L'actualité, ça ne se suit pas, ça se crée.
Il faut publier un texte sans se soucier de son rapport à l'actualité,
à la mode, au succès, à la notoriété.

Jean George Auriol

Journal de Ben Cash (novembre 2017)

 

JPEG - 946.7 ko

 

* Ben Cash-édito * Janvier 2017 * Février 2017 * Mars 2017 * Avril 2017 * Mai 2017 * Juin 2017 * Juillet 2017 * Août 2017 * Septembre 2017 * Octobre 2017 * Novembre 2017
 



 

NOVEMBRE 2017

 



Mardi 21 novembre 2017

 

À Paris, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé met un grand coup de projecteur sur le magicien Segundo de Chomón (1871-1929) : Aux origines des trucages.

JPEG - 384.3 ko

 

Créateur d’effets spéciaux, coloriste, photographe, opérateur, réalisateur, acteur, Segundo de Chomón est l’un des grands pionniers du cinéma européen, de Barcelone à Paris, en passant par Turin, aussi important que Émile Cohl ou Georges Méliès, mais la notoriété en moins.

JPEG - 500.1 ko

 

* Avec une exposition (21 novembre 2017 au 10 mars 2018).

JPEG - 401.3 ko

 

* Avec un colloque : Les mille et un visages de Segundo de Chomón : truqueur, coloriste, cinematographiste… et pionnier du cinématographe (27-28 novembre 2017).
Sur réservation : vérifier s’il reste des places.
Programme des deux journées.

JPEG - 183.6 ko

 

JPEG - 337.5 ko

 

* Avec une rétrospective (29 novembre au 19 décembre 2017).

JPEG - 570 ko

 

Sans se déplacer, un petit coup d’œil sur son travail avec :

* El hotel eléctrico de Segundo de Chomón (1908).


 

C’est l’occasion de rappeler l’exposition Effets Spéciaux, crevez l’écran ! (17 octobre 2017-19 août 2018) à la Cité des sciences et de l’industrie.

Fondation Jérôme-Seydoux-Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris.


À Albi, commence le festival du film francophone, Les Œillades, 21e édition (21-26 novembre 2017).

JPEG - 241 ko

 

Le festival d’Albi se définit d’abord comme francophone.
Cette année, il accueille

* Le Québec avec C’est le cœur qui meurt en dernier de Alexis Durand-Brault (2017).


 

* La Tunisie avec Corps étranger de Raja Amari (2016).


 

* Le Tchad avec Une Saison en France de Mahamat-Saleh Haroun (2017).


 

* La Belgique avec Une Famille syrienne de Philippe Van Leeuw (2017).


 

NB : On l’a compris, JC ne fait plus attention aux origines de la production, de plus en plus souvent multiples, mais à celles des réalisateurs. Qui, du coup, se trouvent promus comme représentants de leurs pays, ce qui n’est pas forcément pertinent. Mais que faire ? Il est loin le temps où l’index de Jeune Cinéma pouvait avoir une entrée "Cinémas nationaux". L’Internationale est arrivée, et sous les oripeaux de la mondialisation, elle nous donne envie de régions et de petits pays. Mais ne nous égarons pas.

L’autre particularité du festival d’Albi, c’est de proposer, chaque année, une quinzaine d’avant-premières de prestige en présence des équipes des films, documentaires et fictions. En 2017, 13 films parmi les 17 avant-premières proposées, sont en compétition pour le Prix du Public.
La section Coups de cœur permet de revenir sur les films qui, déjà sortis, ont séduit le public et l’équipe de programmation.
Il faut enfin noter la compétition courts métrages : cette année 8 courts sélectionnés.

Les projections commencent dès ce matin, à 9h15, avec La Douleur de Emmanuel Finkiel (2017).

Ce soir, on choisit entre les Cordeliers et la Salle Arcé :

* À 18h00 : Prendre le large de Gaël Morel (2017) en présence du réalisateur ou bien Le Ciel étoilé au dessus de ma tête de Ilan Klipper (2017).

* À 21h00 : Gaspard va au mariage de Antony Cordier (2017) ou bien Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu (2017).

Faites votre programme.

On note tout de suite, salle Athanor, un grand rendez-vous du week-end : samedi 25 et dimanche 26 novembre 2017, avec un gros plan sur le polar, entrée libre.

* À partir de 10h00 : Fragments d’histoire du polar français.
Avec Alice Vincens, Isabelle Labrouillère, Nicolas Canivenc.
Et avec Yves Boisset et Robin Davis qui présentent chacun deux de leurs films.

Festival Les Œillades, 104 avenue colonel-Teyssier, 81000 Albi.


À Toulouse, la Cinémathèque fête les cent ans de Danielle Darrieux (21 novembre-13 décembre 2017).

Avec une exposition (21 novembre 2017-7 janvier 2018), avec une rétrospective et des documents audiovisuels de l’INA.

Et avec deux rendez-vous particuliers :

* Avec Paul Vecchiali, jeudi 30 novembre et vendredi 1er décembre 2017.

* Avec Marie-Claude Treilhou, mercredi 6 décembre 2017, qui présentera son film Le Jour des Rois (1991).

Ce soir :

* À 21h00 : Mauvaise graine de Billy Wilder & Alexander Esway (1934).

JPEG - 182.9 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque, 
69 rue du Taur, 31000 Toulouse.


Le mardi, c’est Ciné-club, un peu partout en France.

On ne les connaît pas tous, on ne peut pas tous les citer, ils ont tous leurs spécificités et des manières de fonctionner qui leur sont propres.

Mais, a priori, il nous semble que, comme autrefois (quand Jeune Cinéma est né en 1964, issu de la Fédération Jean-Vigo des ciné-clubs), et même si les modes de diffusion se sont infiniment diversifiés, c’est là qu’on apprend, c’est là que "ça" se passe, dans le groupe et dans le débat.
Nous ? Même les anarchistes les plus individualistes d’entre nous le pensent.

À Paris, on connaît bien le ciné-club de l’ENS, hebdomadaire.

Ce mardi :

* À 20H30 : Le Regard d’Ulysse de Theo Angelopoulos (1995).


 

ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


En fouinant sur FB l’interlope, on a découvert le Ciné-club Chro qui tient ses séances au cinéma L’Archipel et en est à sa 15e édition.
Mais on n’a trouvé aucun lien ouvert à tous et s’inscrire sur FB n’est pas dans l’idée de tout le monde. Dommage.

Voici, aujourd’hui, une soirée ultra select pour amateurs happy few :

* À 20h00 : Fading de Olivier Zabat (2010).
En sa présence.

JPEG - 82.8 ko

 

C’est un documentaire, un "sublime film d’horreur", le neuvième film de Olivier Zabat, qualifié de cinéaste expérimental, dont un seul film est sorti en salle : 1/3 des yeux (2005).

Ce soir, en prime : les premières images de son nouveau film, Percepts, en cours de montage.

Cinéma L’Archipel 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris.


Sur le campus de Grenoble, le ciné-club s’appelle Cinémardis, il est mensuel et en entrée libre.

Cette année, il se consacre au cinéma latino-américain et ibérique, avec l’association interuniversitaire Fa So Latino, créée en 2010 et qui est à l’origine du festival Ojoloco, né en 2013, qui se tient à Grenoble, tous les ans, au printemps.

Digression : Pour sa 6e édition en 2018 (20 mars-1er avril 2018), Ojoloco invite tous les réalisateurs et producteurs d’Amérique latine, d’Espagne et du Portugal à inscrire leurs œuvres à la phase de sélection.
Date limite de dépôt le 31 janvier 2018, les films doivent avoir été terminés après 2016. Contact.

En attendant, ce soir, à Cinémardis, c’est la Colombie.

* À 19h30 : Apéro musical colombien et vin chaud.

* À 20h30 : Maria pleine de grâce (Maria Llena eres de gracia) de Joshua Marston (2004). Avec popcorn.


 

L’Aparté, 361 allée de Berlioz, 38400 Saint-Martin-d’Hères.



Lundi 20 novembre 2017

 

À Saint-Nazaire, on se penche sur son passé.

Comment occupait-on ses loisirs autrefois, quand on ne s’était pas encore fait piéger par les machines ?
C’est très simple : on dansait, on chantait, on faisait du théâtre, et on allait au ciné.

JPEG - 122.9 ko

 

Un numéro hors série de Histoire et Patrinoine, la revue d’histoire locale de la région nazairienne et de la Presqu’île Guérandaise, vient de paraître, qui nous raconte que c’était pas mal de fréquenter ses semblables.

JPEG - 153.4 ko

 

JPEG - 209.1 ko

 

* Daniel Sauvaget, Les Loisirs populaire dans les années 50, Histoire et Patrinoine hors série n°9, octobre 2017.

On feuillette le numéro.

On a envie, illico, de l’avoir en vrai, sur papier, comme autrefois.
Pour quand tout aura disjoncté sous le coup de génie d’un hacker fou et/ou "radicalisé".


À Paris, au Centre Wallonie-Bruxelles (CWB), dans le cadre du Mois du film documentaire, hommage à Khady Sylla (1963-2013) femme de lettres et cinéaste, en présence de Charlie Van Damme.

* À 19h00 : Une fenêtre ouverte de Khady Sylla (2005).

Une fenêtre ouverte from Athénaïse on Vimeo.

 

* À 20h00 : Le Monologue de la muette de Khady Sylla & Charlie Van Damme (2008).


 

Bonne lecture :

* Charlie Van Damme, Le cinéma est un sport de combat, Hémispères, 2017.

JPEG - 117.1 ko

 

CWB, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris.


À Paris, le National Theatre : Frankenstein, c’est au cinéma.

On a aimé Benedict Cumberbatch en Sherlock Holmes.

On va adorer Benedict Cumberbatch en Frankenstein, le créateur et la créature, avec Jonny Lee Miller, dans une mise en scène de Danny Boyle.


 

Cinéma Le Balzac, 1 rue Balzac, 75008 Paris.


À Paris, à Beaubourg, une avant-première, avant sa sortie mercredi prochain.

* À 20h00 : Argent amer de Wang Bing (2016).
En avant-première en sa présence.

En partenariat avec le réseau des Institut Confucius.

ARGENT AMER de Wang Bing from V.O. on Vimeo.

 

Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


À Paris toujours, la BnF et l’Opéra Garnier rendent hommage à Patrice Chéreau (1944-2013) : Mettre en scène l’opéra (18 novembre 2017-4 mars 2018).

Cet hommage lui est rendu à l’occasion de la reprise, à l’Opéra Bastille, de

* De la maison des morts, musique et livret de Leoš Janáček, mise en scène Patrice Chéreau, direction musicale de Esa-Pekka Salonen (15 novembre-2 décembre 2017).

Avec un beau catalogue chez Actes Sud.

JPEG - 160.6 ko

 

Palais Garnier, bibliothèque-musée de l’Opéra, 8 rue Scribe, 75009 Paris.


À Lyon, à l’Institut Lumière, Alain Cavalier est à l’honneur (16 novembre 2017-2 janvier 2018).

JPEG - 131.5 ko

 

Depuis mercredi dernier, on peut (re)voir ses grands classiques.

Ce soir, on découvre ses derniers Portraits XL.

* À 19h00 : Rencontre avec Alain Cavalier, présentée par Thierry Frémaux.

* À 21h00 : Deux portraits XL : Daniel et Léon (2017).

Institut Lumière, 25 rue du Premier-Film, 69352 Lyon.


À Cannes, les Rencontres cinématographiques, organisées par Cannes Cinéma, commencent aujourd’hui, et c’est la 30e édition (20-26 novembre 2017).

JPEG - 160.5 ko

 

Les projections ont lieu dans toute la ville.

Ce soir, cérémonie d’ouverture avec présentation du jury au Théâtre Croisette :

* À 19h00 : La Douleur de Emmanuel Finkiel, d’après l’œuvre de Marguerite Duras (2017).
En présence du réalisateur.


 

Faites votre programme.

Cannes Cinéma, 10 avenue de Vallauris, 06400 Cannes.



Dimanche 19 novembre 2017

 

La manif d’hier pour sauver la bibliothèque Marguerite-Durand a eu du succès.

Pour se récompenser, on se met l’Hymne des femmes qu’on n’a pas entendu depuis longtemps, par la Compagnie Jolie Môme.


 


À New York, on passe la journée au MoMA, dans la grâce de l’ubiquité la plus cynique.

Il y a les séances de performances du dimanche, VW Sunday Sessions.

* À 15h00 : Spittle of the Moon.
Avec le Collectif MSHR, le duo de R & B électronique Dey, et un nouveau projet de Sigrid Lauren & Emil Bognar Nasdor.

JPEG - 178.1 ko

 

On inaugure l’exposition Stephen Shore (19 novembre 2017-28 mai 2018).

JPEG - 269.3 ko

 

JPEG - 452.2 ko

 

Voici d’ailleurs, en bonus spécial, un Shore de 1973, actuellement aux enchères, mise à prix : 30 000 USD. Avis aux amateurs.

JPEG - 239.1 ko

 

On en profite pour voir aussi la rétrospective de Carolee Schneemann, lauréate du Lion d’Or de la Biennale de Venise 2017 : Kinetik Painting (22 octobre 2017-11 mars 2018).

JPEG - 353.4 ko

 

JPEG - 142.6 ko

 

Et enfin, bien sûr, au Theater1, c’est cinéma, dans le cadre de The Contenders 2017, ces films des 12 derniers mois, choisis parce qu’ils ne sont pas comme les autres et devraient résister à l’épreuve du temps, sélection de festivals ou pas, succès commercial ou pas.

* À 14h30 : Mother ! de Darren Aronofsky (2017).
Suivi d’un débat avec le réalisateur.


 

* À 17h30 : Call Me by Your Name de Luca Guadagnino (2017).


 

The Museum of Modern Art, 11 West 53 Street, New York, NY 10019.


À Florence, on a inauguré hier : Enrico Baj. Le macchine del tempo. Tribù Guermantes Tuberie (18 novembre 2017-15 janvier 2018).

JPEG - 474.4 ko

 

Les hommages au pataphysicien anarchiste Enrico Baj (1924-2003) ne sont pas si fréquents, et son Mouvement nucléaire, fondé en 1951 en réaction aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, lié au mouvement CoBra, est mal connu.
Pourtant il figure dans le Maitron, et il a eu d’excellentes fréquentations.

La galerie se concentre sur quatre cycles de travail entre 1993 et 2003 : Maschere, Totem, Guermantes, Travaux hydrauliques.

JPEG - 383.2 ko

 

JPEG - 243.1 ko

 

Bonne lectures :

* Jean Baudrillard, Enrico Baj, Transparence du kitsch, La Différence, 1991.

JPEG - 120.1 ko

 

* Enrico Baj, fin de siècle, préface de Pascal Ory, catalogue de l’exposition au Musée des Beaux Arts de Chartres avec la Maison Picassiette (7 juillet-25 septembre 2000).

ZetaEffe Galleria, Via Maggio 47/R, 50125 Firenze.



Samedi 18 novembre 2017

 

Aujourd’hui, une priorité : la Bibliothèque Marguerite-Durand (BMD).
Mobilisation, manif, pétition, tout est bon pour la soutenir.

 

 

C’est la seule bibliothèque publique des femmes et des féministes, elle contient d’inestimables documents collectés par la journaliste Marguerite Durand (1864-1936), fondatrice du quotidien La Fronde en 1897, et créatrice de ce fonds de documentation et de recherche en 1931.

JPEG - 216.1 ko

 

JPEG - 136.7 ko

 

JPEG - 241.9 ko

 

JPEG - 203.1 ko

 

On l’a connue, au début des années 1980, encore confidentielle, logée dans la Mairie du Ve arrondissement. Mais les mouvements des années 70 avaient donné une impulsion telle qu’il fallut l’aggrandir pour qu’elle puisse continuer à accueillir les archives des femmes.

Elle fut donc transférée à la Médiathèque Jean-Pierre-Melville en 1989, et c’était très bien : tout était accessible aisément, dans un contexte modernisé.

JPEG - 516 ko

 

Il s’agit à présent de la redéménager à nouveau, en 2018, afin de laisser de la place à Melville.
La décision a été prise au mois d’août 2017, quand tout le monde est censé être à la plage, sans concertation avec les personnels concernés, et c’est là qu’on apprécie les réseaux sociaux. Car, dès cet été, "tout le monde" a été alerté, inquiet, donc mobilisé, y compris à l’étranger, la renommée de la bibliothèque étant internationale.

La décision ?
Il s’agit de "l’héberger" - on a bien lu le mot, on pourrait aussi bien le préciser : "l’absorber" - à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, qui elle-même est saturée, donc elle serait reléguée dans des magasins extérieurs non précisés.
Voilà une solution pratiquement et symboliquement insupportable.

On en connaît qui doivent se retourner dans leurs tombes, Beauvoir, Duras, Seyrig, Sontag…
Et Héritier qui vient à peine de nous quitter et qui est encore sans sépulture.

JPEG - 465.2 ko

 

JPEG - 511.9 ko

 

JPEG - 559.8 ko

 

JPEG - 434.6 ko

 

Elle est donc en grand danger, cette bibliothèque, elle et son territoire intellectuel : conditions de conservation dégradées, perte de sa salle de lecture et de son personnel spécialisé, communications et prêts des ouvrages en différé, invisibilité organisée et rampante, disparition progressive des dons et legs, à terme disparition tout court.

On devrait pourtant, plus que jamais, lui donner un vrai espace à elle toute seule, et, à cette occasion, par exemple, lui adjoindre le fonds Marie-Louise-Bouglé et le fonds George-Sand, ce qui libèrerait de la place à la BHVP.

Alors que les gender’s studies ont pignon sur rue depuis des décennies et alors même que le fonds documentaire féministe devrait - à l’évidence étant donnée l’actualité et ce qui semble être une troisième vague du féminisme - continuer à s’amplifier, ce serait un solution politique juste.
Mais le champ féministe semble continuer à ne devoir être que subordonné, accessoire, quasiment parasitaire.

Mobilisation des archivistes, des scientifiques, des bibliothécaires, des artistes, des journalistes, des chercheurs (zet des chercheuses) et bien évidemment des féministes.

Les bibliothèques sont fragiles.

JPEG - 328.5 ko

 

JPEG - 632.3 ko

 

Les bibliothèques publiques - les livres et le fait public - sont toujours menacées, elles qui détiennent la vérité des mémoires qu’il est si tentant de manipuler et d’occulter. Elles ont toujours besoin d’être défendues, partout dans le monde, comme des piliers démocratiques majeurs

JPEG - 537.7 ko

 

JPEG - 467.4 ko

 

Encore plus quand elles sont spécialisées. Les grandes causes de civilisation, quand elles sont diluées, ne gênent plus personne.
Encore plus quand il s’agit des femmes, cette "minorité", si si.

JPEG - 347.4 ko

 

JPEG - 393 ko

 

JPEG - 316.5 ko

 

* À partir de 14h00 : Mobilisation pour sauver la Bibliothèque Marguerite-Durand.

Bibliothèque Marguerite-Durand, 79 rue Nationale, 75013 Paris.


La Société Louise-Michel, avec notamment la revue Contretemps, organise, à la MSH Nord, une journée de travail et de réflexion qui n’est en aucun cas une commémoration.

JPEG - 228.4 ko

 

* À partir de 10h00 : Le souffle d’Octobre. Centenaire de la révolution russe de 1917.

Programme de la journée.

Maison des sciences de l’Homme Paris-Nord, 20 avenue George-Sand, 93210 La Plaine Saint-Denis.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 18 au 24 novembre 2017.



Vendredi 17 novembre 2017

 

Au Ciné-cub de l’Aéro-club, c’est la fête à Saint-Ex et son Vol de nuit (1931).

* À 19h30 : Night Flight de Clarence Brown (1933).


 

Bonus habituel : Actualités de l’époque et cartoons.
En fin de projection, pot traditionnel de l’amitié.
Réservation nécessaire.

Salon de l’Aéro-club de France, 6 rue Galilée 75016 Paris.


À la Maison de Victor Hugo, une nouvelle exposition très épatante : La Folie en tête. Aux racines de l’art brut (16 novembre 2017-18 mars 2018).

JPEG - 282.5 ko

 

Ce sont des collections d’œuvres d’internés, constituées au cours du 19e siècle par quatre psychiatres, William A. F. Browne (1805-1885) de Dumfries, Écosse, Auguste Marie (1865-1934) de Villejuif, Walter Morgenthaler (1882-1965) de Berne et Hans Prinzhorn (1886-1933) de Heidelberg, qui avaient tout compris et avaient récupéré les œuvres des leurs patients, après les avoir suscitées parfois à des fins thérapeutiques.

JPEG - 276.5 ko

 

C’est l’époque où le bon Dr Pinel avait désenchaîné les fous, et où la folie était devenue une catégorie médicale au lieu d’une malédiction mi-divine mi-sociale.

JPEG - 215.5 ko

 

Comme repère et toile de fond, il faut rappeller la "loi des aliénés", la fameuse Loi de 1838.

JPEG - 150.8 ko

 

Il faut aussi revenir sur l’épanouissement des réflexions et des pratiques sur les "cas-limite" des esprits humains à partir des année 60, la pensée de Michel Foucault, celles des anti-psychiatres Laing, Cooper ou Basaglia.
Et celles de quelques autres d’ailleurs, de Érasme à Deleuze & Guattari, en passant par Artaud, par exemple dans la série de France Culture, Sommes-nous tous fous ?

JPEG - 300.1 ko

 

On repense à Family Life de Ken Loach (1971), peut-être le premier film de fiction "militant" de ces années-là.


 

Du temps a passé, le progrès des neurosciences a éclairé d’un nouveau jour les grandes découvertes d’autrefois, celle de l’inconscient par exemple.

Bonne lecture :

* Lionel Naccache, Le Nouvel Inconscient. Freud, Christophe Colomb des neurosciences, Paris, Odile Jacob, 2006.

Et puis il y a la question politique. Une société se juge à sa pratique, et à l’état de ses marges, les "asiles", les prisons. Quand on voit l’état de ses "normes", les hôpitaux et les écoles, il y a de quoi s’inquiéter et débattre.

JPEG - 100.1 ko

 

"Pour en savoir plus"… Il y a l’actualité. Il y a des livres.
Il y a France Culture.

Mais nul besoin d’érudition pour s’émerveiller de la beauté des créations des poètes et des artistes "différents".
Woyzeck disait : "Chaque homme est un abîme, on a le vertige quand on s’y penche". Mais chacun sait que les vertiges peuvent être - aussi - délicieux.

Maison de Victor Hugo, 6 place des Vosges, 75004 Paris.


À la Cinémathèque, un nouveau regard sur le cinéma indépendant avec un "échantillon représentatif", American Fringe, saison 2 (17-19 novembre 2017).

Ce soir

* À 19h00 : Hunter Gatherer de Joshua Lacy (2016).

JPEG - 205.9 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.



Jeudi 16 novembre 2017

 

Service minimum.

On fait son devoir à République, et, après l’effort, le réconfort au Quartier latin.

À Jussieu, au crépuscule.

Dans le cadre du Festival Latino-America, un mois autour des luttes et des rêves en Amérique latine, avec Solidaires étudiant-es Paris 1, la BAT (Bibliothèque autogerée de Tolbiac), et Jussieu en lutte, on s’occupe d’écologie.

JPEG - 220.4 ko

 

* À 18h00 : Exploitation du territoire et résistance collective.
Projection d’un film documentaire sur la lutte pour la préservation de l’eau et contre la main-mise des grandes entreprises au Pérou.

Université de Paris VI, Jussieu, amphi Durand 25, 4 place Jussieu 75006 Paris.


À la Librairie du Panthéon, un peu plus tard.

* À 19h00 : Le Bureau des Légendes dévoile ses secrets.
Avec Jean-Pierre Darroussin, Sara Giraudeau, Jonathan Zaccaï, Raphaël Chevènement et Pierre Ziemniak.

JPEG - 139.6 ko

 

C’est complet et on n’est pas étonné.
Tout le monde était intéressé, la librairie n’étant pas extensible, il a fallu sélectionner par réservations. Elles se sont faites par Facebook, décidément FB est une source d’informations avec laquelle il faut compter. Force est de le reconnaître, et, étant donnés ses obscurs et abscons bricolages internes, c’est dur.

Quoiqu’il en soit, ce soir, à la librairie, il peut y avoir des défections, on ne sait jamais. On va voir si on peut taper l’incruste.

Bonne lecture :

* Pierre Ziemniak, Exception française. De Vidocq au Bureau des légendes : 60 ans de séries, Vendémiaire (2017).

JPEG - 313.9 ko

 

Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


Aux 3 Luxembourg, le soir.

* À 20h30 : Irrintzina, le cri de la génération climat de Sandra Blondel & Pascal Hennequin (2017).

Débat : Un millions d’emplois pour le climat, c’est possible !
En présence des réalisateurs, avec Julien Rivoire et Alternatiba Paris.

IRRINTZINA N°1 : le cri de la génération climat from fokus 21 on Vimeo.

 

3 Luxembourg, 67 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris.



Mercredi 15 novembre 2017

 

On a tous rendez-vous chez Marc Benda, pour parler de cinéma italien et boire un coup, dans sa librairie du Panthéon au Quartier latin, la seule librairie de cinéma de Paris, de plus en plus animée donc de plus en plus célèbre.

Jean A. Gili avait déjà écrit un livre sur Nanni Moretti, paru chez Gremese en 2001, l’année de La Chambre du fils. Mais 16 ans, 8 films et quelques festivals et décorations plus tard, de l’eau a coulé sous tous les ponts français et italiens.

Gili et Moretti en ont parlé, de l’eau et des ponts, et il y avait beaucoup à dire. Ce qu’on a compris à Bologne, quand, dans la cour archi-bondée de la Cineteca, ils ont dialogué, au mois de juin dernier.

JPEG - 471.9 ko

 

Moretti a même souri à plusieurs reprises.

JPEG - 350.8 ko

 

JPEG - 414.2 ko

 

De gauche à droite, Nanni Moretti, Jean A. Gili et Édouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine des réalisateurs, qui vient d’être reconduit par la SRF pour la 7e année consécutive.
Allons bon, voilà qu’on fait du people. Va falloir se surveiller.

Ce soir :

* À 18h30 : Rencontre avec Jean A. Gili et Jeune Cinéma.

Bonne lecture :

* Jean A. Gili, L’Autobiographie dilatée. Entretiens avec Nanni Moretti, Rouge profond, 2017.

JPEG - 134.4 ko

 

Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* L’École de la vie (Los niños) de Maite Alberdi (2016).

* Good Vibrations de Lydia Erbibou (2017).

* Chavela Vargas de Catherine Gund & Daresha Kyi (2017).

* Maryline de Guillaume Gallienne (2017).

* Le Musée des merveilles (Wonderstruck) de Todd Haynes (2017).

* M de Sara Forestier (2017).

* Khibula de George Ovashvili (2017).

* Le Semeur de Marine Francen (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* J’ai même rencontré des tziganes heureux (Skupljači perja) de Aleksandar Petrovic (1967).

* Médée (Medea) de Pier Paolo Pasolini (1969).

* Le Coureur (Davandeh) de Amir Naderi (1985).



Mardi 14 novembre 2017

 

Le Festival des idées, organisé par la Sorbonne, en est à sa 2e édition.
En 2016, le thème de la 1ère édition était : Être machine.
En 2017, c’est, très judicieusement, L’amour du risque (14-18 novembre 2017).

JPEG - 196.5 ko

 

150 manifestations gratuites pour se déstabiliser, se décaler, "sortir de sa zone de confort" comme disent les gazettes - ou peut-être, juste regarder le réel bien en face, au risque d’être changé en pierre ou de se brûler les ailes.

Méduse - qui, seule des sœurs Gorgone, était mortelle - et Icare le présomptueux, sombrent dans la mélancolie.

JPEG - 188.9 ko

 

JPEG - 160.8 ko

 

JPEG - 264.6 ko

 

Mais ils sont des occasions inespérées de placer la citation de René Char, qui, depuis qu’elle est sortie de Feuillets d’Hypnos (1946) court les trottoirs du Net : La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil.

Au programme : débats, rencontres, tables rondes, théâtre, cinéma, ateliers, danse, expositions, performances, installations, jeux-débats, séminaires, visites.

À la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), le Collège d’études mondiales propose : Risques globaux, l’homme sujet et acteur.

JPEG - 129.3 ko

 

Faites votre programme.

Forum de la bibliothèque, FMSH, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris.


C’est aujourd’hui que commence le Festival Chéries-Chéris, 23e édition (14-21 novembre 2017).

JPEG - 181.4 ko

 

Le Festival LGBTQ, créé en 1994, est en pleine santé.

Cérémonie d’ouverture ce soir au MK2 Quai de Seine, avec :

* À 20h00 : Seule la terre (God’s Own Country) de Francis Lee (2017).
Prix du meilleur réalisateur du Festival de Sundance 2017, section World Cinema Dramatic.


 

Autre séance, demain mercredi 15 novembre 2017, à 19h15 au MK2 Beaubourg, en présence de Francis Lee.

Faites votre programme.

Mk2 Beaubourg, 50 rue Rambuteau, 75003 Paris.
Mk2 Quai de Seine, 14 Quai de la Seine, 75019 Paris.


C’est aussi aujourd’hui que commence le Festival du film polonais, Kinopolska, 10e édition (14-19 novembre 2017).

JPEG - 93.1 ko

 

Cette année, on fête les dix ans du festival sous le signe de la comédie.


 

Ouverture avec un grand classique :

* À 20h00 : Croisière (Rejs) de Marek Piwowski (1970).


 

Faites votre programme.

Cinéma Le Balzac, 1 rue Balzac, 75008 Paris.


À Paris, les ciné-clubs du mardi :

Le Ciné-club du Centre culturel irlandais (CCI) aux Trois-Luxembourg :

* À 19h30 : The Queen of Ireland de Conor Horgan (2016).


 

Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris.

À CinéCaro :

* À 19h30 : Manuel de libération de Alexander Kuznetsov (2016).
Débat avec Rebecca Houzel et Alexander Abaturo.


 

Cinécaro, auditorium du Carreau du Temple, 2 rue Perrée, 75003 Paris.


À Strasbourg, dans le cadre du grand projet Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 en collaboration avec l’Université de Strasbourg, les musées de la ville se réunissent pour rappeler la place particulière de leur cité, son histoire, son importance, sa beauté (23 septembre 2017-25 février 2018).

JPEG - 147.8 ko

 

Il y a du cinéma aussi, aujourd’hui avec le Goethe Institut.

* À 19h00 : Berlin. Die Sinfonie der Grosstadt (Berlin, symphonie d’une grande ville) de Walter Ruttmann (1927). Entrée libre.


 

Auditorium des musées, 1 place Hans-Jean-Arp, 67000 Strasbourg.


Au Musée du Quai Branly, la nouvelle exposition : Le Pérou avant les Incas (14 novembre 2017- 1er avril 2018).

JPEG - 149.8 ko

 

Musée du Quai-Branly, 37 quai Branly, 75007 Paris.



Lundi 13 novembre 2017

 

Le scandale de l’amiante - une ignominie parmi tant d’autres, mais particulièrement dégueulasse - on en entend parler de temps en temps, puis plus du tout, et c’est occulté pendant des mois, ça dépend des humeurs et de l’actualité.
Les médias ont leurs lunes, leurs hasards, leurs nécessités, évidemment aussi, leurs compromissions.

JPEG - 245.4 ko

 

Le cinéma, lui, fait le boulot, en racontant les prises de conscience et les combats (1970-2015).

JPEG - 138.3 ko

 

Les alertes, souterraines parce que refoulées par le mainstream de la télé engendrant la vieille "idéologie dominante", finiront peut-être par rendre justice, explosant soudainement à partir d’on ne sait quelle goutte d’eau, grâce, par exemple à la pression des réseaux sociaux, ou des pétitions new look, ou des nouveaux documentaires, tous ces étranges véhicules d’une étrange nouvelle démocratie, qui ressemblent à des vieilles taupes déguisées.

Ce soir, c’est le cinéma qui se manifeste à Paris 15e.

* À 19h30 : Les Sentinelles de Pierre Pezerat (2016).


 

Jusqu’à la fin de l’année, il y a un solide calendrier de projections et de débats à Paris, en banlieue et en province.

Patronage laïque Jules-Vallès, 72 avenue Felix-Faure, 75015 Paris.


À Paris, au Centre Wallonie-Bruxelles (CWB), dans le cadre du mois du film documentaire, un épisode oublié de l’Italie fasciste.

* À 20h00 : Oltremare (Colonies fascistes) de Loredana Bianconi (2016).
En présence de la réalisatrice.


 

CWB, salle de cinéma, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris.


À New York, le MoMA présente une exposition tirée de ses collections, des œuvres "computer", produites à partir d’ordinateurs, donc porteuses d’un nouvel esprit, donc, évidemment, de nouvelles sociétés et de nouveaux humains : Thinking Machines : Art and Design in the Computer Age, 1959-1989 (13 novembre 2017-8 avril 2018).

JPEG - 361.7 ko

 

C’est l’occasion pour tous de relire Descartes, Bergson et Heidegger.
Mais pas d’obligation. Heureusement.

JPEG - 140.8 ko

 

Avec des œuvres de John Cage, Lejaren Hiller, Waldemar Cordeiro, Charles Csuri, Richard Hamilton, Beryl Korot, Vera Molnár, Cedric Price, Stan VanDerBeek.

JPEG - 124.6 ko

 

MoMA, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.



Samedi 11 novembre 2017

 

1917, les grandes révolutions russes, porteuses d’espoirs et de désespoirs.
Et pendant ce temps… la "Grande Guerre" infâme continuait.
Encore un an à attendre avant l’Armistice… qui ne fut qu’un armistice comme on sait.

Entre ces deux "mouvements", ça communiquait.
Ce que raconte le film de de Pierre Goetschel : Les Mutins de la Courtine (2015). Même si on sait que les mutineries (et les fusillés pour l’exemple), c’était dès 1914, et, en 1917, plutôt au début de l’année.

En 2017, il ne reste plus aucun poilu vivant, la mémoire peu à peu se dissout dans les temps sociaux et sous les poussières des archives familiales.

Le soldat aérostier Maurice Vignaux (1888-1984) ne survit que dans les archives de ses petites-filles et celles déposées au service historique de la Défense de Vincennes.

JPEG - 195.4 ko

 

JPEG - 287.4 ko

 

JPEG - 239.5 ko

 

JPEG - 317 ko

 

Le soldat Gaston Lavy (1875-1949), lui, a été numérisé par la BDIC et il est en (première) ligne.

JPEG - 169.2 ko

 

* Un de La Territoriale (1914-1918). Le Bataillon errant. Texte et dessins de Gaston Lavy.

JPEG - 229.6 ko

 

JPEG - 238.7 ko

 

JPEG - 213 ko

 

La BDIC recèle des trésors. Il faut consulter ses collections.

Maudite soit la guerre !
Alfred Machin dès 1914 en faisait un film.
 

À bas la guerre ! clamaient Rosa et Karl.

JPEG - 88.6 ko

 

Désobéir ! ce qu’on ne nous apprend pas, surtout pas aux filles, mais pas non plus aux garçons.
 

JPEG - 367.3 ko

 

Un rendez-vous à Bondy avec la Ligue des droits de l’homme, et une exposition Fusillés pour l’exemple. Vernissage à midi (11 novembre-5 décembre 2017).

La LDH et beaucoup d’autres (la Libre Pensée, les Écologistes, l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance…) réclament depuis longtemps la réhabilitation des soldats fusillés pour l’exemple de 14-18.

Mairie de Bondy, Esplanade Claude-Fuzier, 93000 Bondy.

Bonnes lectures :

* André Loez & Nicolas Mariot éds., Obéir / désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, La Découverte, 2008.

* Guy Pedroncini, Les Mutineries de 1917, Presses universitaires de France, 1967.

* Nicolas Offenstadt, Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, Odile Jacob, 1999.

La Chanson de Craonne.


 


La vie sur Terre continue, en tout cas, pour l’instant, les générations se succèdent, qui ont tout à réapprendre à chaque fois. On espère juste que "après nous le déluge" pour tous.

En attendant, let’s have fun !

Le Festival international Jean-Rouch 2017 bat son plein depuis mercredi (8 novembre-3 décembre 2017). Entrée libre et gratuite.

JPEG - 150.6 ko

 

Aujourd’hui, commence la compétition internationale (11-18 novembre 2017), avec le Kazakhstan, la Russie et la Lituanie

* À 14h30 : Zavtra more (Demain la mer) de Katerina Suvorova (2016).


 

* À 17h30 : Platskart (Voyage en troisième classe) de Rodion Ismailov (2016).


 

* À 20h30 : Mariupolis de Mantas Kvedaravičius (2016).


 

Faites votre programme.

Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris.


À la Gaité lyrique, dans le cadre de F.A.M.E 2017, 4e édition (8-12 novembre 2017), on examine le modèle des Community Cinemas qui surgissent en Angleterre, et les diverses façons de contourner les circuit commerciaux, avec des salles indépendantes autogérées, des rapports nouveaux avec les spectateurs, et des programmations différentes. Entrée libre.

JPEG - 227.1 ko

 

JPEG - 344.7 ko

 

JPEG - 237.4 ko

 

* À 15h00 : Les nouveaux cinémas.
Table ronde avec Agnès Salson, Olivier Forest & Lukasz Drygas, Julien Chollat-Namy, Giorgia Villa et Benoît Hické.

JPEG - 258 ko

 

La Gaîté lyrique, 3bis rue Papin, 75003 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 11 au 17 novembre 2017.



Vendredi 10 novembre 2017

 

À Paris, ce soir, à 20h00, c’est l’ouverture du Salon de la revue, 27e édition (10-12 novembre 2017).

JPEG - 149 ko

 

30 nouveaux exposants, 200 stands.
Et, cette année, une collaboration développée avec l’excellente revue, en ligne désormais, En attendant Nadeau, ex-Quinzaine littéraire (dont le nom originel et mythique a disparu des écrans radar en septembre 2015).

Liste des exposants.

Liste des revues.

À propos le numéro 6 des Cahiers Benjamin-Péret est paru, avec un sommaire alléchant.

Bonne lecture :

* Benjamin Péret, Les Arts primitifs et populaires du Brésil, Éditions du Sandre, 2017.

JPEG - 249.8 ko

 

Faites votre programme.

Halle des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris.


Au Jeu de Paume, il y a du cinéma : Matías Piñeiro. Pour l’amour du jeu (7-21 novembre 2017).

Pour la première fois en France, dans le cadre du Festival d’automne, une rétrospective du cinéaste argentin, né en 1982, qui désacralise la littérature et le théâtre classiques. Ses films ne sont pas des adaptations, mais des "variations ". Il parle même de "profanations"  et de "contaminations".

Aujourd’hui :

* À 18h30 : Todos mienten de Matías Piñeiro (2009).
En sa présence avec Andréa Picard.


 

Faites votre programme.

Jeu de Paume Concorde, 1 place de la Concorde, 75008 Paris.


Au Louvre, il y a aussi du cinéma : Tragiques héros,, un cycle de 7 films évoquant quelques grands héros confrontés à la tragédie du pouvoir (10-26 novembre 2017).

On commence aujourd’hui avec un film de cinquante ans :

* À 19h00 : La scène du pouvoir.
Conférence inaugurale de Marie-José Mondzain.

* À 20h30 : Œdipe-roi de Pier Paolo Pasolini (1967).


 

Faites votre programme.

Louvre, Auditorium, rue de Rivoli, 75001 Paris.



Jeudi 9 novembre 2017

 

À Paris, au cinéma La Clef, : Festival de Films du Mouvement Utopia, 7e édition : La démocratie est morte ? Vive la démocratie ! (9-12 novembre 2017).

Aujourd’hui :

* À 20h00 : Des lois et des hommes de Loïc Jourdain (2014).
Séance suivie d’un débat.


 

Faites votre programme.

La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À Paris, à la BPI, dans le cadre du Mois du film documentaire : Rétrospective Claudine Bories & Patrice Chagnard (9-27 novembre 2017).

Filmer pour nous c’est d’abord prendre parti.
Et prendre parti, c’est toujours et encore choisir.

JPEG - 110.3 ko

 

Bibliothèque publique d’information, 19 rue Beaubourg, 75004 Paris.


À Paris, à la librairie du Panthéon, :

* À partir de 18h00 : Rencontre avec René Bonnell.

Bonne lecture :

* René Bonnell, La Star et son complexe, Éditions Léo Scheer, 2017.

JPEG - 392.8 ko

 

Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


À la MEP, depuis hier, nouveau cycle d’expositions (8 novembre 2017-7 janvier 2018).

* Zhong Weixing : Face à face.

JPEG - 248.3 ko

 

* Brodbeck & de Barbuat : Les Mondes silencieux

JPEG - 380 ko

 

* Pierre Passebon collectionneur : Obsession Marlene.

JPEG - 311.6 ko

 

* Piero Livio : Dustmuseum.

JPEG - 162.6 ko

 

* Claude Mollard : Une anthropologie imaginaire.

JPEG - 458.7 ko

 

* Pascal Maitré : Quand l’Afrique s’éclairera (Prix photo AFD/Polka).

JPEG - 364.8 ko

 

Maison européenne de la photographie, 5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris.


À Argelès, les Amis de Cinémaginaire présentent Écrans d’automne (9-12 novembre 2017).
Que des bonnes vibrations : films, conférence, débats, invités, buffets.

JPEG - 247.2 ko

 

On inaugure avec des expos, un apéro, et le soir :

* À 21h00 : Au revoir là haut de Albert Dupontel (2017).


 

Faites votre programme.

Cinéma Jaurès, rue Jean-Jaurès, 66700 Argelès-sur-Mer.



Mercredi 8 novembre 2017

 

À la Fondation Seydoux L’Étonnant Monsieur Lubitsch ! (8-25 novembre 2017).

La période allemande (1915-1922) : Avant de devenir l’Américain de Hollywood, Lubitsch était déjà bien connu en Allemagne, par exemple avec Schuhpalast Pinkus (1916), Die Austernprinzessin (1919) ou Madame Dubarry (1919).

Seydoux propose de découvrir 15 films, toujours accompagnés au piano par les élèves de la classe d’improvisation de Jean-François Zygel.

Aujourd’hui :

* À 14h00 : La Poupée (Die Puppe) de Ernst Lubitsch (1919).


 

* À 16h00 : Je ne voudrais pas être un homme (Ich möchte kein Mann sein) de Ernst Lubitsch (1918).


 

Faites votre programme.

Fondation Jérôme-Seydoux-Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris.


À l’Arlequin, commence la semaine du nouveau cinéma russe, Regards de Russie, 15e édition (8-14 novembre 2017).

JPEG - 182.3 ko

 

À l’affiche : Ivan Bolotnikov, Ivan Chakhnazarov, Klim Chipenko, Boris Khlebnikov, Andreï Kontchalovski, Vladimir Kott, Alexei Outchitel, Kirill Pletniov, Alexandra Strelianaïa, Pavel Tchoukhraï, Valéry Todorovski, Andrei Zviaguintsev.


 

Ce soir, en ouverture, Nicolas II et sa danseuse dans un film qui fait scandale en Russie.

* À 20h00 : Matilda de Alexei Outchitel (2017).


 

Faites votre programme.

Arlequin, 76 rue de Rennes, 75006 Paris.


À la Cinémathèque, Le mystère Clouzot, une grande exposition, accompagée d’une rétrospective, de rencontres, d’un catalogue, la totale quoi (8 novembre 2017-29 juilllet 2018).

JPEG - 165.2 ko

 

Henri-Georges Clouzot (1907-1977).


 

Ce soir :

* À 20h00 : Le Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot (1951).

JPEG - 135.9 ko

 

Faites votre programme de la Cinémathèque.

Et, en ville, voyez aussi les neuf sorties Clouzot de ce mercredi.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy , 75012 Paris.


La BDIC de Nanterre, dans le cadre du mois du film documentaire, rappelle que 1917, c’est pas seulement une révolution russe, mais d’abord, une épouvantable et absurde guerre mondiale. En 1917, le corps expéditionnaire russe arrive en France.

* À 19h00 : Les Mutins de la Courtine de Pierre Goetschel (2015).
En présence du réalisateur. Entrée libre mais réservation nécessaire.


 

Mercredi prochain : Archives filmiques de 1917, commentées par Alexandre Sumpf.

À cette occasion, l’exposition, aujourd’hui, l’exposition Et 1917 devient révolution restera ouverte jusqu’à 19h00.

Hôtel national des Invalides, Cour d’honneur, auditorium Austerlitz, 129 rue de Grenelle, 75007 Paris.


À la librairie Quilombo, un livre, un débat avec Philippe Baqué.

* À 19h45 : Homme augmenté, humanité diminuée.

JPEG - 172.7 ko

 

Bonne lecture :

* Philippe Baqué, Homme augmenté, humanité diminuée. D’Alzheimer au transhumanisme, la science au service d’une idéologie mercantile, Agone, 2017.

Quilombo, 23 rue Voltaire, 75011 Paris.


À la Gaîté lyrique, commence le festival Fame, 4e édition (8-12 novembre 2017).


 

Gaîté lyrique, 3bis rue Papin, 75003 Paris.


À la Colonie Natalia Turine, Louison éditions et la Librairie du Globe invitent à une rencontre avec Oleg Kulik, artiste majeur et perturbateur, pour établir une nouvelle jonction entre Paris et Moscou.

JPEG - 330.9 ko

 

Présentation de l’artiste par Arte.

JPEG - 109.7 ko

 

* À 19h00 : En Marge. Performances en révolutions.

La Colonie, 128 rue de La Fayette , 75010 Paris.


Au MAHJ : Léon Weissberg. Entraygues, 1942 (8 novembre 2017-21 janvier 2018).

JPEG - 426.1 ko

 

Il s’agit de la donation de Lydie Lachenal, sa fille : dix tableaux de 1942 - les derniers - à la force intacte, qui complétent le fonds Weissberg (1895-1943) que le MAHJ possède déjà.

Quelques mois plus tard, le 18 février 1943, il sera arrêté et interné à Gurs, puis à Drancy, puis déporté et assassiné à Maïdanek.
Son atelier parisien sera pillé sous l’Occupation et ses tableaux dispersés.

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 71 rue du Temple, 75003 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine (Beyond the Frontlines) de Alexandra Dols (2016).

* Les Sentinelles de Pierre Pézerat (2016).

* En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui (2016).

* Irrrintzina. Le Cri de la génération climat de Sandra Blondel & Pascal Hennequin (2017).

* We Blew It de Jean-Baptiste Thoret (2017).

* A Beautiful Day de Lynne Ramsay (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Rêves en rose (Ruzové sny) de Dusan Hanak (1977).

* Charlot sur la route : Charlot s’évade (The Adventurer, 1917) ; Charlot vagabond (The Tramp, 1915) ; Charlot boxeur (The Champion, 1915), trois courts métrages de Charles Chaplin.

Et neuf films de Clouzot : L’assassin habite au 21 (1942) ; Le Corbeau (1943) ; Manon (1949) ; Quai des orfèvres (1947) ; Le Retour de Jean, dans Retour à la vie de André Cayatte, Georges Lampin, Henri-Georges Clouzot (1949) ; Miquette et sa mère (1950) ; Le Salaire de la Peur (1953) ; Les Diaboliques (1955) ; Le Mystère Picasso (1956) ; Les Espions (1957) ; La Vérité (1960) ; La Prisonnière (1968).



Mardi 7 novembre 2017

 

Partout en France, en tous cas dans nos milieux de pensée, Octobre 17 est à l’ordre du jour cette année, depuis février, et tout spécialement depuis cette rentrée, qui privilégie donc le basculement plutôt que le processus.

JPEG - 358.2 ko

 

Cela a donné l’occasion, à travers les films, les livres, les rencontres, les rassemblements, l’air du temps, l’occasion de réviser un peu ce que tout le monde savait plus ou moins de façon étriquée, à part les spécialistes.

C’est aujourd’hui, 7 novembre 2017, le climax, et l’occasion, pour ceux qui n’ont pas encore fait leurs devoirs de révision du plus grand séisme mondial depuis 1789, de revenir sur un basique, lisible en ligne.

JPEG - 280.8 ko

 

JPEG - 290.2 ko

 

* John Reed, Dix jours qui ébranlèrent le monde (Ten Days that Shook the World, 1919), avec une courte préface de Lénine, une autre de Kroupskaïa, une autre de l’auteur (New York 1er janvier 1919), des notes préliminaires avec notes en bas de page, 12 chapitres et un riche appendice, plus une note biographique sur John Reed (1887-1920).

JPEG - 405.6 ko

 

JPEG - 412 ko

 

Chapitre I : Vers la fin de septembre, un professeur de sociologie étranger qui visitait la Russie, vint me voir à Petrograd.

Chapitre IV : Reed commence à la manière de Proust ou de Flaubert : Le mercredi 7 novembre, je me levai très tard. La forteresse Pierre et Paul tirait le coup de midi.

JPEG - 355.9 ko

 

On conseille aussi le dossier, calme et documenté, du Monde diplomatique d’octobre 2017 : La révolution russe en questions.

Pour faire bonne mesure, on vous offre une peinture de Lénine à Petrograd, d’où Trotski n’a pas été gommé, peintre inconnu.

JPEG - 316.4 ko

 

Et les lieux de Paris, où il a habité.

JPEG - 1.1 Mo

 

Rectification : ce n’est pas au Café du Lion qu’il jouait aux échecs avec Gorki. Le café s’appelait L’Oriental, et cela jusqu’au début des années 1990. Maintenant, c’est un texmex, l’Indiana.

On suggère enfin, à ceux qui ont raté l’exposition de l’Espace Niemeyer, Sur les murs du fil rouge d’octobre (12 octobre-4 novembre 2017), de se procurer le catalogue de Alain Gesgon, il est magnifique.

JPEG - 631.3 ko

 

Alain Gesgon possède la plus belle et la plus grande collection privée d’affiches politiques de France. Pour autant, il ne se pense pas comme un collectionneur, mais plutôt comme un passeur, un historien de la mémoire des villes.
Il a commencé à collecter les affiches politiques en avril 1961, à Alger.
Aujourd’hui, il doit en être à environ 300 000 affiches et tracts.

En 1982, il a fondé une association, le CIRIP (Centre international de recherche de l’imagerie politique).

En 2017, Alain Gesgon attend toujours la création d’un Musée international de l’affiche politique.


Bonne question : Et en Russie, quelle commémoration en 2017 ?
Peu de bruit, prudence à tous les étages.

Du coup, on est allé revoir les artistes à Venise.
Qu’avaient-ils prévu de dire en mai, sur les terres du capital, pour ce centenaire de février à octobre ?

Ils disent de vraies choses.

Mais ce n’est pas encore cette année, et, comme d’habitude - hélas - pas grâce à eux qu’on retraversera les glaces de la Neva, en venant de Vyborg, vers la perspective Nevski.

JPEG - 377.6 ko

 


À Marseille, Vidéodrome2, "ce nid de bolchéviks crypto-staliniens, vous invite à prendre le Palais d’hiver, lors d’un cycle d’endoctrinement" (en plus, ils sont cyniques) : Patience et ironie. Cinéma soviétique des origines (7-12 novembre 2017).
Avec une suite (28 novembre-3 décembre 2017).

Ce soir :

* À 20h00 : Les Aventures extraordinaires de Mr West au pays des Bolchéviks de Lev Koulechov (1924).

[Ciné-Concert] "Les Aventures de Mr West au pays des bolcheviks" (1924) de Lev Koulechov from La Cinémathèque de Toulouse on Vimeo.

 

Faites votre programme.

Videodrome 2, 49 cours Julien, 13006 Marseille.


À Toulouse, au cinéma ABC,

* À 20h45 : L’Utopie des images de la Révolution russe de Emmanuel Hamon (2017).
Avec Natacha Laurent et Olivier Loubes.

L'utopie des images, la révolution russe racontée par son cinéma, un film réalisé par Emmanuel Hamon - Teaser 1' from Les Poissons Volants on Vimeo.

 

Cinema ABC Toulouse, 13 rue Saint-Bernard, 31000 Toulouse.


Et pendant ce temps de commémorations, le monde ne s’arrange pas, mais alors pas du tout.

Léonard Cohen (1934-2016 le savait pertinemment, et le proclamait, tout le monde le sait : les dés son pipés, les bons ont perdu et le capitaine ment.


 

À Montréal, on le célèbre ), lui qui est mort le 7 novembre 2016.

JPEG - 196.5 ko

 

Au MAC, une exposition va commencer : Leonard Cohen. Une brèche en toute chose / A Crack in Everything (9 novembre 2017-9 avril 2018), avec 20 œuvres, 40 artistes, 10 pays, et des concerts.

Ça commence dès aujourd’hui, avec Jenny Holzer : For Leonard Cohen (7-11 novembre 2017).

JPEG - 422.1 ko

 

* À partir de 18h00 : Rendez-vous au Silo no. 5 à l’angle McGill et de la Commune dans le Vieux-Montréal.

Le MAC et Jenny Holzer illumineront le silo no. 5 en l'honneur de Leonard Cohen from Musée d'art contemporain de Mtl on Vimeo.

 

Musée d’art contemporain de Montréal, 185 rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal, Québec.


Le monde ne s’arrange pas du tout. Et pour certains, ça empire.

JPEG - 572 ko

 

À Paris, à l’ENS, le ciné-club du mardi.

* À 20h30 : Terraferma de Emanuele Crialese (2012).


 

ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.



Lundi 6 novembre 2017
 

À Bologne, la Cineteca est à l’heure du centenaire.

JPEG - 368 ko

 

D’abord avec le film le plus célèbre de l’histoire du cinéma, "l’un des plus cités, censurés, parodiés et l’un des moins vus" : La corazzata Potëmkin de Serge Eisenstein (1925) en version restaurée et complète, musique originale de Edmund Meisel, dans les salles italiennes et dans les salles Lumère de la Cineteca tous les lundis et mardis du mois (6-30 novembre 2017).


 

La Cineteca cite Robert Desnos : La Potëmkin non è di quelle navi che si possono affondare con dei siluri. Ha levato l’ancora per sempre
.

Un texte de 1928 de Desnos est en ligne.

Bonne lecture :

* Robert Desnos, Les Rayons et les ombres. Cinema, Gallimard, 1966.

JPEG - 233.6 ko

 

La Cineteca vient d’éditer un très beau coffret DVD, avec des textes inédits de Peter von Bagh, Wu Ming 1, Emiliano Morreale, Roberto Chiesi et Giulio Latini et, en bonus, un documentaire sur la restauration du film par Artem Demenok et un entretien entre Naum Kleiman et Bernard Eisenschitz.

JPEG - 205.7 ko

 

On peut l’acheter en ligne.
On le trouvera en librairie à partir du 9 novembre 2017.

Au programme de la Cineteca, il n’y a pas que Potemkine, mais aussi une rétrospective de l’œuvre de Eisenstein, une exposition et une journée d’études.

* Rétrospective : Avant-garde et révolution. Le cinéma de Serge Eisentein (6-30 novembre 2017).

* Exposition : Galeazzo Nardini (1938-2016) est à l’honneur à la bibliothèque Renzo-Renzi : Sciopero (6 novembre-3 décembre 2017). Entrée libre.
Nardini était un artiste très francophile, élève de Lucien Goldman, il fréquentait l’École pratique des hautes études (EPHE) et l’Université de Paris VIII. En 1973, il avait même exposé au Louvre. Il s’était engagé, à partir de 1976, contre la commercialisation de l’art et le désengagement social, avec son projet artistique Arte Sciopero, "Grève Art".

JPEG - 331.7 ko

 

Pour qui sait l’italien, un film de 2014 en dit plus sur cet artiste utopiste.

JPEG - 250.9 ko

 

* À 19h30 : Vernissage de Sciopero.

JPEG - 334 ko

 

Catalogue sous la direction de Helene Nardini, Valentina Piccinni, Pier Luigi Tazzi.

* Journée d’étude : mercredi 8 novembre 2017, salle Mastroianni, à partir de 10h00 : Avanguardia e rivoluzione. Il cinema di Sergej Ejzenstejn.
Journée d’études avec Gian Luca Farinelli, Eike Schmidt, Marzia Faietti, Pierluca Nardoni, Gerhard Wolf, Federica Rossi, Ada Ackerman, Marco Antonio Bazzocchi, Antonio, Bernard Eisenschitz et Naum Kleiman. Entrée libre.

Voir aussi les projections de ce 8 novembre 2017.

Cineteca, Cinémas Lumière, salle Mastroianni et Bibliothèque Renzo-Renzi, piazzetta Pier-Paolo-Pasolini, via Azzo Gardino 65, 40122 Bologne.


À Paris, tous les lundis, pour le 9e année, à l’ENS, se tient le séminaire Lectures de Marx, ouvert à tous, qui dispense une formation théorique et critique à partir des textes de Marx et du marxisme, sous la responsabilité de Vincent Berthelier, Alix Bouffard, Paul Guerpillon, Ulysse Lojkine, Alice Vincent. Entrée libre.

JPEG - 166.3 ko

 

Aujourd’hui :

* À 18h30 : Textes historiques (1)K. Marx, Les Luttes de classes en France.
Avec Vincent Heimendinger.

Le texte des Éditions Sociales (1968) est disponible en ligne.

Faites votre programme du premier semestre.

École normale supérieure (ENS), salle 236, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.


À Espinho, commence Cinanima 2017, 41e édition (6-12 novembre 2017).

JPEG - 316 ko

 

Cinanima - festival d’animation organisé par une association à but non lucratif - est né en 1976. Il est considéré comme un pionnier de la décentralisation culturelle portugaise.
Il est désormais reconnu non seulement par Lisbonne et Porto, mais aussi hors du Portugal, par l’Association internationale du film d’animation (ASIFA).

Cette année, six films portugais, et 43 films en compétition internationale.

Aujourd’hui, ça commence dès le matin, en entrée libre.

Faites votre programme.

Cinanima, Festival Internacional de Cinema de Animação, Centro Multimeios, rua 62, 251 4500-366 Espinho, Portugal.



Dimanche 5 novembre 2017

 

Bon anniversaire à Madeleine Robinson (1917-2004), cent ans aujourd’hui, pratiquement le même âge que la Révolution russe.
Comme elle, d’ailleurs, elle avait quelque chose d’acide, de dangereux, d’irrécupérable. On l’aimait ou pas, selon ses rôles et les points de vue.

Faute du glamour nécessaire pour être une star - elle n’était ni Annabella ni Mireille Balin - et son style de jeu n’étant pas adapté à la comédie, elle était devenue une spécialiste des personnages ambigus, amoureuse sans espoir ou maîtresse femme sans faille. Elle aurait pu incarner sans trop se forcer la Folcoche de Vipère au poing.

Lumière d’été (Grémillon, 1942), Douce (Autant-Lara, 1943), Une si jolie petite plage (Y. Allégret, 1949), L’Affaire Maurizius (Duvivier, 1954), À double tour (Chabrol, 1959), ou même Le Procès (Welles, 1962)… outre un parcours de vie remarquable, de l’usine à un Molière d’honneur, elle a traversé soixante ans de cinéma français, entre 1936 et 1994, affichant d’un film à l’autre une "nature" remarquable.

JPEG - 339.7 ko

 

JPEG - 136.1 ko

 

Dans Le Garçon sauvage (Delannoy, 1951) son interprétation d’une mère inconséquente et étouffante demeure un de ses sommets.

JPEG - 186.6 ko

 

Raymond Chirat dit d’elle : "C’est une bête de théâtre farouche, sincère, talentueuse, qui a su triompher grâce à son opiniâtreté et à sa passion des planches".

JPEG - 326.7 ko

 

JPEG - 335.2 ko

 

Et, en effet, c’est peut-être sur les planches que sa démesure dramatique s’est le mieux exercée.
Après la Martha de Qui a peur de Virginia Woolf ? et lady Macbeth, elle acheva sa carrière, telle Marguerite Moreno, dans le rôle de La Folle de Chaillot de Giraudoux. Beau parcours.

JPEG - 482.6 ko

 


À Marseille, et dans tous les kiosques de France, le numéro 159 de CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales, de novembre 2017 est paru.

JPEG - 141.2 ko

 

On l’achète en kiosque, comme chaque premier vendredi du mois.
On le consulte en ligne.
On s’abonne.

CQFD, de Marseille, est un des seuls mensuels nationaux totalement indépendants. On y trouve l’actu de par ici et l’actu de par ailleurs et des tas d’autres choses qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Depuis bientôt quinze ans, il multiplie les reportages à travers le monde, la France et les quartiers en donnant le plus possible la parole à celles et ceux qui ne l’ont jamais.

JPEG - 185.5 ko

 

Forcément, dans notre petit monde post-féodal, la libre parole est "dangereuse", alors, à un moment ou à un autre, il peut se trouver en détresse.

Il ne faut pas qu’il disparaisse.

CQFD, BP 70054, 13192 Marseille cedex 20.


À Toulouse, la Cinémathèque, dans le cadre de son nouveau festival Histoires de cinéma, accueille la Cinémathèque portugaise, qui, à Lisbonne, est aussi un musée du cinéma.

JPEG - 274.4 ko

 

JPEG - 259.5 ko

 

* À 16h00 : Rencontre avec José Manuel Costa et la Cinémathèque portugaise.

* À 20h00 : Les Vertes années (Os Verdes Anos) de Paulo Rocha (1963).

JPEG - 168.8 ko

 

Cinémathèque de Toulouse, 69 rue du Taur, 31000 Toulouse.



Samedi 4 novembre 2017

 

Dylan Breaking News : Hier vendredi 3 novembre 2017, sortie sur les étals de Trouble No More - The Bootleg Series Vol. 13 / 1979-1981.

JPEG - 432.2 ko

 

Occasion de procéder à une relecture d’une période controversée de Bob Le Nobel, avec 9 disques, 100 enregistrements, 14 chansons originales et des images inédites des tournées des années 80.

Un avant-goût.


 


À Montreuil, on recommence la saison, en toute convivialité, avec les ateliers et l’Assemblée visuelle de l’ETNA (Atelier de cinéma expérimental).

JPEG - 245.2 ko

 

L’Assemblée visuelle du mois, c’est ce soir.

* À 20h30 : Élixir de vie de Guy Desdames (1975) ; Det snöar om björken de Joel Grip & Mauricio Hernández (2014).

Au programme également la projection des films Super 8 de l’atelier Courcuit’8, et les imprévus du mois.

On participe librement et/ou on apporte de quoi partager à boire et à manger.

L’Etna, 71 rue Robespierre, 93100 Montreuil.


À Blois, Ciné’fil Blois outre sa programmation habituelle, propose, jusqu’à la fin de l’année, de réviser un grand classique avec un Cycle Tarkovski (1er novembre-26 décembre 2017).

JPEG - 116.6 ko

 

Ce soir :

* À 18h00 : L’Enfance d’Ivan de Andreï Tarkovski (1962).


 

Cap’Cinéma Blois les Lobis, 12 avenue du Maréchal-Maunoury, 41000 Blois.


À Strasbourg, le musée Tomi-Ungerer, Centre international de l’illustration, pour son 10e anniversaire, invite à redécouvrir le grand artiste graphique, André Farkas dit André François (1915-2005), avec les œuvres qu’il a acquises, en les mettant en regard avec celles du patron, Tomi Ungerer : André François. La liberté du trait (27 octobre 2017-11 mars 2018).

JPEG - 545.8 ko

 

Musée Tomi-Ungerer, 2 avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg.


À Paris, en avant-première et en écho de la rétrospective Lucien Hervé (Géométrie de la lumière, Jeu de Paume-Château de Tours, 18 novembre 2017-27 mai 2018), la Galerie Maubert propose Lucien Hervé, bâtisseur d’ombres (4 novembre-23 décembre 2017).

JPEG - 96.7 ko

 

JPEG - 131.8 ko

 

* À partir de 15h00 : Vernissage.

Galerie Maubert, 20 rue Saint-Gilles, 75003 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 4 au 10 novembre 2017.



Vendredi 3 novembre 2017

 

Bon anniversaire, Laura !

JPEG - 458 ko

 


À Paris, au Centre démocratique du Kurdistan (CDK-Paris) qui regroupe les associations de la dispaora kurde en France, on célèbre Kobanê, la ville kurde au cœur de la Syrie, devenue symbole de la résistance contre Daesh et de la lutte pour la liberté, avec une exposition...

* Exposition de photographies rassemblées par Esmaell Mameli : La Bataille de Kobanê (1er-10 novembre 2017).

JPEG - 245.9 ko

 

... et des films :

Le 1er novembre 2017, c’était la Journée mondiale pour Kobanê, et on a pu voir :

* Kurdistan. La Guerre des filles de Mylène Sauloy (2016).

et on peut le revoir en ligne.


 

Aujourd’hui :

* À 17h30 : Rojava, une utopie au cœur du chaos syrien de Mireille Court & Chris Den Hond (2017).
Cf. la Une du Monde Diplomatique de septembre 2017.

JPEG - 445.4 ko

 

* À 20h30 : Concert de musique kurde avec Esmaell Mamelli et le groupe ZaZlooZ.


 

Centre démocratique du Kurdistan, 16 rue d’Enghien, 75010 Paris.


À propos, le Monde diplomatique de novembre 2017 est paru.

JPEG - 274.2 ko

 

On le feuillette, avant de l’acheter en kiosque ou de s’abonner.

Bonne lecture :

* Renaud Lambert, éd., Cuba, ouragan sur le siècle, Manière de voir n° 155, octobre-novembre 2017.

JPEG - 261.7 ko

 


À Paris toujours, à la Clef, on voit des films et on en discute (1er-6 novembre 2017).

Aujourd’hui :

JPEG - 213.5 ko

 

* À 19h30 : Mémoire d’un condamné de Sylvestre Meinzer (2017).
Débat avec Sylvestre Meinzer et Henri Leclerc.

JPEG - 427.3 ko

 

JPEG - 195.1 ko

 

La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À Toulouse, la Cinémathèque inaugure un nouveau festival qui deviendra vite traditionnel, des invités et des cartes blanches : Histoires de cinéma, 1ère édition (3-11 novembre 2017).

Bande-annonce festival Histoires de cinéma (3-11 novembre 2017) from La Cinémathèque de Toulouse on Vimeo.

 

Ça commence très fort avec Caroline Champetier et Frédérick Wiseman.

* À 15h00 : Tititcut Follies de Frederick Wiseman (1967).

JPEG - 355.2 ko

 

* À 17h00 : Rencontre avec Frederick Wiseman.

* À 20h00 : Ex Libris, The New York Public Library - American Cosmograph de Frederick Wiseman (2017).
Avec les membres de l’équipe du Pôle cinéma de la médiathèque José-Cabanis.

JPEG - 282.9 ko

 

Faites votre programme.

Cinémathèque de Toulouse, 69 rue du Taur, 31000 Toulouse.


À Nantes, vient de commencer le festival international de science-fiction, Les Utopiales, 18e édition (1er-6 novembre 2017).

JPEG - 302.1 ko

 

Le festival a été créé en 2000 et il est "transdiciplinaire" : littérature, sciences, jeux vidéos, cinéma, etc. En 2015 la réalité, en 2016 la machine, en 2017 le temps.

Aujourd’hui, émission de France culture en direct de la Cité des congrès.

Ce soir :

* À 19h15 : Waking Life de Richard Linklater (2001).


 

* À 21h45 : Junk Head de Takehide Hori (2015).


 

Faites votre programme cinéma.

Cité des Congrès, 5 rue de Valmy, 44000 Nantes.


À Arras, commence le Arras Film Festival, 18e édition, qui, comme son nom ne l’indique pas vraiment – quoique… c’est habile : ce sont les mêmes mots en français et en anglais - est consacré aux cinémas de France et d’Europe (3-12 novembre 2017).

JPEG - 416.1 ko

 

Soirée d’ouverture :

* À 19h30 : Jalouse de David & Stéphane Foenkinos (2017).
En présence de David et Stéphane Foenkinos, Karin Viard et Xavier Leherpeur.


 

Faites votre programme.

Arras Film Festival, 3 rue Émile-Legrelle, 62000 Arras.


À Londres, on va voir les Impressionnistes qui eux-mêmes regardent Londres : Impressionists in London (2 novembre 2017-29 avril 2018).

JPEG - 369.7 ko

 

Tate Britain, Millbank, London SW1P 4RG.



Jeudi 2 novembre 2017

 

À Venise, il commence à faire frisquet, et les prochains jours, il devrait pleuvoir.

JPEG - 586.6 ko

 

La Biennale finit le 26 novembre 2017.
Il est temps de se souvenir de ce bel été 2017, dans la ville, hors des sentiers battus.
Et de retourner voir quelques artistes qui nous ont tourné dans la tête ces derniers mois.

Le monumental Ex libris : New York Public Library de Frederick Wiseman sort sur les écrans.
C’est tellement beau, cette utopie réalisée, que ça serre le cœur.


 

"En savoir plus" avec France Culture.

Alors qu’il devient de plus en plus long, difficile et laborieux d’aller à New York - quand on a la chance de ne pas y être carrément interdit -, on retourne à l’Arsenale et aux Giardini, célébrer notre amour des livres.

Avec les filles de l’été vénitien.

JPEG - 801 ko

 

JPEG - 969.3 ko

 

Avec Maria Schneider (1952-2011), à jamais dans nos mémoires, en train de lire à Barcelone, dans Profession Reporter de Michelangelo Antonioni (1975).

Je crois que je vous ai déjà vue, vous lisiez.
Je lisais ? Alors ça devait être moi.

JPEG - 297.5 ko

 

New York Public Library, 476 5th Ave, New York, NY 10018.
Biennale d’art de Venise, Ca’ Giustinian, San Marco 1364/A - 30124 Venise.



Mercredi 1er novembre 2017

 

Jacques Sauvageot (1943-2017) est mort samedi 28 octobre 2017.

PNG - 450.4 ko

 

À tout seigneur, tout honneur : sa biographie par Claude Pennetier dans le Maitron.


Novembre, c’est le Mois du documentaire 2017, 18e édition, organisé par Images en bibliothèques (1er-30 novembre 2017).

JPEG - 203.3 ko

 

Pour la promotion du cinéma documentaire, 2000 structures culturelles, éducatives et sociales participent à un projet commun en organisant, en toute liberté de programmation, des projections accompagnées de rencontres, expositions, ateliers, colloques, concerts et toutes autres formes de convivialité et de connaissance.


 

Trouvez ce qui se passe à côté de chez vous, parmi les 3000 séances et événements en France et dans le monde.

Au programme, en 2017 :

* Rêves fous, un certain goût de la démesure.

* Tous touristes ?

* La France exotique.

* Femmes libres et féminisme.

* Focus sur Nicolas Philibert.

* Jean Rouch et l’art.

* Les sentiers de l’architecture : l’architecture du tourisme.

* Aujourd’hui le futur.

* Le vrai du faux.

* En balade.

* Œuvres majeures du documentaire en salles.


À Paris, à partir de 14h00, les Éditions Syllepse s’en donnent à cœur joie : Octobre 1917.


 

* À 14h30 : Les soviets de 1917, mythes et réalités
.
Débat avec David Mandel.

* À 16h30 : 
Moshe Lewin face au siècle soviétique.
Débat avec Denis Paillard.


Bonnes lectures :

* David Mandel, Les Soviets de Petrograd, Syllepse, 2017.

JPEG - 223.1 ko

 

* Moshe Lewin, Russie/URSS/Russie, Syllepse, 2017.

JPEG - 178.9 ko

 

* Matthieu Renault, L’Empire de la révolution
. Lénine et les musulmans de Russie, Syllepse, 2017.

JPEG - 182 ko

 

* Elliott Liu, Révolution et contre-révolution 
en Chine maoïste
, Syllepse, 2017.

JPEG - 383.1 ko

 

Le Maltais rouge
, 40 rue de Malte, 75011 Paris.


À Tübingen, le Festival international du film francophone, qui a commencé le 16 octobre 2017 : Hommage à Pierre Véry (1er-8 novembre 2017).

JPEG - 326.5 ko

 

Au programme, en présence de son fils, Noël Véry, les trois films les plus célèbres adaptés des romans de Pierre Véry : Les Disparus de Saint-Agil, Goupi-Mains rouges et L’Assassinat du Père Noël.

JPEG - 264.8 ko

 

JPEG - 220.3 ko

 

Faites votre programme.

On en profite pour voir les jolies bandes-annonce du festival.

Filmtage Tübingen e.V., Hintere Grabenstraße 20, 72070 Tübingen.


À Lübeck, le Norsdische Filmtage, 59e édition commence aujourd’hui (1er-5 novembre 2017).

JPEG - 186 ko

 

Né en 1956, il est le seul festival en Europe qui soit consacré entièrement aux films du Nord et du Nord-Est européen (Danemark, Estonie, Finlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège et Suède), sans compter la section Filmforum qui présente des films d’Allemagne du Nord.
On peut y découvrir des merveilles, qui ne sortent jamais en France.
C’est là qu’on a découvert Bille August, Lasse Hallström, Aki Kaurismäki ou Fridrik Thór Fridriksson.
À Mannheim-Heidelberg aussi, on voit beaucoup de films venus du Nord, mais ils n’y ont pas l’exclusivité.

Cette année, à Lübeck, 195 films, quatre salles de projections, huit prix (dont le NDR doté de 12 500 €) et de chouettes expositions.

JPEG - 311.3 ko

 

Aujourd’hui, les projections commencent dès 11h00 du matin et la cérémonie d’ouverture, ce soir :

* À 19h30 : Beyond Dreams (Dröm vidare) de Rojda Sekersöz (2017), au Kolosseum.

BEYOND DREAMS Trailer from Pluto Film on Vimeo.

 

Faites votre programme.

Nordic Film Days Lübeck Schildstr. 12, 23539 Lübeck.


À New York, leMoMA, consacre ses Matinées modernes aux Coen Brothers, avec des films issus de ses collections (1er novembre–29 decembre 2017).

Il sont reconnus les frères Coen, et souvent récompensés.
Et pourtant, ils n’ont jamais appartenu à aucune confrérie, et le genre de leurs films n’est pas un genre. Que leurs films soient comiques ou mélancoliques, aucun mot ne correspond à leur ton : parodie, décalage, ironie, agilité seraient réducteurs.
On aime bien les perverse comic ingredients dont parle le MoMA.

Aujourd’hui :

* À 13h30 : Blood Simple de Joel Coen (1984).

JPEG - 502.9 ko

 

Faites votre programme.

The Museum of Modern Art , 11 West 53 Street, New York, NY 10019.


Les sortie sur les grands écrans

* Mémoires d’un condamné de Sylvestre Meinzer (2016).

* Au jour le jour, à la nuit la nuit de Anaëlle Godard (2016).

* Braguigno de Clément Cogitore (2016).

* La Bombe et nous de Xavier-Marie Bonnet (2017).

* Ex Libris. The New York Public Library de Frederick Wiseman (2017).

* Jeune Femme de Léonor Serraille (2017).

* Carré 35 de Éric Caravaca (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* My Fair Lady de George Cukor (1964).

* Carrie au bal du diable (Carrie) de Brian De Palma (1976).

* Carnage (The Burning) de Tony Maylam (1981).



 

OCTOBRE 2017

 



Mardi 31 octobre 2017

 

Halloween : voici revenu le temps des morts, des zombies, des squelettes, des masques, des vampires tant qu’on y est, du gothique en général, et des courges en particulier.
Le temps du Purgatoire, en somme, le monde des ombres, où les âmes sont frappées de stupeur et où les corps errent with no direction home.

Il paraît que c’est un seul jour dans l’année et qu’existent, le reste du temps, un paradis (meilleur mais utopique et un peu foid) et un enfer (beaucoup trop chaud mais certain, suffit d’attendre).

En réalité, il ne faut pas s’y tromper, c’est Purgatoire pour tous les Terriens, et cela toute l’année, même si certains, travaillés par leur fausse conscience, pensent y échapper.

Bonnes lectures :

* Octave Mirbeau & Eloi Valat, Sébastien Roch, préface de Pierre Marcelle, Paris, Éditions Bleu autour, 2017.

JPEG - 82 ko

 

JPEG - 204.1 ko

 

* Dante Alighieri, Divina Commedia, 1555.

JPEG - 232.8 ko

 

JPEG - 827.7 ko

 

On peut aussi se balader chez Jerome Bosch, où les cercles deviennent spirales labyrinthiques sans issues.

Demain, fidèlement, on ira arroser nos morts, de larmes ou d’eaux douces, là où on les a mis.
Parce que là où ils sont réellement, on en sait fichtre rien, à part dans nos souvenirs et dans nos rêves, et dans le creux du plexus, là où réside le deuil.


À Paris, notre ciné-club du mardi, celui de l’ENS, attention aujourd’hui c’est à 19h30, le film dure 175 mn :

* À 19h30 : Les Soviets plus l’électricité de Nicolas Rey (2001).
En Super-autoproduction, en Sviemacolor, en super8 gonflé en 16mm, et en présence du réalisateur.

JPEG - 270.3 ko

 

JPEG - 585 ko

 

Ciné-club de l’ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


À Paris toujours, au cinéma La Clef, en avant-première, un des petits derniers d’une très longue généalogie :

* À 20h00 : La Bombe et nous de Xavier-Marie Bonnot (2017).
En présence de l’équipe de production et de distribution du film.


 

La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À Pontarlier, le Ciné-club Jacques-Becker accueille le cinéma italien, qui s’installe dans le cadre de Traversées 2017, le festival des cinémas d’Europe et d’ailleurs, avec Nuovo cinema italiano. Regard sur le cinéma italien 2007-2017.

JPEG - 275.2 ko

 

Jean A. Gili et Patrick Colle y accueillent Ivano de Matteo, Giorgio Diritti
 et Valentina Ferlan.

Ce soir, en ouverture :

* À 18h30 et 20h45 : Mia Madre de Nanni Moretti (2015).


 

Faites votre programme.

Cine-club Jacques-Becker, 2 rue du Bastion, 25300 Pontarlier.


À Marseille, à Vidéodrome 2 : Histoire des autres (portraits et entretiens) (31 octobre-5 novembre 217).

Ce soir :

* À 20h00 : Portrait of Jason de Shirley Clarke (1967).

Jason Holliday, gigolo, call-boy, prostitué et drogué, raconte sa vie, une nuit de décembre, dans une chambre du Chelsea Hotel. Cinéma indépendant, sans un rond, et c’est vachement bien.

JPEG - 163.4 ko

 

Faites votre programme.

Videodrome 2, 49 cours Julien, 13006 Marseille.


À Juvisy, le comité ATTAC Val d’Orge propose un film à ne manquer sous aucun prétexte : on comprend tout sur la crise de 2008, et on est instruit de la prochaine crise qui vient.

* À 20h00 : Inside Job de Charles Ferguson (2010).
Projection suivie d’un débat.


 

Salle Agnès-Varda, 37-39 Grande-Rue, 91260 Juvisy-sur-Orge.


À New York, le MoMA célèbre le Club 57 (1978-1983), dans le sous-sol d’une église polonaise, lieu historique de la contre-culture dans le Village : films, vidéos, performances, théâtres, photos, peintures, dessins, gravures, collages, avec le concours de la Keith Haring Foundation : Club 57 : Film, Performance, and Art in the East Village, 1978–1983 (31 octobre 2017-1er avril 2018).

JPEG - 170.9 ko

 

On en profite pour voir aussi :

* Louise Bourgeois : An Unfolding Portrait. (19 septembre 2017-28 janvier 2018).
Elle ne fait pas que des araignées.

JPEG - 160.2 ko

 

* Max Ernst : Beyond Painting. (23 septembre 2017-1er janvier 2018).
Il n’est pas dans sa semaine de bonté.

JPEG - 288.1 ko

 

MoMA, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.



Lundi 30 octobre 2017

 

Dans les eaux glacées du patriarcat et de son fils aîné, unique et préféré, le capitalisme, ce ne sont pas aux propriétaires d’affranchir les esclaves, aux patrons de reconnaître les prolétaires, aux hommes de libérer les femmes, aux hétéros straight et labellisés d’accepter les différents.
Les braves gens bien-pensants éradiquent les "mauvaises herbes" - et tous les pesticides sont là pour ça - , ne les ruminent pas, ne les mettent pas en gerbes, ne leur imaginent même pas un rôle dans le grand système du vivant.

On ne dira jamais assez l’immense admiration qu’on a pour les êtres qui se lèvent un jour et se disent : "C’est comme ça, ça a toujours été comme ça, mais c’est mal, et si on essayait autrement ?", pour le courage intellectuel et physique qu’il leur faut pour sortir d’eux-mêmes tels qu’ils ont été construits, pour ces miracles que sont la prise de conscience individuelle et la convergence des esprits et des luttes.

Il faut apprendre aux filles, dès le berceau, à identifier leurs désirs, et donc à penser (et dire) clairement oui et, pour l’instant, surtout non.
Il faut accueillir, à bras ouverts, ce féminin refoulé et humilié dont personne n’a la moindre idée des bienfaits qu’il pourrait apporter à la Terre.
Sauf peut-être, quand on contemple ces modèles hypervisibles et courtisés, les absurdes et innombrables petits coqs qui se hissent au sommet et caquètent à gorge déployée.

JPEG - 344.6 ko

 

JPEG - 345.9 ko

 

JPEG - 304.7 ko

 

Place de la République, dimanche 29 octobre 2017.
Un nouveau pas dans la lutte féministe, qu’on attendait depuis longtemps, avec ces éternels reflux, et qui, cette fois, sera vu dans le monde entier de Abou Dhabi à New York City.
Cf. aussi Le féminisme en devenir.
 

En attendant, comment font-elles pour essayer d’avoir la paix dans les rues et aux coins des bois ?


 

Il y a aussi l’association d’autodéfense féministe Garance.

En attendant mieux.

Qui ne saurait tarder :

À Detroit, s’est aussi déroulée, ce week-end, la première Women’s Convention, une suite à l’impressionnante Women’s March du 21 janvier 2017, le lendemain de l’investiture de Donald Trump.

À Paris, on ne résiste pas à la couverture de Charlie Hebdo.

JPEG - 433.6 ko

 

À l’origine de ce mouvement qui s’épanouit, ce grand bond en avant, l’Affaire Harvey Weinstein, un secret de Polichinelle, "révélé" au grand jour le 5 octobre 2017 par le New York Times.


À la Cinémathèque française, une Rétrospective Roman Polanski (30 octobre-5 novembre 2017).

Une manif de Osez le féminisme est annoncée à cette occasion, pour demander une interdiction de l’hommage entier, pas seulement de la soirée de réception.
Elles n’ont pas tort : "Pas d’honneurs aux violeurs !"

Et en même temps, il faudrait interdire aussi les œuvres de tous les mauvais sujets comme Pierre Louÿs, André Gide, Tony Duvert, sans compter le Marquis de Sade et, bien évidemment, Céline.
Il ne faudrait évidemment pas lui offrir de champagne ce soir publiquement, mais ses films ont droit de cité.

Ce soir :

* À 20h00 : D’après une histoire vraie de Roman Polanski (2016).

C’est son dernier film, et franchement, c’est pas le meilleur et de loin.


 

Il faut revoir ses premiers longs métrages, au rythme si particulier (Le Couteau dans l’eau et Cul de sac), et ses grands classiques (Répulsion, Chinatown, Le Locataire, Tess, Le Pianiste), il faut découvrir ses films secondaires.
Pour ceux qui les connaissent bien, on recommande ses courts métrages (il en manque la moitié, hélas) :

* Samedi 11 novembre 2017, à 21h45 : Cassons le bal (1957) ; Deux hommes et une armoire (1958) ; Le Gros et le maigre (1960) ; La Lampe (1958) ; Les Mammifères (1962) ; Meurtre (1956) ; Quand les anges tombent (1959) ; Rire de toutes ses dents (1956).

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Le Lucernaire accueille le Lift-Off Festival 2017 (30 octobre-1er novembre 2017).

JPEG - 276.4 ko

 

Un petit festival de cinéma indépendant, né à Londres en 2011, créé par James Bradley et Ben Pohlman, où on fait des rencontres et où on se fait connaître, qui en est à sa 7e édition, et qui deviendra grand.

Ce soir :

*À 18h45 : Courts métrages programme 1.

* À 21h00 : Documentaries and Shorts Showcase.

Faites votre programme.

Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris.


Le Goethe Institut invite à une soirée particlulière : un livre, des courts métrages (Pariser Journal, 1962-1971), un auteur, Georg Troller, scénariste de Welcome in Vienna de Axel Corti (1982-1986).

* À 19h00 : Rencontre avec Georg Stefan Troller et Peter Stephan Jungk.

À l’occasion de la parution de :

* Georg Stefan Troller, Ein Traum von Paris, Corso Verlag , 2017.

JPEG - 82 ko

 

Goethe-Institut Paris, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.



Dimanche 29 octobre 2017

 

Dans la nuit, on a changé d’heure.
Mais personne n’a changé son expérience intime du temps.

Ce matin était comme les autres matins, accroché aux rêves de la nuit et aux souvenirs des jours précédents.

On aime la vision de l’architecture du temps de Roberto Matta.

JPEG - 318.5 ko

 

On n’a pas changé d’époque non plus.

Un passé dont les sociétés ne veulent pas tirer de leçons - l’idée de "progrès", que c’était joli, pourtant !
Un futur envisagé par des grands myopes, au pire tragique, au mieux incertain.
Un présent à la fois dur et fuyant.

À propos : Bon anniversaire à Eddie Constantine (1913-1993), 104 ans aujourd’hui.


 

Ça ne devrait pas nous empêcher - chacun de nous - de faire comme les lundis ou les 1er janvier : prendre de bonnes résolutions.
Par exemple celle de penser par soi-même, ce qui n’est pas si facile, même pour les plus résistants à l’air du temps.

On méditait, ces temps derniers, sur ce qu’on appelait, de façon simpliste, "les bien-pensants", qu’on fuyait, sans savoir exactement pourquoi, une notion qui ne nous menait à rien.

Merci à Alfredo Garzon.

 

JPEG - 196.5 ko

 

Frédéric Lordon, avec son style souvent fleuri, les définit justement, et maintenant on sait les "loger" et développer la notion.

La forme de pensée médiatique qui imprègne l’atmosphère de toutes les pensées individuelles dans ce milieu, s’établit à l’intersection de :

1. L’adhésion globale à l’ordre social du moment.
2. L’hostilité réflexe à toute critique radicale de cet ordre.

Lordon poursuit dans l’optimisme ("la contestation croissante"). On en a besoin.

3. La réduction à une posture défensive dans un contexte de contestation croissante, la pénurie de contre-arguments sérieux ne laissant plus que la ressource de la disqualification.

Frédéric Lordon, "Le Complot des anticomplotistes", Le Monde diplomatique, octobre 2017.
 

Cette localisation de la pensée dominante - par le truchement des médias - à propos de l’anticomplotisme, s’applique aussi à nous tous, aux larges masses paresseuses, et aux autres sujets de débats, comme par exemple ce fameux harcèlement.

Aparté : le sens de ce mot est en train de muter.
Dans le langage courant, il impliquait la répétition.
Il devient un terme juridique tournant autour de la notion d’abus de pouvoir.

Ne nous égarons pas dans les langues de bois de celles-z-et ceux qui nous cernent, et se croient d’avant-garde parce qu’ils passent à la télé.

Merci à Evelyn Williams.

 

JPEG - 217.6 ko

 


Dans la foulée, quelques rendez-vous chez Là-bas si j’y suis.

JPEG - 215.4 ko

 

1. Rencontre entre Marc Ferro et Olivier Besancenot : Que faire de 1917 ?

2. Noam Chomsky : Anarchisme, communisme et révolutions.

3. Sophie Wahnich & Daniel Bensaïd :
 La révolution trahie.

4. Gabriel Gorodetsky :
 Les bolcheviks face au monde.

5. Gérard Mordillat :
 D’Octobre à En Marche, cent ans de propagande.

Merci à George Grosz.

 

JPEG - 290.4 ko

 



Samedi 28 octobre 2017

 

Chez les Grands Voisins, on trouve - encore pour deux mois - tout ce dont on a besoin : des choses, des gens, des idées, une solidarité, un avenir.

Saint-Vincent-de Paul était une maternité où on commençait sa vie, et un hôpital où on réparait les corps. C’est devenu un lieu unique de vie utopique.

JPEG - 479.3 ko

 

JPEG - 528.5 ko

 

JPEG - 494.4 ko

 

Il y a du cinéma, encore tout le week-end : Écran voisin, qui, après 9 mois, part vers de nouvelles aventures, invite en entrée libre à une cérémonie de clôture : Sunset Party (28-29 octobre 2017).

JPEG - 57.2 ko

 

Aujourd’hui, au programme : des chagrins d’amour, du kung-fu situationniste, des muppets métaphysiques, des forces de police sous la ceinture, une séance échevelée, chatoyante, insolente … comme un drive in au pays du Magicien d’Oz.

* À 19h00 : Grand cinéma en plein air, au Terrain de foot.
Avec Jivko Darakchiev, Vincent Tricon, Théodora Barat, Yves-Marie Mahé, Frou Frou de Lilith.

* À 21h30 : Concert Grand Soleil (Live électro), à la Lingerie

Faites votre programme.

Ce n’est qu’un aurevoir : on retrouvera Écran voisin au Festival Fame à la Gaîté lyrique (8-12 novembre 2017), avec table ronde sur Les nouveaux cinémas, samedi 11 novembre à 17h00.

Les Grands Voisins, ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 82 avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris.


Au Grand Action, les teenagers se ressemblent et s’assemblent dans une communion Halloween, galop d’essai de l’avenir radieux : Smells Like Teen Spirit Festival (28 octobre-1er novembre 2017).


 

Ce soir :

* À 19h00 : Happy Birthdead de Christopher Lando (2017).
Avant-première.

JPEG - 293.1 ko

 

JPEG - 305.7 ko

 

* À 21h00 : Bal de Promo @Supersonic (concerts & DJ’s).

JPEG - 362.4 ko

 

Faites votre programme.

Grand Action, 5 rue des Écoles, 75005 Paris.


Au Centre culturel suisse, une nouvelle exposition : Mathis Gasser. Le musée et la planète (28 octobre-17 décembre 2017).

Mathis Gasser à travers ses collages, navigue dans le temps de la science-fiction, celui où nous sommes déjà parvenus, ici et maintenant.

JPEG - 163.6 ko

 

JPEG - 151.1 ko

 

Centre culturel suisse, 38 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 28 octobre au 3 novembre 2017.




Lune de Jupiter (la) (2017)

de Kornél Mundruczó
publié le mardi 21 novembre 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 22 novembre 2017

JPEG - 334.3 ko

 

Western (2017)

de Valeska Grisebach
publié le mardi 21 novembre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle Un certain regard au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 22 novembre 2017

JPEG - 320.1 ko

 

Argent amer (2016)

de Wang Bing
publié le mardi 21 novembre 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 384, décembre 2017 (à paraître)

Prix Orizzonti du meilleur scénario de la Mostra de Venise 2016

Sortie le mercredi 22 novembre 2017

JPEG - 344.6 ko

 

Educación del Rey (la) (2017)

de Santiago Esteves
publié le mardi 21 novembre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 22 novembre 2017

JPEG - 165.5 ko

 

Ralite, Jack (1928-2017)

Une vie, une œuvre
publié le vendredi 17 novembre 2017

par Anne Vignaux-Laurent
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 102.9 ko

 

Médée (1969)

de Pier Paolo Pasolini
publié le mercredi 15 novembre 2017

Médée, notre contemporaine
par Andrée Tournès
Jeune Cinéma n° 45, mars 1970

Sorties les mercredis 28 janvier 1970 et 15 novembre 2017

JPEG - 135.7 ko

 

Chavela Vargas (2017)

de Catherine Gund & Daresha Kyi
publié le mercredi 15 novembre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 15 novembre 2017

JPEG - 208.8 ko

 

École de la vie (l’) (2016)

de Maite Alberdi
publié le mercredi 15 novembre 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 15 novembre 2017

JPEG - 276 ko

 

Good Vibrations (2017)

de Lydia Erbibou
publié le mercredi 15 novembre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 15 novembre 2017

JPEG - 108.9 ko

 

Gili, Jean A. (livre)

L’Autobiographie dilatée. Entretiens avec Nanni Moretti (2017)
publié le mardi 14 novembre 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n°382-383, automne 2017

Jean A. Gili, L’Autobiographie dilatée. Entretiens avec Nanni Moretti, Rouge profond, 2017.

JPEG - 134.4 ko

 

A Beautiful Day

de Lynne Ramsay
publié le vendredi 10 novembre 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n°381, été 2017

Sélection officielle en compétition du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 8 novembre 2017

JPEG - 106.8 ko

 

En attendant les hirondelles

de Karim Moussaoui
publié le vendredi 10 novembre 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 382-383, automne 2017

Sélection officielle Un certain regard du festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 8 novembre 2017

JPEG - 368.4 ko

 

Biennale de Venise 2017 IV

Les Russes à Venise
publié le mercredi 8 novembre 2017

Biennale di Venezia, 57. Esposizione Internazionale d’Arte
(13 mai-26 novembre 2017).

Viva Arte Viva !

Au Pavillon russe, Theatrum Orbis MMXVII et trois visions : Grisha Bruskin, Recycle Group et Sasha Pirogova.

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 151.8 ko

 

Trouble No More

Dylan en ses métamorphoses
publié le samedi 4 novembre 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 155.1 ko

 

Biennale de Venise 2017 III

Lire à Venise
publié le jeudi 2 novembre 2017

Biennale di Venezia, 57. Esposizione Internazionale d’Arte 
(13 mai-26 novembre 2017).
Viva Arte Viva !

Les livres de Abdullah Al Saadi, John Latham, Maria Lai, Michele Ciacciofera, Michelle Stuart, Liliana Porter.

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 440.3 ko

 

Jeune femme (2017)

de Léonor Serraille
publié le mercredi 1er novembre 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle Un certain regard au Festival de Cannes 2017, Caméra d’or 2017

Sortie le mercredi 1er novembre 2017

JPEG - 144.5 ko

 

Carré 35 (2017)

de Éric Caravaca
publié le mercredi 1er novembre 2017

par Thomas Coster
Jeune Cinéma n° 382-383, automne 2017

Sortie le mercredi 1er novembre 2017

JPEG - 170.3 ko

 

Braguino (2016)

de Clément Cogitore
publié le mercredi 1er novembre 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 1er novembre 2017

JPEG - 207.9 ko

 

Continuity Girls

Autrement dit scriptes
publié le vendredi 27 octobre 2017

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 375.4 ko

 

Pour le réconfort (2017)

de Vincent Macaigne
publié le mercredi 25 octobre 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 25 octobre 2017

Sélection ACID du Festival de Cannes 2017

JPEG - 336.8 ko

 

Sans adieu (2017)

de Christophe Agou
publié le mercredi 25 octobre 2017

par Sylvie Strobel
Jeune Cinéma n°381, été 2017

Sélection ACID, festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 25 octobre 2017

JPEG - 312.1 ko

 

Assemblée (l’) (2017)

de Mariana Otero
publié le mercredi 18 octobre 2017

par Claudine Castel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection ACID au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 18 octobre 2017

JPEG - 223.9 ko

 

Laissez bronzer les cadavres (2017)

de Hélène Cattet & Bruno Forzani
publié le mercredi 18 octobre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 18 octobre 2017

JPEG - 239.8 ko

 

Square (the) (2017)

de Ruben Östlund
publié le mercredi 18 octobre 2017

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Palme d’or du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 18 octobre 2017

JPEG - 238.4 ko

 

Tous les rêves du monde (2017)

de Laurence Ferreira Barbosa
publié le mercredi 18 octobre 2017

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 18 octobre 2017

JPEG - 92.6 ko

 

Bricks (2017)

de Quentin Ravelli
publié le mercredi 18 octobre 2017

par Claudine Castel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie mercredi 18 octobre 2017

JPEG - 254.6 ko

 

Atelier (l’) (2017)

de Laurent Cantet
publié le mardi 10 octobre 2017

par Patrick Saffar
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle Un certain regard du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 11 octobre 2017

JPEG - 88 ko

 

Des lois et des hommes (2014)

de Loïc Jourdain
publié le mardi 10 octobre 2017

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n° 382-383, automne 2017

Sortie le mercredi 11 octobre 2017

JPEG - 298.7 ko

 

Taxi Sofia (2017)

de Stephan Komandarev
publié le mardi 10 octobre 2017

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 382-383, automne 2017

Sélection officielle Un certain regard du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 11 octobre 2017

JPEG - 185.7 ko

 

Dinard 2017, 28e édition

27 septembre-1er octobre 2017
publié le lundi 9 octobre 2017

Festival du film britannique de Dinard 2017, 27 septembre-1er octobre 2017, 28e édition.

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 230.6 ko

 

Revue Jeune Cinéma - Contacts