home > Personnalités > Roussos, Demis (1946-2015)
Roussos, Demis (1946-2015)
Brève
publié le vendredi 24 juillet 2015

Jeune Cinéma en ligne directe

Journal de Old Gringo (Lundi 26 janvier 2015)

JPEG - 198.8 ko

 


Lundi 26 janvier 2015

 

Mort de Demis Roussos (1946-2015)

Les vieux soixant-huitards se souviennent de lui et des Aphrodite’s Child, en mai 1968, sur France Inter. Sur les transistors, le tube hyper-sentimental Rain and Tears (musique de Vangelis, paroles de Boris Bergman) rythmait, en contrepoint paradoxal, les nouvelles hyper-guerrières de la rue.

Et puis, les sus-dits vieux ont cessé de pratiquer le slow pour emballer, et l’ont un peu perdu de vue et d’ouie, le Demis.

En 1975, on l’a signalé chez Derrick.
En 1982, non crédité, il chantait Tales of the future, dans Blade Runner de Ridley Scott.
En 2012, Il faisait l’acteur dans Tu honoreras ton père et ta mère de Brigitte Rouan. Il y jouait un pope très crédible, lui qui avait commencé la musique, tout enfant, dans sa communauté orthodoxe.

JPEG - 83.2 ko

 

Pendant la dictature des colonels (1967-1974), Demis ne pensait qu’à la musique et engageait une carrière internationale.
Le soir où Syriza gagne, en 2015, Demis s’éclipse.

Mais nous sommes injustes.

À Bratislava, en 2006, les vieilles dames essuyaient une larme dans la salle, quand il reprenait son premier tube, remis à neuf. Après tout, les slows, ça sert aux deux bouts de la vie, à la drague puis à la nostalgie.

Il fut finalement un crooner pacifique, qui croyait en l’amour et ne désespérait pas du genre humain, même dans les années 80, ce qui est à son crédit.



Revue Jeune Cinéma - Contacts