L'actualité, ça ne se suit pas, ça se crée.
Il faut publier un texte sans se soucier de son rapport à l'actualité,
à la mode, au succès, à la notoriété.

Jean George Auriol

Journal de Louise Wimmer (avril 2018)

 

JPEG - 380.5 ko

 

* Louise Wimmer-édito 2018 * Janvier 2018 * Février 2018 * Mars 2018 * Avril 2018
 



 

AVRIL 2018

 



Mardi 24 avril 2018

 

À Marseille, Vidéodrome2 a rendez-vous avec Peuple & Culture pour réfléchir sur la construction des masculinités : On en nait pas homme, on le devient.

* À 20h30 : Vers la tendresse de Alice Diop (2016).


 

Vidéodrome 2, 49 cours Julien, 13006 Marseille.


À Paris, à l’Institut hongrois, dans le cadre de Littérature et cinéma en République populaire de Hongrie (1949-1989). Passages, résonances, surgissements, ce soir :

JPEG - 145.4 ko

 

* À 19h30 : Amour (Szerelem) de Károly Makk (1971).
Présentation par Mathieu Lericq.

Szerelem (Makk Károly, 1970, részlet) from Magyar Nemzeti Filmarchívum on Vimeo.

 

Entrée libre, réservation nécessaire.

Institut hongrois, 92 rue Bonaparte, 75006 Paris.


Au ciné-club de l’ENS :

* À 20h30 : Poulet aux prunes de Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud (2011).
Discussion avec Bamchade Pourvali (Iran Ciné Panorama).


 

Ciné-club de l’ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

— 

Le Mai 68 de la BNF est éclatant : Icônes (et esprits) de Mai 68 (17 avril-26 août 2018).

JPEG - 115.4 ko

 

Il y a cinquante ans, la Bibliothèque nationale est uniquement rue de Richelieu.
L’intersyndicale de la BN s’y réunit chaque jour pour réfléchir à son avenir. Et des volontaires, conscients de la dimension historique des événements, collectent les tracts, les affiches, les banderoles.

JPEG - 222 ko

 

Cinquante ans plus tard, on regarde les affiches.

Certaines sont historiques et datées.

JPEG - 81.7 ko

 

JPEG - 169.3 ko

 

D’autres sont intemporelles.

JPEG - 126.1 ko

 

JPEG - 99 ko

 

La plupart d’entre elles sont toujours d’une brûlante actualité.

JPEG - 171.4 ko

 

JPEG - 116.1 ko

 

Voir l’exposition virtuelle.

BnF, site François-Mitterrand, galerie 1, quai François-Mauriac, 75013 Paris.



Lundi 23 avril 2018

 

À Paris, après Locarno, et en avant-première de sa sortie mercredi prochain :

* À 19h30 : Milla de Valerie Massadian (2017).
Rencontre avec l’équipe du film.

Milla from BFMAF on Vimeo.

 

MK2 Beaubourg, 48 rue Rambuteau, 75003 Paris.


À Paris, les Rencontres internationales du moyen métrage de Brive, qui se sont déroulées du 3 au 8 avril 2018, reprennent les films primés de leur 15e édition (22-24 avril 2018).

Ce soir, à 20h00, les Prix du jury :

* Hanne et la fête nationale de Guillaume Brac (2017).
Fiction. Mention spéciale du Jury.


 

* Derniers jours à Shibati de Hendrick Dusollier (2017). Documentaire.
Prix du Jury, Prix du Public, Prix de la Distribution.

DERNIERS JOURS A SHIBATI - BANDE ANNONCE from StudioHdk - Hendrick Dusollier on Vimeo.

 

Cinéma L’Archipel, 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris.


Au Palais de Tokyo, la saison Discorde, fille de la nuit (16 février-13 mais 2018) a invité Neil Beloufa, Kader Attia & Jean-Jacques Lebel, George Henry Longly, Massinissa Selmani, Marianne Mispelaëre, Anita Molinero, Daiga Grantina, Nina Chanel Abney.

La saison se termine en beauté avec un hommage à Georges Wolinski (13 avril-13 mai 2018).

JPEG - 52.2 ko

 

Wolinski (1934-2015) nous a quittés de la façon la plus brutale qui soit, assassiné publiquement et politiquement, et désormais inséparable de ses amis dans nos mémoires.
À Montparnasse, il est en paix.

JPEG - 336.8 ko

 

Palais de Tokyo, 13 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris.



Dimanche 22 avril 2018

 

C’est aujourd’hui LA Journée de la Terre.

Google a mis en ligne, dès hier, une petite vidéo avec la Dr Jane Goodall, charmante vieille dame qui nous dit qu’elle aime les animaux et que chaque individu compte. "Nous pouvons décider du type de trace que nous souhaitons laisser".
Elle n’a pas tort, mais c’est qui "nous" ?

Le site de la Journée de la Terre 2018 nous propose aussi de nous impliquer.
C’est tout à fait juste, mais leur acheter des clématites ou signer des pétitions, est-ce vraiment efficace ?

JPEG - 425.2 ko

 

Pourquoi ne dit-elle rien aux vrais pollueurs, la petite dame ?
Ils sont trop puissants pour elle ? Ou ce serait trop "politique" ?

JPEG - 336.4 ko

 

La Journée de la Terre, c’est l’occasion, pour qui n’a pas lu jusqu’au bout le témoignage de Noriaki Tsuchimoto sur Minamata, de revenir à un cas exemplaire, ancien mais toujours d’actualité.

Petite chronologie édifiante de la mécanique capitaliste.

"À Minamata, ville de pêcheurs, la centrale hydroélectrique Chisso s’installe en 1908.
À partir de 1932, elle déverse ses déchets (métaux lourds, mercure) dans la mer. Vingt ans après, les premiers symptômes apparaissent d’abord avec les poissons morts échoués, puis sur les chats qui se suicident, puis sur les humains.
En 1956, la mystérieuse maladie de Minamata est identifiée comme provenant du mercure infestant la mer et les poissons, il continue néanmoins a être déversé dans la baie jusqu’en 1966 (quand on trouve des procédés plus économiques). C’est officialisé en 1968 par le gouvernement japonais, qui désigne la Chisso comme responsable, les boues toxiques sont stockées à partir de 1977.
En 1988, est fondé le Minamata Disease Museum.
En 1993, le prince héritier Naruhito épouse la petite-fille de Yutaka Egashira, président de la Chisso.
En 1996, on envisage d’indemniser les victimes.
En 2012, le ministre de l’Environnement japonais Gōshi Hosono fait des excuses publiques, au nom de l’État japonais, auprès des malades et de leurs descendants.
Noriaki Tsuchimoto est mort en 2008, il n’aura pas entendu les excuses, ni vu son second film sur le sujet, Shiranuikai (1975), sorti après sa mort."

JPEG - 259.3 ko

 

Sur Minamata, il faut noter aussi :

* L’évocation de cette catastrophe sans fin par Yann Le Masson & Bénie Deswarte, dans Kashima Paradise (1973).


 

* Le reportage photo de Eugen Smith (1918-1978) qui a vécu à Minamata entre 1971 et 1973 avec sa femme japonaise : Minamata. Words and Photographs par W.E. Smith & A.M Smith (1975). Eugen Smith a une fondation).

JPEG - 313.7 ko

 

JPEG - 236 ko

 

* Le documentaire The Cove (La Baie de la honte) de Louie Psihoyos (2010).


 

Cf. la chronologie complète.
Tout savoir l’histoire de la maladie industrielle de Minamata.

Cf. aussi : Jean Lagane, Minamata et Fukushima. De la nature des catastrophes, Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), Aix-en-Provence, Éditions Gaussen, 2016."

Enfin, découverte du site du peintre Marc Haumont, qui se demande si l’art sauvera le monde, ou pas.
Et dont le blog Environnement est à fréquenter.

JPEG - 441.4 ko

 


À propos de "mécanique capitaliste", chaude recommandation de la mini série Les Vivants et les morts de Gérard Mordillat (2010).


 

Rarement un film de fiction a été aussi limpide, sans être pédago, c’est sans doute la longue durée de la série qui en donne les moyens.

En DVD ou en VOD.

JPEG - 348.1 ko

 

C’est un film politique de belle race, comme le sont - pour ne citer qu’eux - ceux de Ken Loach ou de Stéphane Brizé (La Loi du marché ou En guerre, sélection officielle du festival de Cannes 2018, sur lequel on trouve déjà des informations sur le Net).

Bonne lecture :

* Gérard Mordillat, Les Vivants et les morts, Paris Calmann-Lévy, 2005. Réédition en Livre de poche, 2010.

JPEG - 286.3 ko

 


À New York, on célèbre David Bowie (1947-2016).
Il était londonien mais il préféra NYC à partir de 1992.

JPEG - 299.7 ko

 

Il est au Brooklyn Museum, avec aussi quelques films au mois de juin (2 mars-15 juillet 2018).

JPEG - 244.9 ko

 

Il est aussi à Manhattan, à Bleeker St., à la station de métro Broadway-Lafayette (19 avril-13 mai 2018).

JPEG - 264 ko

 

Il s’agit de son exposition itinérante pré-posthume de 2013, venant du Victoria and Albert Museum de Londres où elle avait fait un tabac de son vivant (23 mars 11 août 2013), et après être passée par Paris, à la Cité de la musique (3 mars-31 mai 2015).

JPEG - 392.5 ko

 

JPEG - 349.4 ko

 

On a même fait des pass à son effigie. Qui deviendront des collectors, comme les étiquettes de camembert, les T.shirts, ou, après tout, les timbres, autrefois.
Ce qu’on ne ferait pas pour accumuler les choses et retenir le temps !

JPEG - 233.5 ko

 

Brooklyn Museum, 200 Eastern Parkway, Brooklyn, New York.



Samedi 21 avril 2018

 

Bon anniversaire, Charlotte Brontë (1816-1855), 202 ans aujourd’hui, et aucune raison de vous oublier.

JPEG - 350.2 ko

 

Même le New York Times sature avec les hommes blancs.
Coups de projecteurs sur les overlooked.

Charlotte Brontë, vous en faites partie.

JPEG - 563.7 ko

À la Librairie du Panthéon, il y a toujours des rencontres à faire, avec des livres, avec des gens, avec des idées.

* À partir de 16h30 : Rencontre avec Laurent Aknin.
Avant de pérorer, tous les esprits forts se doivent d’aller affronter le wild side des zones intermédiaires, qui s’épanouissent le mieux sur les écrans noirs des nuits blanches.

Bonne lecture :

* Laurent Aknin, Ésotérisme et cinéma, Paris, Diffusion rosicrucienne, 2018.

JPEG - 155.6 ko

 

Cinélittérature, Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


À la Maison de la culture du Japon (MCJP), un cinéconcert.

* À 20h00 : Une femme de Tokyo (Tokyo no onna) de Yasujiro Ozu (1933).

Avec Agnès Vesterman (conception et violoncelle), Daniel Lifermann (flûte shakuhachi), et Sébastien Clément (percussions).


 

MCJP, 101bis quai Branly, 75015 Paris.


À Normale Sup : Rencontres nationales étudiantes pour le développement durable (aka #RENEDD) 11e édition (21-22 avril 2018).

JPEG - 311.7 ko

 

Week-end gratuit mais inscription nécessaire.

Programme détaillé.

École normale supérieure de Paris, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 21 au 27 avril 2018.



Vendredi 20 avril 2018

 

À Paris, à Beaubourg, en avant-première, le nouveau documentaire de Wang Bing (sortie le 20 juin 2018).

* À 20h00 : Madame Fang (Mrs Fang) de Wang Bing (2017).
En sa présence.


 

Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


À Paris toujours, en écho à l’exposition Zbigniew Dłubak, héritier des avant-gardes (17 janvier-29 avril 2018), la Fondation Henri-Cartier-Bresson et l’Institut polonais de Paris proposent une soirée de projection de courts métrages des années 30 à nos jours, trois générations de cinéastes expérimentaux polonais.

JPEG - 215.7 ko

 

* À 19h30 : Les pionniers Franciszka & Stefan Themerson, le fondateur de l’Atelier de la forme filmique, Józef Robakowski, et le représentant de la scène émergente, Wojciech Bąkowski.
En présence de Jasia Reichardt.

Programme des courts métrages.

Cinéma Christine 21, 4 rue Christine, 75006 Paris.


À Paris encore, la Maison de la culture du Japon (MCJP) invite à une Rencontre avec la NHK World-Japan (14 avril-7 juillet 2018).
Entrée libre dans la limite des places disponibles

* À 15h00 : Deep Flowers de Ophélie Giomataris (2017).


 

* À 17h00 : Samurai Architect, Tadao Ando de Shigenori Mizuno (2015).


 

Faites votre programme.

MCJP, 101bis quai Branly, 75015 Paris.


À Biot (prononcer "Biotte", sous peine d’avoir l’air d’un touriste), au musée Fernand-Léger : Vis-à-vis. Fernand Léger et ses ami.e.s (14 avril-17 septembre 2018).

JPEG - 306 ko

 

Des amis assez chic, excusez du peu : Jean Arp, Francis Bacon, Georges Braque, Alexander Calder, Mary Callery, Marc Chagall, Giorgio De Chirico, César Domela, Raymond Duchamp-Villon, Jean Fautrier, Jean Hélion, Vassily Kandinsky, André Lhote, Roy Lichtenstein, Jacques Lipchitz, Alberto Magnelli, Henri Matisse, Gino Severini et Victor Servranckx.


 

Musée national Fernand-Léger, chemin du Val-de-Pôme, 06410 Biot.


À Los Angeles, au Getty, au 1er étage, on se souvient de Palmyre, et au deuxième étage, on cite Platon, le moderne : "La philosophie commence avec l’émerveillement".

* Palmyra. Loss and Remembrance (18 avril-27 mai 2018).

JPEG - 173.6 ko

 

JPEG - 232.7 ko

 

Explorez l’exposition Palmyre.

* Plato in L.A. Contemporary Artists’ Visions (18 avril-3 septembre 2018).

Les artistes participants : Paul Chan, Rachel Harrison, Huang Yong Ping, Mike Kelley, Jeff Koons, Joseph Kosuth, Paul McCarthy, Whitney McVeigh, Raymond Pettibon, Adrian Piper et Michelangelo Pistoletto.

JPEG - 157.7 ko

 

JPEG - 208.9 ko

 

Explorez l’exposition Platon.

The Getty Center,
1200 Getty Center Drive, 
Los Angeles, CA 90049.



Jeudi 19 avril 2018

 

Service minimum.

À Paris, longue marche Rive gauche, de Montparnasse à la Place d’Italie, en passant par Port Royal et Denfert-Rochereau. Rien de meilleur pour la santé, de rouge on devient vert ou inversement.

JPEG - 199.7 ko

 

En 1972, Ya no basta con rezar (Il ne suffit plus de prier), proclamait le Chilien Aldo Francia.

JPEG - 489.5 ko

 

En 2018, il ne suffit plus de rêver, et cela nulle part sur la Terre.

JPEG - 257.5 ko

 

Qui préfère la vie intérieure à la marche collective dans la pollution urbaine peut visiter les murs (qui ont la parole) chez Lundi Matin, pour y trouver ses propres mots d’ordre.

JPEG - 365.4 ko

 

JPEG - 306.2 ko

 



Mercredi 18 avril 2018

 

Bon anniversaire André Bazin (1918-1958), cent ans aujourd’hui, mort si jeune, et toujours aussi respecté.


 

Sur France Culture.


Au ciné-club de l’Aéro-club, on révise son Bronson.

* À 19h30 : Breakout (L’Évadé) de Tom Gries (1975).


 

Avec toujours, une super première partie, extraits de films, serial, actualités, cartoon.
Et une super troisième partie, le pot traditionnel de l’amitié.

Confirmer sa présence.

Salon de l’Aéro-Club de France, 6 rue Galilée 75116 Paris.


À la librairie Quilombo, on discute des colères du présent et elles ne manquent pas.

* À 20h00 : Bure, la bataille du nucléaire.
En présence de Gaspard d’Allens.

Bonne lecture :

* Andrea Fuori & Gaspard D’Allens, Bure, la bataille du nucléaire, Paris, Seuil, 2017.

JPEG - 178.2 ko

 

Librairie Quilombo, 23 rue Voltaire, 75011 Paris.


À Dieppe, la médiathèque Jean-Renoir expose un enfant du pays, Bruno Braquehais, un photographe dieppois, témoin de la Commune de Paris (6 mars-22 avril 2018).

JPEG - 452.5 ko

 

JPEG - 287.1 ko

 

JPEG - 239.5 ko

 

Auguste Bruno Braquehais (1823-1875) fait partie des photographes de la Commune de Paris, avec Alphonse Liébert, Hippolyte Blancard, Eugène Fabius, et quelques autres, dont bien des anonymes.


 

Les Amis de la Commune annoncent l’exposition comme durant jusqu’au 6 mai 2018.

Bonne lecture :

* Jean Baronnet, Regard d’un Parisien sur la Commune. Photographies inédites de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Gallimard, 2006.

JPEG - 574.1 ko

 

Médiathèque Jean-Renoir, quai Berigny, 76200 Dieppe.


Les sorties sur les grands écrans

* Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté de Nicolas Wadimoff (2016).

* Katie Says Goodbye de Wayne Roberts (2016).

* Notre enfant de Diego Lerman (2017).

* Escobar de Fernando León de Aranoa (2017).

* Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli (2017).

* Mes Provinciales de Jean-Paul Civeyrac (2017).

* Eternity has no Door of Escape de Arthur Borgnis (2017).

* Place publique de Agnès Jaoui (2018).

Les ressorties en versions restaurées

Six Rainer Werner Fassbinder :

* Le Bouc (Katzelmacher, 1969) ;

* L’Amour est plus froid que la mort (Liebe ist kälter als der Tod, 1969) ;

* Prenez garde à la sainte putain (Warnung vor einer heiligen Nutte, 1971) ;

* Les Larmes amères de Petra von Kant (Die Bitteren Tränen der Petra von Kant, 1972) ;

* Le Marchand des quatre saisons (Händler der vier Jahreszeiten, 1972) ;

* Tous les autres s’appellent Ali (Angst essen Seele auf, 1974).

Deux Jean François Stévenin

* Le Passe-montagne (1978) ;

* Mischka (2001).



Mardi 17 avril 2018

 

Festival de Cannes 2018.

ACID, 26e édition (9-18 mai 2018) dévoile sa programmation.

JPEG - 118.1 ko

 


Festival de Cannes 2018.

La Quinzaine des réalisateurs, 50e édition (9-19 mai 2018), révèle sa sélection.

JPEG - 211.8 ko

 


Au Centre culturel irlandais, on célèbre la paix.
Réservation conseillée.

* À 19h30 : In the Name of Peace. John Hume in America de Maurice Fitzpatrick (2017).
En sa présence avec Pierre Joannon, Michael Lillis, Andy Pollak.


 

Centre culturel irlandais, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris.


Le mardi, c’est le ciné-club de l’ENS.

* À 20h30 : The Saddest Music in the World de Guy Maddin (2006).

JPEG - 168.6 ko

 

Ciné-club de l’ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.



Lundi 16 avril 2018

 

Vittorio Taviani (1929-2018) est mort hier, dimanche 15 avril 2018.

En 2004, dans son numéro anniversaire Quarante ans !, Jeune Cinéma avait mis Paolo et Vittorio en couverture, et leur avait offert un dossier, à l’occasion de la rétrospective du Festival de Pesaro, en juin 2004.

JPEG - 210 ko

 

Lucien Logette, titrait Paolo & Vittorio Taviani. Encore et toujours…

"Ce n’est pas par hasard, ou par désir de se démarquer en privilégiant des auteurs moins rassembleurs que Fellini ou Pasolini, que Jeune Cinéma, depuis le n° 71 (juin 1973), a offert si souvent sa couverture aux frères Taviani.
Mais tout simplement parce qu’il s’agit de réalisateurs selon nos désirs, chez qui l’adéquation si rare entre le cœur et l’esprit semble aller de soi. Nous ne pouvons qu’approuver des deux mains ce qu’écrit René Prédal, quelques pages plus avant : [ils] ’matérialisent parfaitement tous les espoirs mis dès la fin des années 60 dans un grand cinéma de gauche où la perfection esthétique le dispute à la finesse politique’.

JPEG - 362.3 ko

 

Trente-huit ans après l’entrée de Un homme à brûler au catalogue de la Fédération Jean-Vigo, leur consacrer le quart de ce numéro historique était bien la moindre des choses. Car il y a toujours à reprendre chez les Taviani : évoquer leur collaboration avec Joris Ivens, aborder Les Hors-la-loi du mariage (le seul de leurs films jamais traité jusqu’ici), revenir sur une première vision trop rapide du Pré, ou les interroger sur leur travail récent ; leurs deux dernières œuvres, produites par la RAI et uniquement présentées en France à la télévision (La San Felice en mai 2004), leur ont apporté dix fois plus de spectateurs que leurs quinze titres précédents, mais n’ont pas eu droit, par leur statut un peu honteux de téléfilms, aux colonnes des revues. Il était important de vérifier comment cette nouvelle pratique s’inscrivait dans la continuité de leur trajet, en attendant d’autres développements."


 

Dans 40 ans de couvertures de Jeune Cinéma, René Prédal faisait remarquer la préférence des la revue pour le cinéma italien qui ne s’était jamais démentie même dans les périodes qui semblaient plus creuses aux autres médias, et, dans ce cadre, le record absolu pour les frères Taviani, avec six Unes.

C’était un temps, ces années 1960 et 1970, et jusqu’aux premières années 1980, où le cinéma politique était italien, et où celui des Taviani en était le plus fécond. Ils étaient fusionnels comme des jumeaux - Vittorio, c’est celui qui portait la casquette -, indissociables au point que le wikipedia français s’est montré incapable de les isoler (contrairement à IMDB moins paresseux).

Nous les avons tant aimés, les deux frères, depuis Un homme à brûler (Un uomo da bruciare, 1962), et la grande émotion de Saint-Michel avait un coq (San Michele aveva un gallo, 1971).


 

 

Et jusqu’aux derniers films, cette extrême beauté des Contes italiens (Maraviglioso Boccaccio, 2015).

JPEG - 342.4 ko

 

Avec, parmi tous les autres images, dans Kaos (1984), cette terrifiante partie de foot, ce souvenir de "chair de poule", dont Karl Kraus disait qu’en art, c’était le seul critère.

JPEG - 477.9 ko

 

Chaque fois qu’un artiste meurt, avec lui meurt une époque.

JPEG - 223 ko

 

Cf. aussi Entretien avec les frères Taviani.


Bon anniversaire Charles Spencer Chaplin (1889-1977).

JPEG - 191.9 ko

 

Cette année, c’est décidé, on va au Manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey, dans son musée de cire, ouvert le 16 avril 2016.

JPEG - 683 ko

 

JPEG - 316 ko

 

JPEG - 244.5 ko

 

JPEG - 537.7 ko

 

Chaplin’s World, route de Fenil 2, CH - 1804 Corsier-sur-Vevey.


Festival de Cannes 2018.

La Semaine de la critique, 57e édition a dévoilé son programme (9-17 mai 2018).


 

— -

Au Goethe Institut, un débat féministe dans l’air du temps.

Ça a toujours été d’une brûlante actualité, dès lors que les idées ont été portées par des femmes regroupées, pas seulement par des pionnières solitaires d’avant-garde - hommage aux suffragettes -, et avant même la naissance officielle du MLF, le 26 août 1970.

JPEG - 206.3 ko

 

Et même quand le feu couvait sous les cendres, quand les régressions, les dispersions et les dissensions internes ont dominé, au tournant du 21e siècle.

Mais depuis l’Affaire Weinstein, à l’automne 2017, une nouvelle période, historique, s’est ouverte, de plus en plus cohérente et affirmée, qui nettoie et désinfecte en profondeur la civilisation patriarcale, et cette fois, en compagnie des hommes mieux élevés des nouvelles générations, qui ont tout à y gagner.

On aime à croire que le processus est irréversible. Même si on sait - pas d’illusions - que les désirs de pouvoir et les rapports de domination, eux, ne changeront jamais, inhérents aux animaux (et sans doute aux organisations). On exige seulement que ce soit plus diversifié et pas principalement résevé à la moitié du ciel.

Bref on va écouter :

* À 18h00 : Les mouvements féministes depuis 1968.
Avec Laure Adler, Geneviève Fraisse, Barbara Stiegler et Géraldine Mosna-Savoye.

Bonne lecture :

* Geneviève Fraisse, La Sexuation du monde. Réflexions sur l’émancipation, Presses de Sciences Po, 2016.

JPEG - 143.4 ko

 

Goethe Institut, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.



Dimanche 15 avril 2018

 

Milos Forman (1932-2018) est mort hier, samedi 14 avril 2018.

Il avait émigré, après le Printemps de Prague, en 1968, et avait été naturalisé Américain en 1977.
Les cinéphiles connaissent toute son œuvre.

JPEG - 168.1 ko

 

Mais les médias (le grand public) connaissent plutôt la période américaine et ne citent que Vol au dessus d’un nid de coucou (One Flew Over the Cuckoo’s Nest, 1975) et Amadeus (1984), ses deux Oscars. À la rigueur, Hair (1979).


 

En octobre 2010, il a reçu le 2e Prix Lumière, après Clint Eastwood en 2009, et avant Gérard Depardieu en 2011.


 

Pour son premier long métrage, Pierrot le Noir (Cerný Petr), récompensé à Locarno en août, qui deviendra L’As de pique à sa sortie en salles à l’automne, Jean Delmas l’avait rencontré à Prague, à Pâques, pour le numéro 1 de la revue Jeune Cinéma qui venait de naître.

JPEG - 384.6 ko

 


Émile Durkheim (1858-1917) est né le 15 avril 1858 à Épinal et mort le 15 novembre 1917 à Paris.

L’an dernier, on pensait au centenaire de sa mort.

JPEG - 396.1 ko

 

On préfère fêter sa naissance.

JPEG - 209.4 ko

 

À 160 ans, il a toujours voix au chapitre.

JPEG - 283.3 ko

 

JPEG - 289.7 ko

 



Samedi 14 avril 2018

 

La ZAD de NDDL, il n’y a pas que les dangereux gauchistes à capuches et les "professionnels du désordre" qui s’y intéressent.

JPEG - 378.4 ko

 

Le philosophe Olivier Abel, de la très respectée revue Esprit, revient sur quelques fondamentaux.

Pendant ce temps, à l’extérieur des frontières, la France bombarde.

Au 20e siècle, Nino Ferrer chantait : Un jour ou l’autre, il faudra qu’il y ait la guerre, on le sait bien, on n’aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire, on dit c’est le destin.

Et Antoine, en chantant aussi, expliquait pourquoi.

En ce temps-là, on chantait beaucoup et on pensait qu’on avait "plus d’un million d’années devant soi".

Au 21e siècle, ce que dit Antoine est toujours d’actualité, on a juste beaucoup moins de temps (guerre ou pas), et faut bien deux n au mot canon.


 

Pour qui n’est pas parti ce matin en car rejoindre la zad NDDL, avec des bottes et des chaussettes de rechange, et une nécessaire carte des opérations...

JPEG - 611.2 ko

 

... à Paris Ve, il y a largement de quoi faire.


La Sorbonne occupée, évacuée, réoccupée...
Au long des siècles, elle demeure un îlot de vraie pensée donc de remise en cause et de résistance, par les étudiants comme par les maîtres.

JPEG - 347.5 ko

 

JPEG - 287.1 ko

 

Les autres rêvent de l’Académie française, et parfois y parviennent. Ceux qui veulent faire leur beurre en rond et rêvent d’orthodoxie feraient aussi bien de l’interdire, la Sorbonne.

JPEG - 414.5 ko

 

Comme chaque samedi, c’est le jour du séminaire hebdomadaire Marx au XXIe siècle.
Il a été créé par Jean Salem (1952-2018), fils de Henri Alleg (1921-2013), mort au début de cette année, le 13 janvier 2018.

Le séminaire est ouvert à tous, sur incription, en envoyant nom, prénom et mail au secrétariat, et, depuis 10 ans, il est devenu "diplômant". Il a aussi constitué une vidéothèque dont les archives sont consultables.

JPEG - 377.1 ko

 

JPEG - 338.7 ko

 

Aujourd’hui, on repart de 1936 (82 ans).
Les pièces au dossier, c’est pas démodé du tout, même si tout se transforme.

JPEG - 305 ko

 

* À 14h00 : Le mouvement ouvrier et les conquêtes sociales de 1936 jusqu’en 1940.
Et la remise en cause des acquis sociaux par le grand patronat et la grande bourgeoisie aux mots de "Mieux vaut Hitler que le Front populaire"
Par Gérard Del Maschio.

Bonne lecture :

* Jean Salem, Résistances. Entretiens avec Aymeric Monville, Paris, Éditions Delga, 2015.

JPEG - 209.5 ko

 

Université Paris-1 La Sorbonne, amphithéâtre Lefebvre, galerie Jean-Baptiste-Dumas, escalier R, 1er étage, entrée 14 rue Cujas, 75005 Paris.


Au Grand Action, le Festival des films de femmes (9-18 mars 2018) donne une seconde chance à qui n’est pas allé à Créteil, avec les quatre films primés lors de la 40e édition.

* À 19h00 :

Larsen de Margot Gallimard (2016).
Prix du public du meilleur court-métrage français.

LARSEN de Margot Gallimard from Les films du clan on Vimeo.

 

See You Tomorrow, God Willing ! de Ainara Vera (2017).
Prix SCAM du Jury Anna Polikovskaïa du meilleur documentaire.


 

* À 21h00 :

Calamity de Séverine de Streyker & Maxime Feyers (2017).
Prix INA du Meilleur court métrage francophone ; Prix du public du meilleur court métrage étranger ; Mention spéciale du jury UPEC.

CALAMITY - Teaser from Next Days Films on Vimeo.

 

Pin Cushion de Deborah Haywood (2017).
Prix du public du meilleur long métrage de fiction.


 

Le Grand Action, 5 rue des Écoles, 75005 Paris.


À la Librairie du Panthéon, on examine l’histoire de la Triangle Film Corporation, née en 1915, que hantent encore les mânes de quelques glorieux ancêtres, D. W. Griffith, Mack Sennett, Mary Pickford, Lillian Gish, Roscoe "Fatty" Arbuckle ou Douglas Fairbanks.

JPEG - 194.4 ko

 

JPEG - 139 ko

 

JPEG - 400.7 ko

 

* À partir de 16h30 : Rencontre avec Marc Vernet.

Bonne lecture :

* Marc Vernet, Ainsi naquit Hollywood. Avant l’âge d’or, les ambitions de la Triangle et des premiers studios, Armand Colin, 2018.

JPEG - 134.7 ko

 

Librairie du Panthéon, 15 rue Victor-Cousin, 75005 Paris.


La Galerie Octopus présente, en exclusivité, les planches oroginales de La Saga de Grimr de Jérémie Moreau, le plus jeune lauréat du Fauve d’Or du Festival international de la BD d’Angoulême depuis 1997 (12-28 avril 2018).

JPEG - 538.3 ko

 

Le vernissage a eu lieu jeudi dernier, on recommande vivement de ne pas perdre de vue cette galerie, ce qui s’y passe, ceux qui y passent.

Galerie Octopus, 69 rue Saint-Jacques, 75005 Paris.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 14 au 20 avril 2018.



Vendredi 13 avril 2018

 

À Lyon, commencent Les Intergalactiques 2018, 7e édition, (13-22 avril 2018).

JPEG - 223.6 ko

 

Plus on avance vers l’avenir, plus elles sont d’actualité.

Ce soir, ouverture au Croiseur :

* À 21h00 : Wake Up !
Nuit Science-fiction, performances & Bass music.

Faites votre programme.

Croiseur, 4 rue Croix-Barret, 69007 Lyon.


À Marseille, au Gyptis, le cinéma est toujours engagé, et on discute après les projos.

Ce soir :

* À 20h00 : Ni juge, ni soumise de Jean Libon & Yves Hinant (2017).


 

Les jeunes n’ont pas connu l’extraordinaire émission Strip Tease, qui a duré 25 ans à la télé, qu’on a découverte en France à partir de 1992, une série de documentaires "faits de société" au ton nouveau.
On ne savait jamais vraiment s’il s’agissait d’humour (belge), de moquerie, de reportage (les fais juste les faits), on se disait : "Y sont pas comme nous ces gens-là"...
Pourcomprendre le point de vue du réalisateur, "d’où ça causait", il aurait fallu prendre le temps de réfléchir en termes de "langage cinématographique" et de montage, où ils avaient mis la caméra, quelles questions ils avaient posées puis soustraites, ou sous-entendues, quels effets Koulechov, quelle communication non-verbale entre les filmeurs et les filmés qui nous échappait, etc.

Mais on préférait déguster et rigoler, d’autant que c’était jamais méchant.
Aujourd’hui, on dit avec eux : "Enfin le film !"

Faites votre programme du Gyptis.

Cinéma Le Gyptis, 136 rue Loubon, 13003 Marseille.


À Paris, au Louvre, on aime les voyageurs qui se racontent à travers leur voyage : Autoportrait en voyageur (13-29 avril 2018).

JPEG - 317.3 ko

 

Aujourd’hui :

* À 20h00 : Journal intime (Caro Diario) de Nanni Moretti (1993).
Présentation par Grégory Valens.


 

Faites votre programme.

Musée du Louvre, auditorium, rue de Rivoli, 75001 Paris.


À Paris, à l’Orangerie : Les Nymphéas et l’abstraction américaine (13 avril-20 août 2018).

JPEG - 245.4 ko

 

Les Nymphéas de Claude Monet sont entrés au MoMA en 1955. La New York School leur a emboîté le pas.
L’Orangerie les met en perspective, juxtapose 10 toiles de Monet avec 20 toiles américaines, et ça fait parler outre Atlantique.

JPEG - 579.3 ko

 

La sélection américaine : Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Clyfford Still, Helen Frankenthaler, Morris Louis, Philip Guston, Joan Mitchell, Mark Tobey, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle et Ellsworth Kelly.

JPEG - 312.4 ko

 

Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries, 75001 Paris.


À Brooklyn, au Brooklyn Museum, organisé par le Hammer Museum de Los Angeles avec le Getty : Radical Women : Latin American Art, 1960–1985 (13 avril–22 juillet 2018).


 

Avec 120 artistes de 15 pays, à travers peintures, sculptures, photographie, vidéos, performances et nouveaux médias, l’exposition se concentre sur la période 1960-1985 dans l’art latino-américain féministe.

JPEG - 315.5 ko

 

JPEG - 132.6 ko

 

JPEG - 273.6 ko

 

JPEG - 341.8 ko

 

On y trouve des figures emblématiques telles que Lygia Pape, Ana Mendieta et Marta Minujín.
Mais aussi des noms moins connus : la peintre abstraite cubaine Zilia Sánchez, la sculptrice colombienne Feliza Bursztyn, la chorégraphe péruvienne Victoria Santa Cruz, l’artiste mulitmédias Margarita Paksa, la photographe Sophie Rivera, la pionnières des arts graphiques Chicana Ester Hernández, la cinéaste cubaine Sara Gómez et l’activiste afro-latino Marta Moreno Vega.

N.B. : Le Brooklyn Museum abrite au 4e étage, depuis 2007, The Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art.

On peut y voir, de façon permanente, l’installation de Judy Chicago, The Dinner Party.

JPEG - 351.4 ko

 

Brooklyn Museum, 200 Eastern Pkwy, Brooklyn, NY 11238.



Jeudi 12 avril 2018

 

Festival de Cannes 2018, 71e édition (8-19 mai 2018).

JPEG - 132.6 ko

 

C’est aujourd’hui, à partir de 11h00, que les productions ont cessé se se ronger les sangs et les médias d’affûter leurs conjectures : la sélection officielle a été dévoilée.

JPEG - 84.2 ko

 

Comme chaque année, il y aura quelques repêchés, donc ça frémit encore deci-delà dans les chaumières.
Les questions des journalistes ont été égales à elles-mêmes : Comment se fait-il que les "abonnés" n’y soient pas (ou l’inverse, ça dépend des années).
Cette année, des nouveaux venus, et cela témoigne d’une grande santé.

Voir la conférence de presse en replay.


À Paris, au Forum des images, c’est cinquantenaire.
Ce soir, les cinéastes en collectifs.

* À 19h15 : Mobilisation politique des cinéastes en 1968. Expérimentations collectives et inventions formelles.
Conférence de Catherine Roudé.

Entrée libre, réservation recommandée.

Bonne lecture :

* Catherine Roudé, Le Cinéma militant à l’heure des collectifs, Presses universitaires de Rennes, 2017.

JPEG - 136.4 ko

 

Forum des Images, 
Forum des Halles
, 2 rue du Cinéma, 75001 Paris.


À Paris toujours, les Amis du Monde Diplomatique invitent à une rencontre avec Jean Ziegler.

JPEG - 128.3 ko

 

* À 18h00 : Contre l’ordre cannibale du monde. Espoirs et combats.
Avec Jean Ziegler et Nicolas Wadimoff.

Entrée gratuite, réservation conseillée.

* À 20h15 : Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté de Nicolas Wadimoff (2017).
En leur présences.


 

Bonne lecture :

* Jean Ziegler, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin), Paris, Seuil, 2018.

JPEG - 164.9 ko

 

Théâtre de la cité internationale, 17 boulevard Jourdan, 75014 Paris.
Espace St Michel, 7 place Saint-Michel, 75005 Paris
.


À Paris encore, au Centre culturel tchèque, les photos de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes des armées du Pacte de Varsovie le 21 août 1968 : Invasion 1968 (12 avril-1er juin 2018).

Dana Kyndrová présente une sélection de photographies de professionnels - comme V. Lammer, M. Novotný, D. Sýkorová, L. Kyndrová - mais également des photographes amateurs.

JPEG - 140.4 ko

 

* À 19H30 : Vernissage. Avec, au programme, une performance-monologue de Clara Leclerc : Mon printemps de Prague.

Réservation conseillée.

Centre culturel tchèque, salle Janáček, 18 rue Bonaparte, 75006 Paris.


À Lyon, l’Association pour le cinéma et Sonia Bove célèbrent la grande époque de la Décentralisation, et invitent à retrouver tous les anciens camarades, disparus ou bien encore vivants, Roger Planchon, Isabelle Sadoyan, Jeanne Laurent, Jack Ralite, Antoine Vitez, Gabriel Garran, Jean Dasté, Gabriel Monnet, Hélène Vincent, Christian Schiaretti... parmi leurs camarades.

* À 20h30 : Une aventure théâtrale de Daniel Cling (2017).
En sa présence avec Jean-Pierre Léonardini.


 

Cf. Entretien avec Daniel Cling.

Cinéma Le Zola, 117 Cours Émile-Zola, 69100 Villeurbanne.


À New York, le MoMA rend hommage à Kazuo Miyagawa (1908-1999), le directeur de la photographie le plus influent du cinéma japonais d’après-guerre, avec une rétrospective : Kazuo Miyagawa, Japan’s Greatest Cinematographer (12-29 avril 2018).

Aujourd’hui :

* À 16h30 : Muhōmatsu no isshō (The Rickshaw Man) de Hiroshi Inagaki (1943).

JPEG - 176 ko

 

* À 19h00 : Ukigusa (Floating Weeds) de Yasujiro Ozu (1950).

JPEG - 185.4 ko

 

Faites votre programme.

The Museum of Modern Art, 11 West 53 Street, New York, NY 10019.



Mercredi 11 avril 2018

 

Il y a juste 50 ans ans, le 11 avril 1968, Rudi Dutschke (1940-1979), s’est fait flinguer par un ouvrier (qui n’a jamais vraiment su pourquoi, probablement manipulé par l’extrême-droite).
Dutschke en est mort dix ans après. Il a eu le temps de rencontrer Ernst Bloch. Il aurait 78 ans aujourd’hui et aurait sûrement des choses à dire.

JPEG - 109.1 ko

 

À Berlin, il y a une plaque commémorative sur le lieu de l’attentat, au 141 Kurfürstendamm.

JPEG - 272 ko

 

JPEG - 329 ko

 


Le cinéma La Clef va définitivement fermer dimanche prochain, malgré les protestations et les pétitions.

JPEG - 216.4 ko

 

Ce soir, on y va pour marquer sa solidarité avec ce merveilleux petit cinéma.

* À 20h00 : 68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui (2017).
En sa présence, et avec débat.

Mais aussi parce que le film de Samuel Bigiaoui est un petit bijou.
C’est le fait du hasard, mais aussi un signe des temps : le film fait écho à cette fermeture.


 

Les trois dernières soirées.

Cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


À la BPI, à Beaubourg, c’est la séance mensuelle de Images documentaires

* À 20h00 : Chris Marker, Never Explain, Never Complain de Jean-Marie Barbe & Arnaud Lambert (2015).
Débat avec les réalisateurs.

JPEG - 70 ko

 

Centre Pompidou, Cinéma 2, Niveau -1, entrée principale, rue St-Martin (Piazza), 75004 Paris.


L’Institut du monde arabe (IMA) accueille Dia Al-Azzawi dans son entrée devenue un nouvel espace d’expostion.

Avec une toile géante, analogue à Guernica, il commémore les terribles massacres des deux camps palestiniens de Beyrouth-Ouest, deux jours de terreur du 16 au 18 septembre 1982. : Nous ne voyons que des cadavres. Sabra et Shatila Massacres (11 avril-23 septembre 2018).

JPEG - 526 ko

 

L’œuvre a été exposée pour la première fois en Occident, en 2003, par la Galerie Claude-Lemand dans un Hommage à Mahmoud Darwich.

Bonnes lectures :

* Jean Genet, "Quatre heures à Chatila", in Revue d’études palestiniennes, n°6, hiver 1983.

JPEG - 113.4 ko

 

* Jean Genet, Quatre heures à Chatila, suivi d’un entretien avec Leïla Shahid, Tanger, Librairie Des Colonnes (2016).

JPEG - 52.2 ko

 

Bonne vision :

* Valse avec Bashir de Ari Folman (2008).


 

IMA, 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005 Paris.


À la Cinémathèque, Rétrospective Rainer Werner Fassbinder (11 avril-16 mai 2018).

Ce soir :

* À 20h00 : Le Droit du plus fort (Faustrecht der Freiheit) de Rainer Werner Fassbinder (1974).


 

Faites votre programme.

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


La Fondation de l’écologie politique invite à réfléchir aux "biens communs", qu’il ne faut pas confondre avec les biens publics, une notion en devenir qu’il est urgent de définir et de protéger, s’il devient bien privé par exemple, il meurt à terme. C’est, par exemple, l’eau et l’air. Mais ça devrait être aussi le savoir ou, de nos jours, le logiciel libre.


 

* À 18h30 : Au-delà des marchés et de l’État, les communs ?
Avec Daniela Festa, Hervé Le Crosnier et Pierre Khalfa.

Bonnes lectures :

* Marie Cornu, Fabienne Orsi & Judith Rochfeld, éds., Dictionnaires des biens communs, PUF, 2017.

JPEG - 74.9 ko

 

* Hervé Le Crosnier, En communs : une introduction aux communs de la connaissance, C&F Éditions, 2015.

Sur France Culture.

Espace Le Maltais rouge, 40 rue de Malte, 75011 Paris.


Le Festival Italissimo en est à sa 3e édition (11-15 avril 2018).

JPEG - 217.8 ko

 

La séance inaugurale est à Sciences Po, entrée libre sur réservation.

* À 18h30 : Alimentation. Vive la révolution ?
Dialogue entre Carlo Petrini et Pierre Rabhi, avec Marc Lazar.

Faites votre programme (à la Maison de la poésie et à l’Institut culturel italien notamment).

Sciences Po, amphithéâtre Émile-Boutmy, 27 rue Saint-Guillaume, 75007 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Luna de Elsa Diringer (2017).

* The Third Murder (Sandome no satsujin) de Hirokazu Kore-eda (2017).

* On a 20 ans pour changer le monde de Hélène Medigue (2017).

* Les Évadés de Maze (Maze) de Stephen Burke (2017).

* Plutôt mourir que mourir de Natacha Nisic (2017).

* L’Héroïque Lande. La frontière brûle de Élisabeth Perceval & Nicolas Klotz (1918).

* L’Île aux chiens (Isle of Dogs) de Wes Anderson (2018).

Les ressorties en versions restaurées

* Série noire de Alain Corneau (1979).



Mardi 10 avril 2018

 

On lit Ouest-France.

C’est pas qu’on se faisait des illusions, on a lu Sun Zu.
Et les moutons contre les loups ne gagnent jamais, on le sait depuis les années 70.

Mais cette sensation d’être assiégé par tous les diables des Enfers, de tous les pays, et jusque dans nos bras, c’est vraiment dur à vivre.

JPEG - 233.9 ko

 

Et tiens, pendant qu’on y est, une question nous brûle les lèvres : Pourquoi serait-il infiniment plus terrible, pour un enfant, de mourir gazé que déchiqueté ?
Les langues de bois et les postures aussi sont insupportables.


À Normale Sup, se déroule la Semaine arabe de l’ENS 2018, 21e édition (6-14 avril 2018), cette année, elle est à la mémoire de Houda Ayoub (1954-2017).

JPEG - 285.7 ko

 

Au programme de la Semaine arabe 2018 : des rencontres chaque jour et deux expositions :

* Les photographies de Ameer Alhalby, alias Walid Mashhadi (Couloirs du 1er étage).

JPEG - 245.1 ko

 

* Les caricatures égyptiennes de Andeel (Hall).

JPEG - 205.3 ko

 

Et aussi, le traditionnel café oriental, qui, cettte année, est syrien (Cour aux Ernests et, s’il pleut, dans l’Aquarium, devant le monument aux morts).

JPEG - 350.7 ko

 

JPEG - 257 ko

 

C’est dans ce cadre, que le ciné-club hebdomadaire de l’ENS propose une séance gratuite, qui clôturera la journée de ce mardi.

* À 20h30 : Off Frame Aka Revolution Until Victory de Mohanad Yaqubi (2015).
En sa présence.


 

Ciné-club de l’ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


Au Musée du Quai Branly : Enfers et fantômes d’Asie (10 avril-15 juillet 2018).

JPEG - 225.4 ko

 

Dans toute l’Asie, plus qu’ailleurs, les fantômes sont partout, et, comme partout, ils ne sont pas forcément bienveillants. C’est parce qu’ils circulent en ligne droite, et pour se préserver de leurs mauvaises intentions que les toits des maisons sont recourbés.

JPEG - 140.1 ko

 

Le musée du Quai Branly tente de les apprivoiser, tous tant qu’ils sont, à travers leurs représentations, religieuses ou cinématographiques, dans les mangas ou les peintures.

JPEG - 167 ko

 

JPEG - 222.5 ko

 

Musée du quai Branly-Jacques-Chirac, 37 quai Branly, 75007 Paris.


Les Rencontres internationales Paris-Berlin, (10-15 avril 2018) commencent aujourd’hui. Ça se passe au Forum des images, au Centre Pompidou, au Carreau du Temple, au Luminor Hôtel de ville, et à la Cité internationale des arts.

JPEG - 156.1 ko

 

Des films, des performances, des tables rondes, une programmation vidéo et un forum sur les nouvelles pratiques audiovisuelles, notamment, deux cartes blanches à Valie Export et à Pedro Costa et deux séances spéciales avec Heinz Emigholz et avec Eija-Liisa Ahatila.

Aujourd’hui soirée d’ouverture au Forum des images, en deux séances, avec un drink entre les deux, en entrée libre.

Faites votre programme.

Forum des images, Forum des Halles, 2 rue du cinéma, 75001 Paris.


Le Musée d’Orsay célèbre le centenaire de l’autonomie des pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) : Âmes sauvages. Le symbolisme dans l’art des pays baltes (10 avril-15 juillet 2018).


 

Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris.



Lundi 9 avril 2018

 

À la Cinémathèque, dans le cadre de la Rétrospective Jean-Paul Civeyrac (4-11 avril 2018), une avant-première.

* À 20h00 : Mes provinciales de Jean-Paul Civeyrac (2018).
En sa présence avec l’équipe du film.


 

Cinémathèque française, musée du cinéma, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Au Centre Wallonie-Bruxelles (CWB), un film dans le cadre de l’exposition Le Continent Belge, 20 ans d’Art BUL (1964-1985) (28 février-29 avril 2018).


 

* À 20h00 : Le Daily Bul, sur les talons d’Achille de Arthur Ghenne (2018).
En sa présence avec Frédérique Martin-Scherrer et Isabelle Maeght.

JPEG - 187.5 ko

 

JPEG - 181.2 ko

 

Le film retourne aux sources du surréalisme en Belgique, retrace les influences qui ont fait l’histoire du Daily-Bul et de la pensée Bul au travers de documents rares et des témoignages de Achille Chavée, André Balthazar, Pol Bury ou Topor. Cette pensée "percole" encore dans le travail de Pierre Alechinsky, Antonio Segui, Philippe Geluck ou Freddy Tougaux.

Centre Wallonie-Bruxelles, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris.


Le Théâtre de Poche Montparnasse, cette saison, a ouvert un ciné-club, et c’est là qu’officie Olivier Barrot (16 octobre 2017-11 juin 2018).

Olivier Barrot a été, à partir de 1976, le fidèle complice de notre ami Raymond Chirat (1922-2015), avec qui il a écrit une grande partie de ses livres importants.
Pour ce qui concerne le cinéma français, il fait partie des grands érudits reconnus.
Il est prudent de réserver.

JPEG - 248.5 ko

 

* À 20h30 : Derrière la façade de Georges Lacombe & Yves Mirande (1939).

JPEG - 139.4 ko

 

Le film est sorti en France en mars 1939. Il a été nommé au Festival de Venise 1939, en août, dans la catégorie Meilleur film étranger, mais, apparemment, il n’a pas obtenu la Coupe Mussolini, instaurée depuis que le festival était devenu compétitif, en 1934.


 

Faites votre programme.

Théâtre de Poche Montparnasse, 5 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris.


À la Maison de la poésie :

* À 19h00 : Georges Didi-Huberman. Aperçues.
Rencontre animée par Marianne Alphant.

Bonne lecture :

* Georges Didi-Huberman, Aperçues, Minuit, 2018.

JPEG - 48.1 ko

 

* À 21h00 : Jean Rouaud. Stances.

Bonne lecture :

* Jean Rouaud, Stances, Des Busclats, 2017.

JPEG - 46.3 ko

 

Maison de la Poésie, passage Moliėre, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.



Samedi 7 avril 2018

 

Au printemps 1918, la Première Guerre mondiale était loin d’être terminée, et même après le 11 novembre 1918, les soldats mirent des mois à pouvoir regagner leurs maisons.

À Ypres, en Belgique, les batailles se sont succédées, à partir de 1915, la dernière, la Bataille de la Lys, dura 20 jours (9-29 avril 2018).
En 1919, 600 000 morts, et il ne restait plus rien. On a vu les images, partout, mais ce n’était que du spectacle. On ne peut même pas imaginer.

JPEG - 195.9 ko

 

Depuis 4 ans, au lieu de faire la guerre comme il y a cent ans, et pour nous forcer à imaginer l’hécatombe, 4000 bénévoles du monde entier ont confectionné 600 000 figurines en argile, pour accompagner l’œuf géant, figure de refuge, de Koen Vanmechelen.

CWRM - Het ei from VzwKunst on Vimeo.

 

Sur le Domaine de Palingbeek, trois hectares, on déambule, on imagine : Coming World Remember Me (30 mars-11 novembre 2018).

JPEG - 241.6 ko

 

PNG - 1.1 Mo

 

Office du tourisme d’Ypres, Halle aux Draps, Grote Markt 34, B - 8900 Ieper.


À Toulouse, aux Abattoirs commencent les nouvelles expositions.

* Eduardo Chillida. La gravedad insistent (6 avril-26 août 2018).

JPEG - 165.9 ko

 

* Gravité zéro (6 avril-7 octobre 2018).

JPEG - 341.2 ko

 

Abattoirs, 76 allées Charles-de-Fitte, 31300 Toulouse.


À Paris, on découvre un nouveau ciné-club, le ciné-club Yda, du Mouvement des citoyens français d’origine vietnamienne (MCFV).

* À 14h00 : La Chouette et le moineau (Cú và chim se sẻde) de Stéphane Gauger (2007).

JPEG - 416.1 ko

 

Dans la foulée, les amoureux du Vietnam notent tout de suite le colloque de l’Inalco, le 9 avril 2018.
Accès gratuit, inscription nécessaire.

Studio Galande 42 rue Galande, 75005 Paris.
Maison de la Recherche de l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), 2 rue de Lille, 75007 Paris.


À Lyon, le Musée des Confluences fête un grand voyageur : Hugo Pratt, lignes d’horizons (7 avril 2018-24 mars 2019).
Pour une fois, Corto Maltese va devoir rester sédentaire un moment.

JPEG - 263.8 ko

 

Musée des Confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 7 au 13 avril 2018.



Vendredi 6 avril 2018

 

Jacques Higelin (1940-2018) est mort tout à l’heure, ce vendredi 6 avril 2018.

Sur France Culture.


 


 


Ce vendredi 6 avril 2018, un an jour pour jour après la disparition de Armand Gatti (1924-2017), ses cendres seront déposées à proximité de celles de Nestor Makhno (1889-1934, comme il l’avait souhaité.

JPEG - 303.5 ko

 

JPEG - 324.3 ko

 

* À 15h15  : Rendez vous devant le crématorium.

JPEG - 85.4 ko

 

À Marseille, des hommages lui seront rendus tout le mois d’avril : au Théâtre de la Cité, à Vidéodrome2,
au Gyptis, à Friche de la Belle de Mai (10-30 avril 2018).

Columbarium du Père-Lachaise, 71 rue des Rondeaux, 75020 Paris.


Les Grands Voisins, 2e saison (avril 2018-juin 2020).

Pour fêter cette renaissance, ils organisent un week-end de portes ouvertes convivial.

JPEG - 465.5 ko

 

L’occasion de découvrir les nouveaux aménagements des cours Robin et Oratoire, la Lingerie toute neuve, la Ressourcerie dans ses nouveaux locaux et les ateliers-boutiques de la Galerie Oratoire fraîchement installés.
Au programme : concerts, Dj sets, fanfares, grand banquet, barbecue, activités bien-être, performances, cours de danse, jeux en extérieur.

JPEG - 390.8 ko

 

Bonne nouvelle : Les Grands Voisins seront à la Biennale d’architecture de Venise 2018 (26 mai-25 novembre 2018). Leur projet sera présenté dans le Pavillon français, avec le 6B, l’Hôtel Pasteur, Le 104, la Convention entre autres, qui proposent tous de nouveaux usages collectifs pour les lieux urbains.

En attendant, faites votre programme du week-end parisien.

Les Grands Voisins, ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74, avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris.


À Paris, le Musée du Jeu de Paume succède au Cinéma du réel de la BPI (23 mars-1er avril 2018), pour compléter une Rétrospective intégrale Shinsuke Ogawa & Ogawa Pro inédite, à ce jour, même IMDB est incomplet (3-28 avril 2018).

JPEG - 195.6 ko

 

Shinsuke Ogawa (1936-1992), cinéaste militant, et le collectif Ogawa Productions (Ogawa Pro, Toshio Iizuka, Shinsuke Ogawa, Yuji Okumura, Haruo Nosaka, Naoki Tadokoro) qu’il fonda en 1968 au milieu des révoltes étudiantes, sont des figures de référence du documentaire de combat japonais.


 

Les trois grandes périodes du travail de Ogawa sont programmées par Ricardo Matos Cabo, en deux temps, par les deux institutions :

* La contestation étudiante des années 60, présentée par le Cinéma du Réel.
On a pu voir, notamment, La Mer de la jeunesse (1966), La Forêt de l’oppression (1977), Rapport sur de la lutte à Haneda (1967).

* Le combat des paysans contre la construction de l’aéroport international de Narita (1968-1977), puis la vie quotidienne des paysans dans les rizières du Nord du Japon (1977-1987), présentés par le Jeu de Paume.

JPEG - 124.2 ko

 

Aujourd’hui :

* À 16h30 : Sanrizuka. La Guerre de trois jours (Sanrizuka : Daisanji kyosei sokuryo soshi toso), 1970.

* À 18h00
 : Sanrizuka. Les Paysans de la Seconde Forteresse (Sanrizuka : Dainitoride no hitobito), 1971.

Bonne lecture :

* Abé Mark Nornes, Forest of Pressure. Ogawa Shinsuke and Postwar Japanese Documentary, Minneaopolis, University of Minnesota Press, 2007.

JPEG - 214.5 ko

 

Sur France Culture.

Cf. aussi :

* "Sur trois films de Shinsuke Ogawa" par Jean Delmas, in Jeune Cinéma n°66, novembre 1972.

* Entretien avec Shinsuke Ogawa, (Festival de Pesaro 1971), ibidem.

Faites votre programme.

Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75001 Paris.


À Lyon, c’est le week-end de Quais du polar (6-8-avril 2018).

JPEG - 212 ko

 

Avec des fenêtres thématiques :

* Mai 68.

* Écologie.

* Centenaire de la paix.

Faites votre programme cinéma.

Institut Lumière, 25 rue du Premier-Film, 69008 Lyon.


À Bologne, la Cineteca offre une cycle de cinéma français : Festival del nuovo cinema francese (6-15 avril 2018).

Ce soir :

* À 20h15 : Au revoir là-haut de Albert Dupontel (2017).


 

* À 22h30 : Au fil d’Ariane de Robert Guédiguian (2014).


 

Faites votre programme.

Cinema Lumière, sala Mastroianni, piazzetta Pier Paolo Pasolini, via Azzo Gardino 65, 40122 Bologna.


À Bruxelles, la Cinematek continue à rendre hommage aux récents disparus.

* À 20h00 : Amour
 
(Szerelem) 
de Károly Makk (1971).

Karoly Makk (1925-2017), l’un des plus grands et des plus ironiques réalisateurs hongrois d’après-guerre, est mort l’année dernière.
Ses films ont souvent été sélectionnés par le Festival de Cannes. Amour avait reçu le Prix du Jury de celui de 1971.

JPEG - 238.8 ko

 

JPEG - 239.7 ko

 

Cinematek, salle Plateau, Baron-Horta straat 9, 1000 Bruxelles.



Jeudi 5 avril 2018

 

Le cinéma La Clef va définitivement fermer, malgré les protestations et les pétitions.
C’est un crève-cœur.

JPEG - 299.8 ko

 

Le mercredi 11 avril 2018, à 20h00, on y va tous pour voir :

* 68, mon pere et les clous de Samuel Bigiaoui (2017).

Pour marquer notre solidarité avec ce merveilleux cinéma.
Mais aussi parce que le film de Samuel Bigiaoui est un petit bijou. C’est le fait du hasard, mais aussi un signe des temps : le film fait écho à cette fermeture.
Que le temps passe, que les temps changent, on le sait. Parfois, c’est bien. Ces temps derniers, c’est mal.


 

Cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, 75005 Paris.


Hors préoccupations politiciennes (le maintien, à tout prix, du capitalisme comme horizon indépassable, ou non), il y a deux grandes perspectives, ici (sur Terre) et maintenant (en ce 21e siècle qui vieillit sensiblement) : la question de l’écologie politique et la question de l’intelligence artificielle, qui, toutes deux, sous-entendent la question de la survie de l’humanité.

JPEG - 253.4 ko

 

JPEG - 358.9 ko

 

Toutes les manières d’aborder ces deux questions capitales nous semblent précieuses, y compris, bien entendu, les voies artistiques. Et pas parce que c’est "tendance" à la machine à café - quelle horreur - mais parce que c’est politiquement nécessaire. Et que, d’une certaine façon, tout gouvernement qui ne les met pas dans ses priorités absolues, ne "prévoit" rien, et se place, de facto, dans l’illégitimité.

JPEG - 466.8 ko

 

Au Grand Palais, s’ouvre l’exposition Artistes et robots (5 avril-9 juillet 2018).


 

Chez Médiapart, on considère que l’exposition est datée et insuffisante.

JPEG - 268.7 ko

 

Mais il faut bien commencer par un bout.
On peut complèter avec France Culture.

JPEG - 200 ko

 

Il faut ensuite persévérer sur le sujet, en prenant conscience que ce qui semblait, il y a encore une décennie, relever de la science-fiction (du cinéma et de la littérature "de genre"), est devenu, désormais, quasiment hyper-réaliste.

Un petit basique revu, qui tient vachement bien la route :

* I, Robot de Alex Proyas (2003).


 

Le film, réalisé au 21e siècle, est basé sur la nouvelle de Isaac Asimov (1920-1992) : Robot Dreams (1986).
Ce qui nous confirme qu’il n’y a plus de temps à perdre.

JPEG - 213.5 ko

 

Bonne lecture :

* Isaac Asimov, Robot Dreams, short story in Robot Dreams, New York, Berkley Books, 1986. Le Robot qui rêvait, traduction de France-Marie Watkins, Paris, J’ai lu, 1988.

JPEG - 184.2 ko

 

Autre bonne lecture :

* Lionel Naccache, Le Nouvel Inconscient. Freud, Christophe Colomb des neurosciences, Paris, Odile Jacob, 2006.

JPEG - 161.1 ko

 

On peut continuer avec ce que disait de l’intelligence artificielle, à la BBC en 2014, Stephen Hawking (1942-2018). À l’en croire, si l’espèce humaine veut survivre (aux fléaux de l’Anthropocène, à la démographie galopante et aux agressions des intelligences supérieures), il faudra des migrations sur une autre planète dans les cent ans qui viennent.

On peut aussi, carrément, prolonger cette réflexion en une rêverie : Et si nous étions, nous-mêmes, des robots très évolués qui auraient buggé, saison 42 des Real Humans, qui, eux, auraient été éliminés il y a très très longtemps ?
Une hypothèse qui renouvelerait les recherches côté Big Bang.
Et qui éclairerait peut-être un peu quelques absurdités des idéologies dominantes : les rationalités trompeuses des chiffres très mariées (et contre nature) avec les terrifiantes pulsions d’empathie, par exemple.

JPEG - 230 ko

 

Grand Palais, 3 avenue du Général-Eisenhower, 75008 Paris.


À Beaubourg, commence le cycle Amir Naderi et le cinéma moderne iranien (5 avril-17 juin 2018).

JPEG - 295.7 ko

 

Une rétrospective intégrale de l’œuvre de Amir Naderi, en sa présence, et dans son environnement originel, avec 20 films de 14 cinéastes iraniens : Abbas Kiarostami, Mohsen Makhmalbaf, Sohrab Shahid Saless, Bahram Beyza’i, Naser Taqva’i… (programmation de Agnès Devictor).

Ce soir :

* À 20h00 : Le Coureur (Davandeh) de Amir Naderi (1985).
Précédé de : Où en êtes-vous, Amir Naderi ? (2018).
En sa présence.


 

Faites votre programme.

Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


On connaît le festival Théâtre en français de Barcelone, né en 2017, qui en était à sa deuxième édition, en février 2018.

La réciprocité s’est imposée.
Paris (et l’Île de France) accueillent le Festival de théâtre d’auteurs catalans, Barcelone en scène, 1ère édition (5-18 avril 2018).

JPEG - 156.1 ko

 

Invités : Josep Maria Miró et Pau Miró, Sergi Belbel, Marc Garcia Coté et Jan Vilanova.

Aujourd’hui :

* À 15h00 : Nid (Niu) de et mis en lecture par Marc Garcia Coté (Studio Hébertot 78bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris).

Demain, vendredi 6 avril 2018, soirée d’ouverture :

* À 20h00 : Buffles, une fable urbaine (Búfals) de Pau Miró.
Mise en scène de Édouard Signolet.
Rencontre à l’issue de la réprésentation à l’équipe de la pièce, son auteur et de sa traductrice, Clarice Plasteig.

JPEG - 156.5 ko

 

JPEG - 217.7 ko

 

Faites votre programme.

Théâtre 13, 30 rue Chevaleret, 75013 Paris.



Mercredi 4 avril 2018

 

Martin Luther King (1929-1968) a été assassiné il y a exactement 50 ans. Il avait 39 ans, il a, aujourd’hui, 89 ans.
Il est né un 15 janvier, et chaque 3e lundi de janvier, le Martin Luther King Day est férié aux États-Unis.
Et depuis, 50 ans, on continue à tirer sur les Afro-Américains comme sur des lapins. Dernière "bavure" en date : Stephon Clark, 22 ans, non armé, huits balles dans le dos, le 18 mars 2018.

L’histoire ne repasse pas les plats ?
Ça dépend des plats.


 


Bon anniversaire à Marguerite Duras (1914-1996), 104 ans aujourd’hui, toujours moderne.

JPEG - 254 ko

 


À Brive, commencent les Rencontres internationales du moyen métrage, 15e édition (3-8 avril 2018).

JPEG - 161.7 ko

 

En 2018 :

* Les débuts de Krzysztof Kieślowski, avec Premier Amour (1974) et Curriculum Vitae (1975).

* Les débuts de Stephen Frears, avec The Burning (1968) et A Day Out (1972).

La compétition 2018.


 

Hier, la cérémonie d’ouverture a eu lieu en présence de Alain Cavalier, avec Léon, le VIe volet de sa série Six Portraits XL

JPEG - 172.2 ko

 

Aujourd’hui, commence la compétition.

* À partir de 14h00 : Heaven is Still Far Away de Ryûsuke Hamaguchi (2016) ; De Madrugada de Inês de Lima Torres (2017) ; Rémy de Guillaume Lillo (2018) ; Cross de Idir Serghine (2018) ; Allons enfants de Stéphane Demoustier (2017) ; Je vous déclare amour de Frédérique Devillez (2018).

* À 21h30, une série : Lipstick on Your Collar de Dennis Potter, épisodes 1 et 2 (1993).


 

Faites votre programme.

Cinéma Rex, 3 boulevard Général-Koenig, 19100 Brive-la-Gaillarde.


À Beaune, au Festival international du film policier, 10e édition, que du beau monde (4-8 avril 2018).

JPEG - 170.3 ko

 

Hommage à David Cronenberg, en présence de Viggo Mortensen, et au jury, Lambert Wilson et Lucas Belvaux.
Comme nul ne l’ignore, le polar, c’est une affaire d’hommes pour les hommes, où les femmes - forcément fatales - doivent rester à leur place. Enfin sauf les polars spécial gonzesses (pas fatales du tout, elles), Agatha Christie ou Donna Leon.
Cette année au moins, pour ses têtes d’affiche, Beaune est dans la tradition.

Ce soir, cérémonie d’ouverture :

* À 19h00 : The Third Murder (Sandome no satsujin) de Hirokazu Kore-eda (2017).


 

Faites votre programme.

Festival de cinéma de Beaune, 6 boulevard Perpreuil, Porte-Marie-de-Bourgogne, 21200 Beaune.


À Paris, à la Fondation Seydoux, commence la Rétrospective Maurice Tourneur (4 avril-1er mai 2018).

* À 14h30 : A Girl’s Folly de Maurice Tourneur (1917).


 

* À 16h00 : Trilby de Maurice Tourneur (1915).


 

Fondation Jérôme-Seydoux-Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris.


À Paris, à l’Entrepôt, le premier mercredi de chaque mois, c’est ciné-club.

Aujourd’hui, un grand classique que nul de devrait ignorer.

* À 20h00 : L’An 01 de Jacques Doillon, Alain Resnais, Jean Rouch, d’après Gébé (1973).


 

L’Entrepôt, 7 rue Francis-de-Pressensé, 75014 Paris.


À Paris, à la BPI, commence le cycle À l’œuvre. Être(s) au travail (4 avril-11 juillet 2018).

JPEG - 224.7 ko

 

Soirée d’ouverture :

* À 20h00 : The Boot Factory de Lech Kowalski (2000).

JPEG - 330.4 ko

 

JPEG - 226.3 ko

 

Faites votre programme.

Centre Pompidou, Bibliothèque publique d’information, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


À Paris le festival du cinéma brésilien, Jangada, 20e édition a commencé hier (3-10 avril 2018).

JPEG - 251.1 ko

 

Ce soir :

* À 19h40 : Arabie de Affonso Uchôa & João Dumans (2017).


 

* À 21h30 : Les Deux Irènes (As Duas Irenes) de Fabio Meira (2017).


 

Faites votre programme fictions, et votre programme documentaires.

Arlequin, 76 rue de Rennes, 75006 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Un cheval nommé éléphant (Un caballo llamado Elefante) de Andrés Waissbluth (2016).

* Candelaria de Jhonny Hendrix Hinestroza (2017).

* À l’heure des souvenirs (The Sense of an Ending) de Ritesh Batra (2017).

* La Mort de Staline (The Death of Stalin) de Armando Iannucci (2017).

* Abracadabra de Pablo Berger (2017).

* Nul homme n’est une île de Dominique Marchais (2017).

* Percujam de Alexandre Messina (2017).

* Des figues en avril de Nadir Dendoune (2017).

* Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot de Gus Van Sant (2018).

* Mademoiselle Paradis (Licht) de Barbara Albert (2017).

Les ressorties en versions restaurées : deux Hercule Poirot de derrière les fagots.

* Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient Express) de Sidney Lumet (1974).

* Mort sur le Nil (Death on the Nile) de John Guillermin (1978).



Mardi 3 avril 2018

 

Aujourd’hui, service minimum, solidarité avec tous les grévistes.

JPEG - 98.7 ko

 

Bonnes lectures :

* Henri Lefebvre, "L’irruption de Nanterre au sommet", L’Homme et la société n°8, 1968, pp. 49-99.

JPEG - 166.6 ko


 

* Henri Lefebvre, Mai 68. L’Irruption, Éditions Syllepse, janvier 1998
préface de René Lourau, postface de René Mouriaux & Pierre Cours-Salies.

JPEG - 154.9 ko

 


À Paris, au Forum des images, Pour Kate Millett (1934-2017), avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Documentaire sur grand écran et le Festival international de films de femmes.

JPEG - 189.9 ko

 

À 19h00 :

* Kate Millett parle de la prostitution avec des féministes de Catherine Lahourcade, Anne-Marie Faure-Fraisse & Syn Guérin (groupe VIDEA, 1975).

* Three Lives de Kate Millett (1971).


 

À 21h30 :

* Hommage de Kate Millett à Simone de Beauvoir de Anne Faisandier (1986).

* Regarde elle a les yeux grand ouverts de Yann Le Masson, Nicolle Grand & le Collectif de Femmes MLAC (1980).

JPEG - 139.6 ko

 

En présence de Jackie Buet, Anne Faisandier, Anne-Marie Faure-Fraisse, Nicole Fernandez Ferrer, Geneviève Fraisse, Syn Guérin, Sophie Keir.

JPEG - 235.3 ko

 

Forum des images, 2 rue du Cinéma, Forum des Halles, 75001 Paris.


À Paris toujours, les ciné-clubs.

Le ciné-club du Centre culturel irlandais (CCI) fête le vingtième anniversaire des accords de paix en Irlande du Nord.
Le 25 septembre 1983, trente-huit prisonniers de l’IRA se sont échappés de la prison de haute sécurité de Maze.

* À 19h30 : Maze de Stephen Burke (2017).


 

Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris.


Le ciné-club de l’ENS.

* À 20h30 : The Five Obstructions (De fem benspænd) de Jørgen Leth & Lars von Trier (2003).


 

ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


À Lyon, c’est la séance des Causeries du IIIe de Sonia Bove & Bernard Chardère.

* À 18h00 : L’INA dans la Région Auvergne-Rhone Alpes.
Conférence de Jérome Gouy.

Les archives de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) sont devenues la plus grande banque d’images en ligne au monde.
Jérome Gouy en dirige la délégation régionale et il a développé des productions interactives dont il montrera les résultats avec des extraits de films.

Mairie du 3ème, salle Eugène-Brouillard, 215 rue Duguesclin, 69003 Lyon.


Et pour conclure, une bonne question, à Paris et partout ailleurs :

* À 18h00 : En quoi la révolution est-elle encore d’actualité ?
Avec Projet d’utopie Bernard Friot et Frédéric Lordon.

JPEG - 231.1 ko

 

Université Paris-1 Tolbiac, Centre Pierre Mendes-France (PMF), Amphi H, 90 rue de Tolbiac, 75013 Paris.



Lundi 2 avril 2018

 

À Bruxelles, des nouvelles de Chine (2-5 avril 2018).
La Cinematek avait organisé une rétrospective intégrale de Wang Bing, en 2014. Elle présente aujourd’hui ses derniers films.

Ce soir :

* À 19h00 : Argent amer (Ku Qian) de Wang Bing (2016).
En présence de Wang Bing avec Elena Pollacchi.


 

Faites votre programme.

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.


À Paris, C’est déjà demain, la séance mensuelle de l’Agence du court métrage, à 20h00, en présence de Laura Tuillier et Alexandre Steiger.

* Vibrato de Sébastien Laudenbach (2017).

* Pourquoi j’ai écrit la Bible de Alexandre Steiger (2017)
(Prix SACD de la meilleure première œuvre de fiction Clermont-Ferrand 2018).


 

* Le vent tourne de Laura Tuillier (2017) ;

* Ato San Nen de Pedro Collantes (2017) ;


 

* Garden Party de Théophile Dufresne, Florian Babikian, Gabriel Grapperon, Lucas Navarro, Vincent Bayoux & Victor Claire (2016).

MK2 Odéon, 7 rue Hautefeuille, 75006 Paris.



Dimanche 1er avril 2018

 

Bon anniversaire à Andrée Tournès (1921-2012).
Six années après sa disparition, elle nous manque encore.

JPEG - 234.5 ko

 


À Sacramento, Calif., on sait maintenant, grâce à l’autopsie, que Stephon Clark, 22 ans, flingué le 18 mars 2018 par des flics qui se sentaient menacés, a, en fait, pris 8 balles dans le dos.

JPEG - 178 ko

 

Il téléphonait dans le jardin de sa grand-mère. Il a mis dix minutes à mourir.

JPEG - 195.1 ko

 

Pas de commentaire de la Maison blanche qui considère que c’est un fait divers d’intérêt local.

Plus ça change et plus c’est pareil.


Depuis la bactérie originelle, les humains ont fait du chemin.

Éternel retour. Vers les origines, mais légèrement transformé ?

JPEG - 161.1 ko

 


À Saint-Gelven, Côtes d’Armor, Julien Salaud a investi la vieille abbaye de Bon-Repos, pour y installer ses Rêves stellaires (1er avril-31 octobre 2018).

JPEG - 261.4 ko

 

Abbaye de Bon Repos, 22570 Bon-Repos sur Blavet (Saint-Gelven).



* Louise Wimmer-édito 2018 * Janvier 2018 * Février 2018 * Mars 2018 * Avril 2018
 




Mai 68, la belle ouvrage (1968-1998)

de Jean-Luc Magneron
publié le mardi 24 avril 2018

par Claudine Castel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 1969

Sortie le mercredi 25 avril 2018

JPEG - 120.5 ko

 

Ciao Ciao (2017)

de Song Chuan
publié le mardi 24 avril 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 25 avril 2018

JPEG - 169 ko

 

Route sauvage (la) (2017)

de Andrew Haigh
publié le mardi 24 avril 2018

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 25 avril 2018

JPEG - 201.8 ko

 

Minamata (1971)

de Noriaki Tsuchimoto
publié le vendredi 20 avril 2018

par Jean Delmas
Jeune Cinéma n°66, novembre 1972

Festival de Pesaro 1972, inédit en France

Cf. aussi le témoignage de Noriaki Tsuchimoto (1928-2008).

JPEG - 102.6 ko

 

Tsuchimoto, Noriaki (1928-2008) (e)

Témoignage à propos de Minamata
publié le vendredi 20 avril 2018

Face aux victimes et aux bourreaux de la pollution
Propos recueillis à propos de Minamata (1971)

Cahiers du Festival de Pesaro, n° 41 (1972)
Traduction de Andrée Tournès
Jeune Cinéma n°66, novembre 1972

Cf. aussi Minamata, le film.

JPEG - 179.2 ko

 

Place publique (2018)

de Agnès Jaoui
publié le mercredi 18 avril 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 18 avril 2018

JPEG - 186.6 ko

 

Notre enfant (2017)

de Diego Lerman
publié le mercredi 18 avril 2018

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 18 avril 2018

JPEG - 150.5 ko

 

Mischka (2001)

de Jean-François Stévenin
publié le mercredi 18 avril 2018

par Sandra Marti
Jeune Cinéma n°275, mai 2002

Sorties les mercredis 20 février 2002 et 18 avril 2018

JPEG - 220 ko

 

Katie Says Goodbye (2016)

de Wayne Roberts
publié le mercredi 18 avril 2018

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 18 avril 2018

JPEG - 118.8 ko

 

Amours d’une blonde (les) (1965)

de Milos Forman
publié le mardi 17 avril 2018

par Jean Delmas (et Milos Forman)
Jeune Cinéma n° 9, octobre 1965

Sélection du Festival de Venise 1965

Sorties les mercredis 15 septembre 1965 et 23 septembre 2009

JPEG - 151.1 ko

Forman, Milos (1932-2018) (e)

Entretien avec Jean Delmas (1964)
publié le dimanche 15 avril 2018

Rencontre avec Milos Forman
à propos de L’As de pique
Jeune Cinéma n° 1, septembre-octobre 1964

Voile d’or du Festival de Locarno 1964

Sortie le lundi 23 novembre 1964

JPEG - 247.7 ko

 

Amour et la Révolution (l’) (2018)

de Yannis Youlountas
publié le mercredi 11 avril 2018

par Sylvie Strobel
Jeune Cinéma en ligne directe

Première projection le dimanche 25 février 2018 à Saint-Étienne

JPEG - 229.2 ko

 

Héroïque Lande (l’) (2018)

de Nicolas Klotz & Elisabeth Perceval
publié le mercredi 11 avril 2018

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 11 avril 2018

JPEG - 155.1 ko

 

Série Noire (1979)

de Alain Corneau
publié le mercredi 11 avril 2018

par Alain Caron
Jeune Cinéma n° 120, été 1979

Sorties les mercredis 25 avril 1979 et 11 avril 2018

JPEG - 230 ko

 

Ogawa, Shinsuke (1936-1992) II (e)

Festival de Pesaro 1972
publié le dimanche 8 avril 2018

Rencontre avec Shinsuke Ogawa (1936-1992)

Extrait du catalogue du Festival de Pesaro 1972
Jeune Cinéma n°66, novembre 1972

JPEG - 215.2 ko

 

Higelin, Jacques (1940-2018)

Une vie, une œuvre
publié le samedi 7 avril 2018

par Lucien Logette
Jeune Cinéma en ligne directe

Je suis mort, qui qui dit mieux ?
Jacques "Crabouif" Higelin (1940-2018)

JPEG - 417.5 ko

 

Des figues en avril (2017)

de Nadir Dendoune
publié le mercredi 4 avril 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 4 avril 2018

JPEG - 217.4 ko

 

Mademoiselle Paradis (2017)

de Barbara Albert
publié le mercredi 4 avril 2018

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 4 avril 2018

JPEG - 277.2 ko

 

Alabama (2000 Light Years) (1969)

de Wim Wenders
publié le dimanche 1er avril 2018

par Lucien Logette
Jeune Cinéma hors série, Wim Wenders, décembre 1989.

Inédit en France (1)

JPEG - 84.9 ko

 

Vent du Nord (2017)

de Walid Mattar
publié le mercredi 28 mars 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 28 mars 2018

JPEG - 285.8 ko

 

Coby (2017)

de Christian Sonderegger
publié le mercredi 28 mars 2018

par Sol O’Brien
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection ACID au festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 28 mars 2018

JPEG - 167.1 ko

 

Destinées d’Asher (les) (2017)

de Matan Yair
publié le mercredi 28 mars 2018

par Gisèle Breteau Skira
Jeune Cinéma n° 385-386, février 2018

Sélection ACID au Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 28 mars 2018

JPEG - 260 ko

 

Rider (the) (2017)

de Chloé Zhao
publié le mercredi 28 mars 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection de la Quinzaine des réalisateurs au Festival ed Cannes 2017

Sortie le mercedi 28 mars 2018

JPEG - 137.1 ko

 

Après la guerre (2017)

de Annarita Zambrano
publié le mercredi 21 mars 2018

par Lucien Logette
Jeune Cinéma n° 381, été 2017

Sélection officielle Un certain regard du Festival de Cannes 2017

Sortie le mercredi 21 mars 2018

JPEG - 91.7 ko

 

Serge Pey et la boîte aux lettres du cimetière (2018)

de Francis Fourcou
publié le mercredi 21 mars 2018

par Sylvie Strobel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 21 mars 2018

JPEG - 184 ko

 

Prière (la) (2017)

de Cédric Kahn
publié le mercredi 21 mars 2018

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma n° 385-386, février 2018

Sortie le mercredi 21 mars 2018

JPEG - 128 ko

 

9 doigts (2017)

de F.-J. Ossang
publié le mercredi 21 mars 2018

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n° 385-386, février 2018

Sortie le mercredi 21 mars 2018

JPEG - 117.6 ko

 

Un Juif pour l’exemple (2016)

de Jacob Berger
publié le mercredi 14 mars 2018

par Sylvie Strobel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 14 mars 2018

JPEG - 153.4 ko

 

Mon vingtième siècle (1989)

de Ildiko Enyedi
publié le mercredi 14 mars 2018

par Maurice Pelinq
Jeune Cinéma n° 196, été 1989

Sélection officielle Un certain regard du Festival de Cannes 1989.
Caméra d’or 1989.

Sorties les mercredis 10 février 1990 et 14 mars 2018

JPEG - 127.2 ko

 

America (2017)

de Claus Drexel
publié le mercredi 14 mars 2018

par Claudine Castel
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 14 mars 2018

JPEG - 221.5 ko

 

Revue Jeune Cinéma - Contacts