home > Au fil du temps > Journaux de JC > 2014 : Ma’ Joad > Journal de Ma’ Joad (janvier 2014)
Journal de Ma’ Joad (janvier 2014)
Janvier 2014
publié le vendredi 31 janvier 2014


 

JANVIER 2014

 



Mercredi 29 janvier 2014

 

François Cavanna (1923-2014) est mort aujourd’hui.
Le fondateur de Hara-Kiri, c’est un vrai deuil personnel.


 

Sur France Culture.


Lundi 27 janvier 2014

 

Pete Seeger (1919-2014 est mort aujourd’hui.
On se souvient qu’on a connu Bob Dylan, Joan Baez, et même Peter, Paul and Mary avant de le connaître, lui. Et c’est un peu honteux.
C’est le lot des précurseurs.


 


Lundi 13 janvier 2014

 

Bon anniversaire à notre immortelle Kay Francis (1905-1968).
Elle va sur ses 100 ans.
Elle avait les yeux bleus, mais on ne l’a jamais vraiment su.

JPEG - 305.8 ko

 

JPEG - 285.4 ko

 


Vendredi 3 janvier 2014

 

Saul Zaentz (1921-2014) est mort aujourd’hui à San Francisco.

JPEG - 364.5 ko

 

Les producteurs, on s’en fout un peu, et on a tort.
Certains sont importants. Lui, il était indépendant et soigneux, ne s’occupant que d’un seul film à la fois.
Avec Milos Forman, il avait remporté des Oscar du meilleur film pour
Vol au-dessus d’un nid de coucou (One Flew Over the Cuckoo’s Nest) en 1975 et de nouveau pour Amadeus en 1984.
Dix ans plus tard, pour Le Patient anglais (The English Patient) de Anthony Minghella (1996).


Mercredi 1er janvier 2014

 

JEUNE CINÉMA VOUS SOUHAITE UNE BONNE ANNÉE 2014.


 



 

ÉDITO 2014

 



Nous sommes - encore et toujours - dans la grande Dépression de 2008.
Nous sommes dans la guerre aussi, boucheries et carnages partout ou presque dans le monde, échos de nos commémorations dérisoires.

Devant nous, plus aucun voyage. Aucune terre promise même illusoire, ni de l’Oklahoma à la Californie par la Route 66, ni vers Katmandou. Il y a longtemps que les utopistes se sont tus, penauds, et la cité du Soleil est devenue la cité des Asphyxiés.

Dans ce désert moral, il nous reste les mots et les images, ceux qui constituent le spectacle largement annoncé. Ce sont eux qui nous imposent de rester vigilants : les surveiller dans leurs dérives, les désarticuler dans leurs impact compact, tenter de limiter leur pouvoir épidémique. En attendant mieux.

C’est désormais dans les livres et dans les films que nous trouvons nos justes, disparus de la réalité. Nous leur donnons la parole, au fil du temps.

En 2014, la parole est à Ma’Joad (*), la strong woman des deux John, Steinbeck et Ford, sentinelle douloureuse et immortelle.

Car, si personne ne sait encore comment les récolter, dans les âmes lourdes, les raisins de la colère sont mûrs, prêts à être vendangés.

Jeune Cinéma
 

* Les Raisins de la colère (The Grapes of Wrath) de John Ford (1939).
Ma’ Joad : Jane Darwell.
 



Voyage dans le temps.

 



Revue Jeune Cinéma - Contacts