home > Thématiques > Bob Dylan > Bob Dylan Never Ending Breaking News
Bob Dylan Never Ending Breaking News
Le musicien, le chanteur, l’écrivain, le peintre
publié le mercredi 20 mai 2020

Les brèves Dylan du site de Jeune Cinéma
 

* Site officiel Bob Dylan.

* Nouvelles de Bob au jour le jour.



Mercredi 20 mai 2020

 

Après Murder Most Foul deux nouvelles de Bob Dylan. et après I contain multitude.

* False Prophet.


 

On a découvert, dans I contain multitude, un clin d’œil délicieux, pour les initiés, qui révèle sa duplicité. I contain multitudes, A red Cadillac and a black mustache.
C’était donc lui-même, cette irrésistible créature avec une cadillac rouge et une moustache noire...


 

Avec la version de Dominic Halpin.

JPEG - 191.1 ko

 



Lundi 20 avril 2020

 

Après Murder Most Foul, le 27 mars 2020, des nouvelles nouvelles de Bob Dylan : I Contain Multitudes.


 

On ne voit pas le temps passer, mais son dernier album, Tempest, date déjà de 2012.

JPEG - 154.4 ko

 



Vendredi 27 mars 2020

 

Avant tout, des nouvelles de Bob Dylan, une sorte de récapitulatif tombé dans la nuit dernière : Murder Most Foul.

"Greetings to my fans and followers with gratitude for all your support and loyalty across the years. This is an unreleased song we recorded a while back that you might find interesting. Stay safe, stay observant and may God be with you."

Bob Dylan sur son site et sur Twitter.


 

Avec les paroles.

Murder Most Foul

twas a dark day in dallas, november ’63
the day that would live on in infamy
president kennedy was a-ridin’ high
good day to be livin and a good day to die
being led to the slaughter like a sacrificial lamb
he say wait a minute boys you know who i am
of course we do, we know who you are
then they blew off his head while he was still in the car
shot down like a dog in broad daylight
was a matter of time and the timing was right
you got unpaid debts we’ve come to collect
we gonna kill you with hatred, without any respect
we’ll mock you and shock you and we’ll put it in your face
we’ve already got someone here to take your place

the day they blew out the brains of the king
thousands were watching, no one saw a thing
it happened so quick and so quick by surprise
right there in front of everyone’s eyes
greatest magic trick ever under the sun
perfectly executed, skillfully done
wolf man oh wolf man oh wolf man howl
rub-a-dub-dub it’s a murder most fowl

hush little children you’ll understand
the beatles are comin, they’re gonna hold your hand
slide down the banister, go get your coat
ferry across the mersey and go for the throat
there’s three bums comin all dressed in rags
pick up the pieces and lower the flags
i’m goin to woodstock, it’s the aquarian age
then i’ll go to altamont and sit near the stage
put your head out the window, let the good times roll
there’s a party goin on behind the grassy knoll

stack up the bricks, pour the cement
don’t say dallas don’t love you, mr president
put your foot in the tank and step on the gas
try to make it to the triple underpass
blackface singer white face clown
better not show your faces after the sun goes down
up in the red light district like a cop on the beat
livin in a nightmare on elm street

when you’re down in deep ellum put your money in your shoe
don’t ask what your country can do for you
cash on the barrelhead, money to burn
at dealey plaza, make a lefthand turn
i’m goin down the crossroads, gonna flag a ride
the place where faith, hope, and charity died
shoot him while he runs boy, shoot him while you can
see if you can shoot the invisible man
goodbye charlie, goodbye uncle sam
frankly, miss scarlett, i don’t give a damn

what is the truth ? where did it go ?
ask oswald and ruby, they oughta know
shut your mouth said the wise old owl
business is business, and it’s murder most foul

tommy can you hear me on the acid queen ?
i’m ridin in a long black lincoln limousine
ridin in the backseat next to my wife
headin straight on into the afterlife
i’m leanin to the left got my head in her lap
oh lord i’ve been led into some kind of a trap
well we ask no quarter, no quarter do we give
we’re right down the street from the street where you live
they mutilated his body and they took out his brain
what more could they do ? they piled on the pain
but his soul was not there, where it was supposed to be at
for the last 50 years they’ve been searching for that

freedom oh freedom, freedom over need
i hate to tell ya mister but only dead men are free
send me some loving, tell me no lie
throw the gun in the gutter and walk on by
wake up little suzie let’s go for a drive
cross the trinity river let’s keep open eyed
turn the radio on, don’t touch the dials
heartland hospital only six more miles
you got me dizzy ms lizzy you fill me with lead
that magic bullet of yours is goin on ahead
i’m just a patsy like patsy cline
never shot anyone from in front or behind
got blood in my eye, got blood in my ear
i’m never gonna make it to the new frontier

zapruder’s film i seen the night before
seen it 33 times, maybe more
it’s vile and deceitful, it’s cruel and it’s mean
ugliest thing that you ever have seen
they killed him once and they killed him twice
killed him like a human sacrifice
the day that they killed him someone said to me, son
the age of the antichrist has just only begun
air force one comin in through the gate
johnson sworn in at 2:38
lemme know when you decide to throw in the towel
it is what it is, and it’s murder most foul

what’s new pussycat, what’d i say ?
i said the soul of a nation been torn away
and it’s beginning to go into a slow decay
and that it’s 36 hours past judgement day

wolfman jack he’s speakin in tongues
he’s going on and on at the top of his lungs
play me a song, mr wolfman jack
play it for me in my long cadillac
play me that only the good die young
take me to the place tom dooley was hung
the saint james infirmary in the court of king james
if you want to remember you better write down the names
play etta james too, play the i’d rather go blind
play it for the man with a telepathic mind
play john lee hooker, play scratch my back
play it for that strip club owner named jack
guitar slim goin down slow
play it for me and for marilyn monroe

play please don’t let me be misunderstood
play it for the first lady she ain’t feelin too good
play don henley, play glenn frey
take it to the limit and lettin’ it go by
play it for carl wilson too
lookin far far away at down gower avenue
play tragedy, play twilight time
take me back to tulsa to the scene of the crime
play another one and another one bites the dust
play the old rugged cross and in god we trust
ride the pink horse down that long lonesome road
stand there and wait for his head to explode
play mystery train for mr mystery
the man who fell down dead like a rootless tree
play it for the reverend, play it for the pastor
play it for the dog that got no master
play oscar peterson, play stan getz
play blue sky, play dicky bettes
play art pepper, thelonious monk
charlie parker and all that junk
all that junk and all that jazz
play somethin for the birdman of alcatraz
play buster keaton, play harold lloyd
play bugsy segal, play pretty boy floyd
play the numbers, play the odds
play cry me a river for the lord of the gods
play number nine play number six
play it for lindsey and stevie knicks
play nat king cole, play nature boy
play down in the boondocks for terry malloy
play it happened one night and one night of sin
there’s 12 million souls that are listenin in
play merchant of venice play merchants of death
play stella by starlight from lady macbeth

don’t worry mr president, hope’s on the way
your brothers are comin’, there’ll be hell to pay
brothers, what brothers ?
what’s this about hell ?
tell em we’re waiting, keep coming, we’ll get them as well

love field is where his plane touched down
but it never did get back up off the ground
was a hard act to follow, second to none
they killed him on the altar of the rising sun
play misty for me and that old devil moon
play anything goes and memphis in june
play lonely at the top and lonely are the brave
play it for houdini spinnin around in his grave
play jelly roll morton, play lucille
play deep in a dream and play driving wheel
play moonlight sonata in f#
and the key to the highway but the king of the heart
play marching through georgia and dumbarton’s drums
play darkness and death will come when it comes
play love me or leave me by the great bud powell
play the bloodstained banner, play murder most foul.



Vendredi 31 janvier 2020

 

À Paris, à la galerie Dina-Vierny, une rencontre improbable entre deux stars, les photographies de Jerry Schatzberg (né en 1927) et de Bert Stern (1929-2013) : Bob et Marilyn (22 janvier-31 mars 2020).

JPEG - 291.3 ko

 

JPEG - 83.7 ko

 

L’été 1962, Bob, qui avait 21 ans, l’a passé seul à New York, il faisait la gueule parce que sa copine Suze Rotolo était partie avec sa mère et sa sœur pour l’Italie. Il lui écrivait des belles chansons d’amour amer.

Le 2 juillet 1962, il avait fait un petit concert au Finjan Club, à Montréal.

JPEG - 498.4 ko

 

Le 13 juillet 1962, il avait signé un contrat d’édition de 3 ans avec Witmark. Il avait déjà fait un album, Bob Dylan, avec Columbia, mais sans trop de succès. Il était content, il allait pouvoir vivre de son art et ça le consolait de ses déboires amoureux. Pour ce contrat de 1000 dollars, il écrira 237 chansons, qui rapporteront plus d’un million de dollars à Witmark.
Il pensait à son prochain concert Hootenanny, le 22 septembre 1962, à Carnegie Hall, avec 20 chanteurs dont Pete Seeger, Matt McGinn ou Bernice Johnson (il y aura 3000 spectateurs).

JPEG - 259.5 ko

 


 

Le dimanche 5 août 1962 au matin, il a dû apprendre la nouvelle de la mort de Norma Jeane Mortenson (1926-1962), à Los Angeles, la veille vers 22h45, comme tout le monde, à la radio. Il ne lui a pas écrit de chanson, il avait autre chose en tête.

JPEG - 340.7 ko

 

Galerie Dina-Vierny, 36 rue Jacob, 75006 Paris.



Mercredi 27 novembre 2019

 

À New York, l’automne est beau, plein d’espoirs (si on regarde attentivement les photos).

JPEG - 751.8 ko

 

JPEG - 592 ko

 

Dans le merveilleux Beacon Theater Bob Dylan, est revenu comme chaque année, pour la 8e édition, avec, cette année Matt Chamberlain et Bob Britt (23 novembre-6 décembre 2019).

JPEG - 92.2 ko

 

Le Beacon Theater, ouvert le 24 décembre 1929, va fêter ses 90 ans.

JPEG - 651.2 ko

 

JPEG - 629.5 ko

 

JPEG - 157.1 ko

 

Bob Dylan, du haut de ses 78 printemps, a fêté ça dignement.


 

Nos amis veinards qui y étaient :

JPEG - 476 ko

 

JPEG - 479.2 ko

 

Décidément, forever young.


 

Pour qui n’y était pas :

* Bob Dylan (Featuring Johnny Cash) - Travelin’ Thru, 1967 - 1969 : The Bootleg Series Vol. 15 out now !

JPEG - 307 ko

 

Beacon Theatre, 2124 Broadway, New York, NY 10023.



Vendredi 12 juillet 2019

 

À Londres, c’est le British Summer Time 2019 (BST, 5-13 juillet 2019).

JPEG - 381 ko

 

Et ce soir, à Hyde Park, malgré la mauvaise humeur de Neil Young :

* À 18h00 : Neil Young + Promise of the Real.

* À 20h30 : Bob Dylan and his Band.

En première partie, à partir de 14h00 : Sam Fender, Cat Power et Laura Marling.

JPEG - 714.2 ko

 

Inutile d’épiloguer ni d’augurer, le concert ne peut que devenir légendaire.

JPEG - 158.1 ko

 

Et si on n’a pas trouvé de place à Hyde Park, il faudra monter vers le Nord, à Kilkenny en Irlande, au Nowlan Park, dimanche 14 juillet 2019. Cela dit, les billets ont été mis en vente en décembre 2018, alors...

PNG - 834.3 ko

 

Toutes les recommandations sur le temps et les fringues adaptées au plein air, et sur les trucs prohibés (genre substances ilégales, canettes, armes par destination, mâts de drapeau, skateboards, caméras professionnelles, et grosses valises).

Hyde Park, Bayswater, London, United Kingdom W2 2UH



Lundi 17 juin 2019

 

Je pense que l’on ne s’arrête nulle part, il n’y a aucun endroit où s’arrêter, chaque fois que vous atteignez un plateau il faut atteindre le suivant.
Bob Dylan

Un détour par France Culture.



Mercredi 12 juin 2019

 

On se sentait privilégié, hier soir dans la salle Langlois de la Cinémathèque, devant Rolling Thunder Revue de Martin Sorsese (2019). La présentation de Yves Bigot était solide, on y croisait des dylanologues distingués comme Charles Ficat ou Thomas Boujut. Le film sort aujourd’hui chez Netflix, et on peut s’abonner, mais rares sont les gens qui ont assez de place pour avoir un grand écran chez eux.

JPEG - 357.3 ko

 

Se trouver mêlé à la tournée légendaire de cet automne 1975, où Dylan était à la fois joyeux et inspiré, maquillé comme un voiture volée avec un chapeau à fleurs, retourner dans le film mal aimé Renaldo and Clara (1978), entendre et voir en entier comme jamais Hurricane (1970) et One More Cup of Coffee for the Road (1976) qu’il ne chante plus jamais dans ses concerts,
retrouver Allen Ginsberg qui berça nos années de formation, et rigoler des montages futés et des gros plans de Scorsese (c’est mieux que No Direction Home (2005), c’était un plaisir profond, celui d’une génération qui se retrouve.

JPEG - 352.3 ko

 

Feelgoodmovie ? Si on veut.
Pas sûr, à réentendre, à la lumière des temps qui ont vraiment changé, son récit prémonitoire de 1963, A Hard Rain’s A-Gonna Fall.


 

Oh, where have you been, my blue-eyed son ?
Oh, where have you been, my darling young one ?
I’ve been out in front of a dozen dead oceans
I’ve been ten thousand miles in the mouth of a graveyard

[...]

I saw a highway of diamonds with nobody on it
I saw a black branch with blood that kept drippin’
I saw a room full of men with their hammers a-bleedin’
I saw a white ladder all covered with water
I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken
I saw guns and sharp swords in the hands of young children

[...]

I heard the sound of a thunder, it roared out a warnin’
Heard the roar of a wave that could drown the whole world
Heard one hundred drummers whose hands were a-blazin’
Heard ten thousand whisperin’ and nobody listenin’
Heard one person starve, I heard many people laughin’
Heard the song of a poet who died in the gutter
Heard the sound of a clown who cried in the alley

[...]

I’ll walk to the depths of the deepest black forest
Where the people are many and their hands are all empty
Where the pellets of poison are flooding their waters
Where the home in the valley meets the damp dirty prison
Where the executioner’s face is always well hidden
Where hunger is ugly, where souls are forgotten
Where black is the color, where none is the number

And it’s a hard, and it’s a hard, it’s a hard, and it’s a hard
And it’s a hard rain’s a-gonna fall

 

Pour trouver pareille grâce, il va falloir aller, au Howard Gilman Theater du Lincoln Center (12-20 juin 2019).

JPEG - 311.9 ko

 

La sortie sur Netflix :

* Rolling Thunder Revue : A Bob Dylan Story de Martin Scorsese (2019).


 

Post scriptum : les révélations de Rolling Stone.
A Guide to What’s Fake in Rolling Thunder Revue. A Bob Dylan Story  : A teenage Sharon Stone wasn’t on the tour, Kiss didn’t inspire the makeup, and the mysterious Stefan van Dorp is an actor.

On ajoutera : Si non e vero e ben trovato.



Vendredi 7 juin 2019

 

Le dernier coffret Dylan- monumental : 14 CD issus de concerts Rolling Thunder Revue (octobre à décembre 1975), performances de répétition, raretés, etc. -, c’est aujourd’hui.
Et c’est tout bon.

JPEG - 202.9 ko

 

À propos, le film sort le mercredi 12 juin 2019.

* Rolling Thunder Revue : A Bob Dylan Story de Martin Scorsese (2019)

JPEG - 357.3 ko

 

Et Netflix nous offre un extrait.


 



Mardi 4 juin 2019

 

Netflix soigne sa pub en "divulguant" partout le trailer de A Bob Dylan Story de Martin Scorsese (2019).


 



Vendredi 24 mai 2019

 

Bon anniversaire Bob Dylan !
78 balais aujourd’hui, bon pied bon œil, pas content quand les flashes l’empêchent de chanter, dessinateur et peintre, ça tout le monde le sait.

JPEG - 317.8 ko

 

Sculpteur aussi, on le sait moins.

JPEG - 176.9 ko

 

Amateur de whisky et entrepreneur, on l’apprend.
Vous connaissiez la distillerie de Nashville, Heaven’s Doors, et la vieille église de Elm Street ?
Pas si surprenant que ça : c’est le même dieu, Neptune, qui supervise toutes les cames l’alcool, la religion et la musique.

JPEG - 174.3 ko

 

Bonus :

* Pour qui a raté, à Londres, la dernière expo - Mondo Scripto. Lyrics and Drawings (9 octobre-23 décembre 2018) - de sa galerie favorite, la Halcyon Gallery.

JPEG - 168.6 ko

 

JPEG - 160 ko

 

JPEG - 138 ko

 

* Pour qui ne connaît pas ses relations avec le surréalisme.

* Et pour qui ne l’a pas vu au Grand Rex ce printemps 2019.



Jeudi 11 avril 2019

 

Les retraités sont dans la rue.
Ils protestent contre les choix faits par ses représentants, qui, une fois élus, s’échappent vite fait de leurs paroles données. Pour protester, le peuple a le choix entre marcher et casser.

JPEG - 272.5 ko

 

Le vieux peuple, ponctionné comme jamais, préfère marcher.
Il n’a plus d’illusion sur l’efficacité politique, le vieux peuple, il en a tellement vu, mais au moins ça lui fait faire de l’exercice, bon pour la santé.
Quoique. Avec le beau temps, les particules fines et le dioxyde de carbone vont les tuer prématurément. Ça économisera des pensions.
D’un autre côté, paraît que la pollution augmente les dépressions. Frais supplémentaires pour la Sécu.
Ah, on vit dans des temps paradoxaux. Déraisonnables même.


 

Quoiqu’il en soit, à Paris, la manif, c’est à 14h30, de Châtelet à République parce que de Hôtel de ville à Concorde, ça a été refusé. L’itinéraire était sans doute trop proche des dits très "beaux quartiers". Les jeunes, qui, eux, préfèrent casser - et ne savent pas encore que c’est tout aussi inefficace - pourraient les rejoindre.
Et vaut mieux que ça casse dans le XIe que dans le VIIIe.

C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d’épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j’y tenais mal mon rôle
C’était de n’y comprendre rien.

 


À Paris, ce soir, les vieux, s’ils ne sont pas trop fatigués, s’ils n’ont pas été gazés, au moins ceux qui ont été prévoyants, vont pouvoir se souvenir du bon vieux temps, en allant écouter fidèlement leur vieille idole : Bob Dylan, dans son Never Ending Tour, en escale au Grand Rex (11-13 avril 2019).

Il a été là, avec eux, à toutes les étapes de leur vie.

La première rencontre, c’était en 1964 - tiens l’année de la naissance de Jeune Cinéma - avec un vinyle qui s’appelait Mister Bob Dylan, un hasard, dans une soirée avec des copains branchés qui revenaient de New York. Ensuite le vinyle avait été réédité et rebaptisé The Times are A-Changin. À quoi ça tient, quand même l’air du temps.

JPEG - 277.7 ko

 

JPEG - 313.8 ko

 

JPEG - 243.1 ko

 

Après, ils l’avaient suivi de plus près.
D’accord avec lui, quand il avait choisi l’électricité à Newport en 1965.
Première rencontre en live, à l’Olympia, le premier concert à Paris, le 24 mai 1966, le jour de son anniversaire. Il avait 25 ans. Il n’était pas revenu avant 1978.

Quelle angoisse - ils s’en souviennent encore - à l’annonce de l’accident de moto, en septembre 1966.
Ce n’est que plus tard qu’ils avaient compris que Zim était un grand menteur devant l’Éternel, qu’il n’avait pas eu de bobos grave de motard, mais juste une coupure épistémologique dans sa bio, une manière de se retirer sous sa tente : il avait arrêté les trips douteux, il s’était coupé les cheveux, il élevait désormais ses enfants dans la forêt.
Et, dans les sous-sols des maisons de Woodstock, la sienne et celle de The Band, il faisait de la musique avec ses potes. La vraie vie, quoi.

Tout bénef pour les vieux manifestants d’aujourd’hui : les Basement’s Tape, enregistrés en 1966 et 1967, ils les ont récupérés dès 1969, avec le premier pirate de l’histoire du rock, The Great White Wounder, vendu sous le manteau. Avant, aucun bootlegger n’avait eu l’idée de pirater, pour les Beatles ou les Rolling Stones par exemple.

JPEG - 313.8 ko

 

À Paris, ils trouvaient ça dans l’arrière boutique de la librairie Actualités, rue Dauphine, ou chez Parallèles, rue Saint-Honoré.

JPEG - 290.9 ko

 

Cette année-là, en 1969, il y a 50 ans comme le temps passe vite, Bob n’a pas été au festival de Woodstock (15-17 août 1969), même en voisin.
Mais il était à celui de l’Île de Wight, 2e édition (30-31 août 1969).
Les vieux de la protest d’aujourd’hui à Paris n’ont pas tous pu y aller, il y avait eu Mai 1968 et quelques "événements" qui avaient changé leurs chemins, certains même faisaient tout connement leur service militaire.

Les vieux lui avaient pardonné ses mensonges, ils ne pouvaient que lui pardonner aussi ses errances.
Par exemple, en 1979, quand sous l’influence d’une nouvelle femme, il avait accueilli, dans une chambre anonyme d’hôtel à Tucson, quelque "Holy Ghost" déplumé qui traînait la savate par là - tout le monde n’a pas un pilier de Notre-Dame à sa disposition.
Born again and Trouble no more, mais toujours à leurs côtés, aux vieux fidèles.
Et quand, en 1982, il est retourné au judaïsme, pareil, même absolution.

JPEG - 397.8 ko

 

JPEG - 225.2 ko

 

Les crises mystiques, la foi, c’est des affaires privées, ça le regardait lui et lui seul, c’est comme tomber amoureux, alors c’était pareil pour ses femmes, Suze, Joan, Sara, ou même Bonnie, ou Echo, à qui, pourtant, ils s’attachaient eux aussi, forcément.
Ils ne lui en voulaient pas non plus de changer de voix si souvent. Au contraire.
Quelle chance il avait, finalement, d’avoir tant de corps, tant d’âmes, et de continuer son commerce avec l’invisible comme si de rien n’était, se disaient-ils.
À Colombes, en juin 1981, ils étaient 40 000 à l’attendre, à l’écouter, à recevoir, à la fin du concert, le traditionnel cadeau des deux morceaux de rab, à savoir qu’il était inutile d’attendre un nouveau bis, et ils continuaient à applaudir longuement.

JPEG - 203.8 ko

 

JPEG - 116.6 ko

 

Et puis, il y a eu un coup de mou dans son inspiration, dix ans, entre 1982 et 1992.
Les salles se remplissaient mal. En 1993 à Reims, ou en 1995 au Zénith à Paris, on avait mis des rideaux pour masquer les parties vides de la salle. Le tournant de la quarantaine est toujours difficile à négocier, il commence, insensiblement, vers 37 ans, et ça dure souvent longtemps après, pour se "reconstruire", comme on dit de nos jours. Parfois même ça tourne carrément mal.

JPEG - 76.9 ko

 

Ils étaient peinés, les vieux congénères, mais ils ne le lâchaient pas pour autant. Ils savaient ce que c’est que d’être abandonné par les dieux, Œdipe ou le Christ, quelques autres avaient connu ça, eux-mêmes aussi, qui n’a jamais traversé un désert ?
Solidarité et fraternité, continuaient-ils à se dire parallèlement, Peace and Love, tout ça, et, en même temps, Hasta la victoria sempre. Dans les rues, ils allaient défiler quand il le fallait. Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté, croyaient-ils. We shall overcome, we shall not be moved, On the road to freedom chantaient-ils, à côté de l’Internationale, c’était parfaitement compatible.

Le bonheur que ce fut quand Bob naquit à nouveau, mais pour de bon, cette fois. Son retour aux roots, un folk acoustique bien tradi, en 1992 et 1994, et puis, en 1996, l’album (un CD, cette fois) Time out of Mind, la résurrection.


 

En 1998, au Zénith, les vieux fidèles, venus avec leurs enfants, s’étaient longuement étonnés des nouveaux arrivages : les cols blancs trentenaires, costumes-cravates, qui sortaient de leur banque avec leurs attachés-cases, ancêtres des portables greffés.
Bob était donc redevenu à la mode, juste pour le tournant du millénaire.

Les vieux Américains suivaient ses émissions sur XM Satellite Radio, entre 2006 et 2009, et les vieux Français les avaient récupérés en CD dès 2007. C’est une entreprise qui roule, la maison Dylan. Ils s’achetaient même quelques produits dérivés à la fin des concerts, malgré son extraordinaire mauvais goût - ou celui de ses commerciaux whatever.
Et ils admiraient ses peintures, exposées à Londres, négligeant les accusations de plagiat. Quand on peint depuis 1974, on est un peintre, point-barre.

JPEG - 396 ko

 

En 2011, à la 54e Biennale de Venise, ils étaient bien seuls tout de même, au Palazzo Donà Dalle Rose, pour admirer les Dylan Paintings de Maria Zerres.
C’était d’ailleurs bien mieux, la foule, ça dilue tout, l’amour, les convictions, les émotions, les mots, les découvertes personnelles. Difficile de ne pas être possessif quand on aime.

JPEG - 614 ko

 

JPEG - 155.1 ko

 

JPEG - 112.2 ko

 

Vers 2016, Joan s’y est mise aussi, à la peinture, elle a commencé par lui.

JPEG - 195.4 ko

 

Et puis, en 2017, il a reçu le Nobel, ce qui a eu l’air de beaucoup l’embarrasser.

C’est comme ça qu’il est vendu maintenant, par les jeunes qui font les sites promotionnels ou les brèves des volailles qui font l’opinion : "Bob Dylan, le chanteur folk, Prix Nobel 2017". Mais qui connaît les prix Nobel ? Qui les a lus ? Quand on va en voir la liste sur le Net, on est toujours étonné.
L’important, c’est qu’il garde l’une ou l’autre de ses voix, et qu’il joue du piano plutôt que de la guitare à cause de son arthrite, et que ce soit toujours bien.

JPEG - 861.9 ko

 

Au Grand Rex, la salle est intime, il y a moins de places qu’au Zénith ou que dans la villa palladienne Pisani à Stra près de Padoue, par exemple, au hasard - Salut aux camarades Backert.

JPEG - 203.3 ko

 

Il doit s’en foutre, Bob, il est comme ceux qui marchent dans la rue parisienne, mais en riche et avec un car personnel, il est vieux maintenant. Pretending being forever young.
Il y a 53 ans, dans son sous-sol, ils n’étaient que six et il était heureux.
Diamonds and Rust.


 

Bonne lecture, et quelques autres. :

* Bob Dylan, Dylan par Dylan. Interviews 1962-2004, Paris, Éditions Bartillat, 2007.

JPEG - 232.3 ko

 

JPEG - 494.3 ko

 



Vendredi 12 octobre 2018

 

Des nouvelles de Bob :

À Londres, à la Halcyon Gallery, où il a ses habitudes, Bob Dylan revient : Mondo Scripto (9 octobre-30 novembre 2018).

JPEG - 185.1 ko

 

Chansons manuscrites et dessins.

Halcyon Gallery, 144-146 New Bond St, Mayfair, London W1S 1SN.


À Lyon, en préface du Festival Lumière, qui commence demain (15-21 octobre 2018),

* Bob Dylan - Jerry Schatzberg II.

Avant ses premiers films - Portrait d’une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child) date de 1970) -, Schatzberg a photographié Dylan entre 1965 et 1967, au moment des albums Highway 61 Revisited (1965) et Blonde on Blonde (1966).

JPEG - 203.8 ko

 

L’Institut Lumière, en 2012, avait présenté une exposition avec une première sélection parmi ces photos.
Voici une deuxième sélection avec un nouveau catalogue (15 octobre-28 novembre 2018). Jerry Schatzberg sera là, mais Bob Dylan seulement sous réserve.

JPEG - 217.6 ko

 

Galerie lumière, 3 rue Pleney, 69001 Lyon.



Mercredi 24 janvier 2018

 

Echo Helstrom (1942-2018) est morte lundi dernier, le 22 janvier 2018.

JPEG - 279.6 ko

 

Elle fut la girlfriend de Dylan, once a true love of mine, entre l’automne 1957 (elle avait 15 ans, lui 16) et l’automne 1958, lors du passage de Bob à l’université de Hibbing, là-haut "où le vent souffle sur la frontière".

JPEG - 74.9 ko

 

C’est elle qui lui fit découvrir Jimmie Rodgers, "le cheminot chantant", auquel il rendit toujours hommage.
Installé à New York, Dylan écrivit pour elle en 1963 - on le présume, mais on ne lui connaît pas d’autre petite amie dans le Minnesota -, Girl of the North Country, où il célébrait her hair’s hanging down, It curls and falls all down her breast.


 



Mercredi 18 octobre 2017

 

Au Théâtre du Rond-Point, l’ADAMI fête Bob Dylan, ce soir et lundi prochain, le 23 octobre 2017.

JPEG - 381.1 ko

 

* À 20h30 : Times are changing.
Textes et musiques de Bob Dylan ; conception, chorégraphie et mise en scène de Jean-Claude Gallotta ; musique de Moriarty ; avec le Groupe Émile Dubois.

Théâtre du Rond-Pont, salle Renaud-Barrault, 2bis avenue Franklin-D. Roosevelt
75008 Paris.



Samedi 7 octobre 2017

 

Kazuo Ishiguro, le Prix Nobel 2017 de littérature a déclaré : "Vers 15 ou 16 ans, mes grosses influences étaient Leonard Cohen et Bob Dylan. C’est un honneur de passer après Bob Dylan. C’est super de remporter ce prix un an après Bob Dylan qui était mon héros depuis l’âge de 13 ans. Il est probablement l’une des personnes que j’admire le plus".



Mardi 3 octobre 2017

 

Tom Petty (1950-2017) est mort hier, lundi 2 octobre 2017 à Malibu.
D’une crise cardiaque.
Les Heartbreakers ont le cœur brisé.
Nous aussi, mais nos cœurs sont si souvent brisés, ces temps derniers, qu’on finit par savoir comment vivre quand même. on recolle, et ça tiendra bien le temps qui reste, même si - maladroits que nous sommes - la colle se voit, et pleure en dégoulinant dessus.

Dylan dans Rolling Stone  : It’s shocking, crushing news. I thought the world of Tom. He was a great performer, full of the light, a friend, and I’ll never forget him.


 



Dimanche 24 septembre 2017

 

Ça s’est passé le jeudi 21 septembre 2017 : Village Voice hebdo (1955-2017), a sorti sa dernière version imprimée sur papier, après 62 ans, et sans attendre le vrai anniversaire, le 26 octobre.

Avec, en Une, Dylan qui était si bon avec les mots à Washington Square.

JPEG - 282.1 ko

 

Les mauvaises langues pourraient dire que Dylan, c’est comme le rosé de Provence, ça va avec tout.
Mais là, on voit pas trop ce qu’il pouvaient mettre de plus "approprié", à part Jack Kerouac ou Norman Mailer, mais c’était mieux un vivant, de ceux qui ont des trous d’air de saudade, de temps à autre.


 



Jeudi 15 juin 2017

 

À Paris, à la Maison de la poésie, rendez-vous avec Bob.

* À 19h00 : Robert Allen Zimmerman, dit Bob Dylan.
Lecture d’extraits de chansons de Bob Dylan par Christophe Girard (en anglais et en français).
Avec Yves Bigot et Annette Levy Willard.

Ça pourrait être l’occasion de discuter de Bob Dylan-plagiaire & Bob-Dylan-éponge, puisque de nouvelles accusations le poursuivent.
Il s’en est d’ailleurs expliqué à propos de sa peinture.

C’est rarement les enfants-sauvages qui obtiennent le Prix Nobel. Les mots et les idées ne viennent jamais de nulle part ou du ciel (ce qui est un pléonasme).
Si on s’inspire d’un texte préexistant, même non signé ou signé par un nom obscur, il faut juste prendre le temps de le faire proprement, c’est crétin de se faire prendre. Parfois, on n’a pas le temps de faire ce petit travail personnel. Regardez les hommes politiques avec leurs langues de bois et leurs éléments de langage préfabriqués, largement contre-productifs.

On ? Même les poètes ?

En fait, même sans la moindre indulgence pour certains cynismes, force est de convenir qu’il y tant à dire sur le réel plagiat, sur les nappes phréatiques et leurs nouvelles formes, sur les sources de l’inspiration, sur les mimétismes inconscients, sur les notions de propriété et de vol.
Sans parler de l’injuste solitude des précurseurs ignorés de tous, y compris de leurs héritiers instinctifs.

S’il suffisait de copier deci delà pour être Bob Dylan, on serait cerné par les clones.

JPEG - 261.9 ko

 

Un détour :

Voici une brève histoire de Bob, racontée par Jeff Bridge, sans photo et presque sans musique : From the Vllage to the Basement.

Il s’y connaît Jeff Bridge.

Tout comme Chris Christofferson, d’ailleurs, et quelques autres.

Un plaisir personnel :


 

Maison de la poésie, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris.



Mardi 6 juin 2017

 

Bob Dylan a envoyé son discours aux Nobel, en avance même puisqu’il avait jusqu’au 10 juin 2017.

"Je me suis demandé quel était précisément le lien entre mes chansons et la littérature. Je voulais y réfléchir et découvrir la connexion".
Parmi ses inspirateurs, il cite Cervantès, Herman Melville, William Shakespeare.


 

Sara Danius commente.
"Le discours est extraordinaire et, comme l’on pouvait s’y attendre, éloquent. Le discours transmis, l’aventure Dylan s’approche de sa conclusion".

Pour mémoire, son premier speech, par procuration, en 2016.



Mercredi 24 mai 2017

 

Lundi 22 mai 2017, 22h30, Manchester, un concert se termine, la dernière chanson. Explosion. 22 morts, une soixantaine de blessés, des gosses, à partir de 8 ans.

Minutes de silence, drapeaux en berne, hommages divers, tous ensemble, on va pas se laisser abattre, car c’est ça qu’ils veulent, analyses stratégiques, coopération anti-terroriste, contre-attaques erratiques, etc.
Chagrin et compassion surtout.

Depuis le 11 septembre 2001, insensiblement, ces scènes d’horreurs sont entrées dans nos habitudes.

JPEG - 187.1 ko

 

Bon anniversaire, Bob Dylan.

Tu appartiens à cette génération qui aura tout connu, y compris la Seconde guerre mondiale de loin.

Tu auras entrevu le progrès et la paix, connu le climax d’une immense civilisation terrestre.
Désormais, à l’entrée de vieillesse, tu aperçois le déclin, une chute probablement inexorable.
Tes concerts crépusculaires, à leur façon, en témoignent.

Ne meurs jamais, Bob.

JPEG - 435.1 ko

 



Vendredi 19 mai 2017

 

On peut aussi avoir envie de ne pas bouger, et d’économiser son sens de la vue, le sens le plus sollicité dans nos civilisations urbaines.
Et de s’occuper un peu plus de son sens de l’ouïe, tellement et si souvent grossièrement accablé, dans les mêmes.

On ferme les yeux et les écoutilles, on ouvre les esgourdes, on se concentre.
Par exemple sur notre Prix Nobel 2016.

* Bob Dylan, un hommage poétique et musical.

Réalisé par Alexandre Plank, et préparé par Barbara Carlotti & Jean-Pierre Petit.
Une émission enregistrée en public le 17 mars 2017 à la Maison de la Poésie.

JPEG - 192.1 ko

 



Vendredi 21 avril 2017

 

Bob Dylan était hier au Zénith à Paris.

Alors, il a commencé comme à Stockholm, les deux concerts, par Things Have Changed.

Il a continué avec Don’t Think Twice, It’s All Right, Highway 61 Revisited, Beyond Here Lies Nothin’, I Could Have Told You, Pay In Blood, Melancholy Mood, Duquesne Whistle, Stormy Weather…

Pas très différent de Amsterdam (16-18 avril 2017).


 

Voir la liste des chansons du Zénith 2017 en bon ordre.

Tout savoir sur le Never Ending Tour 2016-2017.

JPEG - 40.8 ko

 

Qu’il chante ses tubes à lui ou ceux des autres, qu’il devienne doucement un crooner quasi-tradi au long des années, on aime ça, on aime toujours cette voix familière, toujours recommencée. Vieillir avec qui on aime, c’est le vieux rêve de la fraternité.

Ce qui nous plaît bien, aujourd’hui, c’est que ce soit lui, à l’Île Séguin, à Billancourt, attentif à ne pas la désespérer...

JPEG - 220.8 ko

 

JPEG - 188.9 ko

 

JPEG - 195.7 ko

 

... qui inaugure le vieux bastion dans ses nouveaux habits, ceux de La Seine nationale, 6000 spectateurs.

JPEG - 112 ko

 

JPEG - 266.2 ko

 

Que les usines deviennent des musées ou des salles de concert, que les douleurs du mouvement ouvrier engendrent une descendance de plaisirs et de visions, c’est la justice immanente de l’histoire en mouvement. Nous nous obstinons à y croire.

La Seine musicale, 1 cours de l’Île-Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt.



Dimanche 2 avril 2017

 

Dernières nouvelles de Stokholm, via Sara Danius :

Ce samedi 1er avril 2017, les douze membres de l’Académie suédoise ont rencontré Bob Dylan dans une cérémonie privée, au cours de laquelle il a reçu sa médaille d’or et son diplôme.

Il y avait du champagne.
Ils ont longuement contemplé la médaille (en or), surtout le verso, magnifiquement travaillé, représentant un jeune homme assis sous un laurier qui écoute la Muse, avec une inscription tirée de l’Énéide de Virgile : Inventas vitam iuvat excoluisse per artes (à peu près : À ceux qui ont amélioré la vie sur Terre par leurs arts et leurs inventions).

JPEG - 43.1 ko

 

À la fin du jour, ils ont eu droit, rien que pour eux, à un concert au bord de l’eau.

Ce dimanche 2 avril 2017, a eu lieu "l’extraordinaire concert" que Dylan a donné au Waterfront Congress Centre pour les gens normaux.

JPEG - 55 ko

 



Vendredi 31 mars 2017

 

Après Fallen Angels en 2016, c’est aujourd’hui que sort, partout dans le monde, le Triplicate (en écriture gothique personnalisée) de Dylan : 30 nouveaux enregistrements de chansons clasiques, des reprises de titres de Frank Sinatra, Lee Adams, Charles Strouse, Cy Coleman ou Harold Hupfield… Chaque volume porte son propre titre : ‘Til The Sun Goes Down, Devil Dolls, Comin’ Home Late.
On a le choix entre 3 formules : Digipak à 8 panneaux de 3 CD ; un ensemble de vinyls 3 LP et une édition limitée de vinyls de 3 LP emballés dans un boîtier numéroté. Ceci n’est pas de la pub, juste de l’info.

JPEG - 349.9 ko

 

La pub dit : "Bob Dylan’ First 3-Disc Album". Mais c’est rien que de la pub.

En effet, on connaît au moins trois précédents :

* Biograph en 1985.

JPEG - 491.8 ko

 

* Bootleg Serie vol 3 en 1991.

JPEG - 99.9 ko

 

* Bootleg Serie vol 8 en 2008.

JPEG - 137.1 ko

 

Sans compter les autres coffrets des bootlegs series qui comptent de 4 à 6 CD.
Et les centaines de bootlegs pirates.
On se souvient même d’un bootleg pirate, dans les années 70, qui comptait déjà 3 vinyls.


 

Comme Dylan commence sa tournée européenne par Stockholm, avec des concerts les 1er et 2 avril 2017 (suivis de ceux de Oslo le 4 et de Copenhague, le 6 et le 7 avril 2017), ça tombe bien, il pourra tirer un bord chez les Nobel, pour recevoir son Prix, son diplôme et sa médaille dans l’intimité et sans discours.

Mais il ne poura récupérer les huit millions de couronnes qui vont avec que quand il aura donné sa "Leçon Nobel" - en clair, son discours, apparemment le petit discours lu par Patti ne suffit pas. Il a six mois après la cérémonie pour le produire. C’est ce que nous confirme Sara Danius, la secrétaire perpétuelle de l’Académie.

Rappel des faits :

Quand il avait appris la nouvelle de son Prix Nobel, le 13 octobre 2016, Dylan, qui était en tournée, était resté silencieux un long moment.
Naturellement, cette attrribution du Nobel à un chanteur avait fait polémique, et son silence avait été traité d’arrogant et de mal poli.
Les gens "normaux" - "les croquantes z-et les croquants, tous les gens bien intentionnés" aurait dit Brassens - ne peuvent pas comprendre qu’on puisse être indifférent (voire rétif) aux honneurs, aux décorations, au fric, aux statues, aux académismes. Alors même qu’on a 75 ans, qu’on a passé sa vie sur des routes parallèles et qu’on est devenu un déchirant crooner crépusculaire. Dylan avait fini par envoyer une lettre de remerciements polis et étonnés, on ne saura jamais ce qu’il en aura vraiment pensé.

Cf. Dylan. Les enjeux d’un Nobel par Charles Ficat.

En fait, cette histoire, c’est tout bénéf pour les Nobel - deux pour le prix d’un - qui ont eu droit, le 10 décembre 2016, à une super Patti Smith très émue comme éclaireuse.



Vendredi 16 décembre 2016

 

À Paris, à la Mairie du 14e, dans la belle salle des mariages, on parle du Prix Nobel en général et de Bob Dylan en particulier.
Pour bien se préparer, relire les réflexions de Charles Ficat.

JPEG - 112.1 ko

 

* À 19h30 : Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016.
Présentation de Horace Engdahl (de l’Académie Nobel de Suède).
Lecture des poèmes de Bob Dylan par Anny Romand.
Avec le concours des élèves de la classe de chant de Amaya Dominguez.

JPEG - 300.4 ko

 

JPEG - 623.2 ko

 

En partenariat avec les centres culturels Vercingétorix et Marc-Sangnier qui vont mettre en scène leurs ateliers de musique avec les chansons de Bob Dylan.

Mairie du 14e, salle des mariages, 2 place Ferdinand-Brunot, 75014 Paris.



Mardi 13 décembre 2016

 

Notre ami préféré, Gilles T. Lacombe, nous envoie une photo de derrière les fagots : Cassius Nobel.

Vu le maquillage de Bob, elle doit dater de 1976.

On ne résiste pas à vous la faire passer.

JPEG - 330.3 ko

 



Dimanche 11 décembre 2016

 

Stockholm, le 10 décembre 2016, cérémonie des Nobel.

Patti Smith, so nervous, qui chante au délicieux blueeyed son qu’une Hard Rain’s A-Gonna Fall.

Patti Smith qui vieillit, comme Bob Dylan, comme nous tous qui habitons sur la Terre, qui elle-même se fait vieille.

C’est bien comme ça.


 

Lire quand même le discours de Bob D.

On peut lire aussi l’article pertinent de David Caviglioli dans L’Obs : "Bonsoir tout le monde."



Mardi 15 novembre 2016

 

Dylan par Dylan

La librairie L’écume des pages nous invitent à une rencontre à l’occasion de la réédition de l’ouvrage Dylan par Dylan. Interviews 1962-2004, édition établie par Jonathan Cott, traduit de l’anglais par Denis Griesmar, Éd. Bartillat, Paris, 2007.

* À 19h00 : Bob Dylan revisité. Les enjeux d’un prix Nobel
Avec Charles Ficat.

JPEG - 34.6 ko

 

Le livre est un basique des bibliothèques de tous les dylanophiles, qu’ils soient durs et purs et de la première heure, ou suivistes et variables, selon les générations ou au gré des vents des snobismes et des jalousies mondaines.

JPEG - 494.3 ko

 

Il a été réédité à juste titre, depuis l’attribution du prix Nobel (le 13 novembre 2016) et ses innombrables commentaires, légitimes ou non. La seule légitimité d’une de ces opinions émises à grand fracas est la lecture effective des écrits de Dylan, lecture souvent ardue et même hermétique, tout autant que celle des écrits surréalistes ou beatniks. Il faut fermer ses oreilles aux imposteurs qui braillent sous le seul prétexte qu’ils ont un porte-voix, et se faire son idée soi-même.

En attendant la sortie du méga-coffret de 36 CD de cette tournée mémorable (prévue le 11 novembre qui a été retardée) : Bob Dylan. The 1966 Live Recordings.

Il y a 50 ans, en effet, on se souvient, de février à mai 1966, Dylan, devenu électrique, tournait avec The Hawks, qui, du coup, devinrent The Band. C’était le Bob Dylan World Tour 1966, ancêtre du Never Ending Tour (depuis juin 1988).

JPEG - 37 ko

 

Cf. aussi :

* La rubrique Bob Dylan

* Le Never Ending Breaking News.

Librairie L’Écume des Pages, 174 boulevard Saint-Germain, 75006 Paris.



Mercredi 26 octobre 2016

 

Why Try To Change Me Now ?

La réponse de Bob "The Dumb" Dylan à tous ceux qui ne sont quand même pas de sa bande, même quand ils sont bienveillants.


 



Jeudi 13 octobre 2016

 

Et le prix Nobel de littérature 2016 est attribué à…

Mister Bob Dylan !

JPEG - 116.6 ko

 

Waouah !


 

Sur France Culture.

Et un excellent prétexte pour aller farfouiller dans le site généreux de Open Culture.

JPEG - 190.5 ko

 



Dimanche 14 août 2016

 

Dylan et la Beat Generation

À propos de l’exposition Beat Generation, Centre Pompidou (22 juin-3 octobre 2016)

JPEG - 208.8 ko

 

Bob Dylan connaissait bien Allen Ginsberg (1926-1997), ils étaient amis.

Dans l’expo de Beaubourg, Beat Generation, une vidéo passe en boucle, celle de leur dialogue au cimetière. Ils y devisent sur la tombe de Kerouac, dans l’Edson Cemetery, South Lowell, Mass.

JPEG - 108 ko

 

JPEG - 104.5 ko

 

Ginsberg se souvient de la tombe de Baudelaire à Montparnasse. Il dit y a laissé son poème Howl, l’exemplaire édité chez Ferlinghetti. Quelques années plus tard, nous ne l’y avons pas trouvé.

Dans une autre salle, sur tout le mur, passe aussi en boucle, le clip vidéo de Subterranean Homesick Blues première image de Dont Look Back de D. A. Pennebaker (1965) - Album : Bringing It All Back Home (1965).
Ça se passe, dans une ruelle pleine de déchets, derrière l’hôtel Savoy à Londres.
Au fond de l’écran, à gauche, on voit Ginsberg qui discute avec Bob Neuwirth.
Le titre du blues est sans doute un clin d’œil au roman de Kerouac, The Subterraneans (1953).

JPEG - 172.2 ko

 

On remarquera, à Beaubourg, que la chaise du "gardien" est vide.
Il n’est pas exclu que la personne ait disjoncté, contaminée par le mal du pays, à avoir ce blues lancinant dans les oreilles, toute sa journée de travail. Les voies des souterrains sont impénétrables.

JPEG - 76.9 ko

 

Bonus Dylan-Ginsberg :


 

Dylan connaissait moins bien William Burroughs (1914-1997) : "I don’t really know him - I just met him once. I think he’s a great man", dit-il.

Selon James Adams qui remercie beaucoup Jed Birmingham, ils se seraient juste rencontrés à Greenwich Village en 1965.

Leurs deux self-portraits, celui de Burroughs exposé à Beaubourg (nd) et celui de Dylan (album, 1970) se font écho.

JPEG - 110.8 ko
JPEG - 63.6 ko

 

JPEG - 59.9 ko

 



Dimanche 26 avril 2015

 

Dylan, ce radin

JPEG - 473.5 ko

 

Commentaires dylaniens

Avalanche de messages du fan club de Dylan, qui demande un droit de réponse en Une et de même taille exactement, outré de ce qu’on a pu dire sur leur idole dans le Plaisir des amateurs en ligne n°24. :

[…] Parce que, quand on vous offre ses heart, soul and everything, ça ne se refuse pas. Pas comme ce radin de Dylan, qui fout le camp, parce qu’il avait donné son cœur mais qu’elle voulait son âme. [...]

Même à l’intérieur de la rédaction, on frôle la scission, pour une toute petite ligne.
Déjà, il avait tiqué quand on avait parlé de crooner.
Ce lobby est redoutable.

Pourtant, incurables rêveurs, nous maintenons notre point de vue sur la générosité et la radinerie, le cœur, l’âme et autres everything, nécesaires à l’amour, la vraie amour, la belle amour.

Nous tisserons, un de ces jours, un fil d’Ariane "Dylan", dans le labyrinthe du site de JC. Il a pas à se plaindre, on trouve.
On verra à plus, quand on aura été l’écouter, cet été, à Albi ET à Saint-Malo-du-Bois.

Jeune Cinéma en ligne directe
Journal de Old Gringo (dimanche 26 avril 2015)

JPEG - 473.4 ko

 



Dimanche 6 mars 2016

 

Dylan et ses archives

JPEG - 137.2 ko

 

L’Université de Tulsa, Oklahoma, a acquis plus de 6000 documents, enregistrements et objets de Bob Dylan qui seront consultables à côté des archives de Woody Guthrie. Prix : entre 15 et 20 millions de dollars.

Des enregistrements de 1959, des vidéos inédites de concerts, des instruments de musique, des photos, son blouson de cuir de 1965, celui qu’il portait à Newport en juillet, quand il s’est fait huer pour la première fois, avec sa nouvelle guitare électrique. (The "Judas incident" a eu lieu, plus tard, le 17 mai 1966, à Manchester).
Et le numéro de téléphone de Johnny Cash.


 

Qui n’a pas, chez lui, quelque relique de Zim, un t.shirt collector, un pirate unique, une trouvaille de brocante improbable ?
Le New York Times publie quelques archives touchantes de ses lecteurs.

Toutes les nouvelles de Dylan, qui devient, lentement, un vieux monsieur, tout en nous laissant croire qu’il est forever young, ça nous concerne. Mais on ne sait pas trop quoi faire de celle-là.

On va pouvoir faire des recherches sur lui, en bibli, comme on en fait au Château de Vincennes sur la Guerre de 14 ou la prison du Cherche-Midi.
L’idée de pouvoir fouiller dans ses archives secrètes, qui doivent couvrir carrément toute l’histoire de la musique des USA, ça nous ravit et nous perturbe à la fois.
So what ?
Peut-être cette idée simple : nous autres, ses plus ou moins congénères, il faut qu’on se mette aussi à quelques rangements.

Quoiqu’il en soit, Bobby, décidément forever young, sortira son 37e album, le 20 mai 2016 : Fallen Angels , juste avant son anniversaire. Il en assure déjà la promotion dans une tournée américaine d’une trentaine de dates, avec en première partie Mavis Staples.

JPEG - 195.8 ko

 



Lundi 2 mars 2015

 

bobdylan.com via la Columbia Marketing nous envoie The Night We Call It A Day. On partage volontiers.


 



Lundi 2 février 2015

(suite)
 

À crooner, crooner et demi

En 2015, Dylan chante Sinatra.
Cf. Journal de Old Gringo du lundi 2 février 2015.

À propos de Sinatra, notre préférée, méconnue (que Dylan n’a pas choisie) : It was a pretty good year.
For Now the days are short.

JPEG - 216.9 ko

 


 

When I was seventeen, it was a very good year
It was a very good year for small town girls
And soft summer nights
We’d hide from the lights
On the village green
When I was seventeen

 

When I was twenty-one, it was a very good year
It was a very good year for city girls
Who lived up the stairs
With perfumed hair
That came undone
When I was twenty-one

 

When I was thirty-five, it was a very good year
It was a very good year for blue-blooded girls
Of independent means
We’d ride in limousines
Their chauffeurs would drive
When I was thirty-five

 

But now the days are short, I’m in the autumn of my years
And I think of my life as vintage wine
From fine old kegs
From the brim to the dregs
It poured sweet and clear
It was a very good year

 



Lundi 2 février 2015

 

Dylan : Bob & Greg et Sinatra

Divagation sur Bob & Greg.

Aujourd’hui, lundi 2 février 2015, où vont-ils tous, les fans de Dylan ?
Se procurer, avant les Américains qui ne l’auront que demain, son 36e album : Shadows in the Night, hommage à Frank Sinatra, avec dix titres jadis chantés par "the Voice".

JPEG - 165.9 ko

 

Mais est-ce vraiment un tribut au seul Sinatra ?
Parce que Autumn Leaves, y a pas eu que Frank sur le coup.

Faudrait pas oublier Billie Holiday pour I’m A Fool To Want You.

Pour Some Enchanted Evening, dès 1949, tout le monde le chantait après avoir vu la comédie musicale South Pacific à Broadway (Ezio Pinza, l’original, Bing Crosby, Al Jolson). Le film ne sortira qu’en 1958.

Quant à Full Moon And Empty Arms, ça nous dit quelque chose, du côté des standards classiques (qui n’ont aucune raison d’être sacralisés, d’accord).

Pour Where Are You, on aime bien aussi Gertrude Niessen en 1937.

Enfin, pour What’ll I Do ?, pas de raison d’évacuer Nat King Cole, et pour That Lucky Old Sun, non seulement Ray Charles n’est pas loin, mais Dylan l’a déjà chanté en 2000 (on comparera).

Bon, ne chipotons pas.
On n’a rien contre Sinatra, et, comme tout le monde, on se régale des standards et on a de la tendresse pour les crooners.

Dylan, s’il n’avait pas besoin de référent, a bien le droit de faire crooner, désormais. C’est pas nouveau et ça nous a toujours plu : Let It Be Me en 1969 (pourtant bien mal reçu à l’époque) ou You Belong To Me en 1994.

Et puis, les dylaniens inconditionnels, c’est un puissant lobby, avec qui nous entretenons des liens affectueux et permanents.
On peut même avouer que quand Hugh fait de l’ironie sur Bob, on apprécie moyennement, et on le soupçonne de jalousie pure et simple.
Et tant qu’on y est, RV au Club Skorecki.


 


Tout ça pour en venir au principal.

Saviez-vous que Bob et Greg (alias Old Gringo) s’appréciaient mutuellement ?

Ça a commencé en 1986.

Dylan écrit une chanson avec Sam Shepard : Brownsville Girl (album Knocked Out Loaded). (1)

1st verse :
Well, there was this movie I seen one time / About a man riding ’cross the desert and it starred Gregory Peck./ He was shot down by a hungry kid trying to make a name for himself. / The townspeople wanted to crush that kid down and string him up by the neck.
[…]

10th verse :
Something about that movie, though well I just can’t get it out of my head. / But I can’t remember why I was in it or what part I was supposed to play. / All I remember about it was Gregory Peck and the way people moved. / And a lot of them seemed to be lookin’ my way.
[…]

17th verse (and last one) :
There was a movie I seen one time, I think I sat through it twice. / I don’t remember who I was or where I was bound. / All I remember about it was it starred Gregory Peck, he wore a gun and he was shot in the back. / Seems like a long time ago, long before the stars were torn down.

En 1997, Old Gringo lui a renvoyé l’ascenseur.

Le 7 décembre 1997, à la Maison Blanche - à l’époque, c’était chez les Clinton -, Greg fait un petit discours à Bob, et lui offre le Kennedy Center Honours Lifetime Achievement Award (KCA Award).
Parmi les autres artistes récompensés ce soir-là, Lauren Bacall.
Dylan a une petite mine parce qu’il avait été très malade le 25 mai 1997.
Peut-être aussi parce qu’il était ému. Sinon, il devait être content.

1. Il s’agit de The Gunfighter (La Cible humaine) de Henry King (1950).
Dans le film, Gregory Peck dit quatre fois : "Got my mind made up".
Et c’est le titre de la chanson suivante de Dylan sur l’album.



Mardi 4 novembre 2014

 

Dylan et ses Basement Tapes

JPEG - 57 ko

 

C’est donc aujourd’hui, 14 brumaire (jour de l’endive dans le calendrier républicain), que sont dévoilés, pour le public occidental, les Basement Tapes, ces bandes enregistrées en catimini par Bob Dylan et ses copains The Hawks (bientôt The Band) durant l’automne 1967, après son accident de moto.

Enregistrements sauvages, avec un matériel technique primitif, jamais officiellement sortis avant la courte anthologie de 1975, qui reprenait une vingtaine de titres.

Mais sur le marché parallèle, ils donnèrent naissance en 1969 au double album The Great White Wonder, premier disque pirate de l’histoire de la musique.

Depuis, les recueils de ces "bandes du sous-sol" ont fleuri, toujours clandestinement, offrant des versions diverses des sessions de 1967 - la plus complète, A Tree With Roots, rassemblait un peu moins de 120 morceaux.

Autant dire que les 138 chansons annoncées sont attendues comme la révélation suprême par l’internationale des fanatiques.

Bonne occasion pour relire La République invisible (Denoël, 2001) dans lequel Greil Marcus détaille, en 336 pages, l’importance de cet archipel pas totalement exploré.

Bonne occasion aussi pour relire les articles parus dans Jeune Cinéma, sur les rapports de Dylan avec le cinéma. Bernard Nave et Lucien Logette ne sont pas tout à fait d’accord.

Allez donc aussi regarder de plus près The Girl From The North Country, et la jeune fille dont il était question, en 1964.



Samedi 24 mai 2014

 

Dylan et son anniversaire

Chaque année, la fin du festival de Cannes correspond à l’anniversaire de Bob Dylan.

JPEG - 1.5 Mo

 

Cannes, dernier jour, projos de rattrapage, festival terminé.

JPEG - 185.3 ko

 

Le soir, cérémonie de clôture. Le jury de Jane Campion offre un palmarès selon notre cœur.
Le Ceylan (Winter Sleep), on le voulait, et la surprise des Merveilles, ça a de la fraicheur.
On s’est marré de voir Xavier Dolan en faire des tonnes sur scène.
Pour compenser la palme, qu’il n’a pas eue malgré son très fort avoué désir ?

Quant à Godard - Ah Godard ! -, il est inévitable.
On a visionné avec intérêt ses deux interventions sur le Net : ses insultes à Tarantino qui ne lui a versé aucun droit sur le nom de sa boite de production (Bande à part, "marque déposée", mais Quentin, en réponse, l’a joué classe), et sa lettre ésotérique à MM. Jacob et Frémaux. Une phrase à en retenir : "Je ne fais plus partie de la distribution". S’il le dit. Bien joué en tout cas : il a économisé le voyage et il a eu plus d’auditeurs.

Sinon, aujourd’hui, comme chaque année à la fin de Cannes, c’est l’anniversaire de Bob Dylan. Il a 73 ans. Déjà en 1971, ça faisait flipper Charlie Brown.

JPEG - 71.5 ko

 

Merci au Club Skorecki

Mais finalement, il a bien tenu, Bobby.

JPEG - 226.8 ko

 



Le contexte :

* Journal de Ma’Joad 2014 : Samedi 24 mai 2014 ; Mardi 4 novembre 2014.

* Journal de Old Gringo 2015 : Lundi 2 février 2015 ; Lundi 2 février 2015 (suite) ; Lundi 2 mars 2015 ; Dimanche 26 avril 2015.

* Journal de Hushpuppy 2016 : [Dimanche 6 mars 2016-art1041] ; Dimanche 14 août 2016 ; Jeudi 13 octobre 2016 ; Mercredi 26 octobre 2016 ; Mardi 15 novembre 2016 ; Dimanche 11 décembre 2016 ; Mardi 13 décembre 2016 ; Vendredi 16 décembre 2016.

* Journal de Ben Cash 2017 : Vendredi 31 mars 2017 ; Dimanche 2 avril 2017 ; Vendredi 21 avril 2017 ; Vendredi 19 mai 2017 ; Mercredi 24 mai 2017 ; Mardi 6 juin 2017 ; Jeudi 15 juin 2017 ; Dimanche 24 septembre 2017 ; Mardi 3 octobre 2017 ; Samedi 7 octobre 2017 ; Mercredi 18 octobre 2017.

* Journal de Louise Wimmer 2018 : Mercredi 24 janvier 2018 ; Vendredi 12 octobre 2018.

* Journal de Ellis & Neck 2019 : Jeudi 11 avril 2019 ; Vendredi 24 mai 2019 ; Mardi 4 juin 2019 ; Vendredi 7 juin 2019 ; Mercredi 12 juin 2019 ; Lundi 17 juin 2019 ; Vendredi 12 juillet 2019 ; Mercredi 27 novembre 2019.

* Journal de Abla 2020 : Vendredi 31 janvier 2020 ; Vendredi 27 mars 2020 ; Lundi 20 avril 2020 ; Mercredi 20 mai 2020
 

Revue Jeune Cinéma - Contacts