home > Personnalités > Rosi, Francesco (1922-2015)
Rosi, Francesco (1922-2015)
Brève
publié le samedi 25 juillet 2015

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Old Gringo (Dimanche 11 janvier 2015)

JPEG - 192.6 ko

 


Dimanche 11 janvier 2015

 

Mort de Francesco Rosi (1922-2015)

Francesco Rosi (1922-2015), nous l’avons tant aimé.

Salvatore Giuliano, (1961), Main basse sur la ville, (1963), L’Affaire Mattei, (1971), Cadavres exquis, (1975), font partie intégrante de notre culture politique.

Et Les Hommes contre, donc, un des rares films sur la désertion, en 1917 (avec Les Sentiers de la gloire ou Pour l’exemple, notamment), qui fut présenté au festival de Venise 1970 et y fut contesté. Cf. [la conférence de presse donnée par un Rosi, très politique.

Signalons qu’on peut voir, ou revoir, Uomini contro (1970) sur Internet, en VO sous-titrée.
1ère partie et 2e partie.

C’était un autre temps, moins œcuménique, où le premier travail était de dénoncer les turpitudes du système, avec le secret espoir que l’art avait son mot à dire.
Le cinéma politique italien triomphait alors sur nos écrans et dans nos cœurs.

Et puis, il y a eu un reflux, partout en Europe. Depuis plusieurs siècles, ça s’appelle la "réaction". Godard, dans un de ses premiers films, faisait dire à une minette : "C’est bien la réaction ! c’est bien de réagir !". Ironique prémonition de 2015.

Le dernier film de Rosi La Trêve (1997), d’après Primo Levi, est reçu très froidement, sauf par Jeune Cinéma.
Comme si il y avait des sujets qui se démodaient.
D’ailleurs, pourquoi "comme si" ? Hélas.

La tregua, film mal aimé.


 

Rosi a reçu, quand même, en 2008 l’Ours d’or d’honneur de la Berlinale pour l’ensemble de sa carrière. En en 2012, à la Mostra de Venise, le Lion d’or d’honneur.
À 80 ans, en 2002, il avait aussi été consacré docteur honoris causa à la Sorbonne.



Revue Jeune Cinéma - Contacts