Journal de Ellis & Neck 2019 (octobre 2019) I
1er-15 octobre 2019
publié le vendredi 11 octobre 2019


 

OCTOBRE 2019

(1er-15 octobre 2019)
 



Samedi 12 octobre 2019

 

À Lyon, et dans toute la métropole lyonnaise (60 lieux dans 23 communes), le Festival Lumière 2019, 11e édition fête se 10 ans accomplis (12-20 octobre 2019).

JPEG - 372.8 ko

 

JPEG - 589.1 ko

 

Cette année 2019, le Prix Lumière 2019, c’est Francis Ford Coppola.

JPEG - 455.1 ko

 

Les invités d’honneur 2019 : Daniel Auteuil, Marco Bellocchio, Gael García Bernal, Bong Joon-ho, Ken Loach, Frances McDormand, Barbet Schroeder, Martin Scorsese, Donald Sutherland, Marina Vlady.
Et un hommage à Dominique Laffin (1952-1985.

Au programe, notamment :

* Rétrospective André Cayatte.

* Forbidden Hollywood. Les trésors de la Warner.

* Histoire permanente des femmes cinéastes : Lina Wertmüller

Et les trois prix annuels :

* Le Prix Raymond-Chirat 2019 : Vincent Paul-Boncour.

* Le Prix Bernard-Chardère 2019 : Luc Lagier.

* Le Prix Fabienne-Vonier 2019 : Véronique Cayla.

JPEG - 784.9 ko

 

Aujourd’hui, samedi 12 octobre 2019 :

* Le Village de l’Institut Lumière ouvre à partir de 10h30 : marché DVD, librairie cinéma,
boutique officielle.

JPEG - 817.6 ko

 

* À 10h30 : Paul Grandsard. Dans le hangar du Premier-film. Portraits 2010-2018.
C’est en face du Hangar, il faut juste traverser la rue.

JPEG - 261.5 ko

 

JPEG - 740.1 ko

 

JPEG - 358 ko

 

Au Village, il y a aussi un bar à bières, un restaurant, le plateau de Radio Lumière, et, tous les soirs, à 20h00, un concert de musique live.

JPEG - 403.6 ko

 

JPEG - 466.8 ko

 

JPEG - 486.6 ko

 

Ce soir, cérémonie d’ouverture, à la Halle Tony-Garnier, pour les gens chic :

* À 17h30 : La Belle Époque de Nicolas Bedos (2019).
En sa présence avec Daniel Auteuil et Doria Tillier.

JPEG - 354.6 ko

 

Ou bien, à l’Institut Lumière, pour les indépendants :

* À 17h00 : La Belle de Saïgon (Red Dust) de Victor Fleming (1932).

JPEG - 364.8 ko

 

* À 19h00 : Mississippi Burning de Alan Parker (1988).

JPEG - 276.7 ko

 

* À 22h00 La trilogie des zombies de George A. Romero : La Nuit des morts-vivants (The Night of the Living Dead, 1968) ; Zombie ((Zombi. Dawn of the Dead, 1978) ; Le Jour des morts-vivants (Day of the Dead, 1985).

Cf. La trétralogie des zombies par Jérôme Fabre.
Jeune Cinéma n°298-299, automne 2005

JPEG - 655.1 ko

 

Et pour tous les fêtards de nuit, en entrée libre, comme tous les soirs du festival : La Plateforme.

JPEG - 411.6 ko

 

Demain, dimanche 20 octobre 2019 :

* À 11h00 : Pierre et Jean de André Cayatte (1943).

JPEG - 291.6 ko

 

* À 15h15, à la Comédie Odéon : Rencontre avec Donald Surherland.

JPEG - 283.5 ko

 

* À 15h00, Halle Tony-Garnier : Chaplin en ciné-concert.
Accompagnement au piano par Serge Bromberg.

JPEG - 368.2 ko

 

* À 19h30 : Le Temps de vivre de Bernard Paul (1969).

JPEG - 358.2 ko

 

* À 21h30 : Les Gens de la pluie (The Rain People) de Francis Ford Coppola (1969).

JPEG - 550.2 ko

 

Faites votre programme.
Mieux : inscrivez-vous à la newsletter.

Institut Lumière, rue du Premier-Film, 69 008 Lyon.
Comédie Odéon (rencontre des invités), 6 rue Grolée, 69002 Lyon.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 12 au 18 octobre 2019.



Vendredi 11 octobre 2019

 

Marie-José Nat (1940-2019) est morte hier, le 10 octobre 2019.
On n’aimait guère Annie la petite bourgeoise convenue de Henri-Georges Clouzot - La Vérité.

JPEG - 213.3 ko

 

Mais beaucoup Élise, la petite ouvrière de Michel Drach en 1970 - Élise ou la vraie vie.
Mai 68 était passé par là, qui avait libéré et magnifié toutes les passions, personnelles et collectives, physiques et politiques.

JPEG - 297.2 ko

 

JPEG - 343.4 ko

 

JPEG - 519.4 ko

 

Toutes ces années 60 et 70, on n’avait jamais cessé d’aimer sa frimousse, peut-être aussi parce qu’elle ne prenait pas toute la place.
Et puis on aimait son coup de foudre avec Rezvani, une belle histoire d’amour de vieux, elle donnait de l’espoir à toute une génération qui perdait peu à peu toute voix au chapitre.
Après, on l’avait perdu de vue, les années 80 étaient passée par là, les temps, et les donnes politiques avaient bien changé.


À Montreuil, week-end Portes ouvertes des ateliers d’artistes (11-14 octobre 2019).

JPEG - 410.3 ko

 

On y retrouve notamment nos amis, aux Fondations de l’Ordinaire, à partir de 14h00, et on vernit à partir de 18h00.

JPEG - 418.5 ko

 

* Jacques Brissot.

JPEG - 511.2 ko

 

* Gilles Lacombe.

JPEG - 428.9 ko

 

* Jean Louis Leibovitch.

JPEG - 678.8 ko

 

Fondations de l’Ordinaire, 71 rue Robespierre, 93100 Montreuil.


À Nice, commence le festival annuel de l’association Héliotrope, Un festival c’est trop court !, 19e édition (11-18 octobre 2019).

JPEG - 174.9 ko

 

Avec 4 compétitions : Européenne, Expérience, Animation, Courts d’ici.


 

Ce soir, ouverture :

* À 18h30 : Hommage à Jean Vigo.
Une performance théâtrale et un ciné-concert dédiés au film À propos de Nice (1930).
Avec Valentine Carette, Anthony Chefdeville, Philippe Chirico, Mathieu Geghre.

JPEG - 293.5 ko

 

Faites votre programme.

Association Héliotrope,
10 bis rue Penchienatti, 06000 Nice.


À Pontault-Combault, commence le Festival international du 1er court métrage,20e édition (11-13 octobre 2019). Entrée libre


 

81 premiers courts métrages seront présentés au public, en présence des équipes des films.

Ce soir, inauguration et soirée anniversaire :

* À 19h30 : Mon plus beau mariage de Guillaume Husson (1999) ; Les oiseaux en cage ne peuvent pas voler de Luis Briceño (2000) ; Le Baiser des autres de Carine Tardieu (2002) ; Le Télégramme de Coralie Fargeat (2003) ; En chantier de Julie Grossetête (2015) ; Un message (Delivery) de Till Nowak (2005) ; Lettres rebelles de Sonia La Rue (2017) ; Le Rôle de ta vie de Marc Saez (2019) ; Les Trompes de ma mère de Sarah Heitz de Chabaneix (2017) ; Cache-Cash de Enya Baroux & Martin Darondeau (2018) ; Check et Mat de Eugénie Baratier (2019).
Présentation par Pierre Meunier.

Faites votre programme.

Cinéma l’Apollo, 62 avenue de la République, 77340 Pontault-Combault.


À Paris, le MAM fête sa réouverture, après une nouvelle et sérieuse rénovation inspirée des plans primitifs de sa construction pour l’exposition universelle de 1937.

JPEG - 279 ko

 

JPEG - 267.2 ko

 

JPEG - 277.6 ko

 

Pendant tout le week end, le musée est gratuit et ouvert à tous (11-13 octobre 2019).

Ce soir :

* De 18h30 à 22h30, sur le parvis : Accueil en musique par Big Band de jazz du Conservatoire à rayonnement régional de Paris sous la direction de Stéphane Tsapis.
Au programme : Duke Ellington, Charlie Mingus, Thelonious Monk, Dizzy Gillespie.
Ensuite : DJ set Patrick Vidal et Eugène Delation.

JPEG - 386.9 ko

 

Les expositions à découvrir seul ou en visite guidée :

* Hartung. La fabrique du geste (11 octobre 2019-1er mars 2020).

* You. Collection Lafayette Anticipations (11 octobre 2019-16 février 2020).

* Peng Wan Ts. Regards (11 octobre 2019-9 février 2020).

* La vie moderne. Nouveau parcours dans les collections (11 octobre 2019-30 septembre 2020).

Faites votre programme.

Musée d’art moderne (MAM), 11 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris.


À Paris, commence le Salon de la revue, 29e édition, avec 200 exposants et des centaines de titres (11-13 octobre 2019).

JPEG - 151.1 ko

 

Ce soir, inauguration à partir de 20h30.

Faites votre programme.

Blancs Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris.



Jeudi 10 octobre 2019

 

Bon anniversaire à Harold Pinter (1930-2008), 89 ans aujourd’hui.

JPEG - 227.8 ko

 

Avant de recevoir le prix Nobel de littérature en 2005, à 75 ans, il avait été objecteur de conscience et comédien, angry young man et dramaturge "le plus important depuis Ionesco et Beckett" dès le tournant de sa trentaine, engagé tendance absurde et le faisant savoir dans les années 70, dans sa quarantaine (la cause palestinienne, Cuba..).

JPEG - 94.7 ko

 

Harold Pinter présenté par Claude Régy en 1968.

JPEG - 52.4 ko

 

Dans sa cinquantaine, il prit parti pour les Kurdes, notamment avec sa pièce Mountain Language (1988).

JPEG - 129.8 ko

 

JPEG - 156.2 ko

 

JPEG - 156 ko

 

Il fut aussi le scénariste de Joseph Losey - Modesty Blaise (1966), Accident (1967), The Servant (1968), The Go-Between (1971) - , de Elia Kazan - The Last Tycoon (1976) - ou de Karel Reisz - The French Lieutenant’s Woman (1981).

JPEG - 232.6 ko

 

Il continua à faire l’acteur jusque tard dans sa vie. On l’aime dans Breaking the code de Herbert Wise (1996) sur la vie de Alan Turing et dans The Tailor of Panama de John Boorman en 2001.

JPEG - 114.8 ko

 


À Paris, à l’IMA, : AlUla, merveille d’Arabie. L’oasis aux 7000 ans d’histoire (9 octobre 2019-19 janvier 2020).

JPEG - 167.5 ko

 

Institut du monde arabe (IMA), 1 rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005 Paris.


À Londres, au British Museum, : Inspired by the East. How the Islamic World Influenced Western Art (10 octobre 2019-26 janvier 2020).

JPEG - 237.8 ko

 

The British Museum, Great Russell Street, London WC1B 3DG.



Mercredi 9 octobre 2019

 

À Paris, à la Maison de l’Amérique latine, c’est entrée libre avec l’Association des ex-prisonniers politiques chiliens.

JPEG - 202.4 ko

 

* À 19h00 : Le Dernier Combat de Salvador Allende (11 de septiembre de 1973. El último combate de Salvador Allende) de Patricio Henríquez (1998).
Débat avec Pierre Kalfon.


 

Maison de l’Amérique latine, 217 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris.


À Blois, au festival Les Rendez-vous de l’histoire, 22e édition, cette année c’est l’Italie (9-13 octobre 2019).

JPEG - 310.5 ko

 

Pendant 5 jours, un grand salon du livre d’histoire, plus de 400 débats et conférences, des expositions, des cafés historiques, des découvertes gastronomiques, des spectacles.

Et un cycle de cinéma, qui commence très fort aujourd’hui, dès 9h30, au cinéma Les Lobis, avec neuf films (jusqu’à samedi, ce sera le même rythme quotidien) : La dolce Vita de Federico Fellini (1960) ; Sacco et Vanzetti de Giuliano Montaldo (1971) ; Santiago, Italia de Nanni Moretti (2019) ; La Ciociara de Vittorio De Sica (1960) ; Le Jeudi (Il giovedi) de Dino Risi (1963) ; Palerme de Emma Dante (2014) ; Les Merveilles (Le meraviglie) de Alice Rohrwacher (2015) ; Les Recrues (La commare secca) de Bernardo Bertolucci (1962) ; Les Camarades (I compagni) de Mario Monicelli (1963).

JPEG - 178.3 ko

 

JPEG - 210.1 ko

 

Faites votre programme.

Les Rendez-vous de l’histoire, 4 ter rue Robert-Houdin, 41000 Blois.


À Bratislava, commence le Jeden svět 2019, (aka the One World Film Festival) 20e édition (9-13 octobre 2019).

JPEG - 243.5 ko

 

Cet International Human Rights Documentary Film Festival, créé en 1999, est le fer de lance de l’ONG People in Need, créée en 1992 par un groupe de correspondants de guerre. Il a lieu au printemps à Prague, et diffuse désormais un peu partout, 36 villes en République tchèque, mais aussi à Bruxelles ou à Ottawa, et donc en Slovaquie.

JPEG - 591.3 ko

 

Ce soir, ouverture à Bratislava :

* À 20h00 : The State Capture (Ukradnutý štát) de Zuzana Piussi (2019).


 

Faites votre programme.

Festival Jeden svet organizuje, Baštová 5, 811 03 Bratislava.


À Rennes, commence le festival international du court métrage insolite & fantastique, Court Métrange, 16e édition (9-20 octobre 2019).

JPEG - 337.7 ko

 

Cette année, honneur au(x) fantôme(s).

La compétition officielle ne commence que le 15 octobre 2019, au Gaumont Rennes, la soirée officielle d’inauguration ayant lieu le 16 octobre 2019. Le jury 2019 est présidé par Pascal Laugier.

Mais tout le monde sait que les découvertes ne se font pas forcément dans les sélections des autres ni dans les espaces de concours. D’ailleurs le programme de Rennes déborde largement le temps imparti au festival proprement dit, puisque les "séances nomades" ont commencé dès le 4 octobre 2019, et se prolongeront, comme il se doit, jusqu’à Halloween, et au delà. Honneur à qui ne se soumet pas aux cadres ni aux frontières, spatiales et temporelles.


 

Demain, jeudi 10 octobre 2019, à la MIR, en partenariat avec le Naïa Museum, une exposition : Le bal des lémures (10-20 octobre 2019) :

* À 17h30 : Une inquiétude familière.
Discussion sur l’art fantastique avec Jean-François Robic et les artistes exposés (Yoann Penard, Yannick Germain, Gilles Courat, Patrice Pit Hubert, Yoann Lossel).

* À partir de 19h00 : Vernissage.

JPEG - 515.7 ko

 

JPEG - 368.7 ko

 

Faites votre programme.

Festival Court Métrange, 32 rue de la Marbaudais, 35700 Rennes.
Maison internationale de Rennes (MIR), 7 quai Chateaubriand, 35000 Rennes.


À Saint-Tropez, commencent les Rencontres internationales du cinéma des Antipodes, 21e édition qui nous donnent des nouvelles des cinémas australien et néo-zélandais, longs et courts métrages, et documentaires (9-13 octobre 2019).

JPEG - 219.1 ko

 

Le jury 2019 est présidé par Matthew Gledhill.

Ce soir :

* À 19h00 : Vernissage de l’exposition Œuvres récentes de l’Atelier Nunan-Cartwright.

JPEG - 136.2 ko

 

JPEG - 393.4 ko

 

JPEG - 563.2 ko

 

* À 20h15 : Ma brillante carrière (My Brilliant Career) de Gillian Armstrong (1979), précédé de son court métrage One Hundred A Day (1973).


 

Faites votre programme.

Salle Jean-Despas, 16 boulevard Vasserot, 83990 Saint-Tropez.
Cinéma La Renaissance, 13 place des Lices, 83990 Saint-Tropez.


À Montréal, c’est le Festival du nouveau cinéma (FNC) 48e édition (9-20 octobre 2019).

JPEG - 278.1 ko

 

Au programme, depuis 1971, nouvelles tendances, nouveaux médias, cinéma d’auteur, jeune relève, création numérique.

Les jurys décernent notamment la Louve d’or et le Loup argenté.

Ce soir, ouverture :

* À 19h00 (pour tout le monde) et à 21h00 (gala) : Guest of Honour de Atom Egoyan (2019).
En sa présence.


 

Faites votre programme.


Tant qu’on est à Montréal, on tire un bord vers le MAC voir les expositions en cours, parmi lesquelles : Gisele Amantea. Faux sites (9 octobre 2019-5 janvier 2020).

JPEG - 614.8 ko

 

JPEG - 310.9 ko

 

Musée d’art contemporain (MAC), 185 rue Sainte-Catherine O, Montréal, QC H2X 3X5.


À Paris, à la Cinémathèque, l’exposition de l’automne : Vampires, de Dracula à Buffy (9 octobre 2019-19 janvier 2020).

JPEG - 402.9 ko

 

Bonne lecture (avec dédicace samedi 12 octobre 2019 à partir de 16h00) :

* Matthieu Orléan & Florence Tissot, éds, Vampires, de Dracula à Buffy, catalogue de l’exposition, Paris, Réunion des musées nationaux - Grand Palais (Rmn-GP) / La Cinémathèque française, 2019.

JPEG - 164.1 ko

 

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Tout est possible (The Biggest Little Farm) de John Chester (2018).

* Pour Sama de Waad al-Kateab & Edward Watts (2018).

* Quelle folie de Diego Governatori (2018).

* En liberté ! le village démocratique de Pourgues de Alex Ferrini (2019).

* La Fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti (2019).

* Papicha de Mounia Meddour (2019).

* Nos défaites de Jean-Gabriel Périot (2019).

* On va tout péter de Lech Kowalski (2019).

* Chambre 212 de Christophe Honoré (2019).

* Joker de Todd Phillips (2019).

Les ressorties en versions restaurées

* L’Homme qui rit (The Man Who Laughs) de Paul Leni (1927).

* Souvenirs d’en France de André Téchiné (1975).
Cf. aussi Entretien avec André Téchiné, Jeune Cinéma n°88, juillet-août 1975.



Mardi 8 octobre 2019

 

À Gand, commence le Film Fest Gent, 46e édition (8-18 octobre 2019).

JPEG - 121.8 ko

 

Au long des années, le festival, né en1974, s’est spécialisé dans la musique de films, avec des concerts et des rencontres.

Le Jury 2019, présidé par Joachim Lafosse, attribuera le Grand Prix du meilleur film et le Prix Georges-Delerue du meilleur soundtrack.

En 2019, trois invités : Frédéric Devreese, Marco Beltrami et Tamar-kali.
Et un World Soundtrack Lifetime Achievement Award pour Krzysztof Penderecki


 

Cette année, focus sur le cinéma espagnol.


 

Ce soir, cérémonie d’ouverture :

* À 19h30 : Les Misérables de Ladj Ly ( 2019).
En présence de Issa Perica, Almamy Kanouté, Al-Hassan Ly, Alexis Manenti.

JPEG - 202.3 ko

 

Faites votre programme.

Vooruit, Sint-Pietersnieuwstraat 23, 9000 Gent.


À Marseille, Vidéodrome, en partenariat avec le MuCEM et en prolongement de l’exposition Le temps de l’île (17 juillet-11 novembre 2019) propose un cycle de cinéma idoine : Le temps des îles (8-13 octobre 2019).

JPEG - 235.1 ko

 

Avec une programmation hors les murs pertinente, dans deux lieux d’enfermement : la Prison des Baumettes (en collaboration avec Lieux Fictifs) et le Théâtre de l’Astronef (en collaboration avec le Centre hospitalier Édouard-Toulouse.)

JPEG - 296.1 ko

 

JPEG - 372.6 ko

 

Cela nous évoque, irrésistiblement, la chanson de Laurent Voulzy.

Vous c’est l’eau c’est l’eau
Qui vous sépare
Et vous laisse à part
Séparé petit enfant
Tout comme vous
Je connais ce sentiment
De solitude et d’isolement

 


 

Ce soir :

* À 20h30 : La Femme des sables (Suna no onna) de Hiroshi Teshigahara (1964).


 

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), 1 esplanade J4, 13002 Marseille.
Vidéodrome 2, 49 cours Julien, 13006 Marseille.


À Paris, se déroule le Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris (FCDEP), 21e édition (2-13 octobre 2019).

JPEG - 112.4 ko

 

Ce soir, ouverture au Grand Action, à 19h00 en deux parties :

* Queer, Queen Women. suivi de Nos corps font désordre.


 

Faites votre programme.

Le Grand Action, 5 rue des Écoles, 75005 Paris.


À Paris, le ciné-club Cinécaro commence sa saison 2019-2020, avec, pour thème, le pouvoir.

Ce soir, un grand classique :

* À 19h30 : Z de Costa Gavras (1969).

JPEG - 156.5 ko

Auditorium du Carreau du Temple, 2 rue Perrée, 75003 Paris.


À Paris, au Centre culturel irlandais, Francis Bacon, né à Dublin en 1909, il y a 110 ans, est chez lui.

JPEG - 95.6 ko

Ce soir, en écho de l’exposition de Beaubourg (11 septembre 2019-20 janvier 2020) :

* À 19h30  : Bacon en toutes lettres.
Conférence de Didier Ottinger, avec Anna Hiddleston.

Centre culturel irlandais 5 rue des Irlandais 75005 Paris.



Lundi 7 octobre 2019

 

À Paris, avec l’Agence du court métrage c’est la soirée mensuelle : Déjà demain.

Ce soir, à 20h00 :

* Travelogue Tel-Aviv de Samuel Patthey (2017).

PNG - 475.5 ko

 

* Mardi de 8 à 18 de Cecilia de Arce (2019).

JPEG - 437.3 ko

 

* Le Saint des voyous de Maïlys Audouze (2017).

JPEG - 143.1 ko

 

* Mémorable de Bruno Collet (2019).

JPEG - 123.3 ko

 

En présence de Cecilia de Arce et Maïlys Audouze.

MK2 Odéon, 7 rue Hautefeuille, 75006 Paris.


Dans tout le Portugal, à Lisbonne (3-13 octobre 2019), Setúbal (4-7 octobre), Almada (9-13 octobre 2019), Coimbra (15-19 octobre), Porto (22-27 octobre), Leiria (30 octobre-3 novembre 2019), Portimão (5-7 novembre 2019) et Beja (5-8 novembre 2019), s’épanouit la Festa di cinema francês, 20e édition, organisée par l’Institut français du Portugal, la Cinemateca Portuguesa, et quelques autres (3 octobre-8 novembre 2019).

PNG - 405.8 ko

 

Au programme, une rétrospective Jean-Louis Trintignant, et un hommage à Agnès Varda.

JPEG - 466.5 ko

 

JPEG - 484.7 ko

 

L’ouverture officielle a eu lieu à Lisbonne, jeudi dernier le 3 octobre 2019 au Cinéma São Jorge, avec Mon inconnue (Amor à segunda vista) de Hugo Gélin (2019).


 

Ce soir, 5 séances au Cinema São Jorge et à la Cinemateca Portuguesa :

* À 19h00 : Médecin de campagne de Thomas Lilti (2016) ou Sade de Benoît Jacquot (2000).

JPEG - 295.1 ko

 

JPEG - 284.2 ko

 

* À 19h30 : Indianara de Aude Chevalier Beaumel & Marcelo Barbosa (2019).

JPEG - 312.3 ko

 

* À 21h30 : Amour (Amor) de Michael Haneke (2012) ou Maya de Mia Hansen Løve (2018).

JPEG - 245.7 ko

 

JPEG - 296.3 ko

 

Cinemateca Portuguesa, rua Barata Salgueiro 39, 1250-165 Lisboa.
Cinéma São Jorge, avenida da Liberdade 175, 1250-144 Lisboa.



Samedi 5 octobre 2019

 

À Pordenone, commencent les Giornate del Cinema Muto, 38e édition, organisées par la Cinémathèque du Frioul (5-12 octobre 2019).

JPEG - 290.5 ko

 

Tous les historiens du cinéma s’y retrouvent, encore plus pointus et savants qu’au Cinema ritrovato de Bologne.

Cette année, ça commence à 14h30, avec un programme français et un gros plan sur Suzanne Grandais (1893-1920) dans des films de Léonce Perret (1880-1935) avec, au piano, notre cher Gabriel Thibaudeau.

JPEG - 91.3 ko

 

JPEG - 175.7 ko

 

Ce soir, deux séances inaugurales :

* À 20h30 : Léon Beaulieu et son cinéma de poche, les flipbooks.
Train en marche (1897) ; Déguisement (1896) ; Max entre deux feux (1917).

JPEG - 252 ko

 

JPEG - 122.9 ko

 

Au piano : Donald Sosin.

Et cerise sur la gâteau, un inusable :

* The Kid (Il monello) de Charles Chaplin (1921).
Avec, comme toujours, Timothy Brock, qui, ici, dirige l’Orchestra San Marco de Pordenone.

JPEG - 169.8 ko

 

En deuxième partie de soirée :

* À 22h15 : Inauguration de le section Pubblicità.

Les films publicitaires sont parfois de vrais chefs d’œuvre.
Ce n’est pas Roy Andersson, avec ses commercials, qui nous contredira, ni les animateurs de l’émission Culture Pub devenue légendaire.
Et ce n’est pas récent. À Pordenone, on découvre les pionniers scandinaves avec la margarine, les lieux branchés où dépenser son argent, et, surtout, ce qui demeure un grand classique spécial femelle, la lessive anti-redéposition et les détergents qui lavent plus blanc que blanc (et qui désormais s’en vont au loin courir les océans pour rejoindre les plastiques).

* Rex : hvad Diogenes søkte og fandt (REX, What Diogenes Sought and Found) de O. Trygve Dalseg (1923).

JPEG - 179.2 ko

 

* Kal Napoleon kalssons bondtur eller en vandring i stockholms lustgårdar (Kal Napoleon Kalsson’s Stroke of Luck, or, Wandering through the Pleasure Gardens of Stockholm) de Maria Ekman (1915).

JPEG - 184.6 ko

 

* Triton tvättpulver (Detersivo in polvere Triton), (anonyme 1923).

JPEG - 225.2 ko

 

* Høk over høk (Un falco sopra un falco) (anonyme 1929).

JPEG - 150.7 ko

 

Au piano : John Sweeney.

Faites votre programme.

Teatro Verdi, via Roma, 3, 33170 Pordenone PN.


À Paris, Nuit blanche, 18e édition, un grand événement "savant et populaire" né en 2002, que d’autres capitales européennes ont copié.

JPEG - 118.3 ko

 

Cela se passe surtout sur la Rive droite. Difficile de choisir.

JPEG - 224.7 ko

 

* Suggestions du FICEP.

* Suggestions forcément hasardeuses : Au Musée de la Porte dorée ; à la Gaité lyrique ; à Beaubourg ; à la BPI ; à la Villette ; au MAHJ ; au CWB ; à l’IMA.

JPEG - 150.6 ko

 

Sur la Rive gauche, on irait bien faire un tour, à partir de 19h00, chez Les Grands Voisins, où il y a toujours de si chouettes vibrations, et on on mange vraiment bien.

JPEG - 180.7 ko

 

Faites votre programme.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 5 au 11 octobre 2019.



Vendredi 4 octobre 2019

 

À Toulouse, commence Cinespaña 2019, 24e édition (4-13 octobre 2019).

JPEG - 411.5 ko

 

Le jury long métrages, qui attribuera la Violette d’or, est présidé par Dominique Cabrera.

Ce soir, longue soirée d’ouverture qu’on commence à la Cinémathèque :

* À 19h00, en entrée libre : Lancement de la 24e édition, et apéro-concert avec Los Graciosos.

Puis, du cinéma.

* À 21h00, on reste à la Cinémathèque : Hamada de Eloy Domínguez Serén (2018).


 

Ou bien :

* À 21h15, à l’ABC : 7 razones para huir de Gerard Quinto, Esteve Soler & David Torras (2018).


 

Ou bien, si on ne l’a pas encore vu :

* À 20h30, au Cratère : Douleur et gloire (Dolor y gloria) de Pedro Almodovar (2019).

JPEG - 111.5 ko

 

Faites votre programme Cinespaña.

JPEG - 142.6 ko

 

Demain soir, on retourne au 69 rue du Taur, qui fut le siège du PSOE, pour commémorer les 80 ans de la Retirada (1939-2019) : ¿Dónde está el espíritu de la República ? (5 -13 octobre 2019).
La programmation a été établie en collaboration avec la Filmoteca Española à Madrid et la Filmoteca de Catalunya à Barcelone, et en coproduction avec le festival Cinespaña.

Demain soir, samedi 5 octobre 2019, ouverture du cycle El espíritu de la República :

* À 18h00 : Les deux exils (ou les deux mémoires).
Conférence inaugurale par José Luis Castro de Paz (entrée libre)

* À 20h30, deux films : No pasarán, album souvenir de Henri-François Imbert (2003) ; L’Exode d’un peuple de Louis Llech & Louis Isambert (1939).
Présentation par Henri-François Imbert.

JPEG - 281 ko

 

JPEG - 210.8 ko

 

Faites votre programme ¿Dónde está el espíritu de la República ?.

Cinémathèque, 69 rue du Taur, 31000 Toulouse.


À Paris, à Beaubourg, dans le cadre du Festival d’automne : Rétrospective intégrale Sébastien Lifshitz (4 octobre-10 novembre 2019).


 

Une exposition, 14 films, et ses amis invités : Claire Denis, Valerie Mrejen, Marie-Pierre Pruvot alias Bambi, Paul B. Preciado, Isabelle Fonbonne, Paul Guilhaume, Stéphane Bouquet, Yann Dedet, Agnès Godart, Monique Isselé, Pauline Gaillard.

C’est une excellente occasion de rafraîchir, dans nos mémoires - qui, comme les films, ont régulièrement besoin d’être restaurées -, les images de ses films, politiques et sensibles, couverts de récompenses.

JPEG - 180.6 ko

 

Si on a raté son expo précédente, à Arles en 2016, Mauvais genre, ou, à la galerie Binôme à Paris en 2018, l’exposition de Édouard Taufenbach, Spéculaire, créée à partir de sa collection de photographies anonymes, c’est aussi l’occasion de découvrir ses collections personnelles de photos, celles qu’il déniche aux puces ou celles qu’il fait, ces trésors d’imaginaires qui sont à la source de son inspiration (et de celles de ses amis).

JPEG - 282 ko

 

Aujourd’hui :

* À partir de 18h30 : Vernissage de l’exposition L’Inventaire infini, en entrée libre.

JPEG - 159.9 ko

 

* À 20h00 : Adolescentes de Sébastien Lifshitz (2019).
En sa présence.

JPEG - 192 ko

 

Cf. Entretien avec Sébastien Lifshitz (juillet 2019), Jeune Cinéma n°396-397, octobre 2019.

On note tout de suite deux rencontres avec lui, en entrée libre : samedi 12 octobre 2019, à 17h00 : Master class et jeudi 7 novembre 2019, à 18h00 : Où en êtes-vous ?

Faites votre programme.

Centre Pompidou, Forum -1 et Cinéma 1, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.


À Paris, la MCJP rend hommage à Ryusuke Hamaguchi : Enregistrer l’intime (5 septembre-16 novembre 2019).

Ce soir, à 19h00, un court et un moyen métrage :

* I Love Thee for Good (Eien ni kimi o aisu) de Ryusuke Hamaguchi (2009).

JPEG - 283.4 ko

 

* Heaven Is Still Far Away (Tengoku wa mada tôi) de Ryusuke Hamaguchi (2016).

JPEG - 177.1 ko

 

Faites votre programme.

Maison de la culture du Japon, 101 bis quai Branly, 75015 Paris.


À Brooklyn, au BAM : JR : Chronicles (4 octobre 2019-3 mai 2020).

JPEG - 382.4 ko

 

JPEG - 299.4 ko

 

Après les Chroniques de San Francisco, présentées au SFMOMA au printemps 2019, voilà les Chronique de New York, dans le cadre d’une exposition plus complète, avec des peintures murales, des photographies, des vidéos, des films, des dioramas et des documents d’archives, sa première grande exposition en Amérique du Nord.

Brooklyn Museum, 200 Eastern Parkway, Brooklyn, New York 11238-6052.


Siné Mensuel n° 90 d’octobre 2019 est paru.

JPEG - 275.7 ko

 

Le sommaire.

On s’abonne.



Jeudi 3 octobre 2019

 

En ce début du 21e siècle, privé d’horizon, qui semble de plus en plus crépusculaire, c’est bien de se souvenir d’autres temps, au 20e siècle, où les artistes, au bord de l’abîme, exprimaient leur sentiment tragique de la vie, dans l’angoisse ou dans la compassion.
On se dit que l’humanité en a vu d’autres et qu’elle a survécu.

Cet automne, Käthe Kollwitz (1867-1945) est à l’honneur.

* À Londres, au British Museum : Portrait of the Artist. Käthe Kollwitz (12 septembre 2019-12 janvier 2020).

JPEG - 214.9 ko

 

L’exposition, itinérante, est partie, il y a deux ans, de la galerie Ikon de Birmingham (13 sepembre-26 novembe 2017), et après plusieurs étapes, la voilà Londres.

JPEG - 455.3 ko

 

* À Strasbourg, le MAMCS, en partenariat avec le Käthe Kollwitz Museum Köln, présente la première rétrospective française : Käthe Kollwitz. "Je veux agir dans ce temps" (4 octobre 2019-12 janvier 2020).

JPEG - 258.6 ko

 


On note tout de suite deux films :

* Dimanche 6 octobre 2019, à 16h00 : Käthe Kollwitz, artiste et mère Courage (Kollwitz. Ein Leben in Leidenschaft) de Henrike Sandner & Yury Winterberg (2016).

JPEG - 244.6 ko

 

* Mardi 29 octobre 2019, à 19h00 : Käthe Kollwitz. Images d’une vie (Bilder eines Lebens) de Ralf
 Kirsten (1986).


JPEG - 320.6 ko

 

British Museum, Great Russell St, Bloomsbury, London WC1B 3DG.
Musée d’art moderne et contemporain (MAMCS), 1 place Hans-Jean-Arp, 67000 Strasbourg.


À New York, la nouvelle exposition de la Neue Galerie : Ernst Ludwig Kirchner. Dresde, Berlin, Davos, 1907-1937 (3 octobre 2019-13 janvier 2020).

JPEG - 488.2 ko

 

Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938) est le fondateur, en 1905, du groupe d"art expressionniste Die Brücke, dont le nom vient de chez Nietzsche.

JPEG - 431.2 ko

 

JPEG - 478.7 ko

 

L’homme est une corde tendue entre la bête et le Surhumain, une corde sur l’abîme. Il est dangereux de passer au-delà, dangereux de rester en route, dangereux de regarder en arrière, frisson et arrêt dangereux. Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin.
J’aime ceux qui ne savent vivre autrement que pour disparaître, car ils passent au-delà.

Ainsi parlait Zarathoustra.

JPEG - 480.5 ko

 

Neue Galerie New York, 1048 Fifth Avenue (at 86th Street), New York, NY 10028.


À Paris, commence le festival international Signes de Nuit, 17e édition (3-13 octobre 2019).

PNG - 642.2 ko

 

Signes de Nuit est un festival de "création audiovisuelle et cinématographique et d’art documentaire mettant en vedette des films expérimentaux et des courts métrages", avec des œuvres venant de 70 pays.
Il est né à Paris en 2003. Depuis 2013, il a aussi deux éditions allemandes (Berlin et Sarrebruck), et depuis 2015, une édition à Lisbonne et une autre à Bangkok.

Ce soir, ouverture à la Maison du Mexique :

* À 18h00 : Saz de Stephan Talneau (2019).


 

Faites votre programme.

Festival international Signes de nuit, 18 rue Budé, 75004 Paris.


À Paris, à la BPI, dans le cadre des rencontres de Images documentaires : Hommage à Christophe Otzenberger (1961-2017).

JPEG - 170 ko

 

* À 20h00 : Fragments sur la misère de Christophe Otzenberger (1998).
Rencontre avec Alain Esmery.

JPEG - 297.7 ko

 

Centre Pompidou, entrée rue du Renard, 75004 Paris.


Toutes nos visions du monde sont désormais filtrées par des écrans, pas seulement dans les pratiques artistiques, mais dans tous les rapports aux choses comme aux humains.
On ne peut plus se passer des écrans, on se croit de mieux en mieux connecté grâce aux images, on l’est de moins en moins au vivant et au réel. Platon ne savait sûrement pas à quel point il était visionnaire, avec son allégorie de la Caverne.

JPEG - 109.2 ko

 

Le séminaire de recherche du Collège des Bernardins, L’art tout contre la machine (mars 2018-juin 2019) organise sa clôture (3-11 octobre 2019), avec des rendez-vous à Montpellier et, à Paris, un colloque international de trois journées.
C’est en entrée libre, avec inscription nécessaire pour le dernier jour.


 

Ce soir, ça commence à Montpellier, à l’Utopia.

* À 20h00 : Technique et nature. Carte blanche à Emmanuel Lefrant.
Dialogue avec Emmanuel Leufrant, Vincent Deville et Rodolphe Olcèse.

Brouillard de Alexandre Larose (2013) ; Parties visible et invisible d’un ensemble sous tension de Emmanuel Lefrant (2009) ; Hand Held Day de Gary Beydler (1974) ; I Don’t Think I Can See an Island de Christopher Becks & Emmanuel Lefrant (2016) ; Asleep de Paulo Abreu (2012) ; Le Pays dévasté de Emmanuel Lefrant (2015) ; Engram of Returning de Daïchi Saïto (2015).

JPEG - 134.3 ko

 

JPEG - 201.4 ko

 

JPEG - 118.1 ko

 

Faites votre programme.

Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, 75005 Paris.



Mercredi 2 octobre 2019

 

À Londres, commence le BFI London Film Festival, 63e édition (2-13 octobre 2019).

JPEG - 252.3 ko

 

Le BFI London Film Festival est le premier événement cinématographique britannique, présentant les meilleurs nouveaux films britanniques et internationaux à un public en expansion.


 

Au programme : Love, debate, laugh, dare, thrill, cult, journey, create, family, experimenta, treasures, events, glamour, competition, emerging and established talents, documentary, first features, awards, et même tapis rouge, tout quoi.

Ce soir, Opening Night :

* À 19h45 : The Personal History of David Copperfield de Armando Iannucci (2019).

JPEG - 188.1 ko

 

JPEG - 210.8 ko

 

BFI, South Bank, London SE1 8XT.


À Meudon, commence le Festival du court métrage d’humour, 30e édition (2-6 octobre 2019).

JPEG - 173.4 ko

 

Une compétition officielle, devant un jury présidé par Emmanuelle Devos, et des coups de cœur.

Ce soir, en ouverture :

* À 20h30 : Les 15 comédies de la compétition officielle :

Schlounk ! de Thibault Pinto (2019) ; Athleticus : anneaux en gymnastique artistique de Nicolas Deveaux (2018) ; Le Monopole du cœur de Lucas Besnier & Raphaël Duléry (2019) ; Le Graffiti de Aurélien Laplace (2019) ; Hors piste de Léo Brunel, Loris Cavalier, Camille Jalabert & Oscar Malet (2018) ; 3000 euros de Johann Dionnet (2018) ; Comédienne de Paul Lapierre (2019) ; Je suis ta moitié de Julia Boutteville, Matthias Louis & Antoine Gazaniol (2019) ; Pool de Francis Magnin (2019) ; Cache-Cash de Enya Baroux & Martin Darondeau (2018) ; Partage de Marc Riso & Johann Dionnet (2019) ; Le Retour du surfeur de Rodolphe Pauly (2019) ; Tout se mérite de Pierre Amstutz-Roch (2019).


 

Faites votre programme.

Centre d’art et de culture, 15 boulevard des Nations-Unies, 92190 Meudon.


À Paris, revient le Festival européen de documentaires chinois, Les Écrans de Chine, 9e édition (2-6 octobre 2019).

JPEG - 151.9 ko

 

Le festival a pour devise : "ni propagande, ni underground, ni eurocentrisme".
Les documentaires de création sont réalisés pour l’essentiel par des cinéastes chinois indépendants
Le jury. http://www.ecransdesmondes.org/jury-ecrans-de-chine-2019/
La sélection officielle. http://www.ecransdesmondes.org/programme-paris-2019/

Ce soir, ouverture au Centre Sèvres :

* À 19h00 : Marceline, une femme, un siècle de Cordelia Dvoràk (2018).
En sa présence avec Michel Noll.


 

Faites votre programme.

Centre Sèvres, Institut Ricci , 35 bis rue de Sèvres, 75006 Paris.
L’Entrepôt, 7 rue Francis-de-Pressensé, 75014 Paris.


À Paris, à L’Arlequin, commence le Festival du cinéma allemand 2019 (2-8 octobre 2019).

JPEG - 181.4 ko

 

Ce soir :

* À 19h30 : L’Audition (Das vorspiel) de Ina Weisse (2019).


 

Faites votre programme.

Cinéma Arlequin, 76 rue de Rennes, 75006 Paris.


À Paris, au ciné-club de l’ENS, la saison recommence.

Ce soir :

* À 20h30 : Lola de Jacques Demy (1961).

JPEG - 224.7 ko

 

Ciné-club de l’ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Alice et le maire de Nicolas Pariser (2018).

* Atlantique de Mati Diop (2018).

* Gemini Man de Ang Lee (2019).

* Le Regard de Charles de Marc Di Domenico (2019).


Les ressorties en versions restaurées

* La Mort en ce jardin de Luis Buñuel (1956).

* Les Mondes imaginaires de Jean-François Laguionie par l’Agence du court métrage.
Sept films réalisés entre 1965 et 1986, en versions restaurées : La Demoiselle et le violoncelliste (1965) ; L’Arche de Noé (1966) ; Une bombe par hasard (1969) ; Potr’ et la fille des eaux (1974) ; L’Acteur (1975) ; La Traversée de l’Atlantique à la rame (1978) ; Le Masque du diable (1986).

* Gwen, le livre de sable de Jean-François Laguionie (1984).

* Rétrospective Kira Mouratova (5 films, 1967-1989) : Brèves Rencontres (Korotkie vstrechi, 1967) ; Les Longs Adieux (Dolgie provody, 1971) ; Parmi les pierres grises (Sredi serykh kamney, 1983) ; Changement de destinée (Peremena uchasti, 1987) ; Le Syndrome asthénique (Astenicheskiy sindrom, 1989).



Mardi 1er octobre 2019

 

À Pékin, il y a 70 ans, le samedi 1er octobre 1949, Mao Zedong (1893-1976) proclama la République populaire de Chine.

JPEG - 740 ko

 

Il le fit depuis le balcon de Tian’anmen (la grande Porte de la paix céleste, qui ouvrait sur la Cité interdite). La Porte, si elle avait séparé le peuple de la famille impériale, devenait un lieu de circulation entre lui et les nouveaux dirigeants.
Le 1er octobre est devenu la fête nationale de Chine.

JPEG - 270.2 ko

 

* C’est de là que, le lundi 12 février 1912, avait abdiqué le dernier empereur de la dynastie Qing, Aisin Gioro Puyi (1906-1967), nom de règne : Xuāntǒng, confirmant la proclamation de la République de Chine de Sun Yat Sen, le 1er janvier 1912.

JPEG - 334.5 ko

 

Après le Grand bond en avant en 1958, puis la Révolution culturelle en 1966, le souffle maoïste atteignit nos latitudes, en 1967.


 

* En 1976, Yukong déplaça les montagnes.

JPEG - 279.6 ko

 

* En 1977, le fond de l’air était encore un peu rouge.

JPEG - 228.3 ko

 

* Au printemps 1989, c’est là, place Tian’anmen, qu’il y a 30 ans, tout naturellement, le peuple - les étudiants, les intellectuels, les ouvriers - manifesta contre la corruption et pour des réformes politiques, c’est là qu’il fut massacré.


 

Shui-Bo Wang, qui en réchappa, vit maintenant dans la jungle de Donald Trump, libre.

* En cet automne 2019, croissance sans précédent et capitalisme d’État pour tous.
Cadeau d’anniversaire : Inauguration de Pekin Daxing, le plus grand terminal aéroportuaire du monde, en forme d’étoile de mer. En 2025, il pourra accueillir 72 millions de passagers par an, et en 2040, 100 millions.

JPEG - 500.8 ko

 

The Coming Collapse of China, prévu en 2001 par Gordon G. Chang, n’a pas eu lieu.
Pour l’instant.


À Paris, à l’Archipel : Futur antérieur, 6e édition.

La séance d’inauguration de cette nouvelle saison est dédiée au cinéma autrichien, en écho à l’édition DVD, par Re:Voir, des films de Virgil Widrich.

Ce soir :

* À 20h00 : 2/60 48 Kopfe aus dem szondi-test de Kurt Kren (1960) ; Filmreste de Ernst Schmidt Jr (1966) ; Outer Space de Peter Tscherkassky (1999) ; Warning Triangle de Virgil Widrich (2011) ; Exposed de Sigried Fruhauf (2001) ; Copy shop de Virgil Widrich (2001) ; Bellevue de Michaela Schwentner (2008) ; AVVA:RAGTAG de Billy Roisz (2006).
Présentation par Mathilde Bila.

Virgil Widrich - Short Films DVD trailer from Re:Voir Video on Vimeo.

 

Cinéma L’Archipel, 17 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris.


À Amsterdam, au EYE Film Instituut Nederland, on passe la soirée avec l’organisation Transnatural, : In the Age of Post-Drought.

Films, ateliers, performances se concentrent sur la pénurie d’eau qui menace l’humanité et sur toute vie terrestre (Seulement 3% de toutes les eaux de la planète sont des eaux salubres) :

* Aquatic State de TeZ Maurizio Martinucci & Federico Murgia (2019).

JPEG - 245.8 ko

 

* Aquatocene. Performance & Workshop de Robertina Šebjanič (2016).

PNG - 348.4 ko

 

* Regen (La Pluie) de Joris Ivens (1929).
Accompagnement par Rogier Kappers, le "Glazendraaier", sur une musique de Arvo Pärt.

JPEG - 273.9 ko

 

* Liquid Solid de Nicky Assmann & John Strijbos (2016).

JPEG - 319.9 ko

 

* Marsa Abu Galawa (Careless Reef Part 4) de Gerard Holthuis (2004).

JPEG - 322.8 ko

 

EYE, IJpromenade 1, 1031 KT Amsterdam.


Dans toute la France, c’est la Fête du cinéma d’animation, 18e édition (1er-31 octobre 2019).


 

Faites votre programme.

Association française du cinéma d’animation (AFCA), 53 bis rue Rodier, 75009 Paris.


À Paris, au Musée Zadkine : Le rêveur de la forêt (27 septembre 2019-23 février 2020).

JPEG - 95.2 ko

 

Ils sont tous là, peintres, sculpteurs, poètes, philosophes, scientifiques, de Guillaume Apollinaire à Edvard Munch, de Eadweard Muybridge à Jean Dubuffet, de Max Ernst à Ossip Zadkine, de Germaine Richier à Joseph Beuys, pour explorer la forêt, ses enchantements et ses terreurs.

JPEG - 217.1 ko

 

JPEG - 388.9 ko

 

JPEG - 257.9 ko

 

Musée Zadkine, 100bis rue d’Assas, 75006 Paris.


À San Diego, au MOPA, a commencé la Youth Exhibition, 14e édition : Dreamscapes (28 septembre 2019-1er mars 2020).

Chaque année, le MOPA demande aux étudiants de la maternelle à la 12e année de Tijuana et de San Diego de soumettre des œuvres photographiques pour l’exposition réservée aux jeunes. En 2019, le thème du rêve.

JPEG - 298.1 ko

 

JPEG - 318.6 ko

 

JPEG - 296.1 ko

 

Museum of Photographic Arts (MOPA), 1649 El Prado, San Diego, CA 92101.


À Toulon, (17 mai-31 décembre 2019) et, à partir d’aujourd’hui, à Paris : Raymond Depardon, photographe militaire 1962-1963 (1er octobre 2019-30 janvier 2020).


 

Musée National de la Marine Toulon, place Monsenergue, quai de Norfolk, 83000 Toulon.
Musée du Service de santé des armées (École du Val-de-Grâce), 1 place Alphonse-Laveran, 75005 Paris.



Voyage dans le temps.

 



Revue Jeune Cinéma - Contacts