home > Films > Bruit du dehors (le) (2020)
Bruit du dehors (le) (2020)
de Ted Fendt
publié le mercredi 29 juin 2022

par Hugo Dervisoglou
Jeune Cinéma en ligne directe

Sortie le mercredi 29 juin 2022


 


Trois femmes : Daniella, Mia et Natacha, arrivées à diverses ruptures dans leur vie émotionnelle comme professionnelle, discutent de leurs soucis, de leurs ambitions ainsi que de leurs désirs, entre Vienne et Berlin.
Troisième long métrage de son auteur, Le Bruit du dehors possède indéniablement une grande douceur, qui émane en particulier de la tendresse du regard que porte Ted Fendt sur ses trois personnages. Personnages filmés par le biais de plans rapprochés, qui soulignent, avec calme et simplicité, par l’attitude des actrices et leur position dans l’espace, la puissance du mal être qui les travaille, et les rapports de forces qui peuvent parfois se jouer entre elles, malgré leur amitié.


 

Grâce à la qualité du scénario et à la pureté de jeu des trois belles interprètes que sont Daniela Zahlner, Mia Shellman et Natascha Manthe, chacun des personnages parvient en peu de temps et avec peu d’informations les caractérisant, à susciter empathie et tendresse auprès du spectateur. Toutes les conversations, dont est majoritairement constitué le film, sont enfin magnifiées par un travail de la bande sonore très précise et mature, dont l’une des caractéristiques consiste à être dépouillée de musiques extradiégétiques, pour mieux mettre en avant les ambiances dans lesquels viennent résonner les voix des trois héroïnes.


 

L’esthétique du film s’organise et se modèle autour du rapprochement sentimental des trois femmes, ce qui se traduit concrètement par le passage de la mise en scène d’un environnement fragmenté, lorsqu’elles sont seules ou à deux durant l’ouverture du film, à un espace unifié par le biais de longs plans séquences fixes et plus large lorsqu’elles sont à trois. Ce passage d’un aspect émietté à un aspect homogène permet de symboliquement refléter la stabilité qu’offre ce petit groupe d’amis, qui prend dès lors un aspect de bulle isolée et hors du temps, face à un monde globalisé et fluide, où chacun visite et passe dans les mêmes lieux sans jamais se rencontrer.


 

Cet aspect autarcique et atemporel de la relation nouée par les trois femmes est enfin amplifié par deux choix de mise en scène : la raréfaction des outils de nouvelle technologie au sein de l’intrigue et l’usage de la pellicule. Cette pellicule qui permet au jeune auteur, dans un même mouvement, de poétiser avec simplicité l’environnement et le quotidien morne des trois héroïnes.


 

Les autres thèmes sociaux actuels, tels que le féminisme ou la relation homme-femme, sont bien évidemment présents, mais pas de manière redondante, et la thématique de la solitude due à la modernité relie Le Bruit du dehors aux divers films de Hong Sang-Soo, à commencer par Introduction (2021). Le film est court, mais donne la sensation de durer longtemps, sans jamais ennuyer. On en ressort avec la satisfaction d’avoir vu une œuvre à la poésie simple et assurée, émanant d’un regard doux, frais et sobre, à rebours de toute forme d’hystérie ou de manichéisme.

Hugo Dervisoglou
Jeune Cinéma en ligne directe


Le Bruit du dehors (Outside Noise). Réal, mont : Ted Fendt ; sc : T.F., Mia Sellmann & Daniela Zahlner ; ph : Sage Einarsen, Britni West & Jenny Lou Ziegel. Int : Daniela Zahlner, Mia Sellmann, Natascha Manthe, Genevieve Havemeyer-King, Hani Alaraj, Manu Bäuerle, Katharina Maria Grabner, Stefanie Zingl (USA, 2020, 61 mn).



Revue Jeune Cinéma - Contacts