L'actualité, ça ne se suit pas, ça se crée.
Il faut publier un texte sans se soucier de son rapport à l'actualité,
à la mode, au succès, à la notoriété.

Jean George Auriol

Journal de Ben Cash (juillet 2017)

 

JPEG - 946.7 ko

 

* Ben Cash-édito * Janvier 2017 * Février 2017 * Mars 2017 * Avril 2017 * Mai 2017 * Juin 2017 * Juillet 2017
 



 

JUILLET 2017

 



Jeudi 20 juillet 2017

 

Bon anniversaire à László Moholy-Nagy (1895-1946).
122 ans, c’est un bel âge.

Un petit florilège en son honneur.

On l’accompagne à Marseille.

* Impressionen vom alten Marseiller Hafen (Vieux Port) de László Moholy-Nagy (1929).

László Moholy-Nagy, Impressions vom alten Marseille Hafen (vieux port), 1929, 16mm black-and-white film, silent (excerpt) from The Moholy-Nagy Foundation on Vimeo.

 

On peut voir le film en entier sur le site du MoMA.

Toujours pour fêter cet anniversaire qui n’a rien de particulier, on remonte voir son ami à Colmar, où le musée Unterlinden présente Rodtchenko Collection Musée Pouchkine (8 juillet-2 octobre 2017).

JPEG - 158.5 ko

 

Musée Unterlinden, place Unterlinden, 68000 Colmar.


À Paris, à La Villette, le Cinéma en plein air, 27e édition (20 juillet-20 août 2017), ça commence ce soir, juste quand le temps a fraichi.
Pas d’inquiétude, à terme, le réchauffement qui nous arrive avec des températures en yoyo rapide, les canicules à répétition, c’est avéré et reconnu y compris sur les médias les moins avant-gardistes.
Profitons le plus longtemps possible des traditionnelles "belles et chaudes nuits d’été".

La Villette, c’est gratuit, c’est sympa, ça ouvre à partir de 20h30.
Ça commence "à la tombée de la nuit", donc à des heures évolutives au fur et à mesure que l’été avance.
Le thème de cette année : À table !


 

Ce soir, ça commence avec :

* À 22h30 : The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson (2013).
Prenez une petite laine. On peut louer des transats et des couvertures su place.

On recommande tout spécialement à ceux qui ne l’auraient pas encore vu, dimanche 23 juillet 2017, un film inaltérable, qui n’était encore, il y a 45 ans, que de la science-fiction dure, et qui, aujourd’hui, commence à ressembler sérieusement à une perspective proche.

* À 22h30 : Soleil vert (Soylent Green) de Richard Fleischer (1973).

Faites votre programme.

La Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, Prairie du Triangle, 75019 Paris.


À Paris toujours, au Pavillon de l’Arsenal, vernissage de Réinventer la Seine (21 juillet-3 septembre 2017). Entrée libre.

JPEG - 323.3 ko

 

Il fut un temps où on se baignait dans la Seine à Paris. Sous le Pont de Solferino, il y avait la plage des Tuileries, et celle du Quai de Sully, par exemple. Doisneau a immortalisé un plongeur au pont d’Iéna.

JPEG - 122.5 ko

 

JPEG - 148 ko

 

Il y avait d’ailleurs des plages dans toutes ses boucles, avec des maîtres-nageurs et tout. Sur le site de Yainville, de jolis souvenirs.

Il y a eu aussi la vieille piscine mauresque flottante Deligny, à côté de l’Assemblée nationale, à partir de 1801, où il paraît que George Sand allait se baigner.

JPEG - 64.6 ko

 

Dans les années 70, plus de championnat et on n’y apprenait plus à nager, c’était devenu un autre genre, un lieu de drague aux "mœurs douteuses" comme le racontent l’INA ou Gabriel Matzneff.
Surtout, on y était quand même un peu esquiché.

JPEG - 134.3 ko

 

JPEG - 158.4 ko

 

Enfin, sauf chez Éric Rohmer (La Carrière de Suzanne, 1963), mais son univers à lui est enchanté.

JPEG - 107.2 ko

 

JPEG - 129.4 ko

 

JPEG - 130.7 ko

 

JPEG - 109.7 ko

 

Deligny avait été endommagée en 1989, puis avait carrément coulé en juillet 1993.

JPEG - 110.8 ko

 

Aujourd’hui, il y a la piscine Joséphine-Baker, à côté de la Bibliothèque nationale, mais comme avec les bassins de la Villette ouverts cette année, y a pas photo avec la mythique Deligny.

Quoiqu’il en soit, la Seine est tellement sale qu’on n’a même plus envie d’y finir ses jours.

À l’Arsenal, on a quelques idées d’avenir, et pas seulement pour la baignade, pour ce beau fleuve, tant aimé, tant chanté.


 

À propos, avez-vous déjà remarqué qu’en anglais - un seul mot, the river - on ne fait pas la différence entre les fleuves et les rivières, i.e. entre les cours d’eau qui vont vers la mer, et ceux qui ne sont que des affluents ?
Les langues ne sont pas que des mots de hasard, elles sont des visions du monde.
Et, là, il y a de quoi réfléchir à quelques hiérarchies.


À Londres, les deux Tate - la Britain et la Modern - dialoguent et se font des clins d’œil, en échos de leurs expositions respectives en cours.

Aujourd’hui, la Tate Britain célèbre le poète new yorkais Langston Hughes (1902-1967), activiste de la Harlem Renaissance dans les années 20, avec un film rare fait de footages d’époque et d’éléments narratifs écrits.

* À 19h00 : Looking for Langston de Isaac Julien (1989).

Projection en version originale de 16 mm, suivie d’un débat avec Zoe Whitley.

JPEG - 245.1 ko

 

Après demain, samedi 22 juillet 2017, la Tate Modern propose, en deux séances, des documentaires afro-américains sous le titre général How it’s Feel to Be Free.

* À 14h00 : How It Feels to Be Free : Take One.

Four Women de Julie Dash (1975) ; Symbiopsychotaxiplasm : Take One de William Greaves (1968).

JPEG - 292.6 ko

 

* À 17h00 : How It Feels To Be Free : A Portrait Study.

Remembrance : A Portrait Study de Edward Owens (1967) ; Shopping Bag Spirits and Freeway Fetishes : Reflections on Ritual Space de Barbara McCullough (1981).

JPEG - 189 ko

 

Pour mémoire, les expos référentes :

* Queer British Art (1861-1967) (5 avril-1er octobre 2017).
Tate Britain, Millbank, London SW1P 4RG.

* Soul of a Nation (12 juillet-22 octobre 2017)
Tate Modern, Bankside, London SE1 9TG.



Mercredi 19 juillet 2017

 

Les sorties sur les grands écrans

* Un vent de liberté de Behnam Behzadi (2016).

* La Région sauvage (La region salvaje) de Amat Escalante (2016).

* Tom of Finland de Dome Karukoski (2017).

* Barrage de Laura Schroeder (2017).

* Été 93 (Estiu 1993) de Carla Simon Pipó (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Le Destin de madame Yuki de Kenji Mizoguchi (1950).

* Nuages épars (Midaregumo) (Yuki fujin ezu) )de Mikio Naruse (1967).

* Rembrandt fecit 1669 de Jos Stelling (1982).



Mardi 18 juillet 2017

 

George A. Romero (1940-2017) est mort avant-hier, dimanche 16 juillet 2017.
Les morts, les vivants, les hésitants, les immortels et autres zombies, tous sont en deuil.

On dit que, quand il a emprunté le fameux passage, il était en train d’écouter la bande originale de son film favori, The Quiet Man de John Ford (1952).

On dit aussi que ça s’est passé dans son sommeil. Ce qui n’est pas incompatible.

Les deux façons les plus cool d’entrer dans la légende.
Et d’en revenir à tout moment, si nécessaire.

JPEG - 192.5 ko

 

Tout sur la tétralogie des zombies.



Lundi 17 juillet 2017

 

Bon anniversaire Das Kapital, tome 1 !

JPEG - 432.4 ko

 

Et toutes nos félicitations à l’heureux père (1818-1883).

Né à Londres, le 17 juillet 1867, qui était un mercredi, après une longue gestation, il a régulièrement défrayé la chronique sur le devant de la scène internationale ou accompagné la vieille taupe de l’Histoire, dans ses insondables souterrains, selon les époques, mais il a toujours bon pied bon œil à 150 ans accomplis.

Il ne faut pas croire que la mécanique dévoilée dans cette prodigieuse progéniture n’appartient qu’aux révolutionnaires prolétaires unis du monde entier.
Elle est aussi disponible sur les étagères des dits capitalistes, qui ont toujours su, fort habilement, en tirer les leçons et retomber droits sur leurs pattes arrière.

JPEG - 505.9 ko

 

Ils ont bien compris que c’était juste une question de présentation, peut-être même une simple question de ton.
Il suffit d’être propre sur soi et et de proclamer "Enrichissez-vous !", comme autrefois, il y a bien longtemps, et ça marche encore. Jusqu’à nouvel ordre.

JPEG - 577.4 ko

 

C’est ce que raconte Tom Otterness, et ses "petits hommes", comme façonnés par le camarade Reich et planqués aux stations 14th Street et Eighth Avenue du métro de New York.

JPEG - 508.8 ko

 

JPEG - 473.5 ko

 

En attendant (le nouvel ordre), l’heureux père remet ses pompes pour se mettre en marche. Il est pas rendu, il a encore du chemin.

JPEG - 161 ko

 

Qu’est-ce qu’un capitaliste ?
C’est un croyant, avec une foi inébranlable.

JPEG - 567.8 ko

 

Il croit que l’argent fait des petits, et qu’il suffit de le semer pour le récolter (ou mieux : de trouver quelqu’un pour le faire à sa place).

JPEG - 256.8 ko

 

Il croit aussi que le bel argent nourrit son homme, même dans un désert sans eau et par 60° à l’ombre sous les palmiers en zinc.

Il croit encore que le déluge, c’est forcément après lui-même (sa descendance ne devrait pas être concernée, il l’envoie à la guerre).
Il croit d’ailleurs que les linceuls ont des poches.

Il croit enfin qu’avoir plusieurs maisons finit par générer le don d’ubiquité.

JPEG - 337.2 ko

 

C’est même un idolâtre radicalisé.

Son Veau est en or - ou en laiton, pourvu que ça brille, quelle différence , -, il s’est calcifié en chose, comme lui-même.
Lui et son Veau sont à vendre au plus offrant.

JPEG - 3.1 Mo

 

Selon les époques, et chaque fois que c’est nécessaire à son expansion (il se vit comme l’Univers même), il flingue à tout va tout ce qui gêne sa croissance.

L’heureux père le croyait mortel. Il avait tout compris, sauf ça.
Le capitaliste appartient à la Terre, comme l’anneau appartient à Saturne.
Il est quasiment un élément cosmologique.
Ces derniers temps, on dirait que la puissante et imprévisible vieille taupe, même déguisée en crocodile, n’en viendra pas à bout.

JPEG - 417.4 ko

 

Bon anniversaire quand même, Das Kapital.
C’est l’honneur de l’’espèce humaine d’avoir essayé.
Et, son espoir d’avoir inventé la fameuse "seconde chance".

JPEG - 164 ko

 


À Paris, cet été, deux plages (8 juillet-3 septembre 2017), au bord de la Seine et au bassin de la Villette, mais, cette année, pas de sable donc pas de château pour les gens.
Pas de pavés non plus.

JPEG - 259.6 ko

 

On peut se changer les idées, gratuitement et sans engagement aucun, avec du carton et Olivier Grossetête, en construisant La Ville éphémère (17-30 juillet 2017).

JPEG - 584.8 ko

 

La Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.


Toujours à Paris, à la recherche de fraicheur ?
Nostalgie des énergies renouvelables ?

Avant qu’ils ne s’embarquent dans on ne sait quelle mutation à base de pétrole et de plastique, un coup d’œil aux océans, aux bateaux à voile et aux marins de ce temps-là.

JPEG - 370.3 ko

 

Au Palais de la porte dorée, Aventures océanographiques. Navires et marins au service de la science (9 mai-3 septembre 2017).

Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris.


À New York City, au MoMA, on explore l’inquiétante étrangeté du futur avec : Future Imperfect : The Uncanny in Science Fiction (17 juillet-31 août 2017).

Pas de voyage intersidéral, pas d’invasion, pas de monstres, et pas d’avenir lointain.
Juste, les états de conscience, le désir, la mémoire, le temps, ici et maintenant, très bientôt, autrement.

JPEG - 206.4 ko

 

En association avec la Berlinale et le Deutsche Kinemathek-Museum für Film und Fernsehen, 70 films de science-fiction venus de 22 pays avec des cinéastes aussi divers que Kathryn Bigelow, Kinji Fukasaku, Rikwit Ghatak, Jean-Luc Godard, Georges Méliès, Michael Snow, Alexander Sokurov ou Steven Spielberg.

Et avec des invités prestigieux comme John Sayles, Michael Almereyda, Larry Fessenden, Lynn Hershman Leeson…

Aujourd’hui, à 16h00, deux films.

* 6 Hours to Live de William Dieterle (1932).

JPEG - 339 ko

 

* It’s Great to Be Alive de Alfred L. Werker (1933).

JPEG - 357.3 ko

 

Faites votre programme.

MoMA, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.


À Londres, à la Tate Modern un peu d’âme avec Soul of a Nation : Art in the Age of Black Power (12 juillet-22 octobre 2017).

JPEG - 158 ko

 

Tate Modern, Bankside, London, SE1 9TG.


Et puis l’été, le monde ralentit, alors on prend le temps, celui des idées comme celui de la vie quotidienne.
On apprend ce qui va nous être très utile, ce savoir des "bonnes femmes" et des bricoleurs, des pauvres intelligents du vaste monde, pour ne rien faire dans l’urgence quand le temps sera venu.
On lit de vrais livres sur papier, par exemple trois usuels de la revue Techniques et culture.

* Thomas Golsenne & Patricia Ribault éds., "Essais de Bricologie", Techniques et culture n°64, Éditions de l’EHESS, 2015.

JPEG - 245 ko

 

* Frédéric Joulian, Yann-Philippe Tastevin & Jamie Furniss éds., "Réparer le monde", Techniques et culture n°65-66, Éditions de l’EHESS, 2016.

JPEG - 161.3 ko

 

* Emmanuel Grimaud, Denis Vidal & Yann Philippe Tastevin éds., "Low tech ? Wild tech !", Techniques et culture n°67, Éditions de l’EHESS, 2017.

JPEG - 39.6 ko

 

On avait, depuis longtemps, quitté la High Tech, on en était resté à la Low Tech.
Voici la Wild Tech.



Samedi 15 juillet 2017

 

Bon week-end avec un cadeau de notre ami Stéphane Elmadjian.

JPEG - 63.9 ko

 

* Télé Léthé de Philippe Welsh (2014).

Texte dit par Anne Alvaro, Gillian Cavan Lynch, Denis Lavant, Arnaud Simon.

Voir en entier le film est inspiré d’un ouvrage passé inaperçu : La Vie sur Terre de Baudouin de Bodinat (1996).


 

Ce qui nous entraîne aux sources :

L’Encyclopédie des nuisances aka Dictionnaire de la déraison dans les arts, les sciences et les métiers (15 fascicules entre 1984 et 1992) est une revue fondée par Jaime Semprun, dont la collection complète est disponible en version numérisée.

La revue s’est prolongée ensuite avec une maison d’édition : les Éditions de l’Encyclopédie des nuisances.

JPEG - 405.3 ko

 

Bonnes lectures :

* Baudouin de Bodinat, La Vie sur Terre. Réflexions sur le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes, 2 tomes, Editions de l’Encyclopédie des nuisances, 1996 & 1999.

* René Riesel, Remarques sur l’agriculture génétiquement
modifiée et la dégradation des espèces,
Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 1999.

* Jean-Marc Mandosio, Après l’effondrement. Notes sur l’utopie néotechnologique, Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, 2000.

* Marcel Leglou, "La Société industrielle comme extermination", À Contretemps, n°2. avril 2001.

* Christian Adam, Réflexions sur le peu de joie de vivre que contient la Terre où nous sommes (2009).

Bonus :
On découvre ensemble le site Apophtegme, "le site des amoureux, des artistes et des curieux", où, à première vue, il y a de tout.
Va falloir voir ça de plus près, et, sans doute, être sélectif.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 15 au 21 juillet 2017.



Vendredi 14 juillet 2017

 

Le site Là-bas si j’y suis, nous donne l’idée juste du jour, en nous renvoyant à un film que nous avons souvent cité sur ce site :

* Howard Zinn, une histoire populaire américaine de Olivier Azam & Daniel Mermet (2015).
On le trouve chez Les Mutins de Pangée.


 

Le "peuple", notion de plus en plus mythique...

JPEG - 300.2 ko

 

... veut du pain et des jeux.
Et aux défilés militaires, il préfère souvent les bals.

JPEG - 293 ko

 

JPEG - 84.5 ko

 

JPEG - 320.2 ko

 

Ou l’anonymat des grafs et des réseaux sociaux, dont nul ne sait encore de quel type de révolution collective, ils sont capables.

JPEG - 59.9 ko

 



Mercredi 12 juillet 2017

 

À la Cinémathèque, Vittorio Cottafavi (1914-1998). Mélos, aventures et péplums (12-30 juillet 2017).

Ce soir :

* À 20h00 : Les Cent Cavaliers (I Cento cavalieri) de Vittorio Cottafavi (1964).

JPEG - 27.6 ko

 

Goût particulier pour :

* Good Cop, Bad Cop. Figures du policier dans le cinéma américain des années 1960-1970 (5-30 juillet 2017).

Ce soir :

* À 19h15 : Le Flic ricanant (The Laughing Policeman) de Stuart Rosenberg (1973).

JPEG - 160.9 ko

 

Les séances sont présentées par Philippe Garnier, Nicolas Saada, Yal Sadat.
Et peut-être Frederick Wiseman.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Sinon, du cinéma un peu partout, en attendant les grands festivals de l’été, Locarno et Venise.
Et notamment en plein air, parce que "c’est l’été", que, d’habitude, on adore. Mais est-ce bien raisonnable, désormais, alors que le/les temps changent ? La nuit du lundi 10 juillet 2017 et le matin du mardi, il est tombé, en une heure, l’équivalent d’un mois de flotte sur Paris. Comme si l’Être suprême nous versait, soudainement, une immense lessiveuse sur la tête. Rêve du petit crachin irlandais.

* À Grenoble, en plein air, le Festival du film court en plein air, 40e édition (pour mémoire, 4-8 juillet 2017).

JPEG - 233 ko

 

* À Toulouse, en plein air (5 juillet-26 août 2017).

JPEG - 350.8 ko

 

Avec une exposition : Roger Soubie, l’Américain (4 juillet-26 août 2017).

JPEG - 346.7 ko

 

Cinémathèque de Toulouse
, 69 rue du Taur, 31000 Toulouse.

* À Lyon, en plein air, Les Inattendus et leurs Toiles d’été, tous les lundis de juillet 2017. Entrée libre sans réservation.

Place Bahadourian, 69003 Lyon.

* À Paris, La Villette en plein air (20 juillet-20 août 2017).

Et puis :

* À Angoulême, Gaumont s’installe : 120 ans de cinéma. Gaumont depuis que le cinéma existe (4 juillet-31 décembre 2017).


 

* À New York, au MoMA, à l’abri et à la fraiche, avec un hommage The Impeccable Deborah Kerr (6 juillet-31 août 2017).

JPEG - 479.4 ko

 

Et du cinéma partout ailleurs, dans les régions du monde où il n’y a pas (encore) la guerre.
Suffit de chercher sur le Net, tant qu’il n’y a pas de panne.

D’ailleurs, les salles de cinéma traditionnelles avec des vrais écrans "normaux" existent encore, en tout cas dans les villes.


Les sorties sur les grands écrans

* On the Milky Road (Na mlečnom putu) de Emir Kusturica (2016).

* Avant la fin de l’été de Maryam Goormaghtigh (2017).

* Song To Song de Terrence Malick (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Le Lauréat (The Graduate) de Mike Nichols (1967).

* L’Empire des sens (Ai no korīda) de Nagisa Oshima (1976).

* Equus de Sidney Lumet (1977).

* La Ligne rouge (The Thin Red Line) de Terrence Malick (1998).



Mardi 11 juillet 2017

 

Isabelle Sadoyan (1928-2017) est morte hier, lundi 10 juillet 2017.

Pour nous, elle demeure une comédienne de théâtre, et plus spécialement une comédienne de Roger Planchon, avec qui elle a travaillé dès 1950, à la Comédie de Lyon, puis au Théâtre de la Cité à Villeurbanne.
Elle avait donc, naturellement, enchaîné avec Patrice Chéreau, quand celui-ci avait rejoint Planchon au TNP Villeurbanne, entre 1971 et 1977.
Et tous ceux de la Décentralisation théâtrale, devenue légendaire, mais pas seulement.
Le théâtre est un art volatile, qui laisse des traces indélébiles seulement dans les mémoires, mais bien peu dans les archives, et notamment sur Internet. Pour le théâtre, pas d’équivalent de IMDB, cet outil incontournable, malgré ses imperfections.
Pour la retrouver, il faut chercher.
On peut signaler quand même Webthea, mais seulement depuis 1999,

Isabelle Sadoyan a aussi été adopée, assez vite, par le cinéma, dès 1969 par Claude Sautet, et, de René Allio à Jean-Luc Godard en passant par Krzysztof Kieślowski, elle y a mené une longue carrière, jusqu’à cette année 2017.
Quand on pense à elle, on pense aussi à son compagnon Jean Bouise (1929-1989) qu’on aimait tendrement.

C’était une Lyonnaise.

Le Progrès raconte comment, à la suggestion de Sonia Bove, elle avait donné toutes ses archives, l’année dernière.

JPEG - 331.2 ko

 

Les fidèles, ceux d’Avignon par exemple, pourront assister, jeudi 13 juillet 2017, à la première projection publique du documentaire qui lui sera dédié.

* À 16h00 : Une aventure théâtrale. 30 ans de décentralisation de Daniel Cling (2017).


 

Nef des Images, Église des Célestins, 84000 Avignon.


À Marseille, commence le Festival international de cinéma 2017 (FID), 28e édition.

JPEG - 54.5 ko

 

Avec à l’honneur et en sa présence : Roger Corman & Co, un ange sauvage à Hollywood.

Corman est né le 5 avril 1926, et il a réalisé une cinquantaine de films, à partir de 1955.

Mais - on l’oublie parfois - il a été aussi comme un grand chef de bande du cinéma indépendant en produisant, en même temps, des centaines de films de genres, à partir de 1970 et jusqu’à 1983, avec sa propre maison de production, la New World Pictures (aka New World Entertainment, puis New World Communications, ce qui en dit long sur son éclectisme éclairé et les genres qui lui plaisaient).

JPEG - 362.8 ko

 

Et il a enfin distribué, jusqu’en 1997, de grands chefs-d’œuvre du cinéma européen, Bergman par exemple, ou Kurosawa, ou Fellini.

Il est un "cinéphile" de la plus belle espèce qui soit, sans le moindre sectarisme.

Ce soir, cérémonie d’ouverture au Théâtre Silvain en entrée libre.

* À 21h30 : The Masque of the Red Death (Le Masque de la mort rouge) de Roger Corman (1964).

JPEG - 370 ko

 

Faites votre programme (sélection officielle, coméptitions nationale et internationale, compétition premier film, écrans parallèles, séances spéciales, rencontres et tables rondes, etc.)

Association Vue sur les docs, 14 allées Léon-Gambetta, 13001 Marseille.



Dimanche 9 juillet 2017

 

Bon anniversaire à David Hockney, 80 ans aujourd’hui.
On le fête partout, Hockney, et il n’est pas à la retraite.

JPEG - 116.6 ko

 

* À la Tate Britain à Londres (9 février-29 mai 2017).

* À Beaubourg à Paris (21 juin-23 octobre 2017).

* À la Ca’ Pesaro à Venise (24 juin-22 octobre 2017).

JPEG - 359.6 ko

 

* Au MET Breuer à New York (27 novembre 2017-25 février 2018).

Long Life to Him !

Souvent, les peintres vivent très vieux. La térébenthine, élixir de jeunesse ?

JPEG - 239.5 ko

 


Elsa Martinelli (1935-2017) est morte hier, samedi 8 juillet 2017.

S’il y en a une d’immortelle, c’est bien elle.


 



Samedi 8 juillet 2017

 

À Bologne, on a retrouvé Neptune qu’on croyait disparu sous les échafaudages.

Il fait des affaires.

C’est très tendance.

JPEG - 530.3 ko

 


À Tarnac, aujourd’hui, commencent les Rencontres de l’École de la Terre et la semaine Décloisonner l’avenir, sur la SF et l’imaginaire communal. (8-14 juillet 2017).

JPEG - 384.7 ko

 

Sous les auspices de Isabelle Stengers.

Selon mon hypothèse, la science-fiction a su quant à elle hériter de la mise en aventure expérimentale de nos idées - cette mise en aventure qui manque cruellement aux sciences humaines. On peut même dire que la SF pratique un mode de fiction qui opère un reclaim [une sorte de réappropriation radicale, NdT] par rapport aux sciences humaines.

Isabelle Stengers, "SF antiviral, ou comment spéculer sur ce qui n’est pas là",
in Cahiers d’enquête politique, Les Éditions des mondes à faire, 2016.

JPEG - 224.1 ko

 

* À 15h00 : Désincarcérer le futur.
Avec Alain Damasio et Catherine Dufour.
Entrée libre et restauration sur place.

S’inscrire.

Salle des fêtes de Tarnac, 2 avenue de la Mairie, 19170 Tarnac.

 

JPEG - 121.2 ko

 

En post scriptum, des bonnes lectures en tous genres pour l’été :

* Guy Lardreau, Fictions philosophiques et science-fiction, Éd. Actes Sud, 1988.

* Philip K. Dick, Si ce monde vous déplaît et autres écrits, Éd. de l’Éclat, 1998.

* Donna Haraway, "Manifeste cyborg", in Des singes, des cyborgs et des femmes, Éd. Chambon/Rouergue, 2009.

* Gestes spéculatifs, Actes du colloque de Cerisy de 2013, Éd. Les Presses du réel.

* Pablo Servigne & Raphael Stevens, Comment tout peut s’effondrer, Seuil, 2015.

* Ursula Le Guin, Le langage de la nuit, Éd. Forges de Vulcain, 2016.

* Anthony Peake & Bernard Werber, Philip K. Dick, L’Homme qui changea le futur, Éd. Hugo et cie, 2016.

* Benoît Christel, Pierre Magne & Arnaud Marie, The Walking Dead : Guide de survie conceptuel, Éd. Eyrolles, 2016.

* Isabelle Stengers, "SF antiviral, ou comment spéculer sur ce qui n’est pas là", in Cahiers d’enquêtes politiques, Éd. des Mondes à faire, 2016.

Cf. aussi une bibliographie générale.

JPEG - 125.3 ko

 

Cf. aussi, en ligne, la revue Jef Klak, Critique sociale & expériences littéraires.

* Georges Lapierre, Magie et dissidence chez les peuples du Mexique, 2014.

* Le Prix du progrès. Les sorcières néopaïennes et la science moderne.
Entretien avec Isabelle Stengers, avec Mathieu Rivat & Aurélien Berlan.

* Mickaël Correia, Le Naufrage de Thésée. Techno-utopies
et mythologies du transhumanisme.

Et aussi :

* Alain Damasio, Science-fiction et politique, vidéo 2015.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 8 au 14 juillet 2017.



Vendredi 7 juillet 2017

 

Les Rencontres Déconnomiques 2017 commencent aujourd’hui (7-9 juillet 2017).

JPEG - 54.4 ko

 

Elles se déroulent depuis 2012.


 

En 2017, elles ont été inaugurées avec Jacques Généreux, et les Amis du Monde diplo, comme on l’annonçait le 24 juin 2017.

Au cours de ces trois jours, on va se poser les bonnes questions.
Genre : Peut-on retrouver le plein-emploi et le goût du bonheur ? Devenir cadre en début de carrière : en route vers une féminisation ? Qu’est-ce que le travail non qualifié ? Le travail est-il une marchandise ? L’économie des données et l’ubérisation de la société ? Désautomatisation, déprolétarisation, territoires et coopératives de savoir ? Automatisation et créativité ? Quel impact sur l’emploi d’une bifurcation écosocialiste de la société ? Le new management : une gestion du travail criminelle et économiquement inepte ?

Et probablement conclure qu’une autre économie serait possible. Et peut-être encore un peu efficace, qu’il n’est pas trop tard, que la course vers l(’abîme peut au moins être freinée.

JPEG - 428.7 ko

 

Présentation de la bande dessinée Terreur sur le CAC 40 de Isa, Fluide glacial, 2016.

Alors voilà le programme 2017.

Parc Saint Mitre, avenue Jean-Monnet, 13090 Aix-en-Provence.



Jeudi 6 juillet 2017

 

Pierre Henry (1927-2017) est mort et avec lui, meurt toute une époque où l’avant-garde devenait aisément lieu commun, où tout le monde était résolument moderne.

Cette belle époque était la seconde vague de l’amour des machines, après le futurisme. La machine et le vivant étaient encore séparés, et, entre eux, il y avait une possibilité d’amour ou de haine, en tout cas d’interlocution.

JPEG - 317.4 ko

 

Ce genre d’hommes (sérieux comme certains papes et capables de faire jerker dans tous les bals et toutes les classes) est généralement couvert d’honneurs.

JPEG - 458.1 ko

 

Il ne faut, pour autant, ni les idolâtrer ni s’en détourner. Ce sont juste des personnages historiques. Il faut, sereinement, les regarder, les écouter, les digérer, les replacer dans leur époque. Bref s’en nourrir.

JPEG - 90.4 ko

 

"Ici et maintenant", les machines et les vivants commencent à fusionner, les machines, d’outils qu’elle étaient, sont insidieusement devenues drogue addictives puis prothèses.
On peut aussi dire que les machines ont gagné, et sont en voie de pénétrer nos corps, pas seulement pour les réparer mais pour prendre le contrôle de toutes leurs autres fonctions, y compris l’amour de l’art et les plaisirs attenants.

JPEG - 166.6 ko

 

Pierre Henry, avec quelques autres, fut un de ces annonciateurs, dont une partie de l’œuvre diffusa la "bonne parole" à tous, puissants et misérables.


Aujourd’hui, commence le Festival d’Avignon, 71e édition, le plus grand festival de théâtre du monde (6-26 juillet 2017).

JPEG - 274.8 ko

 

Ce soir, dans la Cour d’honneur du Palais des Papes :

* À 22h00 : Antigone de Sophocle, mise en scène de Satoshi Miyagi (6-12 juillet 2017).

JPEG - 249 ko

 

JPEG - 502.5 ko

 

Le spectacle est en japonais, sous-titré français.

Il est accompagné de deux rencontres à Louis-Pasteur.

* Samedi 8 juillet 2017, à 16h30 : Rencontre des artistes.
Avec Satoshi Miyagi et l’équipe artistique de Antigone ainsi que Rémi Alcaraz, Thibaut Courbis, Margot Dacheux.

* Lundi 10 juillet 2017, à 16h30 : Antigone tragédie nécessaire.
Avec la revue Théâtre / Public, et Satoshi Miyagi, Yoshiji Yokoyama, Tiphaine Karsenti, Christian Biet.

Faites votre programme.

N’oubliez pas le Off (7-30 juillet 2017).

Festival d’Avignon, 20 rue du Portail-Boquier, 84000 Avignon.



Mercredi 5 juillet 2017

 

Les sorties sur les grands écrans

* Anna de Jacques Toulemonde Vidal (2015).

* Kóblic de Sebastián Borensztein (2016).

* Les Hommes du feu de Pierre Jolivet (2016).

* Entre deux rives (Geu-mul) de Kim Ki-duk (2016).

* I Am Not Madame Bovary (Wǒ Búshì Pān Jīnlián) de Feng Xiaogang (2016).

* Embrasse-moi ! de Océane Michel & Cyprien Vial (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Memories of Murder (Hangeul) de Bong Joon-ho (2003).

Et cinq films de Andreï Tarkovski

* L’Enfance d’Ivan (1962) ;

* Andreï Roublev (1966) ;

* Solaris (1972) ;

* Le Miroir (1975) ;

* Stalker (1979).



Dimanche 2 juillet 2017

 

Ciao Bologna !

JPEG - 725.5 ko

 

JPEG - 516.6 ko

 

JPEG - 380.6 ko

 

Voici venir l’orage.
Et, sous les arcades du palazzo Re Enzo, on s’est dit tous les secrets.

JPEG - 504.2 ko

 

JPEG - 234.6 ko

 

JPEG - 184.8 ko

 

JPEG - 397.5 ko

 

JPEG - 226.8 ko
JPEG - 242.9 ko

 

JPEG - 181.7 ko
JPEG - 199.1 ko

 

JPEG - 191.6 ko
JPEG - 182.3 ko

 

Gianluca Farinelli a évoqué quelques épisodes forts de la semaine.

JPEG - 386.3 ko

 

JPEG - 364 ko

 

JPEG - 368.1 ko

 

Un salut tout particulier à cette énigmatique sentinelle qui veille sur les soirées, sous l’arcade de la piazza Maggiore.

JPEG - 405.2 ko

 



Samedi 1er juillet 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal (Jolly)

* À 11h30 : Little Man, What Now ? de Frank Borzage (1934).
Un des grands films des années 30 - en français Et demain ? -, d’après le roman de Hans Fallada. L’Allemagne vue par Borzage, aussi fortement que dans Trois camarades et Mortal Storm. Avec Margaret Sullavan, l’inoubliable.

JPEG - 81.5 ko

 

Vieux pots, bonne soupe (Arlecchino)

* À 11h15 : Les Amis d’Eddie Coyle (The Friends of Eddis Coyle) de Peter Yates (1973).

JPEG - 71.4 ko

 

* À 14h00 : Sur la piste des Mohawks (Drums Along the Mohawks) de John Ford (1939).

JPEG - 101.8 ko

 

* À 16h15 : Blow Up de Michelangelo Antonioni (1966).

JPEG - 55.5 ko

 

* À 18h30 : Le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir (1935).

JPEG - 78 ko

 

Nicole Vedrès (Auditorium & Scorsese)

* À 12h00 : Il cinema secondo Nicole Vedrès. Témoignages sur la cinéaste (Auditorium).

Les Yeux et la mémoire (1968) ; Nicole Vedrès à propos de la rentrée littéraire (1958) ; Jean Rouch à propos de Gare du nord (1965) ; Prix Jean-Vigo (1960).
Avec Laurent Vedrès, Émilie Cauquy et Bernard Eisenschitz.

JPEG - 131.8 ko

 

* À 18h00 : Nicole Vedrès. Quando il secolo prende forma.
Amazone (1952) et Aux frontières de l’homme (1953).

Suite et fin des œuvres complètes de NV : deux courts documentaires, le premier destiné à l’Encyclopédie filmée, le second coréalisé avec Jean Rostand.
Présentation de Émilie Cauquy.

JPEG - 162.8 ko

 

Piazza Maggiore

* À 21h45 : Visages villages de Agnès Varda & JR (2017).
Présentation par Agnès Varda et JR.

JPEG - 112.6 ko

 

JPEG - 311.8 ko

 

Écouter Varda sur France Cul.

C’est le dernier jour du festival. Les festivaliers ont commencé à faire leurs valises. Ceux qui restent jusqu’à la fin sont heureux de trouver enfin des places facilement.

Pour mémoire :

Jeudi dernier, le 29 juin 2017, le jury des DVD Awards s’est réuni et a décerné ses prix. C’est une très belle cuvée.

Les finalistes.

Le palmarès.

JPEG - 405.4 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Saint-Paul de Vence, à la Fondation Maeght, cet été, c’est Eduardo Arroyo qui règne (1er juillet-19 novembre 2017).

JPEG - 463.6 ko

 

* À 15h00 : Eduardo Arroyo. Dans le respect des traditions.
Vernissage.

Fondation Maeght, 623 chemin des Gardettes, 06570 Saint-Paul-de-Vence.



 

JUIN 2017

 



Vendredi 30 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal (Jolly)

* À 11h30 : By Candlelight de James Whale (1933).
Entre L’Homme invisible et La Fiancée de Frankenstein, Whale tourne cette adaptation d’une pièce de théâtre (d’après P.G. Wodehouse, ce qui est alléchant), une des rares comédies qu’il ait tournées.

JPEG - 88.2 ko

 

1917 (Mastroianni)

* À 10h30 : Furcht de Robert Wiene (1917).
Wiene n’est donc pas l’auteur du seul Cabinet du Dr Caligari. Avec Conrad Veidt, en prêtre hindou.

JPEG - 70.2 ko

 

Vieux pots, bonne soupe (Arlecchino)

* À 14h15 : L’Ange des maudits (Rancho Notorious) de Fritz Lang (1952).

JPEG - 71.5 ko

 

* À 16h00 : L’Insoumis de Alain Cavalier (1964).

JPEG - 86.1 ko

 

* À 18h00 : Cendres et Diamants (Popiót i Diament) de Andrzej Wajda (1958).

JPEG - 83.6 ko

 

* À 21h30 : Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia (Bring Me The Head of Alfredo Garcia) de Sam Peckinpah (1974).
No comments.

JPEG - 101.8 ko

 

Nicole Vedrès (Scorsese)

* À 16h00 : La vie commence demain de Nicole Vedrès (1950).
Documentaire-témoignage dans lequel tout ce qui comptait dans les arts et lettres du moment vient s’expliquer.

JPEG - 122.7 ko

 

Restaurati (Mastroianni)

* À 16h30 : Secrets de Frank Borzage (1924).
Après Until You Get Me, mardi dernier, et avant Little Man, What Now ?, demain, un nouvel exemple du savoir-faire de l’auteur. Produit et interprété par Norma Talmadge, actrice à redécouvrir.

JPEG - 90.9 ko

 

Piazza Maggiore

* À 21h45  : Steamboat Bill Jr. (Cadet d’eau douce) de Charles Reisner (1928).
Même s’il n’est pas signé par Keaton, c’est un film de lui, totalement - avec une des plus belles tempêtes jamais filmées.
Accompagné par l’orchestre du Teatro Comunale di Bologna, musique et direction par Timothy Brock.


 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À La Rochelle, s’ouvre aujourd’hui le Festival, 45e édition (30 juin-9 juillet 2017).

JPEG - 250.8 ko

 

Avec des rétrospectives de Andreï Tarkovski (1932-1986), Alfred Hitchcock (1899-1980) et Michael Cacoyannis (1922-2011).

Et des hommages à Laurent Cantet, Rubén Mendoza, Volker Schlöndorff, Katsuya Tomita, Andrei Ujica.

Soirée d’ouverture dans la grande salle La Coursive.

* À 20h15 : Barbara de Mathieu Amalric (2017).

JPEG - 114.9 ko

 

Faites votre programme.

Lieux et salles du festival.


À Paris, à la MEP, les expositions de l’été 2017 (28 juin-27 août 2017).

* Mémoire et lumière. Photographie japonaise, 1950-2000.
Cette exposition est dédiée à la mémoire de Keiichi Tahara (1951-2017) et de Hiroshi Yamazaki (1946-2017).

JPEG - 255.1 ko

 

Avec une visite commentée demain, samedi 1er juillet 2017.

* Bernard Pierre Wolff. Photographies, 1971-1984

JPEG - 191.7 ko

 

Maison européenne de la photographie (MEP), 5-7 rue de Fourcy, 75004 Paris.


Au Jeu de Paume, les grandes expositions de l’été ont ouvert dès le mois de juin.

* Ed van der Elsken. La vie folle (13 juin-24 septembre 2017).


 

* Ismaïl Bahri. Instruments (13 juin-24 septembre 2017).


 

* Oscar Murillo. Estructuras resonantes (13 juin-24 septembre 2017).


 

Et aussi :

* Au Château de Tours :Willy Ronis (28 juin-29 octobre 2017).

JPEG - 326.6 ko

 

* À Arles : Paz Errázuriz. 
Une poétique de l’humain (3 juillet-24 septembre 2017).

Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris.



Jeudi 29 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal (Jolly)

* À 9h00 : Young Desire de Lewis B. Collins (1930).
Film inconnu d’un cinéaste qui ne l’est pas moins. La découverte du jour ?

JPEG - 108 ko

 

* À 11h30 : Sensation Seekers de Lois Weber (1927).
Elle est bien mieux connue que le réalisateur précédent, puisque Bologne lui a consacré un hommage il y a quelques années. Cette cinéaste prolifique (38 longs entre 1915 et 1934 et 100 courts auparavant) a signé plusieurs films notables et au moins un chef-d’œuvre, Shoes (1916). Alors, celui-ci ? Réponse aujourd’hui.

JPEG - 139.6 ko

 

1917 (Mastroianni)

* À 9h00 : Le Coupable de André Antoine (1917).
L’un des premiers films de l’homme de théâtre, sans doute un de ses mieux réussis, avec L’Hirondelle et La Mésange. Adapter un roman de François Coppée et en faire un bon film, c’est une performance. On découvrira combien le jeu de Sylvie, dès les années 10, était étonnamment moderne.

JPEG - 145.3 ko

 

* À 10h30 : La Fille de la tourbière (Tösen från Stormyrtorpet) de Victor Sjöström (1917). Comme son alter ego Stiller, Sjöström n’a rien tourné d’indifférent.

JPEG - 131.5 ko

 

La bonne soupe dans les vieux pots (Arlecchino)

* À 9h00 : Zéro de conduite de Jean Vigo (1932).

JPEG - 114 ko

 

* À 10h30 : Celui par qui le scandale arrive (Home from the Hill) de Vincente Minnelli (1960).

JPEG - 156.3 ko

 

* À 14h00 : Tout ce que le ciel permet (All That Heaven Allows) de Douglas Sirk (1955).

JPEG - 176.9 ko

 

* À 15h45 : Belle de jour de Luis Buñuel (1967).

JPEG - 167.1 ko

 

* À 18h00 : Love (Women in Love) de Ken Russell (1969).
No comments

JPEG - 150.2 ko

 

Ristaurato (Mastroianni)

* À 14h30 : Casanova de Alexandre Volkoff (1927).
Film-fleuve (159 mn), certainement le plus beau film de la production Albatros des années 20. Ivan Mosjoukine est à son sommet.

JPEG - 135.6 ko

 

Nicole Vedrès (Scorsese)

* À 16h15 : Paris 1900 de Nicole Vedrès (1946-1948).
La courte carrière comme cinéaste de l’écrivaine-chroniqueuse, une des plus attachantes des années 50 et 60, commence avec ce film, magnifique évocation, à partir de documents choisis, de la si mal nommée Belle-Époque. Montage de Alain Resnais, son premier.

JPEG - 227.3 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


Polémique Netflix, suite

Okja de Bong Joon-ho a créé le scandale au Festival de Cannes 2017, pas auprès de la critique qui a trouvé le film fort bon, mais auprès des exploitants qui ont jugé saumâtre qu’un film produit par Neftlix et donc destiné uniquement aux abonnés de la chaîne soit présenté en sélection officielle.

Polémique, appel solennel à la défense des salles, création d’un nouveau règlement du Festival pour empêcher que le fait se reproduise les prochaines années, on sait tout ça - même si on est amené à penser qu’eu égard aux nouvelles conditions de production et de consommation des images, les circuits vont devoir s’adapter tôt ou tard, comme ils l’ont fait pour le numérique. Les solutions à terme immédiat ne sont que des combats déjà perdus.

Le mercredi 28 juin 2017, Okja est donc sorti sur Neftlix.

Mais, ô surprise, il est sorti en salles également - plus exactement dans quelques salles, sept en tout, Paris et province confondues, pour des projections uniques et gratuites, et il sortira aussi, en province, dans quelques autres en juillet.

Pour quelle raison les exploitants desdites salles ignorent les clameurs du reste de la profession ?
On espère le savoir un jour.
En attendant, le public, même si en petit nombre, peut profiter de cet excellent film.



Mercredi 28 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

William K. Howard (Jolly)

* À 10h30 : The Power and the Glory de William K. Howard (1933).
C’est le film dont Orson Welles avouait qu’il l’avait influencé pour écrire Citizen Kane. Thomas Gardner (titre français) est effectivement construit sur une série de retours en arrière, technique jusqu’alors jamais utilisée aussi systématiquement.

JPEG - 72 ko

 

Universal (Jolly)

* À 12h00 : Ladies Must Love de E.A. Dupont. (1933).
Le réalisateur allemand, un des plus célèbres du muet, auteur de Variété (1925) et de Piccadilly (1929), commençait, avec son premier film aux USA, une lente descente aux enfers. Interprété par des acteurs de second plan (June Knight, Neil Hamilton), le film est inconnu et peut se révéler une belle surprise.

JPEG - 75.6 ko

 

1917 (Mastroianni)

* À 10h30 : Le Meilleur Film de Thomas Graal de Mauritz Stiller (1917).
Le cinéaste est à l’honneur en ce moment puisque la Cinémathèque française présente une rétrospective (14 juin-5 juillet 2017). Rien de ce qu’a tourné le Suédois n’est indifférent et l’interprète principal est Victor Sjöström, alors…

JPEG - 72.9 ko

 

Ritrovati e Ristorati (Mastroianni)

* À 14h30 : The Informer de Arthur Robison (1929).
Premier film hors d’Allemagne du réalisateur du Montreur d’ombres (1923), chef-d’œuvre de l’expressionnisme, et première adaptation du roman de Liam O’Flaherty - John Ford tournera la seconde en 1934. Avec Lya de Putti et Lars Hanson, deux stars du muet, qui ne brilleront pas dans le parlant.

JPEG - 79 ko

 

* À 18h30 : She Done Him Wrong de Lowell Sherman (1933).
Ce n’est pas le cinéaste qui importe ici, c’est l’actrice-scénariste : Mae West, la Lady Lou du titre français, capture dans ses filets le jeunot Cary Grant. Elle n’a pas beaucoup tourné, mais chacun de ses treize films est une performance.

JPEG - 87.7 ko

 

John Huston (Arlecchino)
Journée hommage, avec deux films inoubliables et qu’il est inutile de présenter.
Plaisir de la redécouverte assuré.

* À 16h15 : Wise Blood (Le Malin) de John Huston (1979).

JPEG - 44.1 ko

 

* À 18h30 : Asphalt Jungle (Quand la ville dort) de John Huston (1950).

JPEG - 82.3 ko

 

Piazza Maggiore

* À 21H45 : The Patsy de King Vidor (1928).
En français C’est une gamine charmante, comédie étonnante (ce n’était pas vraiment la spécialité de la maison Vidor) et découverte d’une actrice remarquable, Marion Davies, qui eut pour particularité d’être la maîtresse officielle de W.R. Hearst, l’inspirateur de Citizen Kane himself - on y revient.

JPEG - 87.6 ko

 

Acrobatie d’emploi du temps : il ne faut pas rater, piazza Maggiore, la sala Borsa, juste en face de Neptune entré en occultation.

Dehors, la ville rouge se souvient de ses glorieux combats.

JPEG - 321.3 ko

 

JPEG - 395.4 ko

 

JPEG - 214.8 ko

 

Dedans, des livres et le cinéma en affiches.

* Il Manifesto ritrovato. Les affiches retrouvées de Maurizio Baroni & Bernard Martinand.

JPEG - 351.7 ko

 

JPEG - 267.6 ko

 

JPEG - 290.9 ko

 

JPEG - 248.5 ko

 

Dessous, les ruines de l’antique Bologne.
Il faut toujours soigneusement regarder où on marche.

JPEG - 188.4 ko

 

Sala Borsa, piazza Maggiore, tous les jours durant le festival.
Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, la Cinémathèque française présente une Rétrospective intégrale Andreï Tarkovski (28 juin-12 juillet 2017)

Ce soir :

* À 20h00 : Le Miroir de Andreï Tarkovski (1974).

JPEG - 139.7 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Les Derniers Jours d’une ville (Akher ayam el madina) de Tamer El Said (2016).

* Voyage of Time : Au fil de la vie de Terrence Malick (2016).

* Sans pitié (Bulhandang) de Byun Sung-hyun (2017).

* Visages Villages de Agnès Varda & JR (2017).

Cf. sur France Culture.

* Bonheur Académie de Alain Della Negra & Kaori Kinoshita (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Pas de printemps pour Marnie (Marnie) de Alfred Hitchcock (1964).

* Le Privé (The Long Goodbye) de Robert Altman (1973).



Mardi 27 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Jeune Cinéma choisit :

Universal du jour (au Jolly)

* À 9h00 : The Road Back de James Whale (1937), fameux réalisateur dont les films sont occultés par Frankenstein. Il s’agit du director’s cut, mais le film étant inconnu ici, on ne fera pas la différence.

JPEG - 98.7 ko

 

* À 12h00 : Destination Unknown de Tay Garnett (1933), petit-maître dont tous les films sont réjouissants, et parfois sublimes comme Voyage sans retour, avec Kay Francis et William Powell (1932).

JPEG - 94.4 ko

 

William K. Howard (au Jolly)

* À 10h45 : Sherlock Holmes (1932), une des innombrables adaptations du personnage, peut-être la première du parlant. Clive Brook a l’élégance du héros, mais pas son ambiguïté. Reginald Owen en Dr. Watson et Ernest Torrence en Pr. Moriarty, en revanche, sont à leur place.

JPEG - 87.4 ko

 

1917 (salle Mastroianni)

* À 9h00 : Until They Get Me de Frank Borzage (1917), le plus ancien film que l’on connaisse du cinéaste, un western, ce qui n’était pas vraiment sa spécialité. Hervé Dumont, son biographe, assure que c’est un chef-d’œuvre (et on attend un autre chef-d’œuvre dans quelques jours, Little Man, What Now ?).

JPEG - 94.3 ko

 

Augusto Genina (salle Scorsese)

* À 14h15 : Maddalena (1954). Son avant-dernier film (en France, Une fille nommée Madeleine) est composite : une Suédoise (Marta Tören), des Italiens (Gino Cervi, Folco Lulli), des Français (Charles Vanel, Valentine Tessier). Et tout ça donne quoi ? Réponse cet après-midi.

JPEG - 103.5 ko

 

* À 18h30 : Das Madchen der Strasse (1928), un peu mieux connu sous son autre titre de Scampolo (et surtout parce que Romy Schneider en a tourné une version en 1958). Avec Carmen Boni, Madame Genina.

JPEG - 87.6 ko

 

Documents et documentaires : la Cinémathèque d’Alger (Auditorium)

* À 18h00 : Mon histoire n’est pas encore écrite de Jacqueline Gozland (2017).
La Cinémathèque d’Alger, fondée par Jean-Michel Arnold, a célébré son cinquantième anniversaire en 2015.

Le couronnement de la journée, c’est ce soir, sur la piazza Maggiore.

* À 21h45 : Monterey Pop de D.A. Pennebaker (1967), présenté par D.A.P. en personne.
Le générique reste éblouissant : Janis J., Jimi H., Jefferson A., Country Joe, Mamas and Papas, The Who, Otis Redding, Eric Burdon, Ravi Shankar, etc.
Toute une époque.

Acrobatie d’emploi du temps : il ne faut pas rater, piazza Maggiore :

* À 16h00 : L’ouverture spéciale, avec visite guidée, du chantier de construction Cinema Modernissimo.

JPEG - 313.3 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, à l’IMA, depuis le mois d’octobre 2016, on étudie la sexualité, en toute liberté et sans tabou, à travers des rencontres, des spectacles et des ciné-débats.

Voilà la dernière séance de la saison.

Ce soir, à 19h00, en entrée libre, l’homosexualité masculine dans les pays arabes.

* Gayrouth de Charbel Raad (2015).

JPEG - 357.3 ko

 

* Comme ils disent de Hicham Ayouch (2011).

JPEG - 62.1 ko

 

Institut du monde arabe (IMA), auditorium, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, place Mohammed V, 7005 Paris.



Lundi 26 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Tout le programme du jour.

Aujourd’hui, pas de chefs-d’œuvre patrimoniaux, signés par des cinéastes renommés, à l’exception de :

* À 9h00 : Mater Dolorosa de Abel Gance (1917), pour les lève-tôt (salle Mastroianni).

À vendre, sur le Net, des tas d’affiches bien cotées.
En voici une parmi d’autres.

JPEG - 92.7 ko

 

Si l’on supporte la rhétorique et le pathos du Maître, on savourera également ce soir le prologue de La Roue du même Gance (1923) (piazza Maggiore à 21h45).

À l’exception, également, de :

* À 18h15 : La Vérité de Henri-Georges Clouzot (1960) (Arlecchino), curieux choix, le film passant régulièrement sur les chaînes TV.

Et, bien entendu, de la version rénovée du

* À 21h45 : Cuirassé Potemkine de Serguei Eisenstein (1925) (piazza Maggiore), avec la musique d’origine de Edmund Meisel.

Ici, vous n’aurez ni voiture d’enfant ni fiers marins, à peine, au loin, un escalier.
À la place, on vous propose une image étonnante, tirée du somptueux catalogue du Ritrovato, qu’on suppose de quelque tournage américain, alors qu’il s’agit de celui de Potemkine.

JPEG - 233.1 ko

 

Mais, ce lundi, c’est surtout un grand jour pour les amateurs de découvertes, puisque commence la seconde partie de l’hommage à Universal, commencé l’an dernier (et passé par le MoMA en mai 2017), avec des raretés inconnues de presque tous les acharnés.

Cf. aussi Carl Laemmle, l’Universel.

Il ne faut pas rater non plus les deux titres de William K. Howard, réalisateur célèbre pour avoir influencé le Citizen Kane de Welles, influence difficile à vérifier tant ses films sont peu montrés. On nous offre donc au Jolly :

* À 9h00 : The Trial of Vivienne Mare de William K. Howard (1932).

JPEG - 18.7 ko

 

* À 10h15 : Outside the Law (Les Révoltés) de Tod Browning (1930), remake de son film de 1921, que personne, parmi les érudits présents, ne semble avoir vu.

JPEG - 401.5 ko

 

* À 11h45 : Transatlantic de William K. Howard (1931).

Les complétistes, jamais rassasiés, se délecteront, salle Mastroianni, de deux moyens métrages de Evgueni Bauer (1865-1917), grand réalisateur tsariste puis soviétique (5 films en 1917 juste avant de mourir) :

* À 10h30 : Le Révolutionnaire (Revolyutsioner) et À la recherche du bonheur (Za schastem) de Evgueni Bauer (1917).

JPEG - 82.6 ko

 

* À 16h00 : Assez de sang (Ne nado krovi) de Jacob Protazanov (1917), passionnant cinéaste éparpillé (1881-1945).

JPEG - 48.3 ko

 

Puisque l’heure est aux réalisateurs russes, même émigrés, n’oublions pas, salle Mastroianni :

* À 17h30 : Kean ou Désordre et Génie de Alexandre Volkov (1924), un des plus beaux rôles de Ivan Mosjoukine.

JPEG - 420.3 ko

 

Dans la relecture progressive du continent Julien Duvivier, Pathé a eu la bonne idée de rééditer l’excellente comédie très inventive (merci Henri Jeanson !) :

* À 16h00 : La Fête à Henriette de Julien Duvivier (1952) (Arlecchino).

JPEG - 286.6 ko

 

Enfin, tous ceux qui s’intéressent aux rapports de André Breton avec le cinéma ne manqueront pas d’aller voir au Jolly :

* À 18h30 : Les Deux Moines (Dos monjes, 1934) de Juan Bustillo Oro.

JPEG - 94 ko

 

Il s’agit d’un des rares films que Breton reconnaissait avoir aimé, même s’il l’a simplement cité (pour trouver une analyse plus développée, il faut aller chercher dans Foyers d’incendie, du surréaliste Nicolas Calas).
On ne se souvient que d’une seule projection dans les années 60, à la Cinémathèque, en version française. Donc une découverte, due à la la Film Foundation de Scorsese, qu’on ne peut que remercier.

JPEG - 28.6 ko

 

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


À Paris, à la Maison de la Poésie, un concert littéraire pendant 3 jours, en coproduction avec le festival Les Émancipéés (Scènes du Golfe de Vannes) (26-28 juin 2017).

* À 20h00 : Pasolini par Virginie Despentes, Béatrice Dalle & Zëro.

JPEG - 228 ko

 

Avec Éric Aldéa (guitare), Ivan Chiossone (claviers), Frank Laurino (batterie), Wilo (son).

Maison de la poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.


À Villeneuve d’Ascq, au LaM, : André Breton et l’art magique (24 juin-1er octobre 2017).

JPEG - 189.7 ko

 

À l’occasion des quarante ans du Centre Pompidou, le LaM réunit à nouveau une partie des artistes chers à Breton : Victor Brauner, Max Ernst, Paul Klee, André Masson, Joan Miró ou encore Jean Degottex, Baya, Aloïse Corbaz, Fleury-Joseph Crépin, Augustin Lesage, Scottie Wilson.

Avec des manuscrits, des objets trouvés, des trouvailles extra-occidentales, le LaM explore aussi les obsessions de Breton : le spiritisme, l’amour fou, le merveilleux.
Commissariat : Jeanne-Bathilde Lacourt.

Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut (LaM), 1 allée du Musée, 59650 Villeneuve-d’Ascq.



Dimanche 25 juin 2017

 

Bologne 2017, Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017).

Faites votre programme du jour.

Les suggestions de Jeune Cinéma.

Après un samedi après-midi de mise en train, simple tour d’échauffement, ce dimanche s’annonce nettement plus sérieux, avec, aux quatre coins du programme, une palanquée de chefs-d’œuvre certifiés et un choix plus audacieux de films à (re)découvrir.

Pour la première catégorie, on va à l’Arlecchino, où on peut choisir entre La Griffe du passé (Out of the Past) de Jacques Tourneur (1947), Le Secret magnifique (The Magnificent Obsession) de Douglas Sirk (1954), Haute Pègre (Trouble in Paradise) de Ernst Lubitsch (1933) et Zéro de conduite de Jean Vigo (1932). Grand faible pour Haute Pègre,Kay Francis est éblouissante.

JPEG - 136.7 ko

 

Si la fréquentation successive de tels sommets asphyxie, on peut aller voir, salle Scorsese :

* À 16h15 : Sous deux ponts (Unter den Brucken) de Helmut Kautner (1946), une des plus belles promenades au fil des canaux que l’on connaisse.

JPEG - 76.2 ko

 

* À 18h15 : Prix de beauté (Miss Europe) de Augusto Genina (1929), dans la version muette, celle où Louise Brooks n’est pas abominablement doublée.

JPEG - 224.7 ko

 

Et si l’on veut tenter l’aventure d’une journée entière sans changer de salle, on peut s’installer au Jolly, qui, entre 9h30, avec Dimanche d’août (Domenica d’agosto) de Luciano Emmer, (1950) et 21h45 avec Les Dimanches de Ville-d’Avray de Serge Bourguignon (1962), ne présente que des films ayant le mot "dimanche" dans le titre.

Au palmarès :

* À 16h30 : Il pleut toujours le dimanche (It Always Rains On Sunday) de Robert Hamer (1947), qui est trop méconnu et n’a pas signé que Noblesse oblige (1949).

JPEG - 166.6 ko

 

* À 18h30 : Du samedi au dimanche (Ze soboty na nedeli) de Gustav Machaty (1931).

JPEG - 199.3 ko

 

Quant à Johnny Guitar de Nicholas Ray (1954), le soir sur la piazza Maggiore, il est admis de faire l’impasse et d’aller plutôt reconstituer sa force d’attention pour affronter un lundi prometteur.

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


En Belgique, on retourne au Grand Hornu, revoir le MAC’s, ce musée merveilleux logé dans un coron ouvrier chargé d’histoire.

JPEG - 397.7 ko

 

Aujourd’hui, à partir de 17h00 : on vernit Philippe de Gobert et Wesley Meuris (25 juin-3 septembre 2017).

* Philippe de Gobert : De toutes pièces.

JPEG - 115.1 ko

 

* Wesley Meuris : Modèles d’exposition.

JPEG - 228.5 ko

 

Tout le programme de la saison 2017-2018.

Grand-Hornu, 82 rue Sainte-Louise, 7301 Hornu.


En France, c’est la Fête du cinéma, 33e édition (25-27 juin 2017).


 



Samedi 24 juin 2017

 

Et revoilà Bologne.

San Petronio plus propre que jamais, le grand écran, une plus grande chaleur que les années précédentes mais avec un petit vent délicieux le soir, la piazza Maggiore qui se remplit au soleil couchant, les jeunes filles, les étudiants américains à casquettes. Seul Neptune - lieu-dieu incontournable de tous les rendez-vous - s’est éclipsé sous un innommable chantier. Faut bien qu’il se lave de temps en temps, le vieux dieu, s’il veut continuer à jouer les jeunots.

JPEG - 219 ko

 

JPEG - 185.3 ko

 

JPEG - 144.5 ko

 

JPEG - 245.4 ko

 

Et Robert "Sol y sombra" Mitchum, alias Big Brother, qui nous surveille à tous les coins de rue.

JPEG - 299.9 ko

 

JPEG - 315.4 ko

 

L’exposition Bologna Fotografata Tre secoli di sguardi (9 juin-30 septembre 2017) s’est installée depuis le début du mois dans le passage souterrain de la piazza Re Enzo, à la gloire de la ville rouge et de ses archives.

JPEG - 306.5 ko

 

JPEG - 260.4 ko

 

JPEG - 230.2 ko

 

Tout est prêt.
Il cinema ritrovato 2017, 31e édition (24 juin-1er juillet 2017) peut remplacer Sotto le stelle del cinema pour une semaine.

JPEG - 275.3 ko

 

Dès le 8 mai 2017, on avait eu un avant-goût clair du programme qu’on avait exposé dans le Journal de Ben Cash de mai 2017.

Aujourd’hui, ça commence dès 14h30, dans toutes les salles, et ceux qui n’ont pas soigneusement préparé leur programme ne savent où donner de la tête.
Pour tout voir, il faudrait un mois et demi de temps.

JPEG - 269.7 ko

 

Voilà le programme détaillé (à la Cineteca elle-même, et dans la petite cour, à l’Arlecchino, au Jolly, sur la piazza Maggiore, et tutti quanti).
Certains préfèrent l’officiel.
Ils trouveront leur bonheur avec l’inauguration marque déposée et Marco Bellocchio qui fait l’accueil à l’Auditorium.

* À 14h30 : Le Centre Georges-Pompidou de Roberto Rossellini (1977).

Ce soir, pour tout le monde, Bolognais, cinéphiles accrédités, touristes de passage, c’est sur la piazza Maggiore :

* À 21h45 : À propos de Nice (1930) & L’Atalante (1934) de Jean Vigo.

Les cinéphiles durs trouvent que, comme découvertes, on peut mieux faire.
Mais ils ont oublié qu’il fut un temps où ils ont été jeunes et ignorants.
Et revoir L’Atalante sur ce grand écran en version restaurée dans l’air doux du soir est un plaisir rare.

Point fixe : Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65, Bologna.


La Gay Pride a 40 ans.
Elle est devenue la Marche des fiertés LGBT.
Elle a lieu ce samedi.

JPEG - 220 ko

 

* À partir de 14h : Itinéraire à Paris.
Départ place de la Concorde, rue de Rivoli, boulevard de Sébastopol, boulevard Saint-Martin et arrivée place de la République.

* À 17h00 : Grand Podium place de la République.
Concert géant jusqu’à 22h00 avec Océanerosemarie et Shirley Souagnon : Hyphen Hyphen, Chloé, Il Est Vilaine, The man inside Corrine, Rag.

JPEG - 219 ko

 


À Madrid, le Prado, et à Londres, la Tate Britain font écho aux 40 ans de la Gay Pride en montrant les trésors cachés de leurs riches collections.

Au Prado : La mirada del otro. Escenarios para la diferencia (14 juin-10 septembre 2017).

JPEG - 130.3 ko

 

JPEG - 112.7 ko

 

Prado, Paseo del Prado, s/n, 28014 Madrid.

À la Tate Britain : Queer British Art 1861–1967 (24 mars-1er octobre 2017).

Avec aujourd’hui, une journée particulière.

JPEG - 37.6 ko

 

* À partir de 14h00 : Queer and Now. Launching the Pride in London festival.
Entrée libre.

Programme de la journée.

Tate Britain, Millbank, Westminster, London SW1P 4RG.


À Aix-en-Provence, ont lieu, chaque année, les Rencontres Déconnomiques.
Vous connaissez ?

Une idée de l’ambiance avec l’intervention de Pablo Servigne ; co-auteur, avec Raphaël Stevens, de notre ouvrage fétiche qui nous ouvre les yeux :

* Pablo Servigne & Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil, 2015.

En 2017, les Rencontres se tiendront du 7 au 9 juillet 2017.
Programme des Journées 2017.

JPEG - 38.4 ko

 

Mais aujourd’hui, les Amis du Monde diplomatique organisent une cérémonie de lancement, présidée par Jacques Généreux.

* À 14h00 : La Roue du Pays d’Aix, monnaie locale complémentaire.
Présentation, témoignage et animation.

* À 17h00 : Musique avec le groupe Bluestream.

* À 18h00 : La Déconnomie. Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent.
Conférence-débat avec Jacques Généreux.

Contact.

Parc Saint-Mitre, avenue Jean-Monnet, 13090 Aix-en-Provence.


À New York, au MoMA, on célèbre les 70 ans de l’Agence Magnum de Capa et Cartier-Bresson : Beyond the Frame. International Cinema by Magnum Photographers en l’abordant par le cinéma (24 juin–1er juillet 2017).

JPEG - 694.8 ko

 

Ce soir :

* À 18h00 : Magnum Shorts. From Video to Media.

MoMA, Theater 2, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 14 au 30 juin 2017.




Tom of Finland (2017)

de Dome Karukoski
publié le mercredi 19 juillet 2017

par Nicolas Villodre
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 19 juillet 2017

JPEG - 443.2 ko

 

Barrage (2017)

de Laura Schroeder
publié le mercredi 19 juillet 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 19 juillet 2017

JPEG - 362.3 ko

 

Région sauvage (la) (2016)

de Amat Escalante
publié le mercredi 19 juillet 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Lion d’argent au Festival de Venise 2016

Sortie le mercredi 19 juillet 2017

JPEG - 460.1 ko

 

Un vent de liberté (2016)

de Behnam Behzadi
publié le mercredi 19 juillet 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection officielle Un certain regard Festival de Cannes 2016

Sortie le mercredi 19 juillet 2017

JPEG - 119.1 ko

 

Romero, George A. (1940-2017)

La tétralogie des zombies
publié le lundi 17 juillet 2017

Les zombies sont-ils des cons ?
(Sur quatre films majeurs de Romero)

par Jérôme Fabre
Jeune Cinéma n°298-299, automne 2005

JPEG - 411.3 ko

 

La Nuit des morts-vivants (1968) ; Zombie (1978) ; Le Jour des morts-vivants (1985) ; Le Territoire des morts (2005).

On the Milky Road (2016)

de Emir Kusturica
publié le jeudi 13 juillet 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n°381, été 2017

Sélection officielle de la Mostra de Venise 2016

Sortie le mercredi 12 juillet 2017

JPEG - 203.3 ko

 

Avant la fin de l’été (2017)

de Maryam Goormaghtigh
publié le mercredi 12 juillet 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection ACID du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 12 juillet 2017

JPEG - 111.8 ko

 

Anna (2015)

de Jacques Toulemonde Vidal
publié le lundi 10 juillet 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 5 juillet 2017

JPEG - 252.9 ko

 

Bologne 2017 : DVD Awards

Jury et Palmarès
publié le samedi 1er juillet 2017

Il Cinema ritrovato, Bologne, 24 juin-2 juillet 2017

DVD Awards 2016, XIVe édition (jeudi 29 juin 2017).

JPEG - 405.4 ko

 

Barbara (2017)

de Mathieu Amalric
publié le vendredi 30 juin 2017

Sélection officielle Un certain regard Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 6 septembre 2017

par Anne Vignaux-Laurent
Jeune Cinéma n°381, été 2017

JPEG - 352.1 ko

Okja (2017)

de Bong Joon-ho
publié le jeudi 29 juin 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n°381, été 2017

Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2017

JPEG - 220.1 ko

 

Visages, villages (2017)

de Agnès Varda & JR
publié le mercredi 28 juin 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle hors compétition du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 28 juin 2017

JPEG - 381.2 ko

 

Derniers Jours d’une ville (les) (2016)

de Tamer El Saïd
publié le mardi 27 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection du festival de Berlin 2016

Sortie le mercredi 28 juin 2017

JPEG - 158.6 ko

 

Ava (2017)

de Léa Mysius
publié le mardi 20 juin 2017

par Laurent Berger-Vachon
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sortie le mercredi 21 juin 2017
Sélection de la Semaine de la critique, Festival de Cannes 2017.

JPEG - 60.9 ko

 

Songs for Madagascar (2016)

de Cesar Paes
publié le mardi 20 juin 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sortie le mercredi 21 juin 2017

JPEG - 225.2 ko

 

K.O. (2017)

de Fabrice Gobert
publié le mardi 20 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sortie le mercredi 21 juin 2017

JPEG - 63.6 ko

 

Wulu (2016)

de Daouda Coulibaly
publié le mardi 13 juin 2017

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 14 juin 2017

JPEG - 332.5 ko

 

Ouagadougou 2017

Fespaco, 25e édition
publié le mardi 13 juin 2017

Fespaco 25e édition (25 février-4 mars 2017)

par Pierre Beneyton

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 411.6 ko

 

Celle qui vivra (2017)

de Amor Hakkar
publié le mardi 13 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sortie le mercredi 14 juin 2017

JPEG - 179.3 ko

 

Jour d’après (le) (2017)

de Hong Sangsoo
publié le jeudi 8 juin 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 381, été 2017
(à paraître)

Sélection en compétition officielle au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 106.9 ko

 

Vénérable W. (le) (2017)

de Barbet Schroeder
publié le mercredi 7 juin 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017 (à paraître)

Sélection officielle hors compétition du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 180.2 ko

 

HHhH (2016)

de Cédric Jimenez
publié le mercredi 7 juin 2017

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 7 juin 2017

JPEG - 125.9 ko

 

Comtesse de Hong Kong (la) (1967)

de Charlie Chaplin
publié le dimanche 4 juin 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n°271, novembre 2001

Sortie en février 1967

JPEG - 212 ko

 

Lou Andreas-Salomé (2016)

de Cordula Kablitz-Post
publié le mardi 30 mai 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 31 mai 2017

JPEG - 292.1 ko

Drôles d’oiseaux (2016)

de Élise Girard
publié le mardi 30 mai 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sélection de la Berlinale 2017, 67e édition

Sortie le mercredi 31 mai 2017

JPEG - 411.7 ko

 

Departure (2015)

de Andrew Steggall
publié le mardi 30 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

Sortie le mercredi 31 mai 2017.

JPEG - 37.7 ko

 

Cul-de-sac (1966)

de Roman Polanski
publié le mercredi 24 mai 2017

par Jean Delmas
Jeune Cinéma n° 19, décembre 1966-janvier 1967

Ours d’or de la Berlinale 1966
Sorties le vendredi 2 décembre 1966, les mercredis 2 janvier 2013 et 24 mai 2017.

JPEG - 219 ko

 

Goût du tapis rouge (le) (2017)

de Olivier Servais
publié le mercredi 17 mai 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 380, mai 2017

JPEG - 184 ko

 

Paul Sharits (2015)

de François Miron
publié le mercredi 17 mai 2017

par Jean-MaxMéjean
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 351.2 ko

 

Moissons du ciel (les) (1978)

de Terrence Malick
publié le mardi 16 mai 2017

par Claude Benoît
Jeune Cinéma n°120 de juillet-août 1979

Prix de la mise en scène du festival de Cannes 1979.

Sorties les mercredis 16 mai 1979 et 17 mai 2017

JPEG - 219.7 ko

 

Revue Jeune Cinéma - Contacts