home > Thématiques > Société(s) > Massacres à Paris (17 octobre 1961)
Massacres à Paris (17 octobre 1961)
Brèves et filmographie
publié le samedi 17 octobre 2020

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Hushpuppy 2016 (lundi 17 octobre 2016).
Journal de Abla 2020 (samedi 17 octobre 2020.

Des massacres à Paris, il y en a eu beaucoup dans l’histoire.
Mardi 17 octobre 1961 : Massacre des Algériens à Paris.

Cf. Filmographie infra.

JPEG - 214.5 ko

 


Samedi 17 octobre 2020

 

Le 5 octobre 1961, à Paris, est établi un couvre-feu spécial pour les Nord-Africains, ce couvre-feu ciblé est discriminatoire, raciste, anticonstitutionnel, dénoncé par la gauche et le centre. Papon le sait, qui présente le couvre-feu en euphémisme : "Il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s’abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne, et plus particulièrement entre 20h30 et 5h30 du matin."

Le 17 octobre 1961, à partir de 17h00, commence une manifestation pacifique, préparée en secret, hommes, femmes et enfants en habits du dimanche, silencieux et scrupuleusement désarmés, venus des bidonvilles des banlieues, défilent dans les grandes artères de la capitale, pour appeler au boycott.

Les cars et autobus de la police déboulent, rafflent les manifestants, les parquent au Parc des expositions, au stade Pierre-de-Coubertin, au Palais des sports. Forcément, il y a quelques blessés, dans les stades, dans les cars, dans les commissariats. Les sévices durent jusqu’au jusqu’au 20 octobre 2020, le Palais des sports devant être libéré pour accueillir Ray Charles.

Ray Charles au Palais des sports à Paris le 22 octobre 1961, c’est un beau concert.

Ce n’est que plus tard, quand on trouvera les cadavres flottant dans la Seine, qu’on soupçonnera qu’il y a eu un massacre, puis qu’on le dénoncera.

On rend hommage aux photographes qui ont témoigné : Élie Kagan (1928-1999) et Georges Azenstarck (1934-2020), qui vient de mourir le 2 septembre 2020

Aujourd’hui, la Ligue des droits de l’Homme appelle à un rassemblement, à 18h00 au Pont Saint-Michel à Paris, où a été apposée une plaque.

La vieille ARAC, l’Association républicaine des anciens combattants, des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix, fondée en 1917, notamment par Henri Barbusse et Boris Souvarine, ça ne lui suffit pas, une plaque.

Elle demande la reconnaissance du crime par l’État.
En 2021, ça fera 60 ans, il serait temps.

Sur France Culture.

Bonnes lectures :

* Élie Kagan, Jean-Luc Einaudi & Thérèse Blondet-Bisch, 17 octobre 1961, Arles, Actes Sud, 2002.

JPEG - 68.3 ko

 

* Georges Azenstarck & Gérard Mordillat, Les Rudiments du monde, Paris, Eden, 2002.

JPEG - 219.5 ko

 



Lundi 17 octobre 2016

 

JPEG - 120.1 ko

 

* 17 octobre 1961 : Une manif contre le couvre-feu imposé aux seuls Algériens est réprimée. 3 morts. Circulez, y a rien à voir.

JPEG - 76.7 ko

 

Pourtant, c’est la "ratonnade" du siècle.
Ce jour-là et les jours suivants, des centaines d’Algériens sont massacrés et torturés à Paris alors qu’ils manifestaient dans la paix et le silence.
 

JPEG - 175.3 ko

 

* 17 octobre 1991 : Petite rectification, "au moins 200 victimes".
 

* 17 octobre 2001 : On commémore.
On pose une plaque, Quai Saint-Michel.

JPEG - 375.2 ko

 

* 17 octobre 2011 : Du nouveau dans Le Monde Diplomatique de novembre 2011.

* 17 octobre 2012 : le Président de la République déclare que "le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes."

Des crimes d’État ? Où ça, des crimes d’État ?

JPEG - 253.1 ko

 

* 17 octobre 2016 : 55 ans ans plus tard, la France n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans ses guerres coloniales. Aujourd’hui, la Guerre d’Algérie.

À 18h00 : Rendez-vous au Pont Saint-Michel.
Pour demander que que la création d’un lieu de mémoire, voté par le Sénat en octobre 2012, soit enfin mise en œuvre, et que les archives soient ouvertes afin que les chercheurs (et tous les citoyens) y aient accès.

No Justice no Peace ;
Les grands chefs de la planète, même illégitimes ou stupides (ce qui arrive), devraient faire un effort pour comprendre - et prendre en considération - ce slogan, le plus simple et le plus juste. C’est leur intérêt.
 



Filmographie

 

Les films qui témoignent de cet épisode post-colonial (documentaires, fictions, webdocs, longs, courts), et qui figurent dans notre Filmographie Guerre d’Algérie.

* Octobre à Paris de Jacques Panijel (1961).

* La Guerre d’Algérie de Yves Courrière & Philippe Monnier (1972)

* Mémoires en blanc de Denis Lévy (1981). Catalogue du Forum des Images de Paris.

* Les Sacrifiés de Okacha Touita (1982).

* Meutres pour mémoire de Laurent Heynemann (1984).

* Le Silence du fleuve de Agnès Denis & Mehdi Lallaoui (1991). Catalogue du Forum des Images de Paris.

* Une journée portée disparue de Philip Brooks & Allan Hayling (1992).

* Douce France. La Saga du mouvement beur des années 80 de Mogniss Abdallah & Ken Fero (1993).

* Mémoires d’immigrés de Yamina Benguigui (1997). Épisode 1, "Les Pères".

* Vivre au paradis de Bourlem Guerdjou (1999).

* Enfants d’octobre de Ali Akika (2000).

* 17 octobre 1961, retour de mémoire de Virginie Delahautemaison (2001).

* Dissimulation d’un massacre de Daniel Kupferstein (2001).

17 octobre 1961. Dissimulation d'un massacre from Daniel Kupferstein on Vimeo.

* Une guerre sans nom dans Paris, une nuit d’octobre 1961 de Aude Touly (2001).

* Mémoires du 17 octobre 1961 de Faïza Guène & Bernard Richard (2002).

* Témoignages d’octobre de Sébastien Pascot (2002)

* Nuit noire de Alain Tasma (2005).

* Caché de Michael Haneke (2005).

* Les Oubliés de 61 de Aude Touly (2006).

* Hors la loi de Rachid Bouchareb (2010).

* Musulmans de France de Karim Miské & Mohamed Joseph (2010). Épisode 2, Immigrés.

* Ici on noie les Algériens de Yasmina Adi (2010).

* Octobre noir, Malek, Saïd, Karim et les autres... de Aurel & Florence Corre (2011).

* 17.10.61 du Collectif Raspouteam (2011).

* La Nuit oubliée - 17 octobre 1961 de Thomas Salva & Olivier Lambert (2011).

* L’Ordre français : 17 octobre 1961 de Jean-Jacques Beryl (2013).

* Jour de pluie de Jhon Rachid (2017).

Bonne référence : Le Musée de l’immigration, et sa médiathèque Abdelmalek-Sayad



Revue Jeune Cinéma - Contacts