home > Films > Debout les femmes ! (2020)
Debout les femmes ! (2020)
de Gilles Perret & François Ruffin
publié le mercredi 13 octobre 2021

par Anne Vignaux-Laurent
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 13 octobre 2021

JPEG - 448.2 ko

 


Tout le monde sait ce que sont les "premiers de cordée" - pas ceux de Roger Frison-Roche, mais ceux d’un président frais dans le métier, fervent de la sacrée croissance -, tout autant que "ceux qui ne sont rien". Depuis la pandémie de covid-19, on sait aussi ce que sont les métiers "en première ligne". Mais personne ne savait ce qu’étaient les "métiers du lien". (1)

JPEG - 367.9 ko

 

JPEG - 253.3 ko

 

Le nouveau film de Gilles Perret & François Ruffin nous éclaire. Donc les métiers du lien, ce sont tous les métiers "bas de gamme" qui servent à faire tenir le tissu social, les soignants, les auxiliaires de vie, les aides à la personne, les animateurs pour handicapés, etc. La dénomination est apparue dans un dossier législatif dont les rapporteurs étaient François Ruffin (la France insoumise) et Bruno Bonnell (LERM). (2) Une mission parlementaire, au moins quand elle est faite avec conviction, c’est comme une enquête de polar, à la fin, vérités et mensonges, apparences et réalités doivent se désentortiller.

JPEG - 252.4 ko

 

JPEG - 318.5 ko

 

JPEG - 256.3 ko

 

Pour François Ruffin, politique et cinéaste (2), la tentation était grande d’amplifier l’austère étude de terrain en road movie vivant avec images, tout autant que de prolonger son travail avec le documentariste militant Gilles Perret. Le tournage de leur film précédent, J’veux du soleil (2018), sur l’épopée des gilets jaunes, n’avait duré que 6 jours, comme une sorte de galop d’essai. Pour bien faire le travail de rapporteur, et pour le faire connaître, il fallait examiner plus attentivement le quotidien de ces salariés à la limite de la misère, et le tournage de Debout les femmes ! s’est étalé sur une longue période, de décembre 2019 à l’été 2020. Le titre provisoire du documentaire a longtemps été Les premières de cordée contre-attaquent, témoignant de l’ironie essentielle des deux compères, tout particulièrement face aux contradictions aveuglantes des proclamations gouvernementales et des faits têtus.

JPEG - 300.7 ko

 

Cette fois, pas de déclaration à l’emporte-pièce, comme dans Merci, patron, (3) mais une approche précise de ces travailleuses de l’ombre, sans salaire minimum, ni limitation du temps de travail, donc sans reconnaissance sociale. Pas de pathos non plus, c’était inutile, tant les situations sont parlantes. On est forcément touché par ces anonymes peu habituées à prendre la parole.

JPEG - 323.6 ko

 

Le film s’achève par une séquence de rêve, toutes les travailleuses réunies à l’Assemblée et entonnant le chant du MLF des années 70 (qui donne au film, son titre définitif).

JPEG - 293.7 ko

 

JPEG - 414.5 ko

 

JPEG - 377.1 ko

 

JPEG - 302.3 ko

Ce n’est pas vraiment un film militant, mais un film descriptif qui dénude deux évidences toujours masquées ou déniées : les pauvres sont mystifiés et abandonnés, et le pouvoir n’est pas à l’Assemblée. Dommage que ce "road trip parlementaire" manque un peu d’ampleur, le sujet méritait probablement plus et mieux, peut-être une vision à la Frederick Wiseman. (4)

Anne Vignaux-Laurent
Jeune Cinéma en ligne directe

1. Il y a une quinzaine d’années, le mot anglais care est apparu en français courant. La notion recouvrait à la fois la vieille définition de la "reproduction de la force de travail" - ce travail non payé des femmes à la maison, et les objectifs américains des ONG accompagnant le Plan Marshall d’après guerre. Le mot care peut définir toutes les activités humaines s’attaquant à la pauvreté et à la faiblesse. La notion quasi juridique des "métiers du lien" succède à celle, politique, du care, en la professionnalisant. Cf. notamment François Ruffin, Leur folie, nos vies. La bataille de l’après, Paris, Les liens qui libèrent, 2020.

2. Rapport d’information déposé par la Commission des affaires économiques sur "les métiers du lien".

3. Debout les femmes ! est le 3e film de François Ruffin. Son premier film, réalisé seul, Merci Patron ! (2016) a reçu le César du meilleur film documentaire en 2017.
Gilles Perret a réalisé une vingtaine de documentaires depuis 1999, donc ses deux dernier avec François Ruffin.

4. Cf. par exemple à propos de Frederick Wiseman, Monrovia, Indiana (2018), Jeune Cinéma en ligne directe.


Debout les femmes !. Réal : Gilles Perret & François Ruffin ; ph : Gilles Perret ; mont : Cécile Dubois ; mu : Alexandre Lecluyse & Léon Rousseau. Int : François Ruffin, Bruno Bonnell (France, 2020, 85 mn). Documentaire.



Revue Jeune Cinéma - Contacts