home > Au fil du temps > Journaux de JC > 2018 : Louise Wimmer > Journal de Louise Wimmer (août 2018)
Journal de Louise Wimmer (août 2018)
Août 2018
publié le vendredi 31 août 2018


 

AOÛT 2018

 



Vendredi 31 août 2018

 

À Telluride, Colorado, commence le Telluride Film Festival (TFF), 45e édition (31 août-3 septembre 2018).

JPEG - 239.9 ko

 

De ce festival, Salman Rushdie dit : Il y a deux sortes de festivals de films. Il y a les cirques de vente à méga-hypermarchés, et il y a le Telluride. C’est extraordinairement excitant, en cette ère du triomphe du capitalisme, de découvrir un événement consacré non pas au commerce, mais à l’amour. Et tant pis si ça sonne démodé. Le cinéma a toujours été un business à l’affût des étoiles.

JPEG - 181.7 ko

 

Le TFF tient à faire bande à part à bonne distance des autres festival de cinéma. Dans son ancienne ville minière revenue à la Nature (et qui accueille des tas d’autres festivals à partir du mois de mai), il établit un programme très sélect, toujours annoncé au dernier moment. Seule certitude, il ne peut s’agir que de premières en Amérique du Nord.
Sans tapis rouge comme à Cannes évidemment, sans fêtes privée comme désormais à Sundance, loin de tout... et ça coûte cher.

JPEG - 143.7 ko

 

Un entre-soi de bon aloi, où le cinéphile lambda, s’il en a le temps et les moyens, peut côtoyer de près aussi bien les vedettes, qui font la queue comme n’importe qui, que les "locaux" avec des séances et des concerts gratuits.

JPEG - 166.4 ko

 

"This is a rarefied crowd in a rarefied location, with lots of altitude and no attitude", comme le dit un groupie sur IMDB.

Le TFF tient la dragée haute à Venise et Toronto, quasi synchrones chaque année.
Et, du côté du cinéma indépendant, il snobe tout le monde.
Naturellement, il est considéré comme "élitiste" par le tout venant médiatique que ça énerve, forcément - le Los Angeles Times l’a comparé à une secte.
"Élitiste pour tous" aurait peut-être osé dire Antoine Vitez. Et d’ailleurs, sa position est super confortable dès lors qu’il fricote si souvent avec les Oscars.

En 2018, trois hommages (et attribution des Silver Medallion Awards 2018 pour une contribution significative au monde du cinéma) :

* Alfonso Cuarón avec Roma (2018).


 

* Emma Stone dans The Favourite de Yorgos Lanthimos (2018).


 

* Rithy Panh avec Les Tombeaux sans nom (Graves without A Name, 2018).


 

Faites votre programme.

Telluride Film Festival, 238 E Colorado Ave, Telluride, CO 81435.


À New York, au Metrograph, dans leur catégorie "À la demande générale", qui avait promu Reds de Warren Beatty (1981) l’autre jour, un de ces films du grand Terence Davies qui vous tiennent par le cœur et vous fichent la chair de poule.

JPEG - 161.2 ko

 

* À 12h00, 14h00 et 19h00 : Distant Voices, Still Lives de Terence Davies (1988).


 

Metrograph, n°.7 Ludlow Street, New York NY 10002.

— -

À New York toujours, au Quad Cinema, on aime le cinéma français.

D’abord une rétrospective Alain Delon. L’homme fatal (31 août-14 septembre 2018).

Aujourd’hui :

* À 15h00 : Le Gang de Jacques Deray (1977).


 

Faites votre programme.

C’est l’occasion de prolonger la journée en voyant un chef d’œuvre rare :

* À 19h20 : Let the Corpses Tan (Laissez bronzer les cadavres) de Hélène Cattet & Bruno Forzani (2017), d’après le roman de Jean-Patrick Manchette & Jean-Pierre Bastid.
En présence des réalisateurs.

Comme le dit Village Voice, Hélène Cattet et Bruno Forzani sont peut-être français, mais c’est du sang italien qui coule dans leurs veines, celui des giallos.


 

Quad Cinema, 34 W. 13th Street, New York, NY 10011.


À Zürich, à la Kunsthaus, : Robert Delaunay et Paris (31 août-18 novembre 2018).

JPEG - 187.3 ko

 

JPEG - 264.1 ko

 

JPEG - 292.7 ko

 

Avec un beau catalogue.

JPEG - 268.6 ko

 

Kunsthaus Zürich, Heimplatz 1, CH–8001 Zurich.



Jeudi 30 août 2018

 

À Helsinki, aujourd’hui, l’Amos Rex, ouvre ses portes.
Mais, en fait, on peut dire aussi qu’il opère un somptueux coming back.

JPEG - 151.9 ko

 

L’Amos Rex a une longue histoire.

Au commencement, en 1935, à Heksinki, sur une caserne militaire détruite par la Guerre civile finlandaise en 1918, on a construit un bâtiment éphémère destiné aux JO de 1940 : Lasipalatsi, le palais de verre. Après les JO, ça devait être remplacé par un immeuble résidentiel. À cause de la guerre, les JO n’ont pas eu lieu avant 1952, ceux qui sont racontés par Chris Marker dans Olympia 52 (1953).

JPEG - 171.7 ko

 

Au long des années, le Lasipalatsi a pris de la patine et personne ne voulait qu’il soit démoli.

Juste à côté, il y avait la vieille maison de l’éditeur et collectionneur d’art Amos Anderson (1878-1961), devenue musée en 1965.

JPEG - 291 ko

 

Les deux lieux historiques ont fusionné, avec un troisième, le cinéma Bio Rex, pour se tourner délibérement vers le futur.

JPEG - 166.1 ko

 

JPEG - 336.5 ko

 

Comme ils étaient intouchables, "classés" comme on dit en France, les travaux ont commencé (en 2016), et on a fait ça en souterrain, en gardant l’entrée du cinéma.

JPEG - 226.9 ko

 

Juste en face des autres musées, le Kiasma et l’Ateneum, ensemble et pas en compétition.

L’inauguration de l’Amos Rex se fait avec TeamLab (30 août 2018-6 janvier 2019).

Le collectif japonais TeamLab a le don d’ubiquité, et il opère partout. Il faut dire qu’ils sont nombreux, 500 activistes, programmeurs, animateurs, mathématiciens, architectes, graphistes et écrivains, qui "reconfigurent la réalité", qui en a bien besoin.

* À Paris, à la Villette, avec ses installation immersives : Au delà des limites (4 mai-9 septembre 2018). Ce soir d’ailleurs il y a un nocturne.

JPEG - 278.9 ko

 

* À Helsinki, donc, avec un vernissage ultra moderne.

JPEG - 331.7 ko

 

JPEG - 260.6 ko

 

Le planning de l’Amos Rex de 2019 commence déjà à se remplir.

Amos Rex, Mannerheimintie 22–24, 00100 Helsinki.


À Lyon, à l’Institut Lumière, c’est la soirée de rentrée.

* À 19h15 : On boit un verre dans la cour de la toute nouvelle librairie de l’Institut.

* À 20h00 : La Garçonnière (The Apartment) de Billy Wilder (1960).

Présentation de la version restaurée par Maelle Arnaud.


 

Institut Lumière, 25 rue du Premier-Film, 69008 Lyon.


À Saint-Cirq-Lapopie, la revue Mélusine publiée par L’Âge d’homme n’est jamais très loin de la maison de André Breton.

Ce soir :

* À 19h30 : Le surréalisme au Japon.
Conférence de Atsuko Nagaï et Martine Monteau.

JPEG - 238 ko

 

Bonne lecture :

* Martine Monteau & Atsuko Nagaï, "Le Surréalisme au Japon", Mélusine n°36, mars 2016, Lausanne, L’Âge d’homme, 2016.

JPEG - 84.1 ko

 


À Brooklyn, à la BAM Cinematek :

* À 19h00 : Basquiat : Rage to Riches de David Shulman (2017).

JPEG - 184.2 ko

 

Un documentaire de la BBC sur la vie et l’héritage de Jean-Michel Basquiat (1960-1988), depuis ses débuts au Brooklyn Museum jusqu’à la vente record de son œuvre Untitled en 1982 chez Sotheby’s.

BAM Cinematek, Iris and B. Gerald Cantor Auditorium, 3rd Floor, 30 Lafayette Ave, Brooklyn, NY 11217.



Mercredi 29 août 2018

 

À Venise, commence la 75e Mostra internazionale d’arte cinematografica (29 août-8 septembre 2018).

JPEG - 122.2 ko

 

Avec un "casting" pas mal du tout, notamment Guillermo del Toro, président du jury, un Lion d’or pour David Cronenberg et un autre pour Vanessa Redgrave pour l’ensemble de leur carrière, Lady Gaga hors compétition, et trois Français mâles dont on est assez fier, Olivier Assayas (avec Doubles Vies, 2018), Jacques Audiard (avec Les Frères Sisters, 2018), et Pierre Schoeller (avec Un peuple et son roi, 2018).

Sur l’équilibre de la sélection (ou au moins une équivalence convenable), c’est pas terrible, et sans être trop pointilleux sur les chiffres, le compte n’y est sûrement pas.

* Une seule réalisatrice en compétition sur 21 films sélectionnés : l’Australienne Jennifer Kent avec The Nightingale (2018).

JPEG - 104.5 ko

 

* Une seule réalisatrice hors compétition sur 10 films sélectionnés : la Française Valeria Bruni Tedeschi avec Les Estivants (2018).

JPEG - 177.5 ko

 

Sinon, il y a les sections habituelles de la Mostra : Venezia 75, Out of Competition, Orizzonti, Venice Classics, Biennale College Cinema, Sconfini, Venice Virtual Reality.

On rappelle les sections parallèles autonomes :

* Giornate degli Autori, 15e édition (avec notamment Rithy Panh, et une parité hommes-femmes pour les 11 films en compétition).

* Settimana internazionale della critica, 33e édition.

On signale que la Cineteca de Bologne et son laboratoire L’Immagine Ritrovata y présentent quelques chefs d’œuvre restaurés :

* L’Emploi (Il posto) de Ermanno Olmi (1961) et Mort à Venise (Morte a Venezia) de Luchino Visconti (1971) ainsi que The Brick and the Mirror (Khesht o Ayeneh) de Ebrahim Golestan (1964).

Allez, on arrive à Venise, avec Gustav von Aschenbach, une fois encore, comme avant la restauration.


 

Soirée d’ouverture avec :

* À 19h00 : First Man de Damien Chazelle (2018).


 

Faites votre programme.

Mostra de Venise, Palais du cinéma, Lungomare Guglielmo Marconi 90, Lido, 30126 Venezia.


À Bologne, à la Cineteca, Hommage à Harry Dean Stanton (29-31 août 2018).

Harry Dean Stanton (1926-2017), acteur et musicien, discret, inoubliable.

Ce soir, ça commence avec son dernier film :

* À 21h00 : Lucky de John Carroll Lynch (2017).


 

Faites votre programme.

Cinema Lumière, via Azzo Gardino 65/b, 40122 Bologna.


À Paris, la Fondation Seydoux commence sa saison avec les femmes : Les pionnières du cinéma muet (29 août-25 septembre 2018).

Au programme : Alice Guy, Alla Nazimova, Colette, Germaine Dulac, Karin Swanström, Lois Weber, Mabel Normand, Mary Pickford, Musidora, Renée Deliot...
On rappelle que toutes les séances sont accompagnées au piano par les élèves de la classe d’improvisation au piano de Jean-François Zygel (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris).

Aujourd’hui, on commence avec la grande réalisatrice Alice Guy (1873-1969), des films de ses années 1910 restaurés par Lobster films.

JPEG - 125.3 ko

 

* À 14h30 : Quatre films.

The Girl in the Arm-chair (1912) ; Algie the Miner (1912)
 ; Matrimony’s Speed Limit (1913) ; Making an American Citizen (1912).


 

Prochaine projection de ce programme, le vendredi 21 septembre 2018 à 14h00.

* À 16h00 : Trois autres films.

Falling Leaves (1912) ; A Fool and his Money (1912) ; The Ocean Waif (1916).


 

Prochaine projection de ce programme, le mardi 11 septembre 2018 à 14h30.

JPEG - 138.3 ko

 

Une exposition d’affiches et de documents sur les actrices françaises accompagne le programme et le prolonge : Muses, portraits d’actrices, 1930-1945 (29 août au 13 octobre 2018).

Faites votre programme.

Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, 73 avenue des Gobelins, 75013 Paris.


À Paris, à la Cinémathèque, commence la Rétrospective Léo McCarey (29 août-24 septembre 2018).

Ce soir, à partir de 20h00, un ciné-concert de deux films muets avec accompagnement musical par Serge Bromberg, suivi d’un grand film :

* Le Mari à double face (Mighty Like a Moose) de Leo McCarey (1926).

JPEG - 203.8 ko

 

* Œil pour œil (Big Business) de James W. Horne (1929) avec Laurel & Hardy.

JPEG - 162 ko

 

* L’Extravagant Mr Ruggles (Ruggles of Red Gap) de Leo MacCarey (1935).


 

Faites votre programme.

Cinemathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* Miracle à Santa-Anna (Miracle at St. Anna) de Spike Lee (2008).

* Bonhomme de Marion Vernoux (2017).

* Il ou elle (They) de Anahita Ghazvinizadeh (2017)

* Sollers Point - Baltimore (Sollers Point) de Matthew Porterfield (2017).

* Sauvage de Camille Vidal-Naquet (2018)

* Burning de Lee Chang-dong (2018).

* De chaque instant de Nicolas Philibert (2018).

Les ressorties en versions restaurées

* Le Ministère de la peur, aka Espions sur la Tamise (Ministry of Fear) de Fritz Lang (1944).

* Thelma et Louise (Thelma and Louise) de Ridley Scott (1991).



Mardi 28 août 2018

 

À Paris, à la Cinémathèque, la nouvelle saison commence, en partenariat avec le Centre culturel coréen : Rétrospective Lee Chang-dong en sa présence (28 août-2 septembre 2018).

Ce soir :

* Burning de Lee Chang-dong (2018).


 

On note tout de suite, ce samedi 1er septembre 2018, à 14h30 : la master class, après la projection de Poetry (2010).


 

Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris.


À Bruxelles, à la Cinematek, qui, courageusement n’a pris aucune vacance, un film qui nous tient à cœur, sans doute plus particulièrement à cause de Édith Scob.

* À 19h00 : Les Yeux sans visage de Georges Franju (1959).


 

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.



Lundi 27 août 2018

 

Aujourd’hui, on peut commémorer un drôle d’anniversaire, celui de l’heure de gloire du volcan Krakatoa, entre Sumatra et Java, le 27 août 1883.

JPEG - 260.8 ko

 

En Indonésie, les récents séismes de Lombock et de Sumbawa, qui ont fait 555 morts et 1500 blessés, contribuent à nous renvoyer à de vraies humilités. Il ne s’agissait pas d’un tremblement de terre suivi de répliques, mais d’une "séquence de séismes". Le pays est situé sur la "ceinture de feu du Pacifique", et ça s’y agite beaucoup. Il paraît que 80% des tremblements de terre et des activités volcaniques terrestres s’y produisent. On se souvient bien notamment du tsunami de 2004 et du séisme de Jakarta de 2014, mais les mémoires vives sont vite saturées, et au delà d’une génération, ou deux maximum, il faut recourir aux archives.

Il semble que l’explosion de 1883 (qui mijotait depuis quelques temps), ait été le bruit le plus fort de toute l’histoire humaine, environ 10 000 fois supérieur à celui d’Hiroshima, en août 1945. On l’a entendu jusqu’à Alice Springs au milieu de l’Australie à 3 500 kilomètres, et les proches sont devenus sourds.

JPEG - 212.9 ko

 

On raconte que cet événement a inspiré les quatre versions du Cri (Der Schrei der Natur) de Edvard Munch (entre 1893 et 1910).
Des scientifiques ont d’autres explications, mais peu importe la vérité, s’il y en a une.
On peut aussi penser que les artistes en voient et en savent plus, et avant les scientifiques. Edvard Munch, William Turner, Frédéric Church, William Ashcroft ou Thomas Cole étaient les visionnaires de ces couleurs étranges, ces bruits terribles, ces sensations inédites qui viennent.

JPEG - 154.9 ko

 

JPEG - 165 ko

 

JPEG - 164.7 ko

 

JPEG - 348.5 ko

 

Les artistes qui vont les accompagner commencent à surgir, contemporains et intimement solidaires.

Sans artiste, c’est moins bien. Quoique.
La revue National Geographic raconte que sur Mars, il y aurait eu un tsunami géant, il y a 34 milliards d’années, et nous en donne une belle image.

JPEG - 242.2 ko

 

C’est la grandeur du genre humain : quand personne ne peut témoigner directement, il imagine, il invente, il crée, il recrée.


Les artistes sont toujours des anges annonciateurs, des éclaireurs, sur des chemins sauvages et fertiles, qui, inexorablement, finiront par se figer en autoroutes de lieux communs. Ils ont donc à cœur de briser les conventions, de renouveler et rajeunir les visions, c’est leur rôle, essentiel, et pourtant toujours sous-estimé et subalterne.
Ou récupéré sur un marché douteux. En tout cas sous nos latitudes.

JPEG - 218.3 ko

 

Par exemple, était-il nécessaire de définir les humains dans des catégories selon leurs pratiques sexuelles ? C’est ce que la médecine a inventé au 19e siècle, en Occident, comme le raconte Foucault, créant une calcification binaire entre homosexuels et hérétosexuels.
C’est sans doute utile à la cohérence des sociétés, mais pas forcément ni évident ni pertinent pour les individus. Ça cloisonne et simplifie, et aujourd’hui encore ça reste largement utilisé, par paresse, même si, grâce aux luttes des ainsi nommées "minorités", l’éventail des différences (re)commence à s’épanouir.

Ranger, c’est intéressant et nécessaire.
Encore plus intéressant (et nécessaire) : rebattre les cartes régulièrement.
Le chaos n’est pas seulement un danger, c’est aussi l’origine de tout.
En ces temps d’innombrables fins qui se profilent, nous avons que jamais besoin de commencements.

JPEG - 66.5 ko

 

ArtSpace Magazine présente le peintre américain Thomas Eakins (1844-1916), et le célèbre pour sa liberté : Dandies, Butts, and the "Homesse" : 5 Examples of Queer Art Before Queerness "Existed".

Bonne relecture :

* Michel Foucault, Histoire de la sexualité  : t.1, La Volonté de savoir (1976) ; t.2, L’Usage des plaisirs (1984) ; t.3, Le Souci de soi (1984) ; t.4, Les Aveux de la chair (2018, posthume), Paris, Gallimard.

JPEG - 59.8 ko

 


À Nantes, il y a une fête sur la ZAD, dont tout le monde (même les opposants) sont obligés de convenir qu’elle a inventé une utopie qui marche. C’est la Semaine intergalactique (27 août-2 septembre 2018).

JPEG - 233.2 ko

 

On célèbre la survie des nouvelles visions du monde, la reconstruction du lieu apès sa dévastation, et un nouveau projet : l’inauguration de l’AmbaZADA, un espace destiné à accueillir à Notre-Dame-des-Landes les peuples insoumis du monde entier.

JPEG - 144 ko

 

Il y a l’histoire et les héritages, l’Italie révolutionnaire des années 70, les mouvements autonomes allemands des années 80 ou l’écologie radicale anglaise et anticapitaliste des années 90.
Il y a aussi le présent, dont on fera le bilan et dégagera les perspectives : les femmes kurdes, la candidate indigène Marichuy au Mexique, les immigrés sans papiers, etc.

Ça commence aujourd’hui à partir de 10h00.

Faites votre programme.

Contact.



Samedi 25 août 2018

 

À New York, au Metrograph commence un cycle Larry Clarke (25 août-1er septembre 2018).

Aujourd’hui :

* À 18h00 : Kids de Larry Clarke (1995).


 

* À 20h30 : Bully de Larry Clarke (2001).


 

Faites votre programme.

Et, demain dimanche, à la demande générale, parce qu’on ne s’en lasse pas :

* À 13h00 : Reds de Warren Beatty (1981).


 

Metrograph, n°.7 Ludlow Street, New York NY 10002.


À Grenoble, la ville la plus polluée de France (parce qu’elle est dans une vallée encaissée), on est aussi à la pointe de la modernité.

JPEG - 45.8 ko

 

C’est là qu’ ont été expérimentés les premiers éclairages urbains publics, et c’est là qu’a été installé un écoquartier.

JPEG - 221.6 ko

 

C’est normal qu’on y rencontre le gratin des collapsologues, qui, inlassablement, reposent la question.

JPEG - 126.4 ko

 

* À partir de 9h30 : Tout va-t-il s’effondrer ?
Rencontre coordonnée par Nicolas Haeringer, avec 350 France, Attac France (Officiel), collectif les Terrestres, Focus on the global South, Fundacion Solon, Mouvements.

Avec, notamment, Geneviève Azam, Antoine Back, Christophe Bonneuil, Lindgaard Jade, Corinne Morel Darleux, Tadzio Mueller, Marta Musić, Florencia Partenio, Pablo Servigne, Bénédicte Zitouni.

Université Stendhal, 1086-1366 avenue Centrale, 38400 Gières.

Post scriptum : L’introduction de cette rencontre mise en ligne quelques jours après.


 


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 25 au 31 août 2018.



Vendredi 24 août 2018

 

Ce matin, découverte joyeuse des perspectives enchantées à propos des déchets nucléaires, comment s’en débarrasser pour toujours.
On connaît le problème, on l’enfouit, avec les moutons sous la descente de lit. C’est navrant, mais c’est humain.

JPEG - 96 ko

 

Certains pourtant, plus responsables, examinent la question en face, et cherchent des idées.
La première idée semblait bonne, l’exportation.
Au lieu de les envoyer dans les pays pauvres mais terriens comme nous autres, on les enverrait sur le Soleil.

JPEG - 38 ko

 

JPEG - 47.2 ko

 

JPEG - 44.1 ko

 

Une idée naturelle (et généreuse, prenant en considération les pauvres du monde), qui se ressemble s’assemble, et les vieilles idées en principe, ont fait leur preuves.

JPEG - 201.9 ko

 

Finalement, on a préféré en prévoir d’autres, au cas où, on sait jamais, hein.

JPEG - 229 ko

 

JPEG - 130.4 ko

 

JPEG - 121.6 ko

 

Le Monde propose des solutions.

Et, nous autres, lâches comme d’habitude, on se réfugie au cinéma.
Ou alors, peut-être qu’on va faire des confitures avec les 6 kilos de mirabelles qu’on a récoltées hier, faut pas trop traîner.



Jeudi 23 août 2018

 

À Alès, le Festival Ciné Été, 6e édition, rappelle que l’été n’est pas fini (23-28 août 2018).

JPEG - 189.2 ko

 

C’est gratuit et c’est dans toute la région, organisé par Alès Agglomération, le Festival Cinéma d’Alès - Itinérances et Cineplanet.

Ce soir, c’est à Saint-Privat-des-Vieux :

* À 21h30 : Nous trois ou rien de Kheiron (2014).


 

Précédé par Our Wonderful Nature. The Common Chameleon de Tomer Eshed (2016).

Our Wonderful Nature - The Common Chameleon from LUMATIC on Vimeo.

 

Faites votre programme.

Pôle culturel et scientifique, 155 faubourg de Rochebelle, 30100 Alès.


À NewYork, au MoMA, on va au cinéma où on se souvient de Maria Irene Fornes et du théâtre (23–29 août 2018).

La dramaturge féministe Maria Irene Fornes, née en 1930, est une grande figure de l’avant-garde théâtrale américaine, que beaucoup ne connaissent que par son histoire d’amour avec Susan Sontag (1933-2004) au début des années 60.
Depuis 2000, affaiblie par un Alzheimer, elle avait cessé d’écrire.
La cinéaste Michelle Memran l’a emmenée en voyage, et de ville en ville, a réussi à réveiller ce passé glorieux qui commençait à s’effacer.

Ce soir :

* À 19h00 : The Rest I Make Up de Michelle Memran (2018).


 

En ce tournant de l’été (août-septembre), on consulte le "Upcoming" du ciné-MoMA : Emmanuel Gras, Jacques Audiard, Jean-Luc Godard, Mahmoud Kalari, Xu Bing, La Hammer...

Faites votre programme.

MoMA, 11 W 53rd St, New York, NY 10019.


À Détroit, au Detroit Institute of Arts (DIA), c’est le Sci-Fi Summer.

JPEG - 125.4 ko

 

Ce soir :

* À 19h00 : Robots : Ghost in the Shell de Rupert Sanders (1995).


 

Faites votre programme.

Detroit Film Theatre, 5200 Woodward Ave, Detroit, MI 48202.



Mercredi 22 août 2018

 

Bon anniversaire Pierre Strobel (1948-2006), 70 ans aujourd’hui.

* Voici une chanson douce de ton vieux copain Giorgio Gaber (1939-2003) : Non arrossire (1960).


 

* Et aussi un message personnel de lui.

Qualuna era comunista avec le texte en français.

* Et aussi un film où il s’est beaucoup amusé, avec les autres copains, Roberto Benigni, Ninetto Davoli, Franco Citti : Il minestrone de Sergio Citti (1981).


 

* En échange, dans le paradis rouge où vous êtes tous les deux, tu dois lui raconter quelques histoires à ta façon, par exemple les liens secrets entre le boulevard Blanqui à Paris et la Salute à Venise.

JPEG - 369.4 ko

 

JPEG - 358.4 ko

 


Les sorties sur les grands écrans

* La Belle de Arunas Zebriunas (1969).

* King : de Montgomery à Memphis de Sidney Lumet & Joseph L. Mankiewicz (1970).

* The Last of Us de Ala Eddine Slim (2016).

* Caniba de Verena Paravel & Lucien Castaing-Taylor (2017).

* O Grande Circo Mistico de Carlos Diegues (2018).

* BlacKkKlansman (J’ai infiltré le Ku Klux Klan) de Spike Lee (2018).

Les ressorties en versions restaurées

* Les Producteurs (The Producers) de Mel Brooks (1968).



Mardi 21 août 2018

 

On se réveille, chaque matin, et on constate que ça commence à s’agiter grave dans tous les médias populaires, et dans les JT télé. Pas un jour sans des nouvelles du front climatique, avec des courbes, des statistiques, des commentaires, des cris d’alarme, des explications, des images inquiétantes, tout le toutim.
Nouvelles du "front" ?
Nouvelles de la "débâcle" plutôt, le terme météo comme le terme labellisé WWII, en 1940.

Il est clair que tous ces éléments, les "autorités" internationales les avaient depuis longtemps, ce ne sont pas des recherches et des découvertes d’hier matin.
Les "vérités qui dérangent" (selon l’expression de Al Gore, peu suspect d’être un dangereux gauchiste marginal), on les refoulait hypocritement, on les évacue désormais cyniquement d’un revers de main.

* Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth) de Davis Guggenheim (2006).


 

* Une suite qui dérange : Le temps de l’action (An Inconvenient Sequel : Truth to Power) de Bonni Cohen & Jon Shenk (2017).


 

Les décennies passent et ça continue joyeusement.
Ce matin ça vient des États-Unis, et d’Australie.

Notre chronique de l’effondrement va s’enrichir, jusqu’à ce que tout disjoncte.

JPEG - 311.1 ko

 

JPEG - 305.1 ko

 

JPEG - 306.9 ko

 


Si on se tourne vers le passé, ce qu’on commémore ne rend pas heureux non plus.

À Prague, ce matin du 21 août 1968, il y a 50 ans, on se réveillait en état de choc. On était passé en une nuit du printemps à l’hiver : les chars du Pacte de Varsovie étaient dans toute la ville.

JPEG - 169.8 ko

 

Jean-Loup Passek se souvient.

L’occupation durera 20 ans, jusqu’en 1989, avec la sametová revoluce (Révolution de velours).
Qu’il puisse y avoir des effondrements doux, des révolutions sans douleurs, ça c’est une des rares bonnes nouvelles qui consolent.

* Chez Magnum, les photos de Josef Koudelka (né en 1938).

* Au MoMA, sa rétrospective de 1975 (les photos d’avant août 1968).

JPEG - 207.8 ko

 

* Sur France Culture, des chansons.


À Rome, au petit Museo di Roma in Trastevere, on se souvient des décombres de l’après-guerre, à Prague : Josef Sudek : Topografia delle macerie. Praga 1945 (19 juillet-7 octobre 2018).

JPEG - 144.6 ko

 

Avec le temps, dans les mémoires, les douleurs se superposent et s’entremêlent, on finit par ne plus savoir très précisément qui étaient les bons et qui les méchants.
Seules demeurent les ruines comme preuves et les pleurs comme de légères bruines. C’est ce que racontent les épreuves photographiques de Josef Sudek (1896-1976).

JPEG - 421 ko

 

JPEG - 364.2 ko

 

Museo di Roma in Trastevere, piazza Sant’Egidio 1/b - 00153 Roma.


À Angoulême, dans toute la ville, le Festival du film francophone (FFA), 11e édition (21-26 août 2018).

JPEG - 187.9 ko

 

Cette année, c’est Karin Viard la présidente.

À l’honneur, le cinéma haïtien.
Demain, il commence avec :

* À 17h00 : Port-au-Prince Dimanche 4 janvier de François Marthouret (2015).


 

Mais ce soir, l’ouverture se fait avec une avant-première, un film tourné en Charente :

* À 19h45 : Lola et ses frères de Jean-Paul Rouve (2018).

JPEG - 271.4 ko

 

Faites votre programme.

FFA, 30 rue Saint-Roch, 16000 Angoulême.


À Bruxelles, à la Cinematek, un film inusable, même si les programmes de résistance et de lutte se modifient inexorablement

* À 20h00 : Les Raisins de la colère (Grapes of Wrath) de John Ford (1940).

On a trouvé une bande annonce avec Judy Collins : Brother, Can You Spare A Dime.


 

Prochaines projections les 25 et 31 août 2018.

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.



Lundi 20 août 2018

 

Sur Arrêt sur image, c’est le cinquième et dernier épisode de la série "Nos effondrements" : L’apocalypse et après ? Le "survivalisme" sous toutes ses coutures.

Daniel Schneidermann et Hélène reçoivent Pablo Servigne, Bertrand Vidal, Denis Tribaudeau.

JPEG - 97.1 ko

 

Des catastrophes sur la Terre, il y en a toujours eu, des physiques, des humaines et sociales. Le mot "apocalypse" appartenait aux mythes, il fait désormais partie du langage courant. Les imaginaires se nourrissent des films, des séries, des jeux vidéos, les plus vieux étaient déjà préparés par les romans de SF. Le sentiment d’urgence s’amplifie chaque jour, à mesure que s’accélèrent et s’accumulent les preuves, vécues et propagéees par les médias, tenus en laisse depuis plus de 40 ans, qui n’ont plus peur de désespérer qui que ce soit.

JPEG - 80.7 ko

 

Le "survivalisme" est une notion inventée par Kurt Saxon (né en 1932), très branché "bunker, Base autonome durable-BAD et armes à feu" aux États-Unis.
En France, la notion est plus tempéré, tendance "Il faut cultiver son jardin".
Le survivalisme une nébuleuse instable constituée de multiples dynamiques internes.

JPEG - 133 ko

 

JPEG - 169.4 ko

 

Ceux qui se préparent à "l’après" (seuls ou collectivement, heureux ou flippés) sont tous conscients que "ça" va pas continuer comme ça longtemps. Ils sont de toutes obédiences politiques (ce qui colore leurs méthodes) et beaucoup récusent le terme même (souvent connoté facho).
Les dominantes constantes chez les survivalistes, c’est la peur du déréglement climatique (devenu inéluctable), et, paradoxalement, le retour à cette Nature méchamment blessée, donc devant hostile.

JPEG - 269.6 ko

 

Les autres causes éventuelles de collapse leur semblent moins terrorisantes.
L’immigration (et la démographie), c’est une peur d’illettrés ou de politiciens à enjeu électif, tout le monde sait - ou a les moyens de comprendre -, que c’est une conséquence à examiner en amont, à la lumière des inégalités, et pas une cause.
Le châtiment divin, c’est minoritaire. Le nucléaire, c’est plus à la mode. Le cancer pour tous, on s’habitue. La disparition d’Internet, il y a des satellites hors sol, les attaques de hackers fous, ça devrait n’être que partiel. L’AI, on la tient encore fermement et les manip’ des corps, c’est pas nouveau.

JPEG - 129.2 ko

 

Sans parler du capitalisme tardif en fin de vie, dont l’extermination ou le suicide sont traités par les anciens, old fashion et classicos.

Face à l’effondrement, quelle qu’en sera l’iskra, la conclusion de Pablo Servigne s’impose : Seul, on ne peut rien.
On pense à Georges Lapassade et à son livre, L’Entrée dans la vie (Minuit, 1963) : Les humains sont des animaux sociaux, nés inachevés et incapables de survivre sans l’aide des autres. L’axiome est valable à la naissance, il sera valable à la renaissance. Ceux qui survivent le plus, c’est ceux qui s’entraident le mieux.

JPEG - 79.4 ko

 

De tout cela, on vous a parlé depuis 2014 (année de la naissance du site) par bribes, tout en sachant que ce qui arrivera sera multi-factoriel.
On peut se reporter à la bibliographie, et aux chroniques annuelles (depuis 2014).
Une filmographie est en cours, qui ne se superposera pas à une filmographie Science-fiction. La filmographie Nucléaire peut toutefois se rattacher à la problématique.

JPEG - 67.9 ko

 

Les cinq émissions Arrêt sur images de cet été 2018 sont riches d’idées et de pistes qu’on n’avait pas forcément envisagées.

Les quatre chapitres précédents :

* L’effondrement, un processus déjà en marche.

* Les films d’apocalypse.

* Démocraties à bout de souffle.

* Le transhumanisme.

Toute la série : La fin est proche (les meilleurs moments).

Pour s’abonner à Arrêt sur image.


À Gênes, Italie, mardi 14 août 2018, à midi, le grand viaduc Morandi s’est cassé net. Bilan 43 morts.

JPEG - 279.8 ko

 

Des bilans bien plus lourds de castastrophes bien pires, il y en a tout le temps dans le monde. Mais celle-ci est comme une métaphore de l’effondrement qui vient, comme fait social total spectaculaire.

Tout y est, en vrac, la cassure bien régulière sur le lieu de faiblesse, les voitures et leurs contenants qui tombent dans le vide sans distinction de classe, les maisons évacuées qui vivaient, sans doute assourdies, au dessous de la grande circulation, les intempéries excessives et après nous le déluge, les victimes qui prennent conscience et ne se laisseront (peut-être) plus faire, les destins individuels des deux miraculés, la visibilité occidentale du plus grand port italien, la catastrophe annoncée mais négligée, l’incurie des pouvoirs (publics et privés), leur désarticulation, leur corruption peut-être, probablement, les voix de la récupération politique démocratique, ceux qui festoient pendant que d’autres sont à la rue, la grand-messe rituelle (religieuse) à vocation cathartique.
Et, pour bientôt, la reconstruction. À l’identique ou à peu près.

Sur BFMTV, la première nuit, à la recherche des survivants.
C’est beau une catastrophe à la télévision.

JPEG - 139.3 ko

 



Dimanche 19 août 2018

 

À Lussas, commencent les États généraux du film documentaire 2018, 30e édition (19-25 août 2018).

JPEG - 118 ko

 

On aime que le festival, né en 1989, ne cède pas à la tentation et reste non-compétitif. Nul besoin de piment pour faire son miel.
On aime qu’il ait lieu dans toute la région.
On aime la section Africadoc, créée par Ardèche Images.

On aime qu’il y ait une permanence, un Centre de ressources depuis 1994, avec vidéothèque, base de données, aide à diffusion, et, depuis 2000, toute l’année, une école.

On aime l’Ardèche, même les plus urbains d’entre nous, sont parfois pris d’une envie de s’y installer.

JPEG - 271 ko

 

Pendant les États généraux, on participe aux réflexions théoriques dans les séminaires et les ateliers et on fait des rencontres professionnelles qui ne négligent aucun des métiers de la profession.

Et surtout, on voit des films et on fait des découvertes :

* Expériences du regard.

* Histoire de doc : RDA.

* Fragments d’une œuvre : Sandra Davis, Vivian Ostrovsky, Martine Rousset.

* Route du doc : Yougoslavie.

Ou, tout simplement, comme tout le monde, on va aux séances plein air du soir.

Ce soir, ouverture :

* À 20h30 : Amal de Mohamed Siam (2017).


 

Précédé par :

* Nul n’est censé de Léa Lanoë (2018).

JPEG - 112.6 ko

 

Le catalogue.

Faites votre programme.

États généraux du film documentaire Ardèche Images, 16 route de l’Échelette, 07170 Lussas.




Samedi 18 août 2018

 

À Gindou, commencent les 34e Rencontres (18-25 août 2018).


 

Avec trois sélections :

* Rétrospective et carte blanche à Jean-François Laguionie, l’un des grands cinéastes de films d’animation d’aujourd’hui, en sa présence.

* Les vagabondages cinématographiques, libre parcours dans la cinématographie mondiale contemporaine.

* Une sélection Films du patrimoine avec une carte Blanche à la Cinémathèque de Toulouse et au CNC et 2 séances intitulées Éclats de cinéma militant.

Ce soir, ouverture au Cinéma de verdure :

* À 21h30 : Le Tableau de Jean-François Laguionie (2011).


 

Précédé par L’Acteur (1975).

JPEG - 129.9 ko

 

En présence de Jean-François Laguionie, Anik Le Ray, Jean-Pierre Lemouland, Monique Scheigam, Philippe Daniel et Bruno Canard.

Faites votre programme.

Gindou Cinéma, Le Bourg, 46250 Gindou.


À Paris, à la Villette, l’avant dernier soir de Cinéma en plein air 2018, Si on chantait (18 juillet au 19 août 2018), entrée libre.

* À 19h00 : Interstella 5555 : The Story of the Secret Star System de Leiji Matsumoto, Daft Punk & Kazuhisa Takenouchi (2003).


 

Précédé par Fox-Terrier de Hubert Charuel (2016).

JPEG - 82.4 ko

 

Demain, la vraie clôture avec Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy (1964).

JPEG - 194.8 ko

 

Prairie du Triangle, 211 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.


À New York, au Whitney, la suite de An Incomplete History of Protest 1940-2017 (18 août 2017-27 août 2018).

Grâce à la richesse de ses collections, le musée examine le travail et le rôle des artistes dans les événements politiques et sociaux de leur époque, à travers quelques thématiques : Resistance and Refusal, Strike, Boycott, Advocate : The Whitney Archives, Spaces and Predicaments, Stop the War, No Idle Gesture, Mourning and Militancy, Abuse of Power, The Usable Past.

JPEG - 523.7 ko

 

JPEG - 175.8 ko

 


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 18 au 24 août 2018.



Vendredi 17 août 2018

 

Aretha Franklin (1942-2018) est morte à Detroit, hier le jeudi 16 août 2018.
Tiens, c’est le même jour que Elvis (1935-1977), à 41 ans près, pour qui les commémorations se terminent demain à Graceland, on en parlait jeudi 9 août 2018.

On se souvient d’elle, impériale, à Chicago, avec quelques collègues, James Brown, Cab Calloway, Ray Charles John Lee Hooker...

* The Blues Brothers de John Landis (1980).


 

On se souvient aussi d’elle comme femme "politique".

* À l’investiture de Barack Obama, le 20 janvier 2009.

* À la Maison Blanche en 2014.

* Aux Kennedy Center Honors en 2015.

JPEG - 132.7 ko

 

JPEG - 124.5 ko

 

Il y a seulement quelques années, mais c’était une toute autre époque, avec de l’espoir.
Pour sa chanson, Respect, on la trouvera partout.

Sur France Culture.

Sur Open Culture.

Dans le New York Times.

Dans le Huffpost.


À Douarnenez, commence le Festival de cinéma des minorités 2018, Gouel ar filmo, 41e édition (17-25 août 2018).

Bande annonce - 41ème Festival de Cinéma de Douarnenez from Festivaldz on Vimeo.

 

En 1978, il y a 40 ans, on commençait une lutte contre le projet de centrale nucléaire à Plogoff. Et on a gagné : le projet a été abandonné en 1981. Ça donne des ailes et le festival est né de cet élan.

* Plogoff, des pierres contre des fusils de Nicole et Felix Le Garrec (1980).


 

Les minorités ne sont pas inertes, ni sous influence, ni obéissantes, ni déviantes.
Elles ont toute leur place dans les ainsi nommées "démocraties", qu’elles contribuent à rendre vivantes.

JPEG - 276.5 ko

 

À Douarnenez, on leur donne la parole, aux minorités, en faisant connaître leurs œuvres et leurs univers, dans toute la ville, avec des films, des livres, des concerts, des expositions, des rencontres.

En 2018, à l’honneur : Peuples des Congos (République démocratique du Congo et Congo Brazzaville).

Et comme toujours : Grand Cru Bretagne.

Ce soir, séance inaugurale au cinéma Le Club :

* À 21h30 : Le Ministre des poubelles de Quentin Noirfalisse (2017).
En présence de Emmanuel Botalatala.


 

Et, place du Festival, un concert :

* À partir de 21h00 : Mbata Kongo


 

Faites votre programme.

Festival de cinéma de Douarnenez, Gouel Ar Filmoù, 13 rue Michel-Le Nobletz, 29172 Douarnenez.


À Paris, à la Villette, derniers soirs de Cinéma en plein air 2018, Si on chantait (18 juillet au 19 août 2018), entrée libre.

* À partir de 19h30 : Promised Land de Gus Van Sant (2013).


 

Cinéma en plein air, Prairie du Triangle, 211 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.


À Bruxelles, à la Cinematek, le cycle Frances McDormand jusqu’à la fin du mois (14 juillet-30 août 2018).

* À 19h00 : L’Affaire Josey Aimes (North Country) de Niki Caro (2005).


 

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.



Jeudi 16 août 2018

 

À Paris, à la Villette, ce sont les derniers soirs de Cinéma en plein air 2018, 28e édition, Si on chantait (18 juillet au 19 août 2018), entrée libre. On peut télécharger les paroles de la chanson du soir sur le site.

Ce soir :

* À partir de 19h30 : Toni Erdmann de Maren Ade (2016).


 

Cinéma en plein air, Prairie du Triangle, 211 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.


À Bruxelles, la Cinematek ne ferme jamais.

Aujourd’hui :

* À 18h00 : L’Autre (El Akhar) de Youssef Chahine (1998).


 

Autres projections, les 25 et 28 août 2018.

* À 20h00 : L’Expédition du Kon-Tiki (Kon-Tiki) de Thor Heyerdahl (1950).

The Kon-Tiki Expedition (english) from Orlando & Marlene on Vimeo.

 

Autres projections, les 23 et 27 août 2018.

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.


À Miami, certes, c’est la saison des ouragans, mais ils n’arrivent pas tous sur la terre. Il vaut mieux s’informer.
Si on est dans les parages, au FROST, il y a des choses importantes.

JPEG - 133.3 ko

 

* Deconstruction. A Reordering of Life, Politics, and Art (30 juillet-30 septembre 2018).

JPEG - 129.7 ko

 

Les artistes de l’exposition réorganisent la vie, la politique et l’art sous l’égide de Guy Debord : Eddie Arroyo, Zachary Balber, Frida Baranek, Christopher Carter, Yanira Collado, Gonzalo Fuenmayor, Pepe Mar, Glexis Novoa, Sandra Ramos, Leyden Rodriguez-Casanova, Jamilah Sabur et Frances Trombly.

JPEG - 224.2 ko

 

Toujours au FROST, on en profite pour visiter l’Inde profonde :

* Many Visions, Many Versions. Art from Indigenous Communities in India (9 juin-9 septembre 2018).

Des peintures et des dessins traditionnels venus d’Inde centrale (tribus Gond et Warli du Maharastra), du Bihar (peintures Mithila) et du Bengale occidental (rouleaux narratifs), organisées en quatre thématiques : mythe et cosmologie, nature - réelle et imaginée -, vie villageoise et explorations contemporaines. Avec notamment Jangarh Singh Shyam, Jivya Soma Mashe, Sita Devi et Swarna Chitrakar.

JPEG - 391.1 ko

 

Patricia & Phillip Frost Art Museum, Modesto Maidique Campus, 10975 SW 17th Street, Miami, FL. 33199.



Mercredi 15 août 2018

 

Bon anniversaire à Nino Ferrer (1934-1998), 84 ans aujourd’hui.

Il ne nous a jamais quittés, lui, sa beauté, et cette sorte de connaissance intime de la marge qui lui a donné ses succès, son humour des années 60 et ses visions des années 70.


 

Une vie, c’est jamais pour rien.
Surtout pas la sienne.


 


À Bruxelles, à la Cinematek, c’est tous les jours (ou presque) Voyages, voyages, jusqu’à la fin du mois.

Ce soir :

* À 21h00 : Calme blanc (Dead Calm) de Phillip Noyce (1989).


 

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.


À New York, à Metrograph, on se fait un trip français (de chez français) avec Truffaut X 7 (15-24 août 2018).

Aujourd’hui :

* À 17h45 : The Wild Child (L’Enfant sauvage) de François Truffaut (1969).


 

* À 19h30 : Small Change (L’Argent de poche) de François Truffaut (1976).

JPEG - 130.4 ko

 

Metrograph, no.7 Ludlow Street, New York NY 10002.


Les sorties sur les grands écrans

* The Intruder de Roger Corman (1962).

* Under The Tree (Undir trénu) de Hafsteinn Gunnar Sigurðsson (2017).

* Alive In France de Abel Ferrara (2017).

* Il se passe quelque chose de Anne Alix (2018).

* Une Valse dans les allées (In den Gängen) de Thomas Stuber (2018).

* Ultra Rêve de Bertrand Mandico, Yann Gonzalez, Caroline Poggi (2018).

Les ressorties en versions restaurées

* Bad Lieutenant de Abel Ferrara (1992).

* Le Profond Désir des dieux (Kamigami no fukaki yokubō) de Shohei Imamura (1968).

* Do the Right Thing de Spike Lee (1989).



Mardi 14 août 2018

 

C’est un long week end de 15 août, au milieu d’un été redevenu presque normal en zone tempérée, chaud mais pas trop, avec des nuages dans le ciel bleu pour faire joli, parfois de la pluie, quelques orages de fin de saison.

JPEG - 283.3 ko

 

À Paris, les kiosquiers et les bistrots sont fermés, et les terrasses restées ouvertes sont clairsemées. Sur le bitume qui a remplacé les pavés, on entend les roulettes des valises des vacanciers qui partent ou qui rentrent.

C’est un été presque habituel, les corps ont déjà oublié les deux longues vagues caniculaires, et, après tout, les succulentes, qui ont remplacé le lierre des balcons, ont bien tenu le coup.

JPEG - 235 ko

 

Et pourtant, chaque matin, on se réveille comme dans un crépuscule.
C’est que désormais, le décor est planté, celui d’une fin de monde.

Sont devenus des marronniers journalistiques, qui contrairement au scoop, sont répétitifs donc ennuyeux. On connaît, on peut zapper.

* L’assèchement des cours d’eau (le Colorado, le Rio grande, le Danube).

JPEG - 385.8 ko

 

* Les continents de plastiques dérivant sur les océans.

JPEG - 609.4 ko

 

JPEG - 497.7 ko

 

* La fonte de toutes les glaces d’étés en étés, celui de 2018 le plus chaud depuis celui de 2003.

JPEG - 426.4 ko

 

JPEG - 298.2 ko

 

* Les capitales du monde où l’eau vient à manquer, et la pollution ici et la pollution là et l’étuve à venir.

JPEG - 140 ko

 

* Les centrales nucléaires fragilisées,

JPEG - 161.9 ko

 

* Les économies dérégulées et les menaces de guerre avec rodomontades de guignols promus et légitimes, qui font semblant de contrôler les lobbys, ou "assument" d’en être tributaires (ça dépend des tempéraments).

JPEG - 155.7 ko

 

Les effondrements des littoraux comme métaphores des futurs effondrements urbains, qui ne sauraient tarder.

JPEG - 167.8 ko

 

Et puis apparaissent régulièrement les pauvres humains qui sont déjà atteints : les sinistrés des inondations (qui ont tout perdu) et ceux des incendies (qui ont tout perdu) affublés de cellules psychologiques mises en place sur les lieux des traumas comme des rustines. Et les migrants - rescapés et survivants - qui errent sur les mers en quête d’un port qui les accueillerait.

JPEG - 218.1 ko

 

JPEG - 164.3 ko

 

Et tous les cancéreux, tout autour de la Terre, qui meurent vite ou qui prennent leur temps.

JPEG - 174.6 ko

 

Dernière nouvelle du front dans les médias grand public : il n’y a pas que les tortues de mer qui en meurent, les humains ingèrent tous du plastique et personne ne sait ce que ça donnera comme maladie (mais on s’en doute). On le savait depuis des années chez les spécialistes lanceurs d’alertes.

JPEG - 153.5 ko

 

Il paraîtrait qu’on sait comment le retransformer en pétrole, le plastique, mais personne n’a eu l’idée de le faire. Ça doit pas être rentable.

Les sites écolos et leurs newsletters se multiplient, et un groupe Facebook "Collapsologie heureuse" a même atteint, en quelques jours, le chiffre impressionnant de 2500 membres likeurs. Des voix, pas des pouvoirs.

Les JT des télés et les "alertes" des ordi côtoient les pubs pour des grosses voitures et des crédits très intéressants sur 20 ans, provoquant, dans nos esprits, le fameux double bind de Bateson qui rend fous les enfants, et schizophrènes les grandes personnes. Demain, tous ânes de Buridan.

JPEG - 198.5 ko

 

Tout le monde sait, croit savoir ou est "supposé savoir". L’urgence est manifeste, mais, depuis des décennies, tout le monde se fond dans un "mouvement uniformément retardé" d’attentisme. Le déclin est perceptible, de ce capitalisme autophage en fin de vie. Mais nous n’avons aucun modèle, celui de la civilisation Maya n’est qu’une esquisse, on dit qu’ils auraient manqué d’eau, mais il a dû y avoir aussi d’autres raisons.

JPEG - 244 ko

 

Alors personne ne parvient à imaginer la forme et les étapes du naufrage. À plus forte raison à les contrer. Alors, nos matins ressemblent à des crépuscules.
Et on se réfugie dans le spectacle, as usual. Les so called "apocalypses" se placent dans des "futurs proches" ou dans des "futurs lointains". Mais on se souvient que Blade Runner, ça se passe en 2019, l’année prochaine, et Soleil vert en 2022.

JPEG - 190.7 ko

 

Les vidéos alarmistes et/ou lyriques prolifèrent sur le Net.
En voici une parmi d’autres, qui célèbre l’eau (d’où nous venons et qui nous constitue), une vidéo qu’on demandera peut-être à voir, quand le temps sera venu, dans la salle d’euthanasie comme Sol Roth, le vieux monsieur de Soylent Green.

* The River. A Deep Ecology Visual.
D’après Endgame de Derrick Jensen, musiques de Eluvium et de Laraaji.

The River - A Deep Ecology Visual Poem from Last Leaves on Vimeo.

 



Lundi 13 août 2018

 

À Londres, à la Tate Modern : Magic Realism:Art in Weimar Germany 1919-1933 (30 juillet-14 juillet 2018). Entrée libre.

JPEG - 468.3 ko

 

Au siècle précédent, ce 20e siècle qui s’éloigne de plus en plus vite, entre les deux grandes guerres, sous la République de Weimar, s’est épanoui un art du temps moins angoissé que celui de l’expressionnisme qui l’avait précédé, mais tout aussi inquiet : le réalisme magique selon l’expression de Franz Roh (1890-1965), un réalisme aux multiples facettes, nouvelle objectivité, surréalisme, vérisme...

JPEG - 556.8 ko

 

La Tate Modern retourne aux origines de la notion, et explore l’oxymore à travers une sélection d’œuvres rarement exposées, de Max Beckmann, Albert Birkle, Otto Dix, George Grosz, Jeanne Mammen, Rudolf Schlichter.

Bonne lecture :

* Franz Roh, Nach Expressionismus : Magischer Realismus, Leipzig, Klinkhardt & Biermann, 1925. Postexpressionnisme - Réalisme magique - Problèmes de la peinture européenne la plus récente, traduction, introduction et notes de Jean Reubrez, Dijon, Presses du Réel, 2013.

JPEG - 279.2 ko

 

Tate Modern, Bankside, London SE1 9TG.


Sur Arrêt sur image, c’est le 4e épisode de la série "Nos effondrements" : le transhumanisme.

JPEG - 317.2 ko

 

JPEG - 171.5 ko

 

L’amélioration de la "condition" humaine telle qu’on la connaît aujourd’hui, c’est évidemment souhaitable. Ce sont les voies pour y parvenir qui sont discutables.
Alors qu’il y a urgence et que les prochaines décennies sont celles de tous les dangers, pourquoi donner la priorité aux progrès techniques appliqués sur les corps individuels alors qu’il y a tant à faire au niveau social (et politique) ?
Mais quand, au 14e siècle, le tiers de la population mondiale a disparu dévoré par la peste noire, n’était-il pas nécessaire de disséquer les cadavres et de donner naissance à la médecine d’aujourd’hui ?
Quoiqu’il en soit, le processus est en marche et nous échappe sans doute déjà.

Daniel Schneidermann reçoit Jacques Testard, Daniela Cerqui Ducret et Marc Roux.

JPEG - 205.4 ko

 

Aparté : On aurait aimé qu’il soit plus question de la circulation, déjà "naturelle (mentale et physique) - comme une contagion - entre vivant et artificiel, entre machines et humains. Les robots, les cyborgs, les prothèses, ça existe déjà. Les androïdes sans doute aussi, qui nous cernent peut-être, qu’ils rêvent, ou non, de moutons électriques.
Et moi et moi et moi, esclave de mon clavier au point de rêver de copiés-collés la nuit et, le jour, de faire, au bout des doigts, des lapsus machiniques loin d’être de simples coquilles.

JPEG - 159.4 ko

 

Les chapitres précédents :

* L’effondrement, un processus déjà en marche.

* Les films d’apocalypse.

* Démocraties à bout de souffle.

Pour s’abonner.

Cf. aussi :

* Charles Perragin & Guillaum Renouard, "À quoi sert le mythe du transhumanisme ?", Le Monde diplomatique, août 2018.

JPEG - 274.5 ko

 



Samedi 11 août 2018

 

Des nouvelles de Occupy, venues d’on ne sait plus où.

JPEG - 295.3 ko

 


À Saint-Cirq-Lapopie, à la Maison André-Breton, le Festival surrealista nomada s’obstine à vouloir créer des passerelles entre les continents et les peuples, et à tenter de réunir la terre et les rêves.

JPEG - 452.6 ko

 

Breton était Citoyen du monde et avait conçu le point sublime.
On ne change pas une idée juste, même si elle n’a pas (encore) gagné.

Cette année, El Archibrazo, imprimerie et maison d’édition fondée en 1968 par le peintre Juan Andralis (1927-1995), fidèle de Breton et représentant du surréalisme en Argentine, propose : Le Rêve de la Mona Lisa, une œuvre collective, éphémère et transversale.


 

Ce soir :

* À partir de 19h00 : Visite surréaliste et latino-américaine de la Maison André-Breton.

* À 21h00 : Une grande performance magique avec projection vidéo sur la façade de la maison, danse, poésie et musique d’Amérique du Sud.


 

Maison André-Breton, place du Carol, 46330 Saint-Cirq-Lapopie.


À Los Angeles, le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) célèbre son ami intime : Rauschenberg : In and About L.A. (11 août-10 février 2019).

JPEG - 291.2 ko

 

Robert Rauschenberg (1925-2008) est né au Texas, et a vécu à New York.
Mais, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, il a entretenu des liens professionnels, techniques et artistiques avec Los Angeles, la ville, et avec le LACMA, le musée, qui ont profondément marqué son œuvre.

JPEG - 294.9 ko

 

Los Angeles County Museum of Art, 5905 Wilshire blvd, Los Angeles, CA 90036.


Salut les câblés !

La semaine télé de Jeune Cinéma du 11 au 17 août 2018.



Vendredi 10 août 2018

 

À Bruxelles, à la Cinematek, dans le cadre du cycle Voyages voyages (26 juin-31 août 2018), un cinéaste atypique : Godfrey Reggio, et son œuvre majeure, hypnotique, La Trilogie des Qatsi, avec la musique de son ami Phil Glass.

Ce soir, le 1er volet (les titres appartiennent à la langue des Indiens Hopis, cf. les nuances de la traduction) :

* A 21h00 : Koyaanisqatsi (La Prophétie) de Godfrey Reggio (1982).


 

Le second volet est programmé le mardi 28 août 2018 :

* À 21h00 : Powaqqatsi (La Transformation) de Godfrey Reggio (1988).


 

Pour l’instant, on ne voit pas programmé le troisième volet, Naqoyqatsi (La Guerre, 2002).


 

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.


À Sarajevo, commence le Sarajevo Film Festival, 24e édition (10-17 août 2018).
Il a été créé en 1995, pendant le siège de la ville.

JPEG - 565.3 ko

 

Soirée d’ouverture :

* À 21h00 : Cold War (Zimna Wojna) de Pawel Pawlikowski (2018).
Présenté par Alban Ukaj.


 

Cette année, hommage à Nuri Bilge Ceylan qui recevra le Honorary Heart of Sarajevo Award.
Une exposition de ses photographies a lieu à la Art Galerry of Bosnia and Herzegovina. Vernissage, demain, samedi 11 août 2018, à midi.

JPEG - 291.6 ko

 

Faites votre programme.

Sarajevo Film Festival, Zelenih beretki 12, 71000 Sarajevo.


À New York Manhattan, au Metrograph : Hommmage à Makoto Shinkai (10-15 août 2018).
Né en 1973, il est considéré comme le successeur naturel du grand maître de l’animation japonaise, Hayao Miyazaki, né en 1941.

Aujourd’hui :

* À 16h45 : Your Name de Makoto Shinkai (2016).


 

Faites votre programme.

Les amateurs auront peut-être été voir avant :

* À 14h45 : The 317th Platoon (La 317e Section) de Pierre Schoendoerffer (1965).

Metrograph, 7 Ludlow St, New York, NY 10002.


À New York Manhattan toujours, commence un des festivals de fims indépendants américains (qui se multiplient) Chain NYC Film Festival, 6e édition (10-19 août 2018).

JPEG - 251.1 ko

 

Aujourd’hui, ça commence avec un film d’horreur et un film de science-fiction.

* À 17h30 : Something de Stephen Portland (2018).

JPEG - 317.4 ko

 

* À 19h30 : Portal Man de Charles Davis (2017).


 

Chain Theatre, 312 w. 36th street, New York, New York 10018.


À New York Brooklyn, à la BAM Cinematek : Women at Work : Radical Creativity (10-16 août 2018).

Ce soir, à 19h00, deux films :

* Losing Ground de Kathleen Collins (1982).

* Four Women de Julie Dash (1975).


 

Demain, samedi 11 août 2018, on célèbre Angela.

* À 19h00 : Free Angela and All Political Prisoners de Shola Lynch (2012).


 

Faites votre programme.

BAMCinematek, 30 Lafayette Ave, Brooklyn, NY 11217.



Jeudi 9 août 2018

 

À Detroit, le Detroit Institute of Arts (DIA) a acquis 24 gravures du photographe Matthew Brandt : Bridges Over Flint (2016). On peut les voir actuellement dans le cadre de ses nouvelles acquisitions, Out of the Crate : New Gifts & Purchases (14 juillet-23 septembre 2018).

JPEG - 235 ko

 

Merci à Artnet.

Matthew Brandt s’inspire des techniques chimiques du 19e siècle et utilise les éléments physiques de ce qu’il photographie.
Par exemple, dans sa série "Lake and Reservoirs" (2014), il utilise l’eau recueillie dans les lacs et les réservoirs pour faire tremper ses épreuves.

JPEG - 432.9 ko

 

Ou bien quand il photographie des personnages, il utilise leurs sécrétions pour sa chimie photographique. Les œuvres ainsi produites "révèlent" une vérité souterraine occultée, et "signifient" ce lien secret entre technique et art, entre matière et idée, autant dire entre machine et politique.

Dans Bridges Over Flint, il trempe ses négatifs dans l’eau de Flint, et révèle ainsi le danger de cette même eau qui contamine les résidents : les tuyaux de plomb de Flint ne seront totalement remplacés qu’en 2020.

JPEG - 234.1 ko

 

Flint ?
On se souvient de Roger and Me de Michael Moore (1989), son premier documentaire, qui parlait de sa ville natale, Flint, Mich., où on avait supprimé 30 000 emplois.


 

Le déclin de Flint nous avait impressionnés, dans une vision anticapitaliste, tout habitués que nous étions à la succession des "crises", comme moteur d’un système infernal qui s’emballait.
C’était il y a près de 30 ans, bien avant la crise de 2008.
Depuis, on a pu assister à la suite des dégâts qui s’accéléraient, notamment dans la région, à Detroit par exemple, à travers de nombreux films. On pense à trois documentaires presque immédiats de 2010 Detroit ville sauvage de Florent Tillon, Requiem for Detroit de Julien Temple ou Cleveland contre Wall Street de Jean-Stéphane Bron. Et aussi, plus tard, à deux fictions : Only Lovers Left Alive de Jim Jarmush (2013) et Lost River de Ryan Gosling (2014).

JPEG - 281.4 ko

 

JPEG - 322.4 ko

 

Aujourd’hui, ce qui semblait un épisode "de crise" sort de son contexte de "late capitalism" et apparaît sous un nouveau jour, un des innombrables signes avant-coureurs d’un inévitable effondrement de la civilisation productiviste.

JPEG - 164 ko

 

La démarche de Mathew Brandt transfigure son époque.

DIA, 5200 Woodward Avenue, Detroit, Mich.


À New York, au MoMA : Martin Scorsese Presents Republic Rediscovered : New Restorations from Paramount Pictures, Part 2 (9-23 août 2018).

Aujourd’hui :

* À 19h00 : Wake of the Red Witch de Edward Ludwig (1948).

JPEG - 406.2 ko

 

Faites votre programme.

The Museum of Modern Art, 11 West 53 Street, New York, NY 10019.


À Paris, chez les Grands Voisins, : Les jolies colonies de vacances (8 août-1er septembre 2018).

Au programme : batailles d’eau, tournois sportifs, concerts, ciné plein air, karaoké etc.

JPEG - 512.3 ko

 

Faites votre programme.

Les Grands Voisins, ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 74 avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris.



Mercredi 8 août 2018

 

Dans l’histoire, il y a eu d’autres canicules autrement plus violentes que les deux dernières de 2018, nous raconte Hérodote.
Et pas seulement celles de nos mémoires à nous (1976, 2003...).
Mais ce n’est pas une consolation.

La douleur, c’est la tendance (elles seront de plus en plus nombreuses et de pire en pire). La panique - parfois, quand on s’autorise des éclairs de lucidité - c’est demain et c’est partout.
Les quatre éléments deviennent nos ennemis, parce que l’humanité ne les a pas traités en biens communs, comme le préconisait le Prix Nobel d’économie Elinor Ostrom (1933-2012), en 1990.

* L’eau.


 

* Le feu.


 

* L’air.


 

* La terre.


 


Aujourd’hui, la canicule fait relâche, nos chats ne s’étalent plus sur les carrelages supposés frais, et reprennent du poil de la bête, alors on peut fêter dans de meilleures conditions leur Journée mondiale, inventée en 2002 par l’IFAW, avec quelques uns de nos chats favoris.

* Les chats de Andy Warhol.

JPEG - 227 ko

 

JPEG - 197.4 ko

 

JPEG - 177.5 ko

 

* Les chats du British Museum.

JPEG - 123.2 ko

 

JPEG - 120.1 ko

 

JPEG - 290.1 ko

 

* Les chats d’Alice.

JPEG - 337.9 ko

 

JPEG - 213.7 ko

 

JPEG - 212.8 ko

 

JPEG - 167.9 ko

Bonne lecture :

* Catherine Dufour, "De Baudelaire à You Tube, le sourire du chat", Monde Diplomatique, juillet 2018.

Dans la foulée un petit coucou à Alice.

JPEG - 248 ko

 

Attention de ne pas confondre ce jour œcuménique avec le vendredi 17 août 2018, jour de la Saint Hyacinthe, où nous fêterons la Journée internationale du chat noir, avec les chats noirs de Edgar Poe. Notez la date dès maintenant, on ne le répétera pas.

JPEG - 131.3 ko

 

JPEG - 93.8 ko

 

JPEG - 106.5 ko

 

* Le Chat noir (The Black Cat) de Edgar G. Ulmer (1934). Avec Bela Lugosi et Boris Karloff.

* Le Chat noir (The Black Cat) de Albert S. Rogell (1941).

* Le Chat noir (Gatto nero) de Lucio Fulci (1981).

* The Black Cat de Roger Corman (1962).
In L’Empire de la terreur (Tales of Terror).

Et notre préféré :

* The Black Cat (Kuroneko) de Kaneto Shindō (1968).


 


Les sorties sur les grands écrans

* Under The Silver Lake de David Robert Mitchell (2018).

* Le Poirier sauvage (Ahlat Ağacı) de Nuri Bilge Ceylan (2018).

* Mary Shelley de Haifaa Al Mansour (2018).

* Détective Dee : La légende des rois Célestes (Dí Rénjié : zhī Sìdàtiānwáng) de Tsui Hark (2018).

Les ressorties en versions restaurées

* Le Lieutenant souriant (The Smiling Lieutenant) de Ernst Lubitsch (1931).

* A Scene at the Sea de Takeshi Kitano (1991).

* Une belle journée d’été (aka A Brighter Summer Day) (Gǔ lǐng jiē shào nián shā rén shì jiàn) de Edward Yang (1991).

* Fraise et Chocolat (Fresa y chocolate) de Tomás Gutiérrez Alea & Juan Carlos Tabío (1993).



Lundi 6 août 2018

 

On se souvient, obsessionnellement, de Hiroshima, et, jeudi 9 août 2018, de Nagasaki.
Ces jours-là, le 6 et le 9 août 1945, il y a 73 ans, l’humanité a pris un tournant irréversible, dans toutes les niches de sa conscience comme dans ses perspectives.
Ici et maintenant, toujours dans le tournant, essayant de le négocier, plus que jamais.

* Pluie noire de Shohei Imamura (1989).


 

Cf. La filmographie jamais close.


Marie Humbert (1954-2018) est morte, hier, le 5 août 2018.

Haut fait d’arme ?
Avoir réuni l’amour et la liberté, en respectant celle de son fils qui voulait mourir, et avoir, ainsi, réanimé, un instant, une société bloquée.
Avec une loi ni faite ni à faire, votée en 2005, il y a 13 ans.
En attendant, si on ne veut pas mourir de faim abandonné comme elle le propose, comme autrefois pour les avortements, qui en a les moyens va en Suisse.
On se souviendra longtemps de Vincent Humbert (3 février 1981-26 septembre 2003).

Bonnes lectures :

* Frédéric Veille, Je vous demande le droit de mourir, Éditions Michel Lafon, 2003.

JPEG - 196.9 ko

 

* Marie Humbert, Pour tous les Vincent du monde. Une histoire d’amour, Éditions Michel Lafon, 2007.

JPEG - 229.9 ko

 

Un film :

* Marie Humbert, le secret d’une mère de Yves Angelo (2007).
Scénario et dialogues de Isabel Sebastian, d’après le livre de Frédéric Veille, Je vous demande le droit de mourir, Éditions Michel Lafon, 2003.
Avec Florence Pernel, Édouard Collin et Georges Claisse.

JPEG - 174.1 ko

 

Cf. La filmographie.


Bon anniversaire à Andy Warhol (1928-1987), seulement 90 ans aujourd’hui.

En attendant la grande rétrospective du Whitney à New York, Andy Warhol From A to B and Back Again (12 novembre 2018-31 mars 2019), qui, ensuite, voyagera vers le San Francisco Museum of Modern Art et The Art Institute of Chicago, on va faire un tour vers son soft side.

JPEG - 564.8 ko

 

* On se penche sur ses origines avec un documentaire bidonnant : Absolut Warhola de Stanislaw Mucha (2001).


 

* On découvre les débuts charmants de sa jeunesse, avant la Factory.

JPEG - 260.6 ko

 

* On retrouve ses œuvres numériques perdues (Carnegie Museum of Art).

JPEG - 435.1 ko

 

* On dort un peu avec lui et John Giorno, ou toute une nuit : Sleep de Andy Warhol (1964).

JPEG - 173.7 ko

 



Samedi 4 août 2018

 

À Brooklyn, il y a 20 ans, en 1998, le Brooklyn Museum a ouvert une cinémathèque pour diffuser le cinéma indépendant incompatible avec les multiplex du quartier.

La BAMCinematek a tout d’une grande, avec, à son actif, des rétrospectives de Chris Marker, Michelangelo Antonioni, Shohei Imamura, Manoel de Oliveira, Luchino Visconti, Vincente Minnelli, Chantal Akerman, Derek Jarman, Michael Mann, Arnaud Desplechin, Nicolas Winding Refn, Hong Sang-soo, etc., la découverte des cinémas nouveaux, celui de Pedro Costa ou de Apichatpong Weerasethakul, et des invitations de stars internationales prestigieuses.

Depuis hier, elle revisite le dramaturge et cinéaste Bill Gunn (3-9 août 2018).

Bill Gunn (1934-1989) est surtout connu pour son film d’horreur Ganja & Hess (1973), qui a fait hier l’ouverture de l’hommage (prochaine projection demain dimanche 5 août 2018, à 14h00).
Le film présente un héros vampire noir, sélectionné à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes 1973 et dont Spike Lee a réalisé un remake en 2014 : Da Sweet Blood of Jesus.


 

Aujourd’hui, c’est la première projection de la version complète et restaurée d’une œuvre majeure et ignorée à la fois, que Gunn appelait un "méta-feuilleton", le portrait d’un groupe d’Afro-Américains de la classe moyenne au début des années 1980 à Manhattan.

* À 14h00 : Personal Problems de Bill Gunn (1980).


 

On complètera mardi prochain, le 7 août 2018 avec :

* À 19h00 : Personal Problems, 1ère version courte (39 mn, 1979). Suivi d’un épisode de la série The Outer of Limits (1963-1965) : Nigtmare de John Erman (1963), avec Bill Gunn et, notamment, Martin Sheen.

JPEG - 198.8 ko

 

Brooklyn Museum, 200 Eastern Parkway, Brooklyn, New York 11238-6052.


Sur Arrêt sur image, la série de l’été, "Nos effondrements", continue avec le 3e épisode (sur 5)

Après "L’effondrement, un processus déjà en marche" (jeudi 20 juillet 2018), et "Les films d’apocalypse" (vendredi 27 juillet 2018), hier a été mis en ligne : "Démocraties à bout de souffle" (vendredi 3 août 2018).

Daniel Schneidermann et Juliette reçoivent Isabelle Attard, Loïc Blondiaux et Sandra Laugier.

Après examen des régimes actuels issus de suffrages universels, il ressort qu’il ne faut pas confondre république et démocratie.

JPEG - 254.4 ko

 

JPEG - 300.6 ko

 

JPEG - 177.7 ko

La vraie démocratie n’a sans doute jamais existé (à part peut-être celle, éphémère, de la Commune de Paris), rappelons que la grecque antique excluait les femmes et les esclaves.
Peut-être n’est-elle pas possible à un niveau global.
Mais indubitablement, de nombreuses initiatives locales sont en train de voir le jour, qui sont prometteuses. La "démocratie du faire" (et non plus celle des discours) ne sauvera pas la planète, mais elle donne à Billancourt (et quelques autres) des raisons de ne pas (trop vite) désespérer.

JPEG - 323.1 ko

 

Pour écouter la série "Effondrements", il faut s’abonner, mais ça vaut le coup.


À propos, on transmet le cadeau d’un ami de Facebook, Jukyan Bakimono.

* Llapse de Julien Vanhoenacker (2014).

LLAPSE - short film from Julien Vanhoenacker on Vimeo.

 


Salut les câblés !
La semaine télé de Jeune Cinéma du 4 au 10 août 2018.



Vendredi 3 août 2018

 

À Prizren, Kosovo, commence le festival international de documentaires et de courts métrages, DokuFest, 17e édition (3-11 août 2018).

JPEG - 309.1 ko

 

Créé en 2002, il est resté amateur jusqu’en 2008. Désormais, il est organisé par une équipe stable contractuelle, avec 7 salles de projection, une compétition avec jury, une exposition photographique Dokuphoto, des ateliers, des master class, etc. tout ce qu’il faut.
Avec du succès (18 000 visteurs en 2014) et des projets annuels organisés autour d’un thème. Après Punk Protest, Les frontières, Changement, Migration, Corruption, Avenir, cette année, le thème c’est Reflection, référence à la chanson du Velvet Underground I’ll Be Your Mirror.

JPEG - 394.6 ko

 

Ce soir, cérémonie d’ouverture :

* À 20h00 : The Raft de Marcus Lindeen (2018).


 

Faites votre programme.

Festival international du documentaire et du court-métrage - Dokufest , Mimar Sinan no 12, Prizren 20000.


À New York, où il fait bon aujourd’hui (seulement 27°) mais où les températures varient d’un jour à l’autre avec de grands écarts, comme à Paris et comme partout ces dernières années, au Metrograph, on passe 3 jours au frais du bon vieux temps avec Yoshishige Yoshida (3-5 août 2018).

Aujourd’hui :

* À 13h00 : Eros + Massacre de Yoshishige Yoshida (1969).

Eros Plus Massacre (1969) [Trailer] from Art Theatre Guild on Vimeo.

 

Faites votre programme.

Metrograph, 7 Ludlow St, New York, NY 10002.


À New York toujours, au MoMA, dans le cadre de A View from the Vaults : Recent Film Acquisitions qui se termine, on retourne aussi au bon vieux temps avec le film mythique d’un cinéaste qui, à l’intérieur de la Nouvelle Vague tchèque, n’a pas rencontré une reconnaissance pourtant méritée, Ivan Passer, né en 1933.

* À 19h30 : Intimni osvetleni (Intimate Lighting) de Ivan Passer (1965).


 

Cf. aussi l’article de Jeune Cinéma.

The Museum of Modern Art, 11 West 53 Street, New York, NY 10019.



Jeudi 2 août 2018

 

En 1999, le CNC a confié aux DRAC, en partenariat avec les Régions, la mise en place des Pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel.
Ils sont implantés aujourd’hui dans 9 régions, et poursuivent des actions de sensibilisation et d’éducation artistique au cinéma et à l’audiovisuel, autour de trois axes principaux : l’animation du réseau régional, les ressources et la formation.

En Auvergne, le Pôle publie Focales en liaison avec le Festival du court métrage de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de Passeurs d’images, des projections gratuites en plein air, pendant tout le mois d’août et dans toute la région (2-29 août 2018).

Ce soir :

* À 21h30, à Thiers (Maison de la Jeunesse) : L’Ascension de Ludovic Bernard (2017).


 

* À 21h30, à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Île de la Rond) : Zootopie de Byron Howard, Rich Moore, Jared Bush (2016).


 

Faites votre programme.

En Auvergne toujours, il faut noter aussi Culture en prison,

JPEG - 354.6 ko

 

Merci à Bruno des Baumettes.

Le Pôle Auvergne propose des projections de courts métrages au sein d’établissements pénitentiaires d’Auvergne, à la Maison d’arrêt d’Aurillac, à la Maison d’arrêt du Puy-en-Velay, et au Centre pénitentiaire de Riom.

JPEG - 169.3 ko

 

JPEG - 363.9 ko

 

JPEG - 438.9 ko

 

Contact Éric Wojcik.

On en profite pour rappeler que le numéro 100 de Dehors Dedans de juin 2018 est paru.

JPEG - 170.5 ko

 

On peut s’abonner, l’acheter au numéro, en tout cas, au moins, on le feuillette.

On consulte le blog de Mediapart.

JPEG - 430.8 ko

 



Mercredi 1er août 2018

 

C’est aujourd’hui le Jour (moyen) du Dépassement ( Earth Overshoot Day ), calculé par Global Footprint Network, depuis 1986.


 

L’année dernière, c’était le 3 août 2017. En 1970, c’était le 29 décembre 1970.

JPEG - 147.2 ko

 

Les Terriens ont utilisé les arbres, l’eau, les sols, les poissons auxquels ils avaient droit pour l’année 2018. Et ils ont émis la quantité de carbone que les océans et les forêts pouvaient absorber en un an.
À partir de ce soir, ils vivent à crédit le reste de cette année.
Pour continuer ce rythme, il faudrait aux Terriens 1, 7 planète Terre.

JPEG - 197 ko

 

Enfin, les Terriens...
Sur les 7 milliards d’individus qui ne consomment presque rien, ils sont, disons, 1 milliard tout au plus qui dévastent la planète. Il ne s’agit pas (seulement) de la démographie générale croissante, il faut regarder en face les inégalités.
Les gouvernements, qui, pour les peuples à la comprenette forcément limitée, simplifient leur discours en proclamant qu’il faut gérer les pays comme les ménages et faire des économies, seraient bien inspirés d’appliquer leurs idées aux bons secteurs.

JPEG - 299.8 ko

 

Pour les Français, le dépassement, c’était le 5 mai 2018.
Pour les Luxembourgeois, c’était le 9 février 2018.
Pour les Vietnamiens, ce ne sera que le 21 décembre 2018.


 

Il paraît, selon certains, que le pire n’est pas sûr et, qu’à défaut d’être réversible, le processus pourrait être ralenti.
On fait connaissance avec la Doomsday Clock, inventée, en 1947, dans la perspective de la guerre nucléaire.


 

Et on passe un peu de temps à lire les bons ouvrages, pour se renseigner plus sérieusement que par le Net.

JPEG - 172 ko

 


À Locarno, commence le Festival international du film, 71e édition (1er-11 août 2018).

JPEG - 296.3 ko

 

Hier soir, mardi 31 juillet 2018, sur la Piazza Grande, on a fêté les 40 ans de Grease de Randal Kleiser (1978), avec un John Travolta première période, 22 ans, tout mignon, qui aura eu droit à une seconde chance.

JPEG - 234.3 ko

 

Aparté : On peut voir en replay sur Arte, pendant quelques jours, le film de Clélia Cohen & Antoine Coursat, John Travolta, le miraculé d’Hollywood (2016).


 

Cette 71e édition de Locarno est dédiée à Leo McCarey (1898-1969).

Ce soir, sur la piazza Grande, vraie ouverture, à 21h30.

* Liberty de Leo McCarey (1929).
Avec Laurel et Hardy.
Accompagnement par Zeno Gabaglio & Brian Quinn.


 

* Les Beaux Esprits de Vianney Lebasque (2018).


 

Faites votre programme.

Locarno Festival, Via F. Rusca 1, CH-6600 Locarno.


À Bruxelles, à la Cinematek : Hommage à Massimo Girotti (1er-29 août 2018).

Ce soir :

* À 19h00 : La Couronne de fer (La Corona di ferro) de Alessandro Blasetti (1940).


 

Faites votre programme.

Cinematek, 9 rue Baron-Horta, 1000 Bruxelles.


À Paris, la fête chez les Grands Voisins, avec un festival engagé en entrée libre : Syrien n’est fait, 3e édition (1er-5 août 2018).

Cette année, le thème c’est Corps et liberté. Avec expositions multidisciplinaires (dessin, sculpture, photo, peinture), art visuel, réalité virtuelle, vidéo, cinéma, poésie, danse, concerts, conférences-débats, gastronomie.

JPEG - 62.5 ko

 

Ce soir :

* À 18h00 : Opening, Live set, discours d’inauguration et vernissage des expositions en présence des artistes, à la Lingerie.
Avec les djs Colonel Abu Diab (électro bass orientale) et Amjad (downtempo, deep groove).

* À 19h00 : La Syrie. Et demain ?, à la Pouponnière
Conférence organisée par l’iReMMO (Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient).
Avec Bassma Kodmani, Ziad Majed et Hélène Sallon.

* À 22h00 : Les Mûres de Damas de Lina Murad.
Dans la cour Oratoire.

Faites votre programme.

Les Grands Voisins, 74 avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris.


Les sorties sur les grands écrans

* The Bacchus Lady de E J-Yong (2016).

* Les Versets de l’oubli (Los Versos del Olvido) de Alireza Khatami (2017).

* My Lady de Richard Eyre (2017).

* Arythmie de Boris Khlebnikov (2017).

Les ressorties en versions restaurées

* Les Dames du bois de Boulogne de Robert Bresson (1945).

* Et une cure du Robert Enrico (1931-2001).
Cinq films des années 60, avec ses histoires d’hommes à bagarres et à amitiés, ses femmes douces, ses histoires de mélancolie.

* La Belle Vie (1962) ; Les Grandes Gueules (1965) ; Les Aventuriers (1967) ; Tante Zita (1967) ; Ho ! (1968)

* Et/ou une cure de Yasujirô Ozu (1903-1963).
Dix films d’une large décennie 50, avec son sentiment, banal et intime à la fois, du temps qui passe.


 

* Printemps tardif (Banshun, 1949) ; Été précoce (Bakushu, 1951) ; Le Goût du riz au thé vert (Ochazuke no aji, 1952) ; Voyage à Tokyo (ōkyō Monogatari, 1953) ; Printemps précoce (Soshun, 1956) ; Crépuscule à Tokyo (Tokyo boshoku, 1957) ; Fleurs d’équinoxe (Higanbana, 1958) ; Bonjour (Ohayo, 1959) ; Fin d’automne (Akibiyori, 1960) ; Le Goût du saké (Sanma no aji, 1962).



Revue Jeune Cinéma - Contacts