Journal de Shi-Wei (avril 2022) II
19-30 avril 2022
publié le samedi 30 avril 2022

Samedi 30 avril 2022

 

À Paris, à la Librairie du Panthéon, ce matin, c’est Le rendez-vous du libraire, avec une carte blanche à Paul Vecchiali.

* À 11h00, deux films au cinéma Panthéon :

Les Roses de la vie (1962), suivi de En haut des marches (1983) de Paul Vecchiali.


 

La projection est suivie d’une rencontre à la librairie en sa présence.
Il dédicacera, en avant-première, les deux tomes de son nouvel ouvrage Le Cinéma français, émois et moi, Paris, Éditions Libre et Solidaire, 2022.


 


Des nouvelles de La Clef Revival.

Le collectif a été expulsé du cinéma La Clef, il y a deux mois. Depuis lors, il œuvre pour le rachat du bâtiment - car il est aujourd’hui le seul potentiel acquéreur.
En parallèle, il poursuit son travail de programmation. Après une dizaine de séances dans des lieux soutiens, il propose une série de projections en plein air à Paris.

La première projection a lieu aujourd’hui, sur le parvis de l’Institut du monde arabe.

Ce soir, Plein air #1, entrée gratuite :

* À 20h00 : Dans ma tête un rond-point de Hassen Ferhani (2015).


 


À Oberhausen, après deux années anormales, recommence le festival international du court métrage, Internationale Kurzfilmtage 2022, 68e édition, en version hybride (30 avril-9 mai 2022).


 

Fondé en 1954, il est considéré comme le plus ancien festival de courts métrages au monde. Il a été le premier festival à s’être mis en ligne en 2020, il est désormais le premier festival à mettre en œuvre une succession de programmations analogiques et numériques indépendantes comme principe directeur, supprimant la doctrine selon laquelle les festivals doivent être limités à un lieu et à une heure spécifiques.

Au programme, 600 courts métrages de plus de 70 pays, dont 44 en ligne. Répartis en divers regroupements, notamment :

* Les compétitions, internationale et allemande, chacune ayant un volet online, une compétition de films pour enfants (Kinder- und Jugendkino), le prix MuVi du meilleur clip vidéo allemand, et la compétition NRW pour les productions de Rhénanie du Nord-Westphalie.

* La section Thema : Synchronisieren. Pan-afrikanische Filmnetzwerke.
Les processus de production continent africain du comme modèle possible pour les pays occidentaux.

* La section Profile, avec six rétrospectives : Rainer Komers, Morgan Fisher, Sohrab Hura Eszter Szabó, Sylvia Schedelbauer, Shalimar Preuss.

* Les autres sections, pêle-mêle : Podium, Conditional Cinema : Der obsolete Mensch, Celluloid Expanded, Goethe-Institut Tokyo 2022, Länderfokus (en 2022, la Lituanie), etc.

Un beau trailer de Christian Schön, inexportable.


 


 


 


 

Aujourd’hui, l’ouverture est online.

La cérémonie d’ouverture officielle dans les cinémas de la ville aura lieu le 4 mai 2022.

Faites votre programme.


À Saint-Denis de La Réunion, après deux éditions un peu spéciales en 2020 et 2021 à cause de la pandémie, recommence le vrai festival du film d’aventure, Au bout du rêve 2022, 18e édition (30 avril-19 mai 2022).


 

Au programme, deux sections : la compétitionavec deux prix, celui du public et celui des collégiens, et le hors compétition.


 

Aujourd’hui, ouverture de 9h30 à minuit, Plage du Cap Homard, avec des tas de réjouissances.


 

Ce soir, les films hors-compétition :

* À 19h00  : Naïs au pays des loups de Rémy Masséglia (2021).


 

* À 20h30 : Enfer & Paradis de Antoine Chicoye, Michael Darrigade & Alex Lesbats (2021).


 

* À 21h45  : 4 mois sur ma biosphère de Corentin De Chatelperron & Laurent Sardi (2020).


 

* À 23h00 : La Réunion en vrac de Kévin Gille & Martin Devèche (2016).


 


À Paris, au Centre Wallonie-Bruxelles (CWB) on a inauguré la nouvelle exposition Allez Allez ! (29 avril-29 mai 2022).


 

Ce titre était le nom d’un célèbre groupe de funk belge dans les années 80.
C’est une exposition qui mêle les disciplines et explore la frontière entre l’art et la musique, entre la collection et le recensement scientifique, entre la France et la Belgique…

Initiée par Juan d’Outremont, elle résonne comme un appel à l’insubordination, comme un appel à la piraterie, en "brouillant (pour mieux les réévaluer) les chronologies, les ordonnancements, les taxonomies, les motivations, les sensibilités, les critères, les modèles".


 



Mercredi 27 avril 2022

 

À Paris, à la Cinémathèque, commence le cycle Films noirs. 20 indispensables ! (27 avril-11 mai 2022)

Ce soir, ouverture :

* À 20h00 : Les Nuits de Chicago (Underworld) de Josef von Sternberg (1927).
Accompagnement musical par Nicolas Giraud et Gabriel Cazes.


 

En entier sur Internet.

Faites votre programme.


À Paris, au Balzac, commence le FIPADOC à Paris (27 avril-2 mai 2022).


 

Le Festival international de programmes audiovisuels documentaires (FIPA), fondé par Michel Mitrani en 1987, a débuté à Cannes, puis s’est déplacé à Nice, et enfin, s’est installé à Biarritz en 1996. Pendant 30 ans, il s’est consacré aux programmes télévisuels (fiction, série, documentaire de création, reportage, musique, spectacle et transmédia).

En 2019, le FIPA est devenu le FIPADOC, et il se concentre désormais exclusivement à la création documentaire. En 2022, sa 35e édition ou sa 4e édition selon le point de vue, s’est tenue à Biarritz ((17-23 janvier 2022).
Pour la première fois, il arrive à Paris, avec la reprise des documentaires primés au FIPADOC à Biarritz (26 avril-2 mai 2022).

Ce soir :

* À 20h00 : La Combattante de Camille Ponsin (2021).


 

On ne rate pas, dimanche 1er mai 2022 :

* À 20h00 : Film balkonowy de Paweł Łoziński (2021).


 

Faites votre programme.


À Lyon, à l’Institut Lumière, en collaboration avec Regard Sud commence le cycle Cinémas du Sud 2022, 22e édition (27-30 avril 2022).


 

Cette année, les films viennent d’Égypte, de Jordanie, de de Tunisie et du Maroc. Mais plus spécialement d’Algérie, à l’occasion de l’anniversaire des accords d’Évian, signés en 1962, mettant fin à 7 ans de guerre et à 132 ans de colonisation de l’Algérie.

Ce soir, ouverture :

* À 20h00 : Souad de Ayten Amin (2020).
En présence de Dora Bouchoucha.


 

Faites votre programme.


À Paris, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MAHJ) commémore le centenaire de la mort de Marcel Proust (1871-1922) avec une nouvelle exposition : Marcel Proust. Du côté de la mère (14 avril-28 août 2022).


 

La passionnante conférence de Antoine Compagnon est en ligne.

Sur France Culture.

Bonne lecture :

* Antoine Compagnon, Proust du côté juif, Paris, Gallimard, 2022.


 


À Paris, au Musée du Quai Branly, l’Université populaire 2022 a pour thème Transmettre, avec trois volets : L’école, le corps et la guerre (12 janvier-8 juin 2022).


 

Aujourd’hui, commence le 3e volet, la guerre, en 4 séances (27 avril-8 juin 2022).

Ce soir, au Théâtre Claude Lévi-Strauss :

* À 18h30 : Ce que transmet la vendetta méditerranéenne.
Avec Gérard Lenclud et Anne-Christine Taylor.

On peut aussi suivre les cours en ligne, en direct ou a posteriori, sur la chaîne YouTube du musée.


À Paris, à la résidence d’artistes Cité internationale des arts, en partenariat avec le Goethe-Institut de Paris on découvre une nouvelle installation : Timo Herbst. Rythmanalyse (26 avril-29 mai 2022).

Timo Herbst, avec des textes de Jan-Philipp Fruehsorge, propose une exposition sur les mouvement des passants dans des lieux fréquentés à Paris, à Cologne et à Tokyo, en s’appuyant sur les études de Henri Lefebvre (1901-1991), la rythmanalyse, avec des dessins inspirés par le scénario de Dynamics of the Metropolis de László Moholy-Nagy (1925).


 

Bonnes lectures :

* Henri Lefebvre, Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes, préface de René Lourau, Paris, Syllepses, 1992.


 

* Claire Revol, "La rythmanalyse lefebvrienne des temps et espaces sociaux , Ébauche d’une pratique rythmanalytique aux visées esthétiques et éthiques", Rhuthmos, février 2014, en ligne le 23 octobre 2019.


 


Le dernier numéro du "magazine de critique radicale et d’alternatives" Socialter #n°51 est paru : L’écologie recrute !


 

* Il est en kiosque.

* On consulte le sommaire.

Aujourd’hui, on s’inscrit à la soirée de lancement, à la Maison des Métallos :

Ce soir :

* À 19h00 : La reconversion écologique de l’industrie.
Avec Pauline Boyer, Romain Morizot et Anna-Lena Rebaud.


 

* On l’achète en version papier.

* On s’abonne.

* On découvre les anciens numéros.


Les sorties sur les grands écrans

* La Femme du fossoyeur (The Gravediggers’s Wife aka Guled & Nasra) de Khadar Ahmed (2021).

* La Colline où rugissent les lionnes (Luaneshat et kodrës) de Luàna Bajrami (2021).

* Ghost Song de Nicolas Peduzzi (2021).

* La Ruse (Operation Mincemeat) de John Madden (2021).

* Hit The Road de Panah Panahi (2021).

* Années 20 de Elisabeth Vogler (2021).

* Babysitter de Monia Chokri (2022).

* Ma famille afghane (My Sunny Maad) de Michaela Pavlatova (2022).

* Downton Abbey II : Une nouvelle ère (Downton Abbey : A New Era) de Simon Curtis (2022).

* Pas... de quartier de Paul Vecchiali (2022).

La ressortie en version restaurée

* La Vie criminelle d’Archibald de La Cruz (Ensayo de un crimen) de Luis Buñuel (1955).



Samedi 23 avril 2022

 

À Rennes, commence le Festival national du film d’animation 2022, 28e édition (23-27 avril 2022).


 

Au programme, plus de 120 œuvres animées 121 œuvres sélectionnées, 50 films en compétition, 71 œuvres en panorama, 9 longs métrages, 40 projections, 29 rendez-vous professionnels.
Et des événements à ne pas manquer, les temps forts, les avant-première, le plein de court métrages, un focus autour de Florence Miailhe.


 

Ce soir, ouverture avec un ciné-concert :

* À 19h00  : 2022, L’Odyssée par Olli
.


 

Faites votre programme.


À Venise, on inaugure la Biennale d’art contemporain, 59e édition (23 avril-27 novembre 2022).


 

Elle alterne avec la Biennale d’archiecture, et elle est passée en années paires, depuis son annuation en 2021 pour cause de pandémie.
Cettte année, il y a d’abord eu 3 jours de "pré-ouverture", de vernissages et autres mondanités.

Le vernissage dans le Pavillon central des Giardini le 20 avril 2022 :


 

Aujourd’hui, c’est le grand jour, on ouvre à tout le monde les Giardini et l’Arsenale.
Et le jury remet les Golden Lions for Lifetime Achievement de la Biennale Arte 2022 à Katharina Fritsch et Cecilia Vicuña.


 

Le thème 2022, décidé la curatrice de la Biennale 2022 Cecilia Alemani (et le président de la Biennale Roberto Cicutto) : l Latte dei Sogni ( Le lait des rêves), c’est le titre du livre de contes de Leonora Carrington (1917-2011).


 

Cette année, 58 pays, et plus de 200 artistes sont présents. Parmi tous les pays représentés cette année, il y aura l’Ukraine, mais pas la Russie.
L’équipe du beau pavillon russe des Giardini a démissionné et il restera fermé.


 

L’Ukraine, elle, a un espace à l’Arsenale qui a été inauguré le 15 avril 2022, où elle présente, après de grandes difficultés d’organisation et de transports, les œuvres de Pavlo Makov, dont la sculpture cinétique Fontaine de l’épuisement.


 

Hors Biennale, on retrouve l’Ukraine à la Scuola Grande Della Misericordia di Venezia : This is Ukraine : Defending Freedom (23 avril au 7 août 2022).


 

L’exposition présente des œuvres monumentales de trois artistes qui continuent à vivre et à travailler en Ukraine pendant la guerre : Les pièces nouvellement créées de Yevgenia Belorusets (1980), Nikita Kadan (1982) et Lesia Khomenko (1980).
Elles sont présentées en dialogue avec des chefs-d’œuvre historiques ukrainiens, notamment des œuvres de Maria Priymachenko (Ukraine, 1909), Tetyana Yablonska (Ukraine, 1917) et une icône qui serait de l’artiste Stefan Medytsky (Ukraine, 17e siècle).
Elles sont aussi épaulées par les amis venus les soutenir, notamment Marina Abramović (Serbie, 1946), Olafur Eliasson (Danemark, 1967), JR (France, 1983), Damien Hirst (Royaume-Uni, 1965), Boris Mikhailov (Ukraine, 1938) et Takashi Murakami (Japon, 1962).


 

D’une façon générale, pendant la Biennale, toute la ville toutes les galeries, tous les palais, tous les musées sont grands ouverts, souvent gratuits.

Par exemple :

* À la Fondation Peggy-Guggenheim : Surrealism and Magic : Enchanted Modernity (23 avril-26 septembre 2022).


 

* Au Palazzo Ducale : Anselm Kiefer : Questi scritti, quando verranno bruciati, daranno finalmente un po’ di luce (Andrea Emo). (23 avril-29 octobre 2022).


 

* Aux Procuratie Vecchie : Louise Nevelson : Persistence (23 avril-11 septembre 2022).


 

* À la Galerie Alberta-Pane : I Owe you. Claude Cahun / Marcel Moore (21 avril-27 août 2022).


 

* Au Palazzo Grassi : Marlene Dumas. Open-end (27 mars 2022-8 janvier 2023).


 



Vendredi 22 avril 2022

 

Jacques Perrin (1941-2022) est mort hier, le jeudi 21 avril 2022.


 

Il était quasiment né dans un théâtre (Comédie-Française et TNP), et dès son enfance, il a été sollicité au cinéma, à 5 ans, par Marcel Carné dans Les Portes de la nuit (1946). À partir de son adolescence, avec sa belle gueule, dans la bande des Tricheurs (1958), il ne cessa plus de jouer, jusqu’à la fin de sa vie, 135 rôles en 75 ans.
Avec son petit rôle dans La Vérité de Henri-Georges Clouzot (1960), il amorça une décennie prodigieuse, où il était omni présent comme acteur, et il ne vieillissait pas. On l’a d’abord vraiment découvert dans La Fille à la valise (La ragazza con la valigia) de Valerio Zurlini (1961), il avait 20 ans, et face à Claudia Cardinale, une délicieuse candeur.


 

Ces années-là, il fait des rencontres décisives, Pierre Schoendoerffer, avec La 317e Section (1965) et Jacques Demy, avec Les Demoiselles de Rochefort (1967).


 

Et surtout Costa Gavras, avec son premier long métrage Compartiment tueurs (1965).
C’est à partir de Z (1969), à 28 ans, que tout en continuant à faire l’acteur dans des films et des téléfilms souvent mémorables, il affirme sa vision du monde en fondant sa propre maison de production, son activité de base jusqu’à la fin de sa vie, 58 films, parmi lesquels de grands succcès publics comme par exemple Les Choristes de Christophe Barratier (2004).


 

L’année 1988 est comme une sorte de tournant dans une carrière qui semble paisible et réussie.
Cette année-là, il joue avec Philippe Noiret dans Cinéma Paradiso (Nuovo Cinema Paradiso) de Giuseppe Tornatore (1988).


 

Cette même année, il s’essaye à la réalisation avec 2 épisodes d’une série télévisée (où il joue également), Médecins des hommes (1988) : La Naissance : Le pays du soleil levant et Mer de Chine : Le pays pour mémoire.


 

Et, parmi les films qu’il produit, on note une nette affirmation de son engagement écologiste et une augmentation des thèmes environnementaux. Le coup d’envoi, c’est Le Peuple singe de Gérard Vienne (1989), mais on se souvient aussi de Microcosmos : le peuple de l’herbe de Claude Nuridsany & Marie Pérennou (1996), surtout du splendide Himalaya : l’enfance d’un chef de Éric Valli (1999) avec l’entêtante musique de Bruno Coulais.


 

Il lui faut encore quelques années, le tournant du 21e siècle, sa soixantaine, pour se lancer vraiment dans la réalisation, jamais seul, toujours en collaboration. C’est Le Peuple migrateur (2001) qu’il co-signe avec Jacques Cluzaud & Michel Debats qui inaugure une suite de 4 films et 2 mini séries entre 2001 et 2016.


 

Il regarda d’abord les oiseaux, puis les océans et les poissons, le climat, les forêts.
Sur les pesticides, son dernier film comme acteur, c’est une fiction Goliath de Frédéric Tellier (2021) sorti au mois de mars 2022.

C’était un honnête homme.


 


Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de la Terre, 52e édition.
Avec pour thème L’Éco-anxiété.


 

Pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le GIEC, l’humanité n’a plus que trois ans pour agir concrètement contre le réchauffement climatique.

On rappelle quelques organisations engagées depuis toujours dans cette juste lutte : Greenpeace ; WWF ; ATTAC Climat.

Et le journal Le Sauvage, précurseur.

On se souvient avec tendresse de la Convention pour le climat en 2019. Y a trois ans, ça passe vite, 3 ans.


 

On pense à Venise.


 

On voit des films sur Arte.

On considère que chacun peut y mettre du sien, gentiment, tout cool, pas de panique, voici quelques idées.


 

Et puis, on se marre de l’intérêt porté à cette question pourtant vitale, depuis les innombrables alertes des dernières décennies, et toujours aussi peu d’actualité dans les discours de ces longs mois de la campagne présidentielle française, comme dans les actes des faucons russes surveillés de près, et de tant d’autres, relégués dans les placards de l’actualité.
On se marre amèrement, on pleure sur le genre humain, sur la destruction, systématique et têtue, sur la civilisation terrienne gravement malade, en attendant le Big One final.
Les enfants qui ont été violés et tués en Ukraine ne le verront pas.


 


À Paris, à la Fondation Seydoux, a commencé hier une nouvelle exposition : Pathé-Rural. Le cinéma en campagne (21 avril-13 juillet 2022).


 

Elle plonge le visiteur dans l’histoire du plus grand des petits circuits d’exploitation. Très populaire entre la fin du muet et les premières décennies du cinéma parlant, l’histoire du Rural est évoquée grâce à ses éclatantes affiches de films, ses catalogues, ainsi que par de nombreux extraits de films parlants et sonores. Les différents appareils de projection, créés pour ce réseau, sont exceptionnellement présentés.


 


 



Jeudi 21 avril 2022

 

À Lyon, commencent Les Intergalactiques 2022, 10e édition (21-26 avril 2022).


 

Au programme :

* Le Salon du livre.

* Le 46e salon de la microédition.

* Trois expositions : Une science-fiction conjuguée au futur et futur antérieur ; La science-fiction comme objet de provocation ; Cosmopolis, saison 2.

* Le festival Off.

* La 3e brocante intergalactiques.

* Le Space Music.


 

Ce soir :

* À 18h00 : Vernissage de l’exposition On Futur.


 

* À 20h45 : The Toxic Avenger de Michael Herz & Lloyd Kaufman (1985).
Présentation par Nils Colson.


 

Faites votre programme.


À Paris, au Carreau du temple, en partenariat avec CinéCaro, Serge Bromberg présente un Retour de flamme, spécial Pionnières du cinéma, avec Alice Guy, et quelques hommes aussi, Georges Méliès ou Charlie Chapin.

En vrai, avec piano et grand écran, c’est bien mieux qu’à la télévision.

Ce soir :

* À 19h30 : Femmes Femmes Femmes.


 


À San Francisco, commence un des plus vieux festivals de cinéma américains, le Festival international du film 2022 (SFFILM), 65e édition (21 avril-1er mai 2022).


 

Au programme, cette année : 130 films venus de 56 pays, 16 avant-premières mondiales, et notamment "56% Female or Non-Binary Directors", répartis entre la Compétition et les Sections.

Ce soir, Opening Night :

* À 19h30 : Stay Awake de Jamie Sisley (2022)


 

Faites votre programme.



Mercredi 20 avril 2022

 

À Bruxelles, commence le Festival de Courts métrages 2022 (BSFF), 25e édition (20-30 avril 2022).


 

Au programme :

* En compétition : internationale, nationale, Next Génération.

* Hors compétition, notamment : Oscars, Arte, Latino, Sesiff Trash Crappy Birthday, Séances gratuites.


 

Ce soir, ouverture :

* À 19h00 : Stille Pa Sett de Petter Holmsen (2016) ; Loop de Pablo Polledri (2021) ; Avec Thelma de Ann Sirot & Raphaël Balboni (2017) ; Frieri (The Proposal) Det Sporadiske Filmkollektivet (2018) ; Instead of Abracadabra de Patrik Eklund (2008).


 

Faites votre programme.


À Bruxelles, la Cinematek, dans le cadre du 120e anniversaire du cinéma hongrois, en partenariat avec l’Institut Liszt - Centre culturel hongrois Bruxelles et l’Institut national du film de Hongrie, présente les restaurations les plus récentes de 11 films de ce riche héritage cinématographique : 120 ans de cinéma hongrois (20 avril-12 mai 2022).

Ce soir :

* À 19h00 : L’Indésirable (A tolonc) de Michael Curtiz alias Mihály Kertész (1914).


 

On peut voir le film en entier sur la plateforme Henri, de la Cinémathèque française jusqu’au 3 mai 2022.


À New York, au Lincoln Center et au MoMA, commence New Directors, New Films 2022, 51e édition (20 avril-1er mai 2022).


 

Cette année, 26 longs métrages et 11 courts métrages, un total de 39 réalisateurs, dont 21 femmes, et, en ouverture comme en clôture, du cinéma français.

Ce soir, inauguration au MoMA :

* À 19h00 : L’Événement (Happening) de Audrey Diwan (2021).


 

Cf. Le film sur Jeune Cinéma.

Faites votre programme.


À Paris, au Palais de la Porte dorée, dans le cadre de la Résidence Frontières 2021, en partenariat avec le GREC : Mémoires portugaises.

Ce soir :

* À 19h30 : Nous sommes venus de José Vieira (2021).
Rencontre avec José Vieira et Hugo Dos Santos.


 

On en profite pour voir la nouvelle exposition du Musée de l’immigration : Juifs et musulmans de la France coloniale à nos jours (5 avril-17 juillet 2022).


 


À Paris, au Louvre, en lien avec l’exposition : Pharaon des Deux Terres. L’épopée africaine des rois de Napata, commence une rétrospective intégrale de courts et longs métrages, Les Mondes animés de Michel Ocelot (20 avril-8 mai 2022).

Ce soir :

* À 20h00 : Dilili à Paris de Michel Ocelot (2018).
En sa présence.


 

Faites votre programme.


Les sorties sur les grands écrans

* Algunas bestias de Jorge Riquelme Serrano (2019).

* Les Heures heureuses de Martine Deyres (2019).

* Les Sans-dents de Pascal Rabaté (2020).

* My Favorite War de Ilze Burkovska Jacobsen (2020).

* Ogre de Arnaud Malherbe (2021).

* I Comete de Pascal Tagnati (2021).

* Le Monde après nous de Louda Ben Salah-Cazanas (2021)

* Murina de Antoneta Alamat Kusijanovic (2021).

* L’Hypothèse démocratique de Thomas Lacoste (2021).

Les ressorties en versions restaurées

* Confession d’un commissaire de police au procureur de la République (Confessione di un commissario di polizia al procuratore della repubblica) de Damiano Damiani (1971).

* La Vengeance d’une femme de Jacques Doillon (1990).

* Le Petit Criminel de Jacques Doillon (1990).

* Amoureuse de Jacques Doillon (1992).



Mardi 19 avril 2022

 

Michel Bouquet (1925-2022) est mort mercredi 13 avril 2022.


 

Il était avant tout un comédien de théâtre.
Il disait : C’est une sorte d’héroïsme de monter sur scène, et de montrer à quel point il n’y a pas de raison d’être là. Il faut beaucoup de force. C’est un métier d’humilité, d’oubli de soi.
Il fut ce héros humble pendant 70 ans, entre 1944 et 2017.


 

Il préférait les planches à l’écran.
Au cinéma et à la télévision, il joua quand même 118 rôles, en 75 ans, entre 1947 et 2022.

Il est difficile de l’imaginer en jeune homme, et c’est l’épaisseur de sa maturité qui nous reste en mémoire, comme calcifiée.


 


 

Au milieu de sa longue carrière, le 28 novembre 1978, il parlait à la Radio télévision suisse.


 

Un hommage national lui sera rendu le mercredi 27 avril 2022.


À Paris, le Palais de la Porte Dorée propose, en partenariat avec la revue Esprit, une soirée spéciale Ukraine, en trois temps avec deux tables rondes et une lecture performée d’extraits littéraires, de carnets, lettres et poésies.


 

* À 18h30 : Ukraine, Guerres et exils, 1917-2022.
Présentation et animation par Marianne Amar.


 

Cf. aussi : Véronique Nahoum-Grappe, "Un mois de guerre en Ukraine !", Esprit, avril 2022.


À Lyon, au Musée des Confluences, commencent les Rencontres internationales du film, du documentaire et du clip 2022, D’Images et de sons, 2e édition (19-24 avril 2022).


 

Au programme, une sélection de films sur les richesses musicales populaires du monde, de la rumba au maloya en passant par le fado, des rencontres de musiciens détenteurs d’une tradition, et la découverte d’instruments parfois méconnus, comme la cornemuse grecque, l’accordina, ou encore le tambourin du Salento, avec une compétition.

Ce soir :

* À 20h00 : Black Indians de Jo Béranger, Hugues Poulain & Edith Patrouilleau (2018).


 

La cérémonie d’ouverture a lieu vendredi 22 avril 2022, avec un hommage à André Gladu. à partir de 20h00 :

* Le Quêteux Tremblay de André Gladu (1976-1984).


 

* Ann O’aro Danyel Waro - deux voix du Maloya de Guillaume Dero (2020).


 

Faites votre programme.

On en profite pour visiter la nouvelle exposition des Confluences : Magique (15 avril 2022-5 mars 2023).


 


À Paris, au Palais de Tokyo, s’est ouverte l’exposition Réclamer la Terre (15 avril-4 septembre 2022).


 

Pour examiner les liens entre le corps et la terre, notre relation primordiale au sol et à tout ce qu’il nourrit, la disparition de certaines espèces, la transmission de récits et savoirs autochtones, le glanage et la collecte, ou encore la justice sociale et la guérison collective, Daria de Beauvais a rassemblé Abbas Akhavan, Amakaba x Olaniyi Studio, asinnajaq, Huma Bhabha, Sebastián Calfuqueo, Megan Cope, D Harding, Karrabing Film Collective, Kate Newby, Daniela Ortiz, Solange Pessoa, Yhonnie Scarce, Thu-Van Tran, Judy Watson.


 


 


La revue de l’Observatoire international des prisons section française(OIP), Dedans Dehors n°114 de mars 2022 est parue, avec pour thème "Pour des droits collectifs en prison."


 

* On consulte le sommaire.

* On commande le numéro.

* On découvre son blog sur Mediapart.


Au fil du temps, tous les éditos
 

Voyage dans le temps.
 



Revue Jeune Cinéma - Contacts