home > Au fil du temps > Salut les câblés ! > Salut les câblés ! (2021) > Semaine télé du 10 au 16 juillet 2021
Semaine télé du 10 au 16 juillet 2021
Salut les câblés !
publié le samedi 10 juillet 2021

Jeune Cinéma en ligne directe

JPEG - 297.9 ko

 

The Souvenir : Part II de Joanna Hogg (2021)

Humeurs de Lucien Logette


 

Samedi 10 juillet 2021

 

20.40 : Les Disparus de St-Agil de Christian-Jaque (1938), OCS Géants
Ce n’est pas très neuf, mais c’est la seule chaîne OCS qui échappe aux séries ce soir. Cf. note du 27 novembre 2016.

20.50 : Rocco et ses frères de Luchino Visconti (1960), Classic
Puisque tous les films du programme de Ciné+ sont des reprises, autant choisir la meilleure, qui ne passe d’ailleurs pas si souvent que ça.

23.00 : Ciel d’octobre de Joe Johnston (1999), TCM
Inédit et rare - apparemment, pas de sortie depuis janvier 2000 et pas de DVD. Johnston avait déjà réalisé (et réussi) un film sur un homme volant, Rocketeer (1991). Ici, c’est l’histoire d’un homme qui voit passer le premier Spoutnik (nous sommes en 1957), rêve de voler et construit des fusées, histoire annoncée comme réelle. Jake Gyllenhaal est tout jeune, Chris Cooper un peu moins et Laura Dern achève joliment une décennie commencée avec Sailor et Lula (1990).

00.20 : Donbass de Sergei Loznitsa (2018), OCS City
Un peu tardif et c’est dommage, car il s’agit d’un film remarquable, suite de saynètes plus sinistres les unes que les autres sur la situation au Donbass. Fiction sous une apparence documentaire, on frémit parfois. En tout cas, dernière fiction tournée par le grand documentariste ukrainien.

 

Dimanche 11 juillet 2021

 

20.40 : Soirée Terrence Malick, OCS City
Pas d’inédits, tous les films du cinéaste ayant déjà été programmés, mais le paysage alentour, tous bouquets confondus, est si peu alléchant que l’on est prêt à reprendre une gorgée de métaphysique avec The Tree of Life (2011), sur lequel on avait fait l’impasse le 15 décembre 2017, tant le souvenir cannois qu’on en garde reste pénible, malgré Brad Pitt et Jessica Chastain.bien plus satisfaisant, à 22.55 Une vie cachée (2019). Cf. note du 5 septembre 2020.

22.40 : Nightmare Island de Jeff Wadlow (2020), OCS Choc
Inédit. Mais aurait peut-être pu le rester - on s’est gardé de le voir, à cause des précédents Wadlow, Kick-Ass 2 (2013) ou Action ou Vérité (2018), de peu d’intérêt malgré leur succès. Comme ce dernier (en VO, Fantasy Island, ce qui n’est pas tout à fait la même chose) a récolté 368 682 spectateurs, il a dû en réjouir quelques-uns tout de même. On peut essayer.

 

Lundi 12 juillet 2021

 

20.40 : Entre les lignes de Joan Micklin Silver (1977), OCS Géants
Inédit complet, car présenté une unique fois au dernier Festival Lumière de Lyon, en octobre 2020, deux mois avant que la réalisatrice ne disparaisse. Hester Street (1975) avait été une découverte (Grand prix à Mannheim), Silver se partagea ensuite entre grand et petit écran, les téléfilms étant plus nombreux. Between the Lines, son deuxième titre, est très intéressant et, sorti à Londres en 1979, il nous fit découvrir des acteurs neufs, John Heard et Jeff Goldblum - et retrouver Michael J. Pollard.

22.10 : Jean de La Fontaine - le défi de Daniel Vigne (2007), Famiz
Inédit, le seul du bouquet Ciné+ ce soir. Deux conditions pour le regarder : être intéressé par l’antagonisme Louis XIV- Fouquet, et supporter l’interprétation de Lorent Deutsch, qui trop souvent nous indispose. On a l’impression que l’auteur ne s’est jamais vraiment remis du triomphe du Retour de Martin Guerre (1982).

22.25 : Les Brigades du Tigre de Jérôme Cornuau (2006), OCS Choc
Inédit et c’est pour cette raison qu’on le note, car, en vérité, ça ne vaut pas la bonne série TV des années 1974-1983, bien plus plaisante, réalisée par Victor Vicas - un oublié qui mériterait que l’on se penchât sur sa carrière -, et qui apporta à l’acteur Jean-Claude Bouillon la célébrité que le cinéma ne lui avait pas donnée. Certes, il y a ici Clovis Cornillac, Édouard Baer et Diane Kruger, mais…

23.50 : Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu (1953), Classic
Reprise (bien tardive) du programme de la soirée du 6 mars 2021, puisque le premier titre d’Ozu est accompagné, à 02.00, par Le Goût du saké (1962), du même. On le signale pour ceux qui n’avaient pas pu les enregistrer au premier passage. Mais il y a tant de versions DVD de chaque que ce n’est pas la peine.

 

Mardi 13 juillet 2021

 

20.40 : Les Européens de James Ivory (1979), OCS Géants
Inédit. La première adaptation, due à Ruth Prawer Jhabvala, habituelle scénariste de Ivory, d’un roman d’Henry James - elle y reviendra, en 1984, avec Les Bostoniennes, toujours pour Ivory. Impeccable, évidemment. L’occasion de revoir Lee Remick, qui ne tournera plus guère ensuite.

20.50 : L’Adieu de Lulu Wang (2019), Émotion
Inédit. Un premier film, autobiographique, d’une réalisatrice sino-américaine : l’héroïne vit à New York et apprend que sa grand-mère, à Changchun, va mourir (sans qu’elle le sache encore). Retrouvailles tout en délicatesse et désespoir caché. Pas vraiment de surprises, tout tient à la finesse des sentiments. Mais les cinéastes chinoises ne sont pas nombreuses.

 

Mercredi 14 juillet 2021

 

20.40 : Soirée Robin Campillo, OCS City
Aucun des deux films programmés n’est inédit, mais leur réunion permet de vérifier le talent de leur auteur dont on peut s’étonner qu’il ait si peu tourné en dix-huit ans. Il ne manque ce soir que son film initial, Les Revenants (2004). À 20.40, 120 battements par minute (2017), Grand prix à Cannes, six César, recréation très forte de la lutte d’Act-Up contre le sida, et à 23.00, Eastern Boys (2013), dans lequel Olivier Rabourdin est remarquable.

20.50 : La Voie de la justice de Destin Daniel Cretton (2019), Premier
Inédit. Belle description des errements de la justice US, jamais avare de condamnations injustifiées, et plaidoyer contre la peine de mort. On ne connaissait pas Bryan Stevenson, avocat défenseur des droits civiques, et ce biopic sur ses jeunes années est bienvenu, centré sur l’affaire McMillian, un Noir accusé à tort et condamné, comme bien d’autres. Le film se termine bien, comme l’affaire elle-même, et on en est heureux.

00.20 : La Sonate à Kreutzer d’Éric Rohmer (1956), Classic
Pièce de musée que ce court métrage : réalisation, scénario, montage et interprétation de Rohmer, photo de Rivette, production (et interprétation) de Godard + Brialy et la rédaction tout entière des Cahiers du cinéma dans un plan, on est dans le patrimoine Nouvelle Vague. Pour les complétistes.

00.35 : Accident de Joseph Losey (1967), TCM
Cf. note du 14 novembre 2016.

 

Jeudi 15 juillet 2021

 

Rien, aucun inédit sur aucune chaîne. Mais on peut revoir, à 20.40, The Game de David Fincher (1997), sur OCS Choc ; à 20.40, Quartet de James Ivory (1981), sur OCS Géants ; à 20.40, Règlements de comptes à O.K. Corral de John Sturges (1957, sur Paramount Channel ; à 20.50, La Lutte des classes de Michel Leclerc (2019), sur Émotion ; à 20.50, Faces de John Cassavetes (1968), sur Club ; à 23.00, Sirocco de Curtis Bernhardt (1951), sur Classic. Tout n’est donc pas perdu.

 

Vendredi 16 juillet 2021

 

Même soirée que la veille, calme plat côté découverte.
Mais il y a tout de même : à 20.40, Platoon de Oliver Stone (1986), sur OCS Choc ;
à 20.50, L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux de Robert Redford (1998) sur Émotion ; à 20.50, Ad Astra de James Gray (2019) sur Frisson ; à 20.50, Always de Steven Spielberg (1989), sur TCM ; à 22.10, Vous pigez ? de Pierre Chevallier (1955), sur Classic ; à 22.20, La dolce vita de Federico Fellini (1960), sur OCS Géants ; à 22.30, La Firme de Sydney Pollack (1993), sur Paramount Channel ; à 22.50, Donnie Darko de Richard Kelly (2001), sur TCM.



Revue Jeune Cinéma - Contacts