home > Films > Frankie (2019)
Frankie (2019)
de Ira Sachs
publié le mercredi 28 août 2019

par Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n°395, été 2019

Sélection officielle en compétition au Festival de Cannes 2019

Sortie le mercredi 28 août 2019

JPEG - 263.9 ko

 


Cette coproduction franco-lusitanienne réalisée par le Louisianais Ira Sachs, majoritairement dialoguée dans la langue de Chuck Berry est une réflexion mélancolique à la manière de Virginia Woolf. Située en bord de mer comme To the Lighthouse (1), cette réunion d’une famille éclatée relève d’une pièce de théâtre avec unité de lieu (Sintra), de temps (vingt-quatre heures de la vie d’une femme incarnée par Isabelle Huppert) et d’action (en attendant la disparition de la matriarche).

JPEG - 433.2 ko

 

Sur un scénario aussi ténu en termes de rebondissements, le réalisateur parvient à captiver son monde - du moins celui disposé à le suivre dans ses divagations et ses labyrinthes, de l’aube au coucher du soleil. Malgré l’aspect dramaturgique d’un tel récit, la mise en scène est bel et bien cinématographique.

JPEG - 353.1 ko

 

JPEG - 368.9 ko

 

D’une part, la protagoniste est une star, dont l’entourage protège la vie privée. De l’autre, Sintra est magnifiée par les prises de vue impressionnistes, évanescentes, quasiment turneriennes du chef opérateur Rui Poças.

JPEG - 341 ko

 

Avec une économie de dialogues, Ira Sachs joue sur le sous-entendu, le non-dit, l’entr’aperçu des rancœurs passées et des plaies laissées à vif.

JPEG - 377.7 ko

 

La distribution est luxueuse, qui bénéficie du concours d’une multinationale de comédiens chevronnés. Naturellement, c’est sur le nom de Isabelle Huppert que le film a pu être produit et sélectionné.
Son jeu est en accord avec l’option minimaliste de la mise en scène : fait de presque rien, de photogénie pure, d’une présence-absence rappelant sa performance dans La Dentellière (2).
Un des tout derniers plans sur son visage, lorsqu’elle comprend enfin que la vie continuera sans elle, fait songer à l’art des plus grandes actrices du muet.

Nicole Gabriel
Jeune Cinéma n°395, été 2019

1. Virginia Woolf, To the Lighthouse, Londres, Hogarth Press, 1925. La Promenade au phare, traduction de Maurice Lanoire, Paris, Stock, 1929.

2. La Dentellière de Claude Goretta (1977).
Cf. aussi Claude Goretta (1929-2019) au travail (sur son film L’Invitation (1973).


Frankie. Réal, sc : Ira Sachs ; sc : Mauricio Zacharias ; ph : Rui Poças ; mont : Sophie Reine ; mu : Dickon Hinchliffe. Int : Isabelle Huppert, Greg Kinnear, Marisa Tomei, Jérémie Renier, Brendan Gleeson, Pascal Greggory, Vinette Robinson (France-USA, 2019, 98 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts