home > Au fil du temps > Journaux de JC > 2014 : Ma’ Joad > Journal de Ma’ Joad (mai 2014)
Journal de Ma’ Joad (mai 2014)
Mai 2014
publié le samedi 31 mai 2014


MAI 2014



Samedi 31 mai 2014

 

Notre plus fidèle abonné, José Duarte, qui, à Lisbonne, possède toute la collection de Jeune Cinéma depuis le numéro 1, nous écrit :

O mês de agosto de 2014 terá 5 sextas-feiras, 5 sábados e 5 domingos. Isto acontece somente uma vez a cada 823 anos. Os chineses chamam a isto de "BOLSO CHEIO DE DINHEIRO".

(Le mois d’août 2014 a 5 vendredis, 5 samedis et 5 dimanches.
Cela arrive seulement une fois tous les 823 années.
Les Chinois l’appellent "Poches pleines d’argent").

La dernière fois, c’était en 1191. On ne va pas pouvoir vérifier.
Quoique.

Il semblerait que dans le jeu vidéo Assassin’s Creed, certaines séquences se passent en 1191, justement. Y a plus qu’à faire quelques recherches.



Mardi 27 mai 2014

 

Mort de Helma-Sanders-Brahms (1940-2014)

Heike Hurst l’avait rencontrée, en 2008 (Jeune Cinéma n°321), à l’occasion de la sortie de son film Allemagne mère blafarde en copie neuve.
Juste avant la sortie de Clara, qu’on avait vu à Mannheim-Heidelberg en 2008.

Ce sera donc son dernier film.
Allemagne mère blafarde est sorti en DVD en 2010.

JPEG - 69.9 ko

 



Samedi 24 mai 2014

 

CANNES. Dernier jour, projos de rattrapage, festival terminé.

JPEG - 185.3 ko

 

Le soir, cérémonie de clôture.
Le jury de Jane Campion offre un palmarès selon notre cœur.

"Le Ceylan", Winter Sleep, on le voulait, et la surprise des Merveilles, ça a de la fraicheur.
On s’est marré de voir Xavier Dolan en faire des tonnes sur scène.
Pour compenser la palme, qu’il n’a pas eue malgré son très fort avoué désir ?

Quant à Godard - Ah Godard ! -, il est inévitable.

On a visionné avec intérêt ses deux interventions sur le Net : ses insultes à Tarantino qui ne lui a versé aucun droit sur le nom de sa boite de production (Bande à part, "marque déposée", mais Quentin, en réponse, l’a joué classe), et sa lettre ésotérique à MM. Jacob et Frémaux.
Une phrase à en retenir : "Je ne fais plus partie de la distribution".
S’il le dit. Bien joué en tout cas : il a économisé le voyage et il a eu plus d’auditeurs.

Sinon, aujourd’hui, comme chaque année à la fin de Cannes, c’est l’anniversaire de Bob Dylan. Il a 73 ans. Déjà en 1971, ça faisait flipper Charlie Brown.

JPEG - 71.5 ko

 

Merci au Club Skorecki

Mais finalement, il a bien tenu, Bobby.

JPEG - 226.8 ko

 



Vendredi 23 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Clouds of Sils Maria de Olivier Assayas

JPEG - 91.5 ko

 

Le soir, on annonce le palmarès de Un certain Regard.
Le Prix revient à White Dog de Kornel Mundruczo.

Le film dégage quelque chose comme une sorte de fascisme larvé, il y a comme une perversion interne du film. Un vrai malaise, qui vient d’on ne sait trop où : une complaisance dans la cruauté, une incohérences du scénario ou du montage, voire les yeux bleus glaciaires de la petite fille. Peut-être aussi que décidément, on préfère les chats qu’on ne peut pas dresser. Du coup, la beauté de certaines images s’en trouve frelatée.

Faut jamais attribuer tant d’importance aux distributions des prix.
Mais à Cannes, on est pris de fièvre et de fatigue, entraîné par la stupide frénésie de la compétition : il faut que la chute de la séquence soit réussie.

Heureusement que le jury a aussi récompensé Le Sel de la terre de Wim Wenders, sur le photographe Salgado, ou Charlie’s Country de Rof de Heer, et d’autres qu’on aimait.



Jeudi 22 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Charlie’s Country de Rolf De Heer.
Aussi à cause de nos attaches australiennes.

JPEG - 82.8 ko

 


Mercredi 21 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Comment Yukong déplaça les montagnes de Joris Ivens (1976) à Cannes Classic.
Oldie but goldie.
Et puis Lucien Logette figure au générique, et, au passage, il fait un petit coucou à Marceline.



Mardi 20 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Lost River de Ryan Gosling. Une merveille.

JPEG - 408.6 ko

 



Lundi 19 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Foxcatcher de Bennett Miller.

JPEG - 28.9 ko

 



Dimanche 18 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : l’Argentin Relatos Salvares (Les Nouveaux Sauvages) de Damian Szifron.
C’est un film "Hara-Kiri", bête et méchant.

On peut oser : If en plus marrant.

Tout faire péter, ça c’est un vieux rêve qui bouge encore.
Et, en plus, grâce à ces nouveaux sauvages, dans ce film, il arrive que la bombe soit efficace.

JPEG - 137.3 ko

 



Samedi 17 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : The Diasppearance of Eleanor Rigby de Ned Benson.

Violente envie de sauter sans délai dans un avion pour NYC.

JPEG - 150.2 ko

 


Aujourd’hui, à Paris, à Beaubourg, et jusqu’au 2 juillet 2014, on installe The Clock de Christian Marclay.

Cette géniale capture du temps, on l’avait contemplée, plusieurs heures de suite, fascinés, au pavillon de l’Arsenal, à Venise en 2011, désolés d’être obligés de quitter ce fil du temps hypnotique, quand ils fermaient le soir.



Vendredi 16 mai 2014

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Sommeil d’hiver de Nuri Bilge Ceylan. On aime toute l’œuvre de ce Turc mélancolique, qui nous ressemble tant.
On l’attendait de pied ferme. On n’a pas été déçu.

JPEG - 91.1 ko

 

JPEG - 145.2 ko

 



Jeudi 15 mai 2014

 

Cannes ne change pas.
Il y a ceux qui vont entrer (dans le bunker), ceux qui n’entrent pas, ceux qui ont trouvé les meilleures places, et ceux qui s’en foutent.

JPEG - 191.3 ko

 

JPEG - 190.4 ko

 

JPEG - 273.8 ko

 

JPEG - 147.5 ko

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger & Samuel Theis.

Et, après la party, le breakfast hilare de Joseph Bour.

JPEG - 176.9 ko

 



Mercredi 14 mai 2014

 

Début du festival de Cannes, 67e édition (14-24 mai 2014).
L’affiche en vrai, et la red carpet sans stars

JPEG - 155.1 ko

 

JPEG - 208.9 ko

 

CANNES. Notre film préféré du jour : Timbuktu du Mauritanien Abderrahmane Sissako.
On se souvenait du Tombouctou de Jacques Tourneur avec Victor Mature (1959).

JPEG - 111.6 ko

 

Depuis les temps ont changé.

JPEG - 155 ko

 



Mercredi 7 mai 2014

 

Mail du Festival international de films de femmes de Créteil (FIFF).

Qui nous donne des nouvelles de Cecilia Mangini.

JPEG - 81.7 ko

 

On est invité à une rétrospective de ses films à Montréal et à Québec, où elle sera présente. C’est un peu loin, mais ça fait plaisir.

Cecilia Mangini, qui va sur ses 87 ans, est une documentariste "engagée", comme on disait autrefois.
Elle a été célébrée par la cinémathèque de Bologne et par le FIFF (en 2011), mais dans l’ensemble, elle est inconnue en France.

Jeune Cinéma, branchée Italie et engagement, ne l’avait pas manquée, ni elle, ni son mari, Lino del Fra (1929-1997), avec qui elle a travaillé.
Elle avait croisé notamment Mingozzi et Micciché (tout spécialement chouchoutés par JC) et avait travaillé avec Pasolini.
Elle était la scénariste de La villeggiatura de Marco Leto (1973).

En 1977, Lino Del Fra avait remporté le Léopard d’or à Locarno, pour son film Antono Gramsci - Journal de prison.

Cf. "Entretiens avec Mangini et Del Fra", Jeune Cinéma n° 74, novembre 1973, spécial cinéma italien et n°107, décembre 1977.



Lundi 5 mai 2014

 

Charlot a cent ans à la cinémathèque de Bercy.

Il habite sur le site personnel de Chaplin.

Il habite aussi chez le camarade Bernard Chardère.

JPEG - 220.2 ko

 



Samedi 3 mai 2014

 

Mort de Gabriel Auer (1936-2014).

Il avait reçu, à Cannes en 1980, le second Prix Jean Delmas, pour son film Vacances royales, son premier film, pas son meilleur.

Il avait signé deux papiers pour Jeune Cinéma (n° 71 et 216).
Il était là pour le 40e anniversaire de la revue.

Dans le cadre de "Images d’hier", Vincent Dupré avait retrouvé et projeté le film, le 6 novembre 2012, pour un hommage à Andrée Tournès.
Et Gabriel Auer était encore là.

N.B. À propos du Prix Jean Delmas :

Créé après la mort du fondateur de Jeune Cinéma, le 12 mai 1979, il devait être remis chaque année, durant le Festival de Cannes.

Le premier Prix Jean Delmas a été attribué, en 1979, à Paco l’infaillible de Didier Haudepin, avec Alfredo Landa, Patrick Dewaere, Christine Pascal & Jean Bouise.
Il n’y en a pas eu de troisième.



Revue Jeune Cinéma - Contacts