home > Films > Woodstock (1970)
Woodstock (1970)
de Michael Wadleigh
publié le samedi 17 août 2019

par André Tournès
Jeune Cinéma n°52, février 1971

Oscar 1971 du Meilleur documentaire

Sortie le mercredi 17 juin 1970

JPEG - 475.8 ko

 


* Extrait de l’article général "Jeunesse américaine au tournant des années 1970".

[...]
En marge de ces films contestataires, il faut évidemment considérer tous les films sur les festivals pop. (1) Mais, en fait, ils constituent plutôt des documents sur les musiciens pop et leurs amateurs que sur les rassemblements de la jeunesse et leurs nombreux autres prétextes.

JPEG - 202.2 ko

 

JPEG - 224.9 ko

 

JPEG - 549.9 ko

 

Le dernier, le plus spectaculaire, Woodstock, prétend donner une image du "monde d’amour et de paix" que constitue l’événement du festival de Woodstock, en août 1969.
En fait, le film, produit par la Warner, qui avait d’avance trusté tous les droits de le filmer, réduit les hippies à des clichés rassurants : indouisme vague, nudisme, haschich inoffensif, et fait la part belle à la bienfaisance des organisateurs renonçant à toucher leur part de bénéfices.

JPEG - 282.8 ko

 

JPEG - 227 ko

 

JPEG - 475.5 ko

 

Qu’il y ait eu des morts à Woodstock, qu’il y ait eu un mauvais et un bon usage de la drogue, que toute chance ait été refusée aux radicaux de parler des emprisonnés du procès de Chicago (2) et de la guerre du Vietnam, que Pete Townshend, chanteur du complexe Les Who, ait assommé Abbie Hoffman qui avait pris le micro pour parler de John Sinclair, membre blanc des Panthers, tout cela est escamoté au bénéfice d’une entente paradisiaque entre jeunes venus écouter de la musique, flics tout étonnés de leur calme et habitants prêts à tolérer jusqu’aux cheveux longs.

JPEG - 176 ko

 

JPEG - 292.3 ko

 

Au lieu de présenter toutes les contradictions suscitées par un événement aussi important ce festival historique, et de les offrir à la réflexion, le film le propose comme une alternative non violente à des mouvements comme celui de Chicago et fait du slogan de la désobéissance civile "Make Love not War", l’argument paresseux du laisser-faire.

JPEG - 525.9 ko

 

JPEG - 496 ko

 

André Tournès
Jeune Cinéma n°52, février 1971

1. Cf. aussi les films de D.A. Pennebaker (1925-2019) in Jeune Cinéma n°263, été 2000 : Bernard Nave, "Donn Alan Pennebaker ou l’art de filmer le rock" et l’entretien.

2. Chicago 1968.


Woodstock. Réal : Michael Wadleigh ; ph : M.W., Malcolm Hart, Don Lenzer, Michael Margetts, David Myers, Richard Pearce, Alfred Wertheimer ; mont : M.W., Jere Huggins, Thelma Schoonmaker, Martin Scorsese, Stanley Warnow, Yeu-Bun Yee. Int : Richie Havens, Joan Baez, The Who, Sha-Na-Na, Joe Cocker, Country Joe and the Fish, Arlo Guthrie, Crosby Stills & Nash, Ten Years After, John Sebastian, Santana, Sly and the Family Stone, Canned Heat, Bob Davis, Jimi Hendrix (USA, 1970, 184 mn). Documentaire.



Revue Jeune Cinéma - Contacts