Semaine du 13 au 19 juin 2015
publié le samedi 13 juin 2015

Samedi 13 juin 2015

20.40 : L’Indésirable M. Donovan d’Alfred E. Green (1949), OCS Géants
Pas vu, mais c’est signé par un cinéaste très intéressant et trop méconnu, interprété par William Bendix, une caution, et scénarisé par l’excellent écrivain Jerome Odlum. Alors, on va voir.

20.40 : La Rivière de nos amours d’André De Toth (1955), TCM
On croyait à tort l’avoir déjà recommandé. Le plus beau western du quatrième borgne d’Hollywood. Certes, il y a aussi La Chevauchée des bannis, mais Elsa Martinelli n’y est pas !

20.45 : Avant le gel de Charles Martin (2012), 13e Rue
Wallander, saison 3, épisode 3 et dernier, hélas, puisque la saison 4 n’est encore que sur les rails du tournage.

22.25 : Le Cousin Jules de Dominique Benichetti (1972), Ciné+Classic
Le film ressuscite après plus de quarante ans d’oubli. Documentaire sur un vieux couple de paysans, avec Pierre-William Glenn à la photo, ce qui est un label.

22.50 : Clara et moi d’Arnaud Viard (2004), Ciné+Émotion
Le film mérite d’être sur cette chaîne. Mais pas de sensiblerie, l’émotion qu’il fabrique est de belle qualité et le duo Julien Boisselier - Julie Gayet très juste.

Dimanche 14 juin 2015

20.40 : Hors d’atteinte de Steven Soderbergh (1998), TCM
L’auteur est capable de tout réussir, le polar, la SF, le film d’avant-garde, le blockbuster. C’est son premier film avec Clooney, et il y en aura bien d’autres.

20.45 : Lord of War d’Alex Niccol (2005), Arte
Pour une fois, Niccol abandonne la science-fiction mais réussit son coup tout de même. Nicolas Cage en empereur du trafic d’armes est remarquable, sans vouloir en faire trop, comme il peut lui arriver souvent.

20.45 : La Princesse de Clèves de Jean Delannoy (1961), Ciné+Classic
Ça va faire rire, mais si on commençait à réhabiliter Delannoy ? En commençant par cette dame dont se moquait un ex-président.

23.30 : Les Infidèles de Steno & Mario Monicelli (1953), Ciné+Classic
Entre deux films pour Toto, les compères ont tourné celui-ci, avec Lollobrigida, en pleine forme.

00.25 : Pandora d’Albert Lewin (1951), France 3
On l’a vu dix fois, pourquoi pas une onzième ? Le mystère d’Ava et de son Hollandais volant restera intact.

Lundi 15 juin 2015

20.40 : Le Cheikh blanc de Federico Fellini (1952), OCS Géants
Le premier film du Maestro, à l’époque où il ne se considérait pas encore comme un maestro. Drôle et caustique.

20.40 : Fool for Love de Robert Altman (1985), Paramount Channel
Un Altman négligé, rarement repris, sur un scénario de Sam Shepard (qui interprète le rôle principal). Un Altman, on ne le laisse jamais passer sans le voir.

00.50 : Le Poison de Billy Wilder (1945), Arte
Le souvenir qu’on en garde est un peu méfiant, le numéro d’alcoolique de Ray Milland nous semblait trop fait pour décrocher un Oscar. À revoir cependant, car Wilder ne nous a jamais déçu.

20.45 : Michael Kohlhaas d’Arnaud des Pallières (2013), Ciné+Club
Le film a été fraîchement accueilli à Cannes. C’est pourtant une adaptation puissante de Kleist et Mads Mikkelsen y est magnifique.

20.45 : Les Croix de bois de Raymond Bernard (1931), Ciné+Classic
Même si ce n’est pas l’extraordinaire version 4K que Pathé vient d’éditer en DVD, le film est suffisamment costaud, même en copie imparfaite, pour mériter d’être revu, en attendant la 4K.

22.15 : Irène d’Ivan Calbérac (2001), Ciné+Famiz
Le premier vrai rôle de Cécile de France, déjà elle-même. Le réalisateur ne tourne plus que pour la télévision, mais ce premier film était fort agréable.

22.30 : Oslo, 31 août de Joachim Trier (2011), Arte
Très belle adaptation norvégienne du Feu follet de Drieu. À savourer, en attendant de déchanter avec son récent Louder Than Bombs, qui sortira bientôt (cf. Jeune Cinéma papier, n°366, été 2015, spécial Cannes, à paraître).

Mardi 16 juin 2015

20.40 : L’Espion qui venait du froid de Martin Ritt (1966), TCM
La critique reprocha jadis au film d’être froid, sans âme. En réalité, c’est une adaptation très juste du roman de John Le Carré, tout à fait conforme à l’ambiance de l’écrivain. Et on n’a pas beaucopup d’occasion de retrouver Claire Bloom.

22.15 : Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick (1999), OCS Max
La soirée étant particulièrement creuse en découvertes, on peut offrir une seconde chance à ce chef-d’œuvre en toc.

Mercredi 17 juin 2015

20.40 : Incendies de Denis Villeneuve (2010), OCS City
Soirée libanaise (voir le film suivant). Le cinéaste est québecois mais il a su filmer ce retour familial en Méditerranée de façon très sensible.

20.45 : The Lebanese Rocket Society de Joana Hadjithomas & Khalil Joreige (2012), Ciné+Club
Documentaire pas vu, mais on peut faire confiance au tandem des réalisateurs libanais, toujours pertinents.

23.00 : Les films interdits du IIIe Reich de Felix Moeller (2013), Arte
Pas vu, mais le sujet - les films de propagande nazie entre 1933 et 1945 - est passionnant.

Jeudi 18 juin 2015

20.40 : Cette sacrée gamine de Michel Boisrond (1956), OCS Géants
Après Delannoy, pourquoi pas Boisrond ? Il a su mettre en valeur la partie "innocente" de Bardot, bien mieux que Vadim. Ce film est charmant - on aimerait bien revoir Une Parisienne, du même Boisrond.

20.45 : Ordet de Carl T. Dreyer (1955), Ciné+Classic
Certes, on ne sourit pas beaucoup devant les films de Dreyer, mais on ne peut que s’incliner.

22.35 : Honkytonk Man de Clint Eastwood (1982), TCM
C’est à cause de films comme celui-ci que l’on pardonne tant de choses à son auteur. Pour les amateurs de Hank Williams et du Nashville sound, mais pas seulement.

23.55 : Santo et Blue Demon contre Dracula et le loup-garou de Miguel M. Delgado (1973), Arte
Arte s’encanaille. Pour ceux, nombreux, qui n’ont jamais vibré aux aventures du catcheur le plus célèbre du continent sud-américain, avec son masque d’argent et sa cinquantaine de films, tous nuls (on a une préférence pour celui où il affronte les Martiens).

Vendredi 19 juin 2015

20.40 : Les Aventures de Till l’Espiègle de Gérard Philipe & Joris Ivens (1955), OCS Géants
Le film est très mal aimé, car on l’a jugé à l’aune de Fanfan-la-Tulipe. Mais c’est loin d’être le désastre que les histoires du cinéma colportent. Il y a du mouvement, une peinture réussie de la Flandre du XVIe siècle et le roman de Charles de Coster n’est pas trahi.

20.40 : La Guerre des mondes de Byron Haskin (1953), TCM
Certes, côté effets spéciaux, ça ne vaut pas Spielberg. Mais il y une grande fraîcheur dans cette science-fiction des années 50, Wells est respecté et Haskin est un réalisateur qui a toujours bien fait ce qu’on lui disait de faire.

20.45 : Lovers d’Isabel Coixet (2008), Ciné+Émotion
Le film est inédit. Sa réalisatrice a signé quelques jolis films tristes, et ici, il y a Penélope Cruz et Dennis Hopper.

Revue Jeune Cinéma - Contacts