00, en présence de Thierry Knauff.

* Vita Brevis de Thierry Knauff (2014).

JPEG - 87.4 ko

 

* Partie de campagne de Jean Renoir (1936).

JPEG - 94.7 ko

 

MK2 Quai de Seine, 11 quai de la Seine, 75019 Paris.


Le Festival du cinéma brésilien de Paris, 19e édition, ça commence aujour’dhui, avec, à l’honneur, la musique 
 : 20 perles du cinéma brésilien dont 8 fictions en compétition (pour le Prix du public) et 11 documentaires.
Et la fête des cinquante ans du Tropicalisme (20-27 juin 2017).

Pour la soirée d’ouverture, on célèbre Elis Regina.

* À 20h30 : Elis de Hugo Prata (2016).
Présentation de Marie-Pierre Macia et Ricardo Monastier


 

Faites votre programme.

L’Arlequin, 76 rue de Rennes, 75006 Paris.


Ce soir, dans le giron de l’Institut polonais et dans le choix de "Martin Scorsese presents", c’est le tour de Kawalerowicz, avec son peplum légendaire.

* À 20h00 : Faraon (Pharaon) de Jerzy Kawalerowicz (1965).

JPEG - 106.5 ko

 

JPEG - 64.3 ko

 

JPEG - 82.2 ko


 

Reflet Médicis, 3 rue Champollion, 75005 Paris.


À l’IMA, dans le cadre de l’exposition Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar (14 avril-30 juillet 2017) :

* À 19h00 : L’Arbre sans fruit de Aïcha El Hadj Macky (2016).


 

Institut du monde arabe, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005 Paris.


À Beaubourg, la rétrospective David Hockney commence (21 juin-23 octobre 2017).

JPEG - 219.3 ko

 

Centre Pompidou, place Pompidou, 75004 Paris.


À Marseille, Vidéodrome nous fait redécouvrir un maître oublié : Alain Tanner l’impulsion d’un esprit libre (20-25 juin 2017).

Ce soir :

* À 20h30 : Les Années-lumière de Alain Tanner (1981). h
Avec, en avant-programme, les Pastilles radiophoniques (en partenariat avec l’INA).

JPEG - 243 ko

 

Faites votre programme.

Vidéodrome 2, 49 cours Julien, 13006 Marseille.



Lundi 19 juin 2017

 

Tout là-haut dans le Nord, l’International Art Exhibition, NordArt 2017, bat son plein (10 juin-8 octobre 2017).

Notre ami Gilles T. Lacombe, ses marcheurs sans but et sa robe de mariée qui s’ensanglante lentement dans les nuées de fin du monde, y font un tabac.

Nordart 2017 Gilles T Lacombe from lacombe gilles on Vimeo.

 

Kunstwerk Carlshütte Vorwerksallee 3 24782 Büdelsdorf.


Le Goethe Institut se déplace au cinéma Archipel.

* À 20h00 : Moi & Kaminski (Ich und Kaminski) de Wolfgang Becker (2015).


 

Cinéma L‘Archipel, 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris.


À Nanterre, la prestigieuse BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) nous présente le fonds d’archives Mémoire vive-Memória Viva, sur l’immigration portugaise, qu’elle conserve depuis 2003, en un moment convivial de discussion.

* À 14h00 : Construire une mémoire de l’immigration portugaise.
Avec Franck Veyron et Ilda Nunes.

Interventions de Marie-Christine Volovitch-Tavares, Vasco Martins et Albano Cordeiro.

Programme détaillé.

On en profite pour faire connaissance avec l’immigration portugaise vue par le grand photographe Gérald Bloncourt


 

BDIC, salle de conférences, 6 allée de l’Université, 92000 Nanterre.


Sur le site de nos amis La Belle Équipe, on rebondit sur la rétrospective Mauritz Stiller de la Cinémathèque qui vient de commencer, avec un zoom sur Greta Garbo en 1930.

JPEG - 114.4 ko

 

* "La vie de Greta Garbo" par Pierre Henry ( Cinéa, mars 1930).

* "Maurce Stiller" par Greta Garbo ( Cinéa, juin 1930).

Garbo ne s’est mise à rire et à être plus "talkative" que 9 ans plus tard.

JPEG - 155.7 ko

 



Dimanche 18 juin 2017

 

Dédicace spéciale à Vivienne Westwood.

JPEG - 190.3 ko

 

JPEG - 218.2 ko

 

With all our love via Otis Redding (le vinyle originel.


 

À voir votre défilé de mode 2018, nous savons que vous n’avez pas changé, Milady.


 


Du côté de la côte, aux Sables d’Olonnes, au musée de l’Abbaye Sainte-Croix, on va rendre visite à Rancillac et le vernir (18 juin-24 septembre 2017).

* À 18h30 : Rancillac. Les années pop.

JPEG - 173.2 ko

 

JPEG - 195.3 ko

 

Comme on était de bonne humeur en ce temps-là !

Musée de l’abbaye Sainte-Croix, rue de Verdun, 85100 Les Sables d’Olonne.



Samedi 17 juin 2017

 

Le samedi matin, c’est bien de se lever tôt, et, avec le Goethe Institut, de participer à "Cinéma allemand" à L’Arlequin.

Ce matin, dans le cadre du cycle Film et littérature :

* À 11h00 : Baal de Volker Schlöndorff (1970)
D’après Bertolt Brecht, avec Rainer Werner Fassbinder, Margarethe von Trotta et Sigi Graue.
Présentation par Bernard Eisenschitz.

JPEG - 155.4 ko

 

Les Brechtiens et ceux qui ont eu la chance d’avoir aussi vu le Baal de Alan Clarke, avec David Bowie (1982), pourront juger de la pertinence de ces deux variations.

JPEG - 70.6 ko

 

Cinéma L’Arlequin, 76 rue de Rennes , 75006 Paris.


À part quelques illustres piétons de Paris, inconditionnels flâneurs et arpenteurs systématiques, Apollinaire, Léon-Paul Fargue, Henri Calet, Walter Benjamin, Maurice Vignaux ou Jean Audureau par exemple, les touristes connaissent souvent mieux Paris que les Parisiens eux-mêmes,

Que d’habitants du 14e ne connaissent des Catacombes que les interminables files d’attente qui s’enroulent à toute heure autour des octrois de la barrière d’Enfer !

À Montmartre, c’est pareil.
Les Montmartrois ne connaissent pas forcément leur musée.
Alors qu’au contraire, tous les visiteurs étrangers se précipitent sur chaque coin de rue de ce quartier mythique. Mythique, grâce au cinéma, entre autre.

Voilà un excellent prétexte pour jouer les voyageurs curieux - avant le flot touristique habituel de la belle saison - et une excellente occasion de faire connaissance avec la Maison du Bel Air, l’atelier de Valadon et Utrillo, les Jardins Renoir, l’hôtel Demame, et le 12 rue Cortot où ont lieu les rencontres.

JPEG - 287.6 ko

 

Dans le cadre de l’exposition temporaire Montmartre, décor de cinéma (12 avril-14 janvier 2018), on suit les guides :

* À 14h00 : Montmartre mis en scènes.
Rencontre avec Jean-Max Méjean & Jean-François Pioud-Bert.

Bonne lecture :

* Jean-Max Méjean & Jean-François Pioud-Bert, Montmartre et ses alentours mis en scènes, Éditions Espaces & Signes, collection Ciné Voyage (2017).

JPEG - 62.7 ko

 

Musée de Montmatre, jardins Renoir, 12 rue Cortot, 75018 Paris.


La Bibliothèque publique d’information (BPI) s’encanaille - enfin toujours dans les limites du bon goût, mais toujours attentive - en présentant le film qui a fixé la scène punk française, avec ses groupes fondateurs : Taxi Girl, Les Lou’s, Les Dogs, Edith Nylon ou Marquis de Sade.

* À 18h00 : Punk & After avec La Brune et moi (1979) ; Tape-Tableau After (2016) de Philippe Puicouyoul.

Discussion avec Jean-Éric Perrin, Philippe Puicouyoul et Gérôme Guibert.


 

BPI, 19 rue Beaubourg, 75004 Paris.


Alexeï Batalov (1928-2017) est mort avant-hier, jeudi 15 juin 2017, à Moscou.

En France, son nom ne nous dit pas grand chose aujourd’hui. Ce n’était qu’un acteur parmi tant d’autres. Mais en Russie, il était très connu et comblé d’honneurs pas seulement cinématographiques (ce qui est toujours louche vu d’Occident, et, pour nous autres, à Jeune Cinéma, quel que soit le pays).

Quoiqu’il en soit, on ne peut pas oublier Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov (1957), palme d’or de Cannes. Un grand beau film, qui, de plus, a correspondu au dégel khrouchtchevien.


 


Anita Pallenberg (1942-2017) est morte mardi dernier 13 juin 2017 à Chichester, Angleterre.
Elle était mannequin, actrice. Elle a eu des copains, des amants, des enfants, une vie. Mais naturellement, partout, c’est "muse" ou "égérie" qu’on retient puisqu’elle a côtoyé les étoiles

Dans sa bande, il y a eu, en effet, les Rolling Stones avec Brian Jones (1942-1969) et Keith Richards avec qui elle a eu trois enfants. Et aussi Marianne Faithfull qui a réagi sur son site. Il y a aussi Andy Warhol (1928-1987).

Pourtant, comme actrice, elle a une filmographie assez classe, et jusqu’en 2011, sans compter tous les documentaires où elle figure.

Les gens se souviennent surtout de Barbarella de Vadim (1968).

Nous, on n’oublie pas son premier film, Vivre à tout prix (Mord und Totschlag) de Volker Schlöndorff (1967) et on aimerait bien qu’il soit restauré et ressorte, sur les écrans ou en DVD

JPEG - 220.4 ko

 

JPEG - 249 ko

 


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 17 au 23 juin 2017.



Vendredi 16 juin 2017

 

C’est le Bloomsday qui, chaque année, célèbre ce jour mémorable de 1904 où, monologuant, Leopold Bloom et Stephen Dedalus ont arpenté Dublin, entre 8h00 et 3h00 du matin suivant. Il y avait Molly aussi, moins marcheuse mais tout aussi causante.

On va le fêter évidemment au Centre culturel irlandais.

* À 19h30 : Bloom de Sean Walsh (2003).


 

Bonus : un petit footage du premier Bloomsday en 1954, avec les explications de Open Culture.


 

Centre culturel irlandais de Paris, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris.


Le Centre Wallonie-Bruxelles, dans le cadte de la Quinzaine des fiertés, précède la Gay Pride (qui aura lieu le 24 juin 2017).

Ce soir :

* À 20h00 : Je suis à toi de David Lambert (2014).
Prix d’interprétation masculine au Festival du film de Karlovy Vary 2014.
Prix du Scénario et Prix du jury étudiant au Festival du film francophone Angoulême 2015.

JPEG - 109.6 ko

 

Centre Wallonie-Bruxelles, 46 rue Quincampoix 75004 Paris.


Au Goethe, c’est vernissage de la nouvelle exposition de la photographe Beatrice Minda : Dark Whipers (16 juin-3 septembre 2017).

Beatrice Minda est adepte des séries : 1997 : Ephemer ; 2000 : Une vie plus ordinaire ; 2003-2006 : Was Bleibt ; 2003–2006 : Innenwelt ; 2004–2007 : Shift ; 2012 : Tea Time in Tehran ; 2013 : Iran. Interrupted.

Dark Whispers est consacrée aux maisons coloniales de Birmanie qui continuent à être habitées, où les vivants côtoient donc les fantômes du passé

* À 19h00 : Dark Whispers de Beatrice Minda.
En sa présence.

JPEG - 53.4 ko

 

Goethe-Institut Paris, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.


C’est pas nouveau, ça fait longtemps que les théories et les illustrations sur le sujet sont descendues dans la rue, mais on le constate, étonné, chaque fois qu’on sort de sa grotte, et surtout au changement de saison : on a beau en être conscient et résister comme on peut, on est plus ou moins atteint, plus ou moins souvent, par la fièvre de la consommation, surtout dans les grandes villes, où les humains les plus austères courent des risques de violente tentation à chaque coin de rue. Et tant pis pour les enfants du Bangladesh ou autres pauvres du monde, qui disparaissent illico des pensées les plus engagées, le Diable les a engloutis.

JPEG - 163.8 ko

 

Une couleur, un titre, une vitrine habile, une occasion faux solde, un besoin imaginaire, et même l’impossibilité de faire réparer ses affaires, tout l’environnement marchand pénètre et fabrique des pulsions, ce désir d’immédiat ici et maintenant hors de tout raisonnable.
On s’étonne après d’avoir des politiques qui ne voient pas au-delà du très très court terme, c’est la race humaine qui dégénère.
Tout est marchandise, tout est à portée de possession, ici et maintenant, les choses, les corps, les âmes. "Comme si demain, Baby Pop, tu devais mourir". D’ailleurs, c’est sans doute le cas.

JPEG - 79.3 ko

 

En attendant, et à défaut de la faire disparaître, une des manières de résister à cette saleté de maladie du désir et d’en limiter les dégâts personnels (la dépense de trop, l’encombrement des étagères et des cerveaux), c’est, comme Jeune Cinéma vous le dit au long de ses journaux, de fréquenter les lieux publics de posesssion partagée : les musées les bibliothèques, les cinémas, le Net. Ça calme.

C’est aussi de s’éloigner de la grande foire capitaliste et de s’orienter vers les marges : l’artisanat et/ou l’occasion, et toutes les méthodes des Alternatifs.
Pas d’illusion, ce n’est pas la guérison - la maladie est devenue chronique - c’est carrément un cautère sur une jambe de bois, mais l’effet placebo soulage sans polluer et dans des univers amicaux plutôt que crypto-hostiles.

Ce week end, dans un coin du 3e arrondissement de Paris, il y a un lieu un peu secret où on trouve un accueil chaleureux, des couleurs et des étoffes de toutes sortes sérigraphiées, et même, si on veut, des explications et de nouveaux copains (16-18 juin 2017).

* À partir de 14h00 : Claire-Marie Neufville et Marie-Anne Balin.

JPEG - 168.6 ko

 

Au fond de la cour, 20 rue Chapon, 75003 Paris.



Jeudi 15 juin 2017

 

Comme entre 1936 et 1939, et comme dans les années 1960 en bien moins politique, ou comme en 2011, l"année de la Puerta de Sol, c’est l’Espagne, toute l’Espagne, de Barcelone à Vejer de la Frontera, en passant par Madrid et Séville après avoir fait un détour par les monastères des montagenes de Castille-Léon, qui nous occupe, nous obsède même.

Et toujours retour vers la Catalogne

Le massacre de Guernica, c’était le 26 avril 1937.
Le tableau de Picasso, c’était le mois suivant.
En 2017, ça fait 80 ans.

JPEG - 247 ko

 

En janvier 1937, la République espagnole (qui flageole depuis juillet 1936), demande une œuvre à Picasso (qui vit en France depuis 1901), pour son pavillon à l’exposition universelle de 1937.
Il hésite, il n’aime pas les commandes.
Quand, le 26 avril 2017, survient le bombardement de Guernica par la légion Condor nazi avec des bombardiers italiens fascistes, télécommandés par Franco, il tient à la fois son soutien à l’Espagne légitime, son engagement public et son sujet.

Il se met au travail, les étapes sont photographiées par Dora Maar, il termine le tableau pour l’ouverture de l’exposition (25 mai-25 novembre 1937).

JPEG - 265.2 ko

 

JPEG - 68.8 ko

 

Bien que souvent incomprise, l’œuvre fait ensuite une grande tournée internationale, avec un objectif de propagande plus que d’esthétique, jusqu’au Musée d’art moderne de New York, où il est mis en dépôt en 1939, en attendant le retour de la démocratie en Espagne.
Depuis 1981, Guernica-le tableau est revenu au pays, où il règne au Museo nacional Centro de arte Reina Sofia.
Avec une réplique sous forme de mural à Gernika-Lumo

JPEG - 411.8 ko

 

En 2017, le musée célèbre ces 80 ans avec une exposition spéciale : Piedad y terror en Picasso. El camino a Guernica (5 avril-4 septembre 2017).

À Paris, l’Instituto Cervantes nous invite à participer à cet hommage, ce soir à 18h00, autour de l’ouvrage bilingue de Gisèle Breteau-Skira, Un tableau au cinéma, qui recense et analyse les visions des cinéastes sur cette œuvre capitale.

Au programme de cette soirée au Cervantes : un choix de trois films, suivis d’une table ronde.

* Guernica de Alain Resnais & Robert Hessens (1950).


 

* Guernica de Emir Kusturica (1978).

* L’Arbre de Guernica (El árbol de Guernica) de Fernando Arrabal (1975).


 

* Guernica. Un tableau au cinéma.
Table ronde avec Gisèle Breteau-Skira, Fernando Arrabal et Emmanuel Larraz.

Bonne lecture :

* Gisèle Breteau-Skira, Un tableau au cinéma - Guernica (Un cuadro en el cine), Antonio Pareja Editor, Tolède, Espagne. Ouvrage bilingue français-espagnol (2017).

JPEG - 277.3 ko

 

Instituto Cervantes, 7 rue Quentin-Bauchart, 75008 París.


À la Maison de la poésie, rendez-vous avec Bob.

* À 19h00 : Robert Allen Zimmerman, dit Bob Dylan.
Lecture d’extraits de chansons de Bob Dylan par Christophe Girard (en anglais et en français).
Avec Yves Bigot et Annette Levy Willard.

Ça pourrait être l’occasion de discuter de Bob Dylan-plagiaire & Bob-Dylan-éponge, puisque de nouvelles accusations le poursuivent.
Il s’en est d’ailleurs expliqué à propos de sa peinture.

C’est rarement les enfants-sauvages qui obtiennent le Prix Nobel. Les mots et les idées ne viennent jamais de nulle part ou du ciel (ce qui est un pléonasme).
Si on s’inspire d’un texte préexistant, même non signé ou signé par un nom obscur, il faut juste prendre le temps de le faire proprement, c’est crétin de se faire prendre. Parfois, on n’a pas le temps de faire ce petit travail personnel. Regardez les hommes politiques avec leurs langues de bois et leurs éléments de langage préfabriqués, largement contre-productifs.

On ? Même les poètes ?

En fait, même sans la moindre indulgence pour certains cynismes, force est de convenir qu’il y tant à dire sur le réel plagiat, sur les nappes phréatiques et leurs nouvelles formes, sur les sources de l’inspiration, sur les mimétismes inconscients, sur les notions de propriété et de vol.
Sans parler de l’injuste solitude des précurseurs ignorés de tous, y compris de leurs héritiers instinctifs.

S’il suffisait de copier deci delà pour être Bob Dylan, on serait cerné par les clones.

JPEG - 261.9 ko

 

Un détour :

Voici une brève histoire de Bob, racontée par Jeff Bridges, sans photo et presque sans musique : From the Vllage to the Basement.

Il s’y connaît Jeff Bridge.

Tout comme Kris Khristofferson, d’ailleurs, et quelques autres.

Un plaisir personnel :


 

Maison de la poésie, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


On vous bassine avec le livre de Jean-Jacques Meusy.
On est plongé dedans, et l’enthousiasme ne faiblit pas.

Ce soir, après la BNF le 11 juin 2017, le rendez-vous, c’est chez Marc Benda, à Cinélittérature.

* À partir de 18h30 : Rencontre avec Jean-Jacques Meusy.
Signature et discussion autour de Écrans français de l’entre-deux-guerres : I. L’apogée de "l’Art muet" et II. Les années sonores et parlantes.

Jean-Jacques Meusy a mille choses à nous raconter (et à nous montrer).
Par exemple, sur le Gaumont Alésia ouvert le 4 février 1921.

"Dès l’entrée dans la salle du Gaumont Alésia (qui s’appelait à l’époque le Montrouge Palace), ce qui retenait immédiatement le regard, c’était l’ossature de béton armé qui constituait des arceaux successifs. Les srtuctures mêmes du bâtiment au lieu d’être cachées concouraient à la beauté et à l’orginalité de la salle. Ce qui était en avance sur son temps, ce n’était pas la voûte en berceaux elle même, mais la volonté de l’architecte de la laisser apparente."

JPEG - 675.5 ko

 

En 2015, on les a vu réapparaître, ces structures mythiques.
Les démolitions ont ceci de bon qu’elles révèlent les squelettes du passé.
C’est ce qui dure le plus longtemps, le squelette, ne pas s’attacher à la chair, trop périssable, est une mesure de prudence.

Pour info :

* Sur Facebook, il existe des groupes branchés sur les anciennes salles de cinéma, de Paris, de province, de Bruxelles, avec des spécialistes hyper pointus qui possèdent des trésors. Une piste (parmi d’autres) : suivez Mathys Lapeyr.

Deux films viennent à l’esprit aussi :

* Nos salles obscures de Dominique Blattlin (2012).

* Prochainement nulle part de Bernard Pavelek (2015).

Librairie du Panthéon, Cinélittérature,15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


C’est la fin de la saison, les séances de ciné-clubs se raréfient.
Alors on est content de voir que certains résistent qui ne sont pas encore partis pour la plage.

Le ciné-club de l’Aéro-club de France est de ceux-là, qui nous propose ce soir d’examiner la guerre des essences de 1940, à travers le style de Billy Wilder.

* À 20h00 : Les Cinq Secrets du désert (Five Graves to Cairo) de Billy Wilder (1943).


 

Un endroit ultra-sélect, un vrai club, avec, en plus du film principal, des extraits de documents contextuels de l’époque sur la Luftwaffe, une vidéo sur les SAS, des cartoons, des actualités...
Et avec le traditionnel pot de l’amitié après Eric von Stroheim et les émotions de l’écran.

Aéro-Club de France, 6 rue Galilée, 75016 Paris.



Mercredi 14 juin 2017

 

Bon anniversaire, comandante Che Guevara (1928-1967).

Tu étais sur tous les murs des piaules d’étudiants, sur tous leurs t.shirts.
En ce temps-là, on n’appelait pas encore ça "produit dérivé".
Robert Guediguian transformait Hasta Siempre en slow langoureux, dans on ne sait plus lequel de ses premiers films.
Et tu allumais les cigares de Sartre.

JPEG - 88 ko

 

Quand Victor Jara (1932-1973) la chantait, c’était quelque chose.


 

Victor Jara chantait aussi : Zamba del che (avec un roulement de tambour libertaire).

Tu es une des plus grandes légendes du 20e siècle, et tu es pourtant si jeune.

JPEG - 207.3 ko

 

Aujourd’hui, tu as un mausolée à Santa Clara, et des plaques de rues, des monuments, à Cuba.
Tu as aussi une saloperie de mini-biopic américain à la moderne, qui traîne sur le Net.

Paraît que, comme pour Beckett, il y a un doute sur ta vraie date de naissance. Ce serait le 14 mai 1928, tes parents auraient fauté avant le mariage et l’aurait dissimulé. Ah quelle honte !
Avoir des ennemis et des légendes contrariées, c’est le lot des icônes, et plus encore des utopistes.

Mais aujourd’hui, par les temps qui courent, "tu querida presencia", qu’en ferait-on ?


Le séminaire Conséquences - vous n’en serez pas surpris - nous invite à réfléchir à une question cruciale et plus que jamais d’actualité : Comment s’organiser sans [le] Parti ?

JPEG - 940.5 ko

 

Ce qui induit d’autres questions : Comment élaborer une discipline collective sans autoritarisme ? Comment répandre l’offensive en évitant les écueils de la militarisation ? Comment même rester révolutionnaire une fois que l’on a abandonné le fétiche du Grand Soir ?

* À 19h00 : De l’autonomie politique.
Avec Jérôme Baschet et Laurent Jeanpierre.

Bonne lecture :

* Jérôme Baschet, Oreste Scalzone, Léon de Mattis, Clément Homs, Misère de la politique. L’autonomie contre l’illusion électorale, Éditions Divergences, 2017.

JPEG - 231.3 ko

 

Beaux-Arts, amphithéâtre des Loges (au fond de la cour à gauche), 14 rue Bonaparte, 75006 Paris.


À la Cinémathèque, une intégrale Mauritz Stiller (1883-1928), le genre de gâterie des cinéphiles pur jus d’autrefois (14 juin-5 juillet 2017).

Stiller est l’inventeur de Greta Garbo.
Il est de la même génération que Victor Sjöström (1879-1960) - tous deux fondateurs de "l’école suédoise" -, et s’il est moins connu, c’est sans doute parce qu’il est mort jeune, mais aussi parce que le vieux Sjöström a laissé des traces indélébiles dans nos mémoires où il reste définitivement le vieil Isak Borg, qui rêvait surréaliste et pleurait son amour de jeunesse, l’impitoyable Sara, dans Les Fraises sauvages de Bergman (1957).

JPEG - 142.4 ko

 

JPEG - 219.4 ko

 

JPEG - 237.4 ko

 

JPEG - 151.6 ko

 

JPEG - 299.1 ko

 

On révise Stiller avec une antisèche.


 

Ce soir :

* À 20h00 : À travers les rapides (Johan) de Mauritz Stiller (1921).

JPEG - 140.7 ko

 

Faites votre programme.

Réservez déjà le jeudi 15 juin 2017, pour une conférence :

* À 19h00 : Mauritz Stiller : Destination Garbo par Mathieu Macheret.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


À Paris toujours, l’Association Espagnolas en París
 ouvre l’été avec un vent chaud venu du Sud : Different 10 ! L’autre cinéma espagnol, 10e édition (14-21 juin 2017).

JPEG - 214.4 ko

 

Au programme des hommages à Isabel Coixet et Paco León et des tas d’invités.


 

On commence aujourd’hui, dès le matin, par une rencontre à la Sorbonne, avec l’axe Arts visuels du CRIMIC, à l’occasion du centenaire de l’Institut d’Études hispaniques. Entrée libre.

* À partir de 9h00 : Hispanisme et études cinématographiques. Émergence et consolidation d’un champ de recherche.

Et puis on va à la soirée d’ouverture au Majestic Passy.

* À 19h00 : La madre de Alberto Morais (2016).
En présence de Alberto Morais & Laia Marull.

JPEG - 176.9 ko

 

* À 21h30 : Las furias de Miguel del Arco (2016).
En présence de Miguel del Arco & Macarena Sanz.

JPEG - 279 ko

 

Faites votre programme.

Sorbonne, salle des Actes, 1 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.
Cinéma Majestic Passy, 
16 rue de Passy, 75016 Paris
.


À Beaubourg, une journée d’études João Rodrigues, en écho à l’intégrale du Festival d’automne 2016 (25 novembre-19 décembre 2016).

Elle est organisée par Guillaume Bourgois & Philippe Fauvel en collaboration avec la Fondation Calouste Gulbenkian : João Pedro Rodrigues : hybridation et monstruosité.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

JPEG - 423.1 ko

 

Le matin, c’est à la Fondation Gulbenkian.

* À partir de 9h30 : Judith Revault d’Allonnes, Raquel Schefer, Pierre Jailloux, Marcos Uzal.

L’après-midi, c’est à Beaubourg.

* À partir de 14h30 : Mathias Lavin, Arthur Mas, José Bertolo, Guillaume Bourgois, Hervé Aubron.

Avec deux projections, à 16h15 : Camouflage Self-Portrait (2008) ; Où en êtes-vous, João Pedro Rodrigues ? (2016).

Et demain, jeudi 15 juin 2017, prolongation au cinéma L’Archipel.

* À 20h00 : L’Ornithologue (O Ornitólogo) de João Pedro Rodrigues
Présentation de Guillaume Bourgois & Philippe Fauvel.


 

Voir le programme complet.

Fondation Calouste-Gulbenkian, 39 boulevard de la Tour-Maubourg, 75007 Paris.
Centre Georges-Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.
Cinéma L’Archipel, 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris.


À Londres, à la Tate Modern, il n’y a pas que des princesses turques, il y a aussi du cinéma.

Ce soir, elle programme un film que nous avons vu à Paris au Cinéma du réel 2017 :

* À 18h30 : Austerlitz de Sergei Loznitsa (2016).
En sa présence.


 

Pour mémoire :

* Le livre originel : Austerlitz de W. G. Sebald (2001).

* La vision de Stan Neumann (2014).

Cf. aussi :

* Le texte de Pierre Strobel.

* L’entretien avec Stan Neumann.


Les sorties sur les grands écrans

* Bayiri. La Patrie de 
S. Pierre Yameogo (2012).

* Free Fire de Ben Wheatley (2016).

* Creepy de Kiyoshi Kurosawa (2016).

* Celle qui vivra de Amor Akkar (2017).

* Nos patriotes de Gabriel Le Bomin (2017).

* Ce qui nous lie de Cédric Klapisch (2017).

* Retour à Montauk (Rückkehr nach Montauk) de Volker Schlöndorff (2017).

* Wùlu de Daouda Coulibaly (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Il Mattatore (L’homme aux cent visages) de Dino Risi (1959).

* Épouses & concubines de Zhang Yimou (1991).



Mardi 13 juin 2017

 

À Paris, voici la dernière séance du cycle Travaillés au corps de la BNF midi, en partenariat avec l’Université Paris-Diderot, en entrée libre.

À 12h30 :

* Èves futures de Jacques Baratier (1964).

JPEG - 85 ko

 

* Wodaabe. Les Bergers du soleil (Die Hirten der Sonne. Nomaden am Südrand der Sahara) de Werner Herzog (1989).
Avec Aurore Matz et Lissania Sam.


 

Rétrospective du programme 2017.

BNF, Petit auditorium, hall Est, quai François-Mauriac, 75013 Paris.


Dans l’espace, à l’abri de la pollution et de tout réchauffement intempestif, Valérian et Laureline nous envoient des nouvelles de l’Univers en réalité augmentée.
C’est moins pire que ce qu’on pensait, et les Terriens ne sont pas si seuls que ça : Valérian et Laureline sont en mission pour la Cité (13 juin 2017-14 janvier 2018).

JPEG - 426.7 ko

 

La série créée par Pierre Christin & Jean-Claude Mézières nous enchante.
L’astrophysicien Roland Lehoucq, le géographe Alain Musset et le paléontologue Jean-Sébastien Steyer nous commentent.

Cité des sciences et de l’industrie, 30 avenue Corentin-Cariou, 75019 Paris.


Au Musée national de l’histoire de l’immigration, dans le cadre de l’exposition Ciao Italia ! Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France (28 mars-10 septembre 2017), une avant-première en entrée libre.

JPEG - 140.9 ko

 

* À 19h30 : Calabria de Pierre-François Sauter (2016).


 

Palais de la Porte Dorée, Auditorium Philippe Dewite, 293, avenue Daumesnil, 75012 Paris.


À l’Institut du monde arabe (IMA), on va aussi au cinéma.

* À 19h00 : Il va pleuvoir sur Conakry de Cheick Fantamady Camara (2006).


 

Faites votre programme cinéma à l’IMA.=&type_event=9&more_options=all]

Institut du monde arabe, 1 rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris.


Au Jeu de paume, aujourd’hui, commencent trois nouvelles expos :

* Ed van der Elsken (1925-1990) : La vie folle (13 juin - 24 septembre 2017).


 

* Ismaïl Bahri (né en 1978) : Instruments (13 juin - 24 septembre 2017).


 

* Oscar Murillo (né en 1986) : Exposition satellite 10 (13 juin - 24 septembre 2017).


 

Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris.


La Société Louise-Michel nous invite à rencontrer Enzo Traverso.

* À 19h00 : Mélancolie de gauche, une "tradition cachée".

Walter Benjamin n’était pas un joyeux drille (et il avait aussi de bonnes raisons personnelles pour ça), mais il n’était pas le seul à avoir la vision du monde des vaincus. Auguste Blanqui, Louise Michel, Rosa Luxemburg, Gramsci, Debord et tant d’autres ne pouvaient que constater les révolutions trahies.

JPEG - 520.9 ko

 

Et que dire, en amont, des noirs romantiques, après 1830 et 1848, et, en aval, des désorientés d’après 1989 !

JPEG - 528.4 ko

 

Ça ne les a pas empêchés, comme Lev Davidovitch, de ramer contre le courant.

Bonne lecture :

* Enzo Traverso, La Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée, 19e-20e siècle, Éditions La Découverte, 2016.

JPEG - 117.7 ko

 

Lire un extrait.

Lieu-Dit, 6 rue Sorbier 75020 Paris.


On vous parlait, le 14 mars 2017, des Rencontres Paris-Berlin à la Gaité lyrique à Paris.

JPEG - 256.2 ko

 

À Berlin, voilà la suite de ces Rencontres internationales Paris-Berlin, à la Maison des cultures du monde : un espace de découverte et de partage axé sur les pratiques audiovisuelles contemporaines à la disposition de tous, en accès gratuit (13-18 juin 2017).

JPEG - 350.3 ko

 

Soirée d’ouverture à l’Auditorium.

* À 19h00 : Ouverture avec une surprise : trois courts métrages rares.

* À 20h30 : Inverso Mundus par Aes+F (2015).

* À 22h00 : Expanding Illuminance (2017), concert multimedia de Thomas Köner


 

* À 22h30 : Party "Strange Encounters" avec le DJ Nasri.

Faites votre programme.

JPEG - 170.3 ko

 

Haus der Kulturen der Welt (HKW) Maison des cultures du monde, John-Foster-Dulles-Allee 10, 10557 Berlin.


À Londres, la Tate Modern honore Fahrelnissa Zeid (1901-1991), avec une rétrospective de ses peintures kaléiscopiques et ses portraits (13 juin-8 octobre 2017).

JPEG - 508.3 ko

 

C’était une princesse, c’était aussi une artiste, un honneur pour la Turquie de ce temps-là.

JPEG - 268.2 ko

 

JPEG - 257.5 ko

 

Elle a eu une vie de princese et aussi une vie d’artiste reconnue (y compris par André Breton). Elle a été une des premières femmes à aller à l’Académie des arts d’Istanbul dans les années 20. Et puis après, on l’a oubliée.


 

Tate Modern, Bankside, London SE1 9TG.



Lundi 12 juin 2017

 

Dernières nouvelles :

Au Centre Pompidou, a eu lieu, ce soir, la remise des Prix Jean-Vigo 2017, par Agathe Bonitzer, en présence des lauréats
.

Le jury : Bernard Bénoliel, Leila Férault, Charlotte Garson, Véronique Godard, Alain Keit, Jacques Kermabon, Quentin Mével, Jean Rabinovici, José Maria Riba, Marcos Uzal et Gérard Vaugeois.

* Prix d’honneur 2017 à Aki Kaurismäki.
Pour avoir su, entre humour et laconisme, inventer un cinéma social et poétique à nul autre pareil, à la fois enchanté et désenchanté.

JPEG - 551.8 ko

 

* Prix Jean-Vigo 2017
 du long métrage 
à 
Mathieu Amalric 
pour Barbara (2017).
Un auteur audacieux et intense dont la trépidante carrière d’acteur ne doit pas éclipser l’œuvre ; celle d’un expérimentateur dont le goût du risque lui permet de se renouveler à chaque film.

JPEG - 342.4 ko

 

* Prix Jean-Vigo 2017 
du court métrage

 à Emmanuel Marre 
pour Le Film de l’été (2017).
Pour un film à la fois âpre et tendre qui, sous son apparente trivialité, et sans clichés, parvient à distiller une profonde émotion.

JPEG - 514 ko

 


Manuela Morgaine, l’inoubliable réalisatrice de Foudre, et l’Envers Compagnie nous invitent deux soirs de suite.

Ce soir à Pantin :

* À 20h00 : Another World. Ceux qui arrivent par la mer
En compétition dans la section Art Vidéo du Festival Côté Court de Pantin (7-17 juin 2017).

JPEG - 224 ko

 

JPEG - 150.8 ko

 

Et demain, mardi 13 juin 2017 :

* À 19h30 : Orakl.
Dans le cadre de la Mad Session. Il faut s’inscrire sur le site de Mad.

Côté Court, 104 avenue Jean-Lolive, 93500 Pantin.
Supersonic, 9 rue Biscornet, 75012 Paris.


Potemkine, en partenariat avec Jour2Fête et Documentaire sur Grand Écran, nous invite à rencontrer Dominique Cabrera.

Deux DVD sous les projos : Corniche Kennedy (2016) et le coffret Il était une fois la banlieue (6 films).

JPEG - 35.4 ko

 

* À 18h00 : Rencontre-discussion avec Dominique Cabrera.


 

Potemkine, 30 rue Beaurepaire, 75010 Paris.


L’Atelier du Collège d’études mondiales, Fondation MSH est un lieu de travail collaboratif imaginé par Françoise Vergès qui réunit artistes et chercheurs.

Sa 4e édition (10-12 juin 2017) met en exergue une phrase de Erri de Luca : L’utopie n’est pas un point d’arrivée mais un point de départ. On imagine et on veut réaliser ce qui n’existe pas.

JPEG - 72.1 ko

 

Aujourd’hui, il ouvre ses portes au public pour une assemblée autour d’un manifeste de l’Utopie décoloniale.

* À 18h00 : Atelier IV. Dystopies/Utopies/Hétérotopies.

JPEG - 37.8 ko

 

Avec : Bénédicte Alliot, Lotte Arndt, Kader Attia (artiste), Kemi Bassene (artiste), Eva Barois de Carvel, Jean-François Boclé, Seloua Luste Boulbina, Fabiana Ex-Souza, Odile Burluraux, Marc Cheb Sun, Gerty Dambury, Myriam Dao,Yo-Yo Gonthier, Christine Eyene, Sara Guindani-Riquier, Antoine Idier, Léopold Lambert, Olivier Marboeuf, Carpanin Marimoutou, Myriam Mihindou, Yves Mintoogue, Pascale Obolo, Natasa Petresin Bachelez, Séverine Roussel, Cynthia Voza Lusilu, Mawena Yehouessi, Philippe Zourgane.

La Colonie, 128 rue Lafayette, 75010 Paris.


Le pansori, c’est un art terriblement difficile, et déchirant, mais ça s’apprend.


 

Le Centre coréen propose un stage dirigé par Min Hye-sung, gratuit ouvert à tous, sur inscription (12-23 juin 2017).

JPEG - 59 ko

 

Centre culturel coréen, 2 avenue d’Iéna, 75016 Paris.


À New York, le MoMA fête le 150e anniversaire du grand architecte Frank Lloyd Wright (1867-1959), pionnier de l’architecture moderne et philosophe de l’environnement avant la lettre.

JPEG - 369.2 ko

 

Avec ce grand déballage de trésors venus des archives de la Fondation Frank Lloyd Wright et des siennes, le musée établit une véritable anthologie de cette œuvre multiforme : des dessins d’architecture, des modèles, des fragments de bâtiments, des films, des émissions de télévision, des médias imprimés, des meubles, des vaisselles, des textiles, des peintures, des photographies et même des albums de scrap : Frank Lloyd Wright at 150 : Unpacking the Archive (12 juin-1er octobre 2017).

JPEG - 445.6 ko

 

JPEG - 418 ko

 

Calendrier des événements liés à l’exposition.

Museum of Modern Art, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.



Dimanche 11 juin 2017

 

L’association des Ami-es de Violette and Co (née en 2015) propose des rencontres, des animations, des débats, des bouquins, tous les dimanches, et c’est plus marrant que la messe.

JPEG - 86.5 ko

 

Ce dimanche, à partir de 15h00, elle nous invite à une brocante de livres féministes et LGBT (DVD et badges, et livres datant d’au moins un an).

Participation pour les vendeurs (contact) et entrée libre pour les acheteurs.

Librairie Violette & Co, 102 rue de Charonne, 75011 Paris.



Samedi 11 juin 2017

 

L’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC) et la revue 1895 nous invitent à la Bibliothèque nationale de France (BNF) pour une découverte et une signature.

* À 17h00 : Les Écrans français de l’entre-deux-guerres.
En présence de Jean-Jacques Meusy.

On vous en a déjà parlé.
L’ouvrage est aussi indispensable que les encyclopédies et les dictionnaires de cinéma de nos bibliothèques. Il comprend deux tomes richement illustrés qu’on peut acheter séparément ou en coffret. Tome I : L’Apogée de “l’art muet”  ; tome II : Les Années sonores et parlantes.

JPEG - 456.4 ko

 

JPEG - 419.5 ko

 

Sur Internet, on trouve autre chose, on continue à avoir besoin de livres pour croiser les infos et trouver les infos fiables. Et puis, après le collapse, quand il n’y aura plus d’électricité, on sera bien content d’avoir du papier, des idées et des images comme autrefois.

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, hall Est, l’Aquarium (à côté de l’Espace salon), 75013 Paris.


À Montreuil, l’Atelier de cinéma expérimental (ETNA) tient son Assemblée visuelle mensuelle avec un programme aussi sympa que d’habitude, les films de l’atelier Incipit, le classique du mois, les imprévus et les films libres.

Hors les séances exceptionnelles, on vous rappelle que le but essentiel de l’ETNA est de transmettre les savoir-faire techniques liés au cinéma sur support argentique et à la pratique du cinéma expérimental avec des ateliers d’initiation aux pratiques cinématographiques ouverts à tous (super8, 16 mm, montage numérique).

JPEG - 206.1 ko

 

Ce soir, à 20h30 :

* Les Ombres d’opaline - de Pierre Nativel (2016-2017).

* L’Enfance de Julien Fallecker (2017).

Comme d’habitude, on participe librement et/ou on apporte de quoi partager à boire et à manger.

Etna, 71 rue Robespierre, 93100 Montreuil.


Et puis, la machine cinéphile de Salut les câblés ! a des faiblesses techniques.

JPEG - 241.5 ko

 

Les câblés vont devoir acheter leur magazine en kiosque pour connaître les programmes avec leurs étoiles aléatoires.

En attendant le réparateur, on vous rappelle la liste des choix et des conseils des trois dernières années, qui ne se périment jamais, la télé ayant souvent des tendances à la répétition.



Vendredi 9 juin 2017

 

Climat : Le Centre Pompidou et la BPI se mobilisent.

"Il n’est plus temps de discuter avec les climato-sceptiques, il faut parler géopolitique", dit Bruno Latour. Entrée libre.

JPEG - 45.5 ko

 

* À 19h30 : Climat : une affaire d’États ?
Rencontre avec Bruno Latour, Nicolas Truong, Olivier Darné & Élisabeth Vallet.

Cf. notre bibliographie qui s’étoffe de jour en jour

JPEG - 72.5 ko

 

Centre Pompidou, Forum, 1 place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


Au cinéma La Clef, ce soir, le Prix du meilleur documentaire du Fespaco 2017 (et pas mal d’autres prix) :

* À 20h00 : Kemtiyu. Cheikh Anta de Ousmane William Mbaye (2016).


 

Et aussi demain samedi 10 juin 2017, à 17h15, et mardi 13 juin 2017, à 19h15).

Cinéma la Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À Issoudun, le Musée de l’hospice Saint-Roch mérite un détour.

On y redécouvre les sculptures (17 bronzes) de André Masson (1896-1987) (3 juin-3 septembre 2017).
Il n’est pas seulement le surréaliste fidèle de 30 ans, et il n’a pas seulement peint le plafond de l’Odéon.

JPEG - 181.4 ko

 

* À 15h00 : André Masson, la sculpture retrouvée.
Présentation par Didier Ottinger.

JPEG - 32.1 ko

 

Musée de l’hospice, rue de l’Hospice-Saint-Roch, 36100 Issoudun.



Jeudi 8 juin 2017

 

Au cinéma La Clef, une avant-première qui nous tient à cœur, avant la sortie du film sur tous les grands écrans français, le mercredi 19 juillet 2017.

JPEG - 61.7 ko

 

* À 18h30 : Ciel rouge de Olivier Lorelle (2017).
Avec Cyril Descours et Audrey Giacomini.

JPEG - 233.7 ko

 

JPEG - 125.6 ko

 

La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À la librairie du Panthéon, Marc Benda invite l’excellente revue d’histoire du cinéma 1895 publiée par l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC).

JPEG - 57.6 ko

 

* À partir de 18h30 : Présentation du dernier numéro de 1895, le n°81.
En présence de Françoise Coursaget, Charlotte Servel et François Albera.

Le numéro est spécialement consacré aux affiches de cinéma, avec Fernand Léger, François Roulet, Wojciech Zamecznik…
Au sommaire, également, les contributions sur Jean-Luc Godard et son "remontage" de Sauve qui peut (la vie), des scénarios inédits de Prévert et de Léger, la musique des peplums, les ciné-clubs ou l’anarchéologie de Siegfried Zielinsky, traduit pour la première fois en français.


Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


La Fondation Cartier hors les murs, dans le cadre de l’exposition Autophoto (20 avril-24 septembre 2017), nous convient à un festival pas comme les autres, dont les stars sont les voitures : En quatrième vitesse (8-11 juin 2017).

JPEG - 134.6 ko

 

Soirée d’ouverture :

* À 20h00 : Un voyage américain de Philippe Séclier (2009).

* À 22h00 : Carte blanche au chanteur Christophe qui, avec François, nous présente Christine de John Carpenter (1983).

JPEG - 315 ko

 

Faites votre programme.

Fondation Cartier, 261 boulevard Raspail, 75014 Paris.
Studio Christine 21, 4 rue Christine, 75006 Paris.


Le Goethe Institut, et le Centre national de la danse (CND) nous racontent, avec des films, comment la danse est sortie des salons et des théâtres pour investir les espaces extérieurs, la rue, la forêt… Et comment cette évasion a constitué la danse moderne.


 

* À 21h30 : Danser l’espace.
Avec Loïe Fuller, Lisa Duncan, Rudolf Laban, Lucinda Childs, Trisha Brown, Roxane Huilmand, Daniel Larrieu, Anne De Mey, Bernado Montet.
Présentation par Virginie Aubry.

Programme détaillé.

Goethe-Institut Paris, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.


À la Maison de la poésie, il y a aussi un studio philo.

* À 19h00 : Se réfugier, mais où ?
Ollivier Pourriol reçoit Hélène Thiollet.

JPEG - 116.5 ko

 

On a tendance à croire que les exilés du monde se pressent aux frontières de l’Europe et des pays riches. Pourtant, c’est surtout vers les pays les plus pauvres que se dirigent les victimes de toutes les crises, économiques, politiques, écologiques.

Bonne lecture :

* Hélène Thiollet, Migrants et migrations. 50 questions pour vous faire votre opinion, Armand-Colin, 2016.

JPEG - 100.1 ko

 

Maison de la Poésie, passage Moliėre, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


Les Amis de la Fondation de la Résistance nous convient à une rencontre-dédicace sur le témoignage de Daniel Bénédite, au cœur du réseau Varian-Fry, et la filière marseillaise.

* À 18h00 : Un chemin vers la liberté sous l’Occupation. Daniel Bénédite.
En présence de Jean-Marie Guillon et de Jean-Michel Guiraud.

JPEG - 179 ko

 

Réservation obligatoire.

Salons de la Fondation de la Résistance et de la Fondation pour la mémoire de la déportation, 30 boulevard des Invalides, 75008 Paris.


À Saint-Denis, les Amis du Monde diplomatique nous invitent, chez Jolie Môme, à la Belle Étoile.

* À 19h00 : Les droits du travail sont menacés de destruction imminente... quelles réactions ?
Avec Nicolas Jounin, Romain Altman, Stéphane Enjalran.

JPEG - 271.9 ko

 

Entrée libre et gratuite sans réservation.

Dans la foulée, Jolie Môme nous offre une petite chanson sur Mayotte, tirée de son album À contre-courant : Sous le soleil.

La Belle Etoile, 14 rue Saint-Just, 93200 Saint-Denis.


À l’Institut Cervantes on vernit París / Madrid / Lisboa, de Miguel Galano (8 juin-28 juillet 2017).

* À 19h00 : Présentation de l’exposition
En présence de Miguel Galano, et avec Juan Manuel Bonet et Vicente Domínguez.

JPEG - 39.9 ko

 

Instituto Cervantes de Paris, auditorium, 7 rue Quentin-Bauchart, 75008 Paris.



Mercredi 7 juin 2017

 

Bon anniversaire à Dean Martin (1917-1995).
Un siècle de crooner au compteur, ça compte double et ça se fête.

https://www.youtube.com/watch?v=TN2FKBKc36M&spfreload=10


 

Mais en roi de la route, décalé, sémillant et toujours jeune, il était pas mal non plus.


 


Au musée de l’Homme, le Comité du film ethnographique dans le cadre de la programmation des Ciné-débats consacrés aux relations de l’Homme à son environnement, 2e édition, de janvier à juin 2017, nous invite à sa dernière séance.

* À 18h00 : Lorsque le soleil est tombé du ciel (Als die Sonne vom Himmel fiel) 
de Aya Domenig (2015).
Sélection en compétition internationale du festival Jean-Rouch 2016, le film a obtenu le Prix Anthropologie et développement durable & le Prix Mario Ruspoli.
Débat avec Aya Domenig.

THE DAY THE SUN FELL (Official Trailer) from MAGNETFILM on Vimeo.

 

Entrée ibre dans la mesure des places disponibles.

Musée de l’Homme, auditorium Jean-Rouch, 17 place du Trocadéro 75016 Paris.


À Pantin, le festival Côté court, 26e édition, commence aujourd’hui (7-17 juin 2017).

JPEG - 67.9 ko

 

Faites votre programme.

Festival Côté Court, Ciné 104, 104 avenue Jean-Lolive, 93500 Pantin.


Le séminaire Conséquences invite Alain Badiou afin d’approfondir son œuvre et sa pensée (entrée libre).

JPEG - 85.7 ko

 

Nous nous souvenons de son rapport au théâtre.

Antoine Vitez (1930-1990) le célébrait alors qu’il était encore peu connu du public, et qu’il disait fièrement à propos du "communisme" : "Je peux dire ’nous’, j’en étais, et, en un certain sens, pour citer Rimbaud, j’y suis, j’y suis toujours". En 1984, Vitez avait mis en théâtre son romanopéra, L’Écharpe rouge, (Maspéro, 1979), sur un musique de Georges Aperghis, création au Festival d’Avignon, et reprise à l’Opéra de Lyon et au Théâtre national de Chaillot.

JPEG - 96.8 ko

 

On se souvient de son ouvrage, Rhapsodie pour le théâtre. (1990).
Badiou disait : "Inapte à montrer la révolution, pris au pli de l’État, le théâtre n’est-il pas le seul art qui établit une visibilité de l’État ?"

JPEG - 205.8 ko

 

C’est comme si, ce soir, en 2017, on repartait de là.

* À 19h00 : Qu’est-ce qu’une politique à distance de l’État ?

Badiou dit aujourd’hui : "En tout cas, ce n’est pas la tentation d’un abandon pur et simple de la politique, ni d’une posture de retrait qui aurait pour effet de dissoudre l’action collective". Et il défend au contraire "la perspective d’une nécessaire renaissance de la politique d’émancipation", radicalement différente de la gestion parlementaire.

JPEG - 340.5 ko

 

Beaux-Arts, amphithéâtre du Mûrier, 14 rue Bonaparte, 76006.


L’ENS célèbre Rosa Luxembourg.

Il faut s’inscrire sur Facebook ou par mail.

JPEG - 67.2 ko

 

* À 16h30 : Rosa Luxemburg et les révolutions (1917-1919) par Jean-Numa Ducange.

* À 17h30 : Rosa Luxemburg, un marxisme "pur" avant la Première Guerre mondiale par Guillaume Fondu.

* À 19h00 : Rosa Luxemburg de Margarethe von Trotta (1986).


* À 21h00 : Discussion sur le film entre Margarethe von Trotta et Antoine de Baecque.

JPEG - 152.3 ko

 

ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


À Paris, le Marché de la Poésie, 35e édition, commence place Saint-Sulpice (7-11 juin 2017).

JPEG - 125 ko

 

Près de 500 éditeurs et revues, de poésie et de création littéraire avec des 
lectures, des tables rondes, des rencontres, des concerts, des signatures, le tout sur une charmante petite place, avec, par précaution, fouille au corps pour y entrer.

Faites votre programme.

Et suivez "la poésie", en ce moment et toute l’année, en continuant à lire notre Quinzaine littéraire canal historique (en vous méfiant des imitations) : En attendant Nadeau, en ligne.

Place Saint-Sulpice, 75006 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Dora ou les névroses sexuelles de nos parents (Dora oder Die sexuellen Neurosen unserer Eltern) de Stina Werenfels (2015).

* Les Lauriers-roses rouges de Rubaiyat Hossain (2015).

* A Serious Game (Den allvarsamma leken) de Pernilla August (2016).

* HHhH de Cédric Jimenez (2016).

* Le Vénérable W. de Barbet Schroeder (2017).

* Le Jour d’après (Geu-hu) de Hong Sang-soo (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Rétrospective Jean Rouch. Le Cinéma-vérité en 6 films.

Les Maîtres fous (1954) ; Jaguar (1954-1967) ; Moi, un noir (1958) ; La Pyramide humaine (1961) ; La Chasse au Lion à l’arc (1965) ; Petit à petit (1970).

Cf. aussi À propos du cinéma-vérité. Cinquante ans de technique.

* Misère et noblesse (Miseria e nobiltà) de Mario Mattoli (1954), avec Toto.

* Le Point de non-retour (Point Blank) de John Boorman (1967).



Mardi 6 juin 2017

 

Bob Dylan a envoyé son discours aux Nobel, en avance même puisqu’il avait jusqu’au 10 juin 2017.

"Je me suis demandé quel était précisément le lien entre mes chansons et la littérature. Je voulais y réfléchir et découvrir la connexion".
Parmi ses inspirateurs, il cite Cervantès, Herman Melville, William Shakespeare.


 

Sara Danius commente.
"Le discours est extraordinaire et, comme l’on pouvait s’y attendre, éloquent. Le discours transmis, l’aventure Dylan s’approche de sa conclusion".

Pour mémoire, son premier speech, par procuration, en 2016.


Maurice Audin (1932- ???), après son arrestation à Alger le 11 juin 1957, a disparu.
Il avait 25 ans.

JPEG - 102.3 ko

 

En souvenir des origines de la revue Jeune Cinéma, en hommage à ses fondateurs, Ginette et Jean Delmas et Andrée Tournès, nous nous associons évidemment à la lettre adressée le 26 mai 2017 au nouveau Président de la République demandant la vérité sur l’affaire Audin.

Cf. aussi l’histoire de la revue Jeune Cinéma.

JPEG - 64.4 ko

 

Ce soir :

* À 19h00 : Maurice Audin. La Disparition de François Demerliac (2010).
Projection suivis d’un débat.

JPEG - 343.9 ko

 

Mairie du IIe arrondissement, 8 rue de la Banque, 75002 Paris.


Avec la revue Bref, la soirée Premiers Pas, dernière de la saison : les premiers courts de ceux qui sortent maintenant leurs longs.


 

À 20h00 :

* Rue bleue de Chad Chenouga (1997).

* L’Amérique de la femme de Blandine Lenoir (2014).

* Moonlight Lover de Guilhem Amesland (2010).

* X2000 de François Ozon (1997).

* La Queue de la souris de Benjamin Renner (2007).

MK2 Odéon, 7 rue Hautefeuille, 75006 Paris.


Et pour les câblés sédentaires, la possibilté, ce soir, de réévaluer un film maudit : La Comtesse de Hong Kong de Charlie Chaplin (1967) à 20h40 sur Paramount Channel.


 



Lundi 5 juin 2017

 

Google nous annonce que c’est la Journée mondiale de l’environnement.
Voilà une charmante initiative qu’il convient de saluer.

À Bologne, en avant-goût de la grande fête du cinéma Il cinéma ritrovato (24 juin-1er juillet 2017), on y consacre un peu plus de temps : Prima della tempesta : il cinema e la terra (5-14 juin 2017).

JPEG - 166.3 ko

 

De Flaherty et De Seta à Leonardo DiCaprio, la Cineteca de Bologne, en collaboration avec le festival de Turin, nous raconte l’histoire des idées et des images de la planète Terre.

Aujourd’hui, c’est aux cinémas Lumière (salle Mastroianni et salle Scorsese), demain s’ajoutera la piazza Maggiore, le soir.

À 18h00 :

* Moana With Sound de Robert J. Flaherty (1926)

&

* Puits de pétrole à Bakou. Vue de près d’un opérateur Lumière non-identifié (1897).

Selon Bertrand Tavernier, il s’agit sans doute du premier film écologique de l’histoire du cinéma.


 

En présence de Gian Luca Galletti (Ministro dell’ambiente e della tutela del territorio e del mare).

À 20h30 :

* The Age of Consequences de Jared P. Scott (2016)

&

* Traversée des Alpes françaises en automobile (1911).

À 22h00 :

* La Terre (Zemlja) de Alexandre Dovjenko (1930)

&

* The Harvest (1908).

Faites votre programme.

Cineteca, Via Azzo Gardino, 65/b, 40122 Bologna.


À Paris, au Centre Wallonie-Bruxelles, Le court en dit long depuis 1993.
En 2017, c’est la 25e édition (5-10 juin 2017).

JPEG - 99.6 ko

 

Trente-et-un courts métrages belges et franco-belges inédits en compétition, sélectionnés parmi la centaine de films produits dans l’année, répartis en six programmes thématiques.

Pour fêter cette 25e édition, le festival propose, notamment une rétrospective de courts métrages cultes et drôles en 35mm et une rencontre avec d’anciens lauréats qui reviendront sur leurs parcours (samedi 10 juin 2017 à 15h00, juste avant le palmarès, le soir).

Soirée d’ouverture :

* À 20h30 : Crazy Sheep de Mathias Desmarres (2016) ; Marlon de Jessica Palud (2017) ; Caverne de Delphine Girard (2017) ; (Encore) une séparation de Michaël Bier (2017) ; Le Scénariste de François Paquay (2017).

Le jury.
Le programme.

Et si vous n’êtes pas invité, achetez votre pass.

Centre Wallonie-Bruxelles, salle de cinéma, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris.



Dimanche 4 juin 2017

 

Un petit creux dans l’emploi du temps.
On recharge les batteries, en lisant du vrai papier.

Outre toutes les "bonnes lectures" recommandées au long des jours du Journal de Ben Cash, quelques suggestions :

* La revue Quinzinzili (l’univers messacquien) n°34, printemps 2017.

JPEG - 499.3 ko
JPEG - 378.9 ko

 

* La revue 813 n°127, avril 2017.

JPEG - 496.6 ko

 

Habituels sommaires alléchants pour tous les polardeux (813) et pour les amis de Régis Messac (Quinzinzili)

Avec des textes de Pierre Lebedel, Jean-Luc Buard, François Guérif et des tas d’autres amis, les deux revues rendent hommage à notre cher ami Jean-Louis Touchant, qui nous manque à Paris comme à Bologne.

* Le bulletin Infosurr n°127.

Hommage à Jean-Claude Charbonel, actualité éditoriale sur Marcel Duchamp, Max Ernst, Enrico Baj et Max Schoendorff.

JPEG - 193.6 ko

 

Index de Infosurr.


On commence aussi, au moins à feuilleter sérieusement, le livre magnifique de Jean-Jacques Meusy.

JPEG - 29.3 ko

 

On y reviendra encore et encore, il deviendra "LE" Meusy. Autant commencer tout de suite à repérer ses richesses.

JPEG - 544 ko

 

JPEG - 489.2 ko

 

* Jean-Jacques Meusy, Écrans français de l’entre-deux guerres, t.1 : L’Apogée de “l’art muet” ; t.2 : Les Années sonores et parlantes, Paris, AFRHC, 2017.

Notez tout de suite qu’une signature de Jean-Jacques Meusy aura lieu le 10 juin 2017, de 17 à 18 heures, à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, et le 15 juin à Cinélittérature, chez Marc Benda.


Et puis, on revient, au delà des soucis personnels, et des inquiétudes politiques, à la confrontation principale : l’avenir de l’humanité.

Bonne lecture :

* Serge Audier, La Société écologique et ses ennemis. Pour une histoire alternative de l’émancipation, La Découverte (2017).

JPEG - 137.9 ko

 

Lire un extrait.


Parce que c’est pas fameux.
Qu’ill n’y ait plus jamais de neiges sur le Kilimandjaro, on s’en fout un peu, car y a désormais infiniment plus urgent. Il vaut mieux regarder en face que faire l’autruche.

On a vu le dernier Al Gore à Cannes 2017, An Inconvenient Sequel,
Le vieux lion a vieilli, et le fringant lanceur d’alerte nobélisé trahit sa fatigue.

Son film fait suite à An Inconvenient Truth (2005), grand succès, super spectacle - quoi de plus épatant que les grandes catastrophes ? - et parfaite inutilité du cri d’alarme. Le spectateur, par définition, est hors sol.


 

La bibliographie s’étoffe.
La filmographie est en cours.

Le 2 juin 2017, Médiapart titrait "Requiem pour une planète en surchauffe", un article de Michel de Pracontal.

Il se termine ainsi :

"[Même en imaginant que les États prennent des mesures beaucoup plus sévères que celles qu’ils prennent effectivement, le choix de la cible des 2 °C n’est plus réaliste aujourd’hui]… Il restera la possibilité de s’installer au pôle sud. Selon des observations rapportées dans Science, l’Antarctique, l’endroit le plus glacial de la planète, pourrait devenir vert. Le continent est en train de se recouvrir d’une couche de mousse qui augmente de 3 mm par an, et des forêts pourraient finir par y pousser, comme au Crétacé, du temps des dinosaures. Peut-être est-ce à ce monde-là qu’aspire Donald Trump."

JPEG - 669.1 ko

 



Samedi 3 juin 2017

 

Au cinéma du Panthéon,

* À 11h00 : Sayat Nova de Sergueï Paradjanov (1969).
En présence de Marina Vlady, avec Krikor Hamel et Jean-Max Méjean.


 

La projection est suivie, juste à côté, à la librairie Cinélittérature, d’une séance de dédicace de :

* Jean-Max Méjean, éd., Serguei Paradajnov, cinéaste, trublion et martyr, Éditions Jacques Flament (2016).

Cinélittérature, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


À partir d’aujourd’hui, à Paris, c’est Parfums de Lisbonne, 11e édition (3 juin-18 juillet 2017).

JPEG - 89.9 ko

 

On note particulièrement les Regards sur le cinéma lusophone (séances les 3, 10 et 17 juin 2017) en collaboration notamment avec le Centre culturel Camões.

Aujourd’hui, lancement de Paris-Lisbonne en deux temps.

* À 11h00, : John From de João Nicolau (2015).
Conférence-débat avec Eurydice Da Silva.

* À 19h00 : Voir, revoir / Ver, rever.
Performances chantées, jouées et dansées en extérieur.

Faites votre programme et repérez les lieux.

MK2 Beaubourg, 50 rue Rambuteau, 75003 Paris.
Quartier de l’horloge, 9 rue Brantôme, 75003 Paris.


Le modèle marxiste-léniniste s’est effondré mais Karl Marx demeure le plus grand analyste du capitalisme, ce système éco-social dominant dans lequel la majorité des Terrriens contemporains aura vécu.

Nul ne sait ce qu’il va advenir de la planète dans ce 21e siècle vacillant.
Mais il n’y a sans doute rien de plus urgent que de réfléchir (et, bien sûr, d’apprendre à planter des choux, mais c’est une autre affaire).

Les Éditions Amsterdam se sont engagées dans cette perspective.

Elles éditent la revue Période.

JPEG - 330.6 ko

 

Elles lancent la collection Période et ce soir on va fêter ça.

https://www.youtube.com/watch?v=uertI5FprCk


 

* À 16h00 : Lancement de la collection Période.
Avec Étienne Balibar, Sam/Marie-Hélène Bourcier, Sebastian Budgen, Stefan Kipfer, Frédéric Lordon, Stella Magliani-Belkacem, Morgane Merteuil, Olivier Neveux, Matthieu Renault, Jean-Marc Rouillan, Claude Serfati, Françoise Vergès.

* À partir de 22h00 : Fête avec Claudiosaurus (Dj set + Vj)
Avec cantine vegan et bar sur place.

La Générale, 14 avenue Parmentier, 75011 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 3 au 9 juin 2017.



Vendredi 2 juin 2017

 

CinéPalestine, 3e édition commence aujourd’hui, avec les cinémas partenaires à Paris, Saint-Denis, à Aubervilliers, à Montreuil (2-11 juin 2017).

JPEG - 266.4 ko

 

Ouverture ce soir au Luminor, avec :

* À 20h00 : Ghost Hunting (Istiyad Ashbah) de Raed Andoni (2017).
Discussion avec Raed Andoni, Raed Khattab, Mohammad Khattab et Omar Dabboor.

JPEG - 184.9 ko

 

Faites votre programme.

Luminor Hôtel de ville, 20 rue du Temple, 75004 Paris.
Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur-Le-Prince, 75006 Paris.


Et voilà le Mashup Film Festival 2017, partout en France et ailleurs (2-16 juin 2017).

JPEG - 120.3 ko

 

Un festival transmédia et participatif, avec projections, ateliers, conférences, tables rondes, concerts et bal, tout quoi, avec comme parrain, Michel Hazanavicius.

Julien Lahmi dit : "Il y a quatre nouveaux langages qui révolutionnent le cinéma aujourd’hui : 
la Série, le Transmédia, la Réalité Virtuelle et le Mashup.
La première enrichit les personnages, le deuxième déploie les supports, la troisième élargit le champ de vision, le quatrième met l’art du montage au cœur du processus et crée des mariages insolites. Seul le dernier n’a plus de festival en France. Nous souhaitons lui en redonner un."


 

Julien Lahmi situe ce festival éau croisement du cinéma et d’Internet".
Mais c’est bien plus que ça.
Avec une paire de ciseaux et de la colle (ou tout outillage analogue plus moderne), on peut côtoyer des sommets, il s’agirait de ne pas l’oublier.

Soirée d’ouverture au Max-Linder Panorama :

* À 19h30 : Soirée super héros.

JPEG - 113.3 ko
JPEG - 320.3 ko

 

Faites votre programme.

Max-Linder-Panorama, 24 boulevard Poissonnière, 75009 Paris.


À New York, le MoMA propose un échantillonnage représentatif du cinéma philippin des années 2000, considéré comme un IIIe âge d’or (après la vague des années 50, puis celle des années 70) : Le cinéma philippin contemporain, un nouvel âge d’or (2-25 juin 2017).

Avec 18 films et 13 réalisateurs comme Lav Diaz, Brillante Mendoza, Raya Martin, Ditsi Carolino, Erik Matti, le cycle donne une large idée de la créativité des jeunes cinéastes, de la variété de leurs inspirations et de leurs styles dans une société qui n’échappe pas aux crises mondiales.

Ce soir :

* À 19h00 : Expressway de Ato Bautista (2016).

JPEG - 62.4 ko

 

Faites votre programme.

The Museum of Modern Art, Theater 2, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.


Le dernier numéro de la revue Actuel Marx, (née en 1986), est consacré aux marxismes écologiques.

JPEG - 219.2 ko

 

Avec la Fondation Gabriel-Péri, elle nous invite à la deuxième séance du séminaire L’emboîtement des crises : politique, économique, écologique,

* À 18h00 : Crise écologique. Qu’est-ce que le "marxisme écologique" ?
Avec Stéphane Haber, Paul Guilibert, Razmig Keucheyan.

Inscription obligatoire.

Voir la collection de Actuel Marx.

Maison des sciences de l’Homme Paris-Nord, 20 avenue George-Sand, 93000 La-Plaine-Saint-Denis.


Au fait, le Monde diplomatique de juin 2017 est paru.
On l’achète au kiosque. Mieux : on s’abonne.

JPEG - 293.6 ko

 

On sort de son pré carré, on a accès aux vastes horizons de la planète, on voit le dessous des cartes, on comprend mieux les entourloupes, on surmonte ses accablements, on se marre de lire, au coin d’une virgule ou d’une adjectif, l’humour sous un langage hyper classe, on se sent moins seul.
L’essayer c’est l’adopter.

On feuillette ce dernier numéro de juin 2017.

Notre dernière ahurissante découverte, dans le Diplo du mois de mai 2017 (page 13 à 16), le dossier sur le monde des camps : "La Fabrique des indésirables" par Michel Agier ; "Les réfugiés, une bonne affaire" et "Payer en un clin d’œil" par Nicolas Autheman ; "Internement à la française" par Raphaël Godechot et Claude Peschanski.



Jeudi 1er juin 2017

 

Au séminaire Conséquences, c’est "bilan et perspectives" de la mobilisation du printemps dernier, Nuit Debout, Cortège de tête, grèves syndicales, etc.

À partir du troisième livre du Comité invisible, aux Éditions La Fabrique (après L’Insurrection qui vient (2007) et A nos amis (2014) : Maintenant (2017).

* À 19h45 : Autour de Maintenant.

JPEG - 15.6 ko

 

Ne pas confondre avec Maintenant, il faut des armes de Auguste Blanqui, qui rappelait qu’il n’y a pas de révolution politique sans révolution sociale (Éditions la Fabrique, 2007).

Beaux-Arts de Paris, amphithéâtre des Loges (au fond de la cour à gauche) 14 rue Bonaparte, 75006 Paris.


La Maison de la poésie acueille Virginie Despentes.

* À 21h00 : À propos de Vernon Subutex 3.
Rencontre animée par Sophie Joubert.

Virginie Despentes avait fait irruption en 1994, avec un titre provocant ciblé (Baise-moi) et un contenu hyper subversif tous azimuts. L’angle d’attaque social était le bon, et elle n’a cessé de l’affûter au long des années.
Elle est restée longtemps une auteure pour happy few et très peu avaient lu par exemple son King Kong Théorie.

Avant, elle avait fréquenté toutes les marges et les souterrains, des plus soft aux plus violents.

Après quelques prix littéraires, après des films et de la musique, et des tas d’autres aventures et interventions, maintenant, elle est devenue une dame reconnue et respectée.
Le succès de la série Vernon Subutex, dont le tome 1 est sorti le jour des attentats de Charlie Hebdo, et dont le tome 3 vient de paraître chez Grasset, y est aussi pour quelque chose.

Mais, quand elle est reçue sur les plateaux télé, bien coiffée et bien maquillée, quand on l’entend parler de sa voix douce et posée, quand elle dit que "c’est fou comme tout a changé en deux ans, entre le 7 janvier 2015 et aujourd’hui", on perçoit le diable de son corps, et on sait qu’elle n’a pas changé de camp. À tout moment, elle est probablement capable de nouveaux fracas salutaires.

On se souvient des Jolies Choses de Gilles Paquet-Brenner (2001).


 

Maison de la Poésie, passage Moliėre, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


À la Cinémathèque de Bercy : Rétrospective John Boorman, en sa présence (1er-25 juin)2017).

Ce soir :

* À 20h00 : Le Point de non-retour 
(Point Blank) de John Boorman (1967).

JPEG - 108.6 ko

 

Faites votre programme.

On note tout de suite sa leçon de cinéma, le samedi 3 juin 2017 à la suite de la projection de Délivrance (14h30).

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


À la Cinémathèque de Toulouse : Rétrospective Frères Coen (1er-30 juin 2017).

Ce soir :

* À 19h00 : Arizona Junior (Raising Arizona) de Joel et Ethan Coen (1986).

JPEG - 140.3 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque de Toulouse, 
69 rue du Taur, 31000 Toulouse.


À Paris, au CNAM, premier jeudi du mois, Paroles d’auteurs.

Entrée gratuite inscription fortement recommandée.

* À 18h30 : Homo detritus, Critique de la société du déchet. Un avuglement colelctif.
Avec Baptiste Monsaingeon.

Bonne lecture :

* Baptiste Monsaingeon, Homo detritus. Critique de la société du déchet, Seuil, 2017.

JPEG - 42.6 ko

 

CNAM Arts et métiers, amphi Abbé Grégoire, 292 Rue Saint-Martin, 75003 Paris.


À Londres, Sundance 5e édition exporte le cinéma indépendant au Picturehouse Central (1er-4 juin 2017).

À Park City, Utah, en janvier, c’est la saison de ski, il y a de la neige.
À Londres, en mai, c’est le printemps, c’est pas mal non plus.

Soirée d’ouverture, aujourd’hui :

* À 19h00 : Beatriz at Dinner de Miguel Arteta (2017).


 

Soirée de clôture, dimanche 4 juin 2017 :

* À 18h00 : A Ghost Story de David Lowery (2017).

Entre les deux, faites votre programme.

Picturehouse Central, Corner of Shaftesbury Avenue and Great Windmill Street, Piccadilly, London W1D 7DH.



 

MAI 2017

 



Mercredi 31 mai 2017

 

Bon anniversaire Jean Rouch (1917-2004).
On en parle toute cette année, mais c’est aujourd’hui exactement que vous avez cent ans.

Et c’est aujourd’hui qu’on va poser une plaque rue Sarrette dans le 14e, sur votre maison natale.

JPEG - 291.4 ko

 


Dans la famille "Centenaire", on demande des rêves de révolutions, et à Lyon, l’Institut Lumière les réalise, aujourd’hui et demain, avec Cinéma russe, moments d’histoire.

Ce soir :

* À 19h00 
 : Arsenal de Alexandre Dovjenko 
(1928).
Accompagnement live improvisé au piano par Fred Escoffier.


 

Demain, jeudi 1er juin 2017 :

* À 20h45 : Octobre de Sergueï Eisenstein (1927).
Accompagnement live improvisé au piano par Romain Camiolo.

Institut Lumière, rue du Premier-Film, 69352 Lyon.


Retour à Paris, où la FMSH, nous invite au cinéma en entrée libre.

* À 17h00 : Enfance hmong à la croisée des chemins de Safoi Babana-Hampton (2017).

Débat : Être ou ne pas être "Réfugié". De traumas invisibles vers des mondes possibles.
Avec Safoi Babana-Hampton, Françoise Vergès, Frieda Ekotto et Isabelle Vang.


 

BULAC (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), 65 rue des Grands-Moulins, 75013 Paris.


À la Cinémathèque de Bercy, : Sept jours avec Vincent Lindon (31 mai-7 juin 2017).

Films, dialogue, leçon de cinéma, présentations de séance en présence de Vincent Lindon et de ses nombreux invités.

Ce soir :

* À 20h00 : Pater de Alain Cavalier (2010).
Présentation par Vincent Lindon et Alain Cavalier.

JPEG - 351.5 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Au musée de l’Orangerie, dans le cadre de l’exposition Tokyo-Paris (5 avril-21 août 2017) :

* À 19h00 : Le goût pour l’Occident. De la formation des peintres japonais à la constitution de collections d’art occidental au Japon.
Conférence de Cécile Girardeau.

JPEG - 106.6 ko

 

Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries, place de la Concorde, 75001 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Un jeune patriote (Shao nian, xiao) de Du Haibin (2015).

* Departure de Andrew Steggall (2015).

* Lou Andreas-Salomé de Cordula Kablitz-Post (2016).

* Drôles d’oiseaux de Élise Girard (2016).

* L’Amant d’un jour de Philippe Garrel (2017).

Les ressorties en versions restaurées

Deux David Lynch :

* Eraserhead de David Lynch (1977).


 

* Twin Peaks - Fire Walk With Me de David Lynch (1992).


 



Mardi 30 mai 2017

 

À la BNF, le cinéma de midi, en partenariat avec l’Université Paris-Diderot, en entrée libre, cette année, c’est Travaillés au corps.

À 12h30 :

* Films chronophotographiques de Étienne-Jules Marey (1890 -1904).

* Hospital de Frederick Wiseman (1970).


 

Programme complet.

BNF, Petit auditorium, hall Est, Quai François-Mauriac, 75706 Paris.


Le ciné-club de l’ENS nous invite à sa dernière séance de l’année :

* À 20h30 : Pina de Wim Wenders (2011).


 

ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


À la Maison de la poésie, Bernard Lavilliers avec Mahut pendant deux jours.

JPEG - 45.2 ko

 

Ce soir, un concert :

* À 20h00 : Le comptoir des voyageurs.

Et demain, mercredi 31 mai 2017, une lecture :

* À 20h00 : Lavilliers en toutes lettres.

Maison de la poésie, passage Moliėre, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


Au Musée des arts et métiers, une nouvelle exposition à la gloire de l’artisanat, des gestes techniques et de la transmission du savoir : Les meilleurs ouvriers de France (30 mai-5 novembre 2017).

Bande-annonce de l'exposition "Les Meilleurs Ouvriers de France" au Musée des arts et métiers from Musée des arts et métiers on Vimeo.

 

C’est une exposition qu’il ne faut pas rater.

Elle nous évoque une certaine utopie, celle de la Commune.
Gustave Courbet et Eugène Pottier rêvaient d’une réforme éducative et artistique qui aurait sonné la fin de la séparation entre art et artisanat. Ils voulaient à la fois protéger les artistes et encourager l’enseignement polytechnique. Ils n’auront pas eu le temps. Mais, tant que l’humnaité n’a pas disparu, les idées demeurent et font leur chemin.

JPEG - 147.3 ko

 

On note tout de suite deux conférences (avec débats) :

* Jeudi 8 juin 2017, à 18h30 : Histoire de l’enseignement technique.

* Jeudi 15 juin 2017, à 18h30 : L’intelligence de la main.

Bonne lecture :

* Kristin Ross, L’imaginaire de la Commune, Éditions La Fabrique, 2015.

JPEG - 116.7 ko

 

Musée des arts et métiers, 60 Rue Réaumur, 75003 Paris.


À Montreuil, à la Parole errante, c’est À l’Assemblage ! toute une semaine pour assembler théâtre, ateliers, discussions, impro, installations, cinéma, musique, cantines de soutien et déambulation (29 mai-4 juin 2017).

JPEG - 460.6 ko

 

Chaque soir de la semaine, on voit un des huit films de la grande fresque Le Lion, sa cage et ses ailes (1975-1976), sur la condition ouvrière immigrée, tournée à Montbéliard dans le bastion Peugeot par, pour et selon les ouvriers eux-mêmes.

Ce soir, Hommage à Armand Gatti, autour de

* À 18h00 : Arakha : Film marocain de Armand Gatti, Hélène Châtelain & Stéphane Gatti (1976).
Avec Rachid Belkaïd, Jean-Jacques Hocquard & Jean-Marc Luneau.

Faites votre programme.

Maison de l’Arbre / La Parole Errante, 9 rue François-Debergue, 93000 Montreuil.


À Lyon, l’Institut Lumière invite Nicole Garcia (17 mai-8 juin 2017).

Ce soir :

* À 19h00 : Rencontre entre Nicole Garcia et Thierry Frémaux.

* À 21h00 : Présentation de Mal de pierres de Nicole Garcia (2016).

JPEG - 186.8 ko

 

Faites votre programme.

Institut Lumière, rue du Premier-Film, 69352 Lyon.



Lundi 29 mai 2017

 

Ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant.
Nous, on veut un monde de toutes les couleurs.

JPEG - 46.3 ko

 


Cannes 2017, prolongations.

À Paris (et ailleurs), on peut voir (ou revoir) les films de Cannes 2017.

* Un certain regard au Reflet Médicis (31 mai-6 juin 2017).

* La Quinzaine des réalisateurs au Forum des images (1er -11 juin 2017).

* La Semaine de la critique à la Cinémathèque française (7-14 juin 2017).

* ACID au Louxor à Paris (15-17 septembre 2017) et au Comœdia à Lyon (22-24 septembre 2017).




Visages, villages (2017)

de Agnès Varda & JR
publié le mercredi 28 juin 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 381, été 2017
(à paraître)

Sélection officielle hors compétition du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 28 juin 2017

JPEG - 381.2 ko

 

Derniers Jours d’une ville (Les) (2016)

de Tamer El Saïd
publié le mardi 27 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017
(à paraître)

Sélection du festival de Berlin 2016

Sortie le mercredi 28 juin 2017

JPEG - 158.6 ko

 

Ava (2017)

de Léa Mysius
publié le mardi 20 juin 2017

par Laurent Berger-Vachon
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sortie le mercredi 21 juin 2017
Sélection de la Semaine de la critique, Festival de Cannes 2017.

JPEG - 60.9 ko

 

Songs for Madagascar (2016)

de Cesar Paes
publié le mardi 20 juin 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sortie le mercredi 21 juin 2017

JPEG - 225.2 ko

 

K.O. (2017)

de Fabrice Gobert
publié le mardi 20 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sortie le mercredi 21 juin 2017

JPEG - 63.6 ko

 

Wulu (2016)

de Daouda Coulibaly
publié le mardi 13 juin 2017

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 14 juin 2017

JPEG - 332.5 ko

 

Ouagadougou 2017

Fespaco, 25e édition
publié le mardi 13 juin 2017

Fespaco 25e édition (25 février-4 mars 2017)

par Pierre Beneyton

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 411.6 ko

 

Celle qui vivra (2017)

de Amor Hakkar
publié le mardi 13 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sortie le mercredi 14 juin 2017

JPEG - 179.3 ko

 

Jour d’après (le) (2017)

de Hong Sangsoo
publié le jeudi 8 juin 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 381, été 2017
(à paraître)

Sélection en compétition officielle au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 106.9 ko

 

Vénérable W. (le) (2017)

de Barbet Schroeder
publié le mercredi 7 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sélection officielle hors compétition du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 180.2 ko

 

HHhH (2016)

de Cédric Jimenez
publié le mercredi 7 juin 2017

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 125.9 ko

 

Comtesse de Hong Kong (la) (1967)

de Charlie Chaplin
publié le dimanche 4 juin 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n°271, novembre 2001

Sortie en février 1967

JPEG - 212 ko

 

Lou Andreas-Salomé (2016)

de Cordula Kablitz-Post
publié le mardi 30 mai 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 31 mai 2017

JPEG - 292.1 ko

Drôles d’oiseaux (2016)

de Élise Girard
publié le mardi 30 mai 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sélection de la Berlinale 2017, 67e édition

Sortie le mercredi 31 mai 2017

JPEG - 411.7 ko

 

Departure (2015)

de Andrew Steggall
publié le mardi 30 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 31 mai 2017.

JPEG - 37.7 ko

 

Cul-de-sac (1966)

de Roman Polanski
publié le mercredi 24 mai 2017

par Jean Delmas
Jeune Cinéma n° 19, décembre 1966-janvier 1967

Ours d’or de la Berlinale 1966
Sorties le vendredi 2 décembre 1966, les mercredis 2 janvier 2013 et 24 mai 2017.

JPEG - 219 ko

 

Goût du tapis rouge (le) (2017)

de Olivier Servais
publié le mercredi 17 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

JPEG - 184 ko

 

Paul Sharits (2015)

de François Miron
publié le mercredi 17 mai 2017

par Jean-MaxMéjean
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 351.2 ko

 

Moissons du ciel (les) (1978)

de Terrence Malick
publié le mardi 16 mai 2017

par Claude Benoît
Jeune Cinéma n°120 de juillet-août 1979

Prix de la mise en scène du festival de Cannes 1979.

Sorties les mercredis 16 mai 1979 et 17 mai 2017

JPEG - 219.7 ko

 

Sandra (1965)

de Luchino Visconti
publié le mardi 16 mai 2017

par Jean Delmas
Jeune Cinéma n° 9, octobre 1965

Lion d’or du festival de Venise 1965

Sorties les mercredis 26 novembre 1965 et 17 mai 2017

JPEG - 166.4 ko

 

Munk, Andrzej (1920-1961) (e)

Entretien avec Stanislaw Janicki (1961)
publié le mardi 16 mai 2017

Le métier de cinéaste
Rencontre avec Andrzej Munk

"Le 20 septembre 1961, une nouvelle sèche : Andrzej Munk vient d’être tué dans un accident de voiture en plein tournage de La Passagère. (*)...

JPEG - 56.4 ko

 

Souffler plus fort que la mer (2015)

de Marine Place
publié le mardi 9 mai 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 10 mai 2017

JPEG - 136.1 ko

 

Sayônara (2016)

de Koji Fukada
publié le mardi 9 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 10 mai 2017

JPEG - 116.5 ko

 

Mulholland Drive (2001)

de David Lynch
publié le mardi 9 mai 2017

par Olivier Varlet
Jeune Cinéma n° 270, septembre-octobre 2001

Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2001
Sorties les mercredis 21 novembre 2001 et 10 mai 2017

Cf. aussi L’étrange voyage,

JPEG - 66.3 ko

 

Emily Dickinson. A Quiet Passion (2017)

de Terence Davies
publié le mardi 2 mai 2017

par Anne Vignaux-Laurent
Jeune Cinéma n°380, printemps 2017

Sélection du festival international de Berlin 2016

Sortie le mercredi 3 mai 2017

JPEG - 59.7 ko

 

Plus jamais seul (2016)

de Alex Anwandter
publié le mardi 2 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 3 mai 2017

JPEG - 100.4 ko

 

Noma au Japon (2017)

de Maurice Dekkers
publié le mercredi 26 avril 2017

par Nicolas Villodre
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 26 avril 2017

JPEG - 124.8 ko

 

Adieu Mandalay (2016)

de Tom Fan
publié le mercredi 26 avril 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 26 avril 2017

JPEG - 186.9 ko

 

Django (2016)

de Étienne Comar
publié le mercredi 26 avril 2017

par Nicolas Villodre
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 26 avril 2017

JPEG - 147.5 ko

 

Après la tempête (2016)

de Hirokazu Kore-eda
publié le mercredi 26 avril 2017

par Gisèle Breteau Sira
Jeune Cinéma, n° 374, été 2016

Sélection officielle du Festival de Cannes 2016

Sortie le mercredi 26 avril 2017

JPEG - 226.1 ko

 

Revue Jeune Cinéma - Contacts