home > Films > Lost Leonardo (the) (2021)
Lost Leonardo (the) (2021)
de Andreas Koefoed
publié le mercredi 26 janvier 2022

par Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

Sélection officielle du Festival de Tribeca 2021

Sortie le mercredi 26 janvier 2022


 


C’est une passionnante plongée dans le domaine de l’art que nous offre ce documentaire. The Lost Leonardo est une enquête pour tenter de démêler le vrai du faux dans l’histoire d’un tableau de Léonard de Vinci, devenu, du coup et même s’il s’avère n’être pas de la main du maître, aussi célèbre que sa sœur jumelle, la Joconde. Du reste, son propriétaire actuel, le prince saoudien Mohammed Ben Salmane, a fait le forcing auprès du directeur du Louvre pour que ce tableau, Salvator Mundi, qu’il acceptait de prêter pour la grande exposition de 2020, se trouve en face de ladite Joconde afin de l’aider à le faire devenir iconique comme elle. Demande finalement refusée, de manière peu claire, par la direction du musée parisien. (1)


 

Mais commençons par le commencement. Redécouvert en 2005, après avoir été acheté pour 1175 dollars à un collectionneur de la Nouvelle-Orléans par le chasseur d’œuvres dormantes, Alexander Parish, ce tableau a été restauré par Dianne Modestini qu’on accusa ensuite d’avoir changé à sa guise la toile. Les plus grands spécialistes se sont disputés, entre expertises et contre-expertises.


 

Finalement, pour le réalisateur, toutes ces querelles au plus haut niveau ne font que prouver un peu plus la force commerciale et financière de l’art au 21e siècle. En quelques mois, cette œuvre, achetée pour un prix dérisoire, passe par le célèbre musée londonien, the National Gallery, qui le revend beaucoup plus cher à Yves Bouvier.


 

Sans avoir cherché à obtenir l’opinion formelle des experts, le musée, lors d’une exposition à succès en 2011, a en effet présenté le Salvator Mundi comme un tableau attribué à Leonard de Vinci, déclenchant un mouvement sans précédent sur le marché de l’art actuel. Yves Bouvier parvient à le revendre en 2017, via Christie’s de New York, au richissime prince saoudien, pour 450 millions de dollars.


 

Le mérite du film est de mettre en valeur l’enquête et de clarifier une situation sans vraiment prendre parti, en nous livrant un documentaire palpitant, parsemé d’entretiens passionnants, bien que largement dramatisés par la musique et la mise en images, qui ne laisse aucun doute sur les motivations des marchands d’art et des collectionneurs. Le réalisateur, Andreas Koefoed, a mis trois ans pour faire un film qui décrit bien les conséquences de tout un trafic prouvant que l’art et son marché, outre les spéculations cyniques qu’il entraîne, peut être utilisé comme un jeton sur l’échiquier politique.

Jean-Max Méjean
Jeune Cinéma en ligne directe

1. En 2019, le Louvre a célébré le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci (1452-1519) avec une exposition dont les commissaires étaient Vincent Delieuvin et Louis Frank (24 octobre 2019-24 février 2020). Le Salvator Mundi était absent de l’exposition, son authenticité ayant été contestée.
Un autre documentaire sur le sujet, Salvator Mundi : la stupéfiante affaire du dernier Vinci de Antoine Vitkine (2021) a été diffusé dans l’émission "Le monde en face", sur France 5, le 13 avril 2021.

-------

The Lost Leonardo. Réal : Andreas Koefoed ; sc : A.K., Andreas Dalsgaard, Mark Monroe, Christian Kirk Muff & Duska Zagorac ; ph : Adam Jandrup ; mont : Nicolas Norgaard Staffolani ; mu : Sveinung Nygaar (Danemark-Suède, 2021, 95 mn). Documentaire.



Revue Jeune Cinéma - Contacts