Journal de Shi-Wei (mars 2022) II
16-30 mars 2022
publié le mercredi 30 mars 2022


Mercredi 30 mars 2022

 

À Paris, à la Cinémathèque française, et dans les salles partenaires, commence le Festival international du film restauré, Toute la mémoire du monde 2022, 9e édition (30 mars-3 avril 2022).

Au programme, avec Carole Bouquet comme marraine et Béla Tarr comme invité d’honneur, notamment : Hommage à André Antoine ; Hommage à la Deutsche Kinemathek ; Hommage à Gustav Deutsch ; Hommage à Yûzô Kawashima ; Trésors de la Warner années 40.

Festival - Toute la mémoire du monde 2022 from La Cinémathèque française on Vimeo.


 

Aujourd’hui, notamment :

* À 16h00 : Le Coupable de André Antoine (1917).


 


 

* À 18h30 : Le Nid familial (Csaladi tuzfeszek) de Béla Tarr (1979).


 

* À 20h00 : Cet obscur objet du désir de Luis Buñuel (1977).
En présence de Carole Bouquet.


 

On note Toute la mémoire du monde en régions, avec l’ADRC, à Ajaccio, Amiens, Bordeaux, Caen, Hérouville-Saint-Clair, La Rochelle, Lyon, Nantes, Nîmes, Orléans, Rennes, Strasbourg (6-12 avril 2022).

Faites votre programme.


À Paris, au Cinéma Luminor Hôtel-de-ville, commence le festival biennal des monteurs associés : Les monteurs s’affichent 2022, 5e édition (30 mars-4 avril 2022).


 

Au programme, une carte blanche aux monteurs italiens ainsi que des films et des rencontres.


 

Ce soir, ouverture, après un verre d’accueil à partir de 19h00 :

* À 20h15 : Indes galantes de Philippe Béziat (2021).
Montage de Henry-Pierre Rosamond.


 

Faites votre programme.


À Paris, au Grand Action, commence un Cycle Takashi Miike (30 mars-5 avril 2022).

Aujourd’hui :

* À 16h10 : Gozu (Gokudô kyôfu dai-gekijô : Gozu) de Takashi Miike (2003).


 

* À 18h30 : Hara-kiri : mort d’un samouraï (Ichimei) de Takashi Miike (2011).


 

* À 20h45 : La Mort en ligne (Chakushin ari) de Takashi Miike (2003).


 


Les sorties sur les grands écrans

* Que m’est-il permis d’espérer de Raphael Girardot & Vincent Gaullier (2019).

* Azuro de Matthieu Rozé (2021).

* Retour à Reims (Fragments) de Jean-Gabriel Périot (2021).

* Vedette de Claudine Bories & Patrice Chagnard (2021).

* Le Grand Mouvement (El Gran Movimiento) de Kiro Russo (2021).

* Cyrano de Joe Wright (2021).

* Le Monde d’hier de Diastème (2021).

* En corps de Cédric Klapisch (2022).

Les ressorties en versions restaurées

* Deux sous d’espoir (Due soldi di speranza) de Renato Castellani (1952).

* Le Grand Silence (Il grande silenzio) de Sergio Corbucci (1968).

* ¡Ay, Carmela ! de Carlos Saura (1989).



Mardi 29 mars 2022

 

À Paris, au cinéma Arlequin, commence le Festival du cinéma brésilien de Paris 2022, 24e édition (29 mars-5 avril 2022).


 

Aujourd’hui :

* À 14h00 : Eduardo et Mônica de René Sampaio (2022).


 

* À 20h30 : Pixinguinha (Pixinguinha, Um Homem Carinhoso) de Denise Saraceni & Allan Fiterman (2021).


 

Faites votre programme.


À Milan, la Cinémathèque (MIC) propose un mois d’avril 2022 panaché : le fascisme et Hitchcock (29 mars-19 avril 2022).
Hitchcock, on connaît un peu, les films sur le fascisme, un peu moins.

Aujourd’hui, à 15h30, deux films :

* A noi ! de Umberto Paradisi (1923).


 

* La lunga notte del 43 de Florestano Vancini ().


 

En entier sur Internet.

Ce soir :

* À 18h00 : Fascista de Nico Naldini (1974).


 


 

Sur France Culture : retour sur un scandale.


 

Faites votre programme.


À Décines, au Toboggan, commencent Les Écrans du doc 2022, 11e édition (29 mars-3 avril 2022).


 

Au programme, 14 films documentaires sélectionnés, la Syrie, la Palestine, l’Iran, la République démocratique du Congo, l’Afghanistan, l’Italie, le Danemark, l’Angleterre, le Pays basque espagnol. La France aussi.


 

Ce soir, ouverture :

* À 18h00 : Media Crash - qui a tué le débat public ? de Luc Hermann & Valentine Oberti (2022).


 

* À 20h00 : Hacking Justice : Julian Assange (The Challenge : Defending Julian Assange) de Clara López Rubio & Juan Pancorbo (2017).
Débat avec Mathieu Périsse et Daniel Ibanez.


 

Chez les Mutins de Pangée.

Faites votre programme.


À Bruxelles, la Cinematek rend hommage à Sidney Poitier (29 mars-31 mai 2022).

Ce soir :

* À 21h00 : No Way Out (La porte s’ouvre) de Joseph L. Mankiewicz (1950).


 

En entier sur Internet.

Ne pas confondre avec NoWay out (Sens unique) de Roger Donaldson (1987).

Faites votre programme.



Lundi 28 mars 2022

 

La nuit dernière, la cérémonie des Oscars 2022, 94e édition, a eu lieu, de nouveau au Dolby Theatre sur Hollywood Boulevard à Los Angeles, moins beau que l’Union station de l’an dernier, mais plus grand.

Le palmarès.


 

Ce matin, on se la joue people, avec photos, histoire d’admirer de plus près les excentricités, et les rides aussi.

Remarque, à propos du "peuple", justement.
Le grand favori-lauréat, The Power of the Dog de Jane Campion (2021) fait partie des films faits pour être vus sur un grand écran. Il a été vu, l’automne dernier, dans les grands festivals du monde, à New York au MoMA dans le cycle The Contenders, et, en France, au Festival Lumière 2021.


 

Puis il a été la mis en ligne sur Netflix, au mois de décembre 2021. Le streaming est devenu la principale source de consommation des biens culturels. Plus de spectateurs, mais une vision terriblement appauvrie.
Même si on sait que rien n’est éternel, même pas les civilisations, plus que pour l’avenir de l’industrie du cinéma, on se pose des questions sur celui de cet art, et celui de ce peuple qui s’en nourrissait.

Sur France Culture.


À Amiens, commence le Festival du film d’archéologie 2022 (FFAA), 16e édition (28 mars-2 avril 2022).


 

Au programme, 70 films documentaires. Le jury du festival décerne quatre prix : le Grand Prix, le Prix de la DRAC des Hauts-de-France, le Prix Jules-Verne et le Prix Boucher-de-Perthes pour le meilleur court métrage.

Ce soir, l’inauguration est consacrée à la Préhistoire :

* À 19h45 : D’ocre et de suie de Romain Grésillon (2020).


 

* À 20h30 : Dames et Princes de la Préhistoire de Pauline Coste (2021).


 

Et Lady Sapiens de Camille Duvelleroy (2021).


 

Faites votre programme.


À Roanne, commence le festival international du court métrage d’animation, Ciné Court Animé 2022, 13e édition (28 mars-3 avril 2022).


 

Au programme, 240 films courts issus de 40 pays.


 

* Les catégories : Internationale, Nationale, Show de très courts, Expérimentale, Rétrospective et hors compétition, Jeune public, En famille.

* Une exposition au musée des Beaux-Arts et d’archéologie Joseph-Déchelette : Les curiosités numériques de François Vogel (2 avril-29 août 2022).


 


 

Faites votre programme.


À Lyon, l’Institut Lumière, c’est la Soirée Terre :

* À 19h30 : Animal de Cyril Dion (2021).
En sa présence.


 

Bonnes lectures :

* Cyril Dion, Imago, Arles, Actes Sud, 2017.


 

* Cyril Dion, Petit manuel de résistance contemporaine, Arles, Actes Sud, 2018.


 


À Paris, le Musée d’art moderne de Paris (MAM) vient d’ouvrir une exposition organisée en collaboration avec la Galerie nationale de Prague et le Hamburger Kunsthalle. : Toyen, l’écart absolu (25 mars-24 juillet 2022).


 

Cent-cinquante œuvres de Toyen (1902-1980) (peintures, dessins, collages et livres venant de musées et de collections privées) sont présentées dans un parcours en cinq parties.


 

Les commissaires d’exposition sont Annabelle Görgen-Lammers à Hambourg et Anna Pravdová à Prague, et surtout Annie Le Brun, qui fut son amie. Elle a donné des conférences dont une à Hambourg, hélas en traduction simultanée (elle arrive vers la 13e minute).


 

On note tout de suite, jeudi 7 avril 2022 :

* À 19h30 : Le secret de la chambre secrète sans serrure, Toyen et l’érotisme.
Conférence de Annie Le Brun.

Ainsi qu’un cycle de conférences au Centre culturel tchèque.

Bonne lecture :

* Annie Le Brun, Sur le champ, illustrations de Toyen, Paris, Éditions surréalistes, 1967.


 

Sur Arte, visible du 20 mars au 25 avril 2022 : Toyen, la baronne subversive du surréalisme de Andrea Sedlackova (2021).


À Paris, le cinéma la Clef Revival est fermé, et c’est sinistre. L’expulsion par la police a eu lieu le 1er mars 2022.


 

Depuis lors, le collectif qui l’animait continue à vivre, il est devenu nomade accueilli par les cinémas amis pour des programmations qui lui ressemblent. Et il se porte toujours acquéreur du cinéma, un vieux projet qui s’affine au cours du temps.

Ce soir, à la Bourse du travail, il s’explique :

* À 19h00 : Vendez-nous la Clef !
Conférence publique sur le projet de reprise de La Clef.


 



Samedi 26 mars 2022

 

Comme chaque année depuis 2004, le dernier samedi du mois de mars, c’est l’Earth Hour, en 2022 c’est la 16e édition.


 

Ce soir, partout dans le monde, à 20h30 en France, on éteint les lumières pour éclairer les consciences sur les émissions de gaz à effet de serre et la lutte contre le réchauffement climatique. On débranche les appareils électriques non essentiels pendant une heure.


 

Juste des petits signes, bien symboliques, mais visibles, même de l’Espace.
Dans les programmes électoraux, le climat a disparu des nécessités, pas trace de grands desseins, et la Convention citoyenne est tombée dans le poubelles de l’histoire.
Il y a longtemps que gouverner n’est plus prévoir, mais gérer le court terme et l’urgence et c’est pathétique. Après "moi", le déluge, c’est instinctif, mais à ce rythme, "nous", nous ne faisons pas le poids face au "Grand mécanisme".


 


 

À propos, on n’oublie pas le changement d’heure.
Cette nuit, à 2h00, il sera 3h00 du matin.


À Paris, à L’Arlequin, on rappelle les Samedis du cinéma allemand.

Aujourd’hui :

* À 11h00 : L’État des choses (Der Stand der Dinge) de Wim Wenders (1981).
Avec Nada Alekan.


 


À Bergame, commence le Bergamo Film Meetting 2022, 40e édition (26 mars-3 avril 2022).


 

L’inauguration officielle a eu lieu hier avec :

* À 21h00 : Stalker de Andrej Tarkovsky (1979), en version restaurée 35 mm, et en projection "acousmatique" (source sonore invisible).


 

Au programme, d’abord, le quarantième anniversaire focalisé sur l’Europe :

* Rétrospective intégrale Costa-Gavras, en sa présence.

* 1983 : l’anno del contatto.

* Europe, Now ! Patrice Toye e Danis Tanović

* Incontri : cinema e arte contemporanea – Ugo Nespolo

Et puis les sections : Mostra Concorso ; Visti da vicino ; Il cinema d’animazione. avec cetre année Priit e Olga Pärn. ; Anteprime, classici, eventi speciali

Chaque jour, les projections commencent dès 11h00.

Ce soir :

* À 20h00 : Sentinelle Sud (Sentinella Sud) de Mathieu Gérault (2021).


 

* À 22h30 : Compartiment tueurs (Vagone letto per assassini) de Constantin Costa-Gavras (1965).


 

Faites votre programme.


Comme on le disait, les propositions d’expositions immersives se mulitiplient.
Il ne faut pourtant pas confondre toutes les immersions, d’une part les créations (light art), avec des artistes , et les mises "en lumière" d’œuvres d’art du passé, avec des arrangeurs.
Ce n’est ni le même propos, ni la même expérience.
Et si on est tenté de hiérarchiser pour l’instant, il suffit de se souvenir que le cinéma, au début, fut pensé comme une distraction de foire.

À Paris, à la Gaîté lyrique, on se fait un voyage extra-terrestre avec Sabrina Ratté (17 mars-10 juillet 2022).


 

À Paris, à l’Atelier des lumières, on revisite Paul Cézanne et Vassily Kandinsky (18 février-1er janvier 2023).


 



Vendredi 25 mars 2022

 

À Toulouse et dans la région, commence Cinélatino 2022, 34e édition (25 mars-3 avril 2022).


 

Au programme, il y a les temps forts de cette édition :

* L’événement, c’est, en partenariat avec la Cinémathèque, et la Cité de l’espace et l’Envol des Pionniers, la Rétrospective Patricio Guzmán (22 mars-3 avril 2022). On a appris qu’il ne pourrait pas venir pour des raisons de santé mais qu’il serait présent en visioconférence.

Cela a commencé le 22 mars 2022, à la Médiathèque José-Cabanis :

* Filmer obstinément de Boris Nicot (2014).


 

* Toujours en partenariat avec la Cinémathèque, la section Otra Mirada invite le réalisateur argentin Matías Piñeiro, avec une rétrospective.


 

* Enfin, on célèbre les 20 ans de Cinéma en construction


 

* Il y a aussi - surtout - les sections habituelles qui structurent le festival : Les compétitions (longs et courts métrages, documentaires) ; Découvertes ; Reprises ; Classiques ; Tango ; Jeudi des Abattoirs...

Ce soir, à la Cinémathèque :

* À 20h00 : Hermia y Helena de Matías Piñeiro (2016).


 

* À 20h30 : Salvador Allende de Patricio Guzmán (2004).
En sa présence en visioconférence.


 


À Alès, commence Itinérances 2022, 40e édition (25 mars-3 avril 2022).


 

Quarante ans, ça se fête.
La rétrospective thématique de cette année, c’est Itinérances amoureuses.
Et le festival crée un nouveau prix, le Prix de la 40e édition.

Au programme :

* Un hommage à Tony Gatlif, parrain de cette édition (carte blanche, master class, exposition, concert, Prix spécial de la 40e édition) avec une rétrospective.

* Des invités de marque : Elia Suleiman ; Moshé Mizrahi ; Luàna Bajrami ; Fanny Liatard et Jérémy Trouilh.

* Deux expositions : 40 ans d’histoire du Festival (15 mars-15 avril 2022) aux Archives municipales, et Tony Gatlif fête 40 ans de cinéma (5 mars-3 avril 2022), à la Médiathèque Alphonse-Daudet.

* Rétrospective amoureuse. avec des films de Tim Burton, Georges Lucas, François Ozon, Michel Gondry, David Lynch, Wong Kar-wai, François Truffaut, Jean Vigo, Roberto Rossellini, Kinuyo Tanaka…

Et une nuit spéciale : Amours en tous genres, samedi 26 mars 2022, à partir de 22h45, au Cratère.

Aujourd’hui, un préambule, "c’est tellement simple l’amour" :

* À 14h15 : Les Enfants du paradis de Marcel Carné (1945).


 

Ce soir, l’ouverture, au Cratère, avec 3 films :

* À 18h30 : En même temps de Benoit Delépine & Gustave Kervern (2022).
En présence de Gustave Kervern et Vincent Macaigne.


 

* À 21h30 Inexorable de Fabrice du Welz (2021).
En sa présence.


 

* À 23h45 : The Sadness de Rob Jabbaz (2021).


 

Faites votre programme.


À Paris, à la BPI la Cinémathèque du documentaire inaugure son cycle du printemps : À l’aventure ! (25 mars-12 juin 2022).


 

Ce soir, en ouverture un ciné-concert avec deux films rares avec les deux explorateurs Osa & Martin Johnson :

* À 20h00 : Aux confins de la civilisation de James Leo Meehan (1918).
Chasseurs de têtes des mers du sud de Martin Johnson (1922).
Accompagnement au marimba par Adélaïde Ferrière.
Présentation par Alo Paistik.


 

Faites votre programme.


À Paris, à la Cinémathèque, on suit, parmi ses "programmations régulières" : Cinéma d’avant-garde, avec, un vendredi par mois, des œuvres des avant-gardes internationales, de toutes époques, formes, perspectives et formats.

Ce soir, commence le nouveau cycle, programme par Nicole Brenez & Paul Grivas, dédié au groupe Cine 70, fondé en 1967 par Paul Leduc (1942-2020), Rafael Castanedo (1942-2000), Alexis Grivas et Bertha Navarro : Ciné 70, groupe insurgé Mexique 1967-1970.

* À 19h30 : 750 000 de Alexis Grivas (1966) ; Ceux qui vivent là où souffle le vent doux (Los que viven donde el viento sopla suave) de Felipe Cazals (1974) ; Religion au Mexique : Chiapas de Paul Leduc (1968).


 


 

* À 22h00 : Communiqués 1, 2 et 4 du Conseil national de grève (Comunicados 1, 2 y 4 del Consejo Nacional de Huelga) de Paul Leduc (1968) ; Contra la razón y por la fuerza de Carlos Ortiz Tejeda (1974).


 


 

Faites votre programme d’avril et mai 2022.



Jeudi 24 mars 2022

 

À Lyon, à l’Institut Lumière commence un cycle exceptionnel, dédié à la mémoire de Bertrand Tavernier (1941-2021) : Carné, Duvivier, Grémillon, Renoir. Quatre maîtres du cinéma français des années 1930 (24 mars-31 mai 2022).

Ce soir :

* À 18h45 : La Belle Équipe de Julien Duvivier (1936).
Présentation par Maelle Arnaud.


 

Faites votre programme.


À Marseille, commencent les Rencontres internationales de cinéma, Aflam 2022, 9e édition (24 mars-3 avril 2022).


 

Aflam est annuel (sauf circonstances spéciales) et non-compétitif. Son objectif est de mettre en lumière les cinématographies arabes d’hier et d’aujourd’hui. Les projections ont lieu au MUCEM, au Polygone étoilé, et à Vidéodrome 2.

Au programme :

* Invité d’honneur : Merzak Allouache avec une rétrospective de cinq films.

* Une sélection de courts et longs métragesissus des cinématographies récentes des pays arabes. Cette 9e édition 2022 concentre son regard sur le combat des Algériens, qui célèbrent cette année les 60 ans de l’indépendance de leur pays, et sur la résistance des Palestiniens.

* Un Cycle patrimoine, une nouvelle ligne programmatique autour du cinéma de patrimoine des pays arabes.
On y retrouve notamment des films de René Vautier, et un focus sur les premières femmes documentaristes : Nabiha Lotfy, Sophie Ferchiou, Atteyat Al-Abnoudi, Assia Djebar.


 

Ce soir, ouverture au MUCEM, à l’Auditorium Germaine-Tillion, en entrée libre :

* À 20h00 : Marin des montagnes (Marinheiro Das Montanhas) de Karim Aïnouz (2021).


 

Faites votre programme.


Mercredi 23 mars 2022

 

À Paris, au Forum des images, commence le cycle Ça va faire MALL. Le cinéma des grandes surfaces : utopie et destruction (23 mars-30 avril 2022)

Au programme, des films et des rencontres.


 

Ce soir :

* À 18h00 : Au bonheur des dames de André Cayatte (1943).


 

* À 20h00, ouverture : Ça chauffe au lycée Ridgemont (Fast Times at Ridgemont High) de Amy Heckerling (1982).


 

Faites votre programme.


À Toulouse, la Cinémathèque donne des nouvelles du Centre Dovjenko, la cinémathèque d’Ukraine fondée en 1994, membre de l’International Federation of Film Archives (FIAF) depuis 2006.


 

Ce soir :

* À 19h00 : La Poule noire, ou les habitants souterrains (Chyornaya kuritsa, ili Podzemnye zhiteli) de Viktor Gres (1980).


 


À Francfort-sur le Main, le Deutsches Filminstitut & Filmmuseum (DFF) a une riche programmation, tout spécialement ce printemps 2022.

* Tout le mois de mars 2022, une Rétrospective Nicholas Ray (1er-31 mars 2022).

Ce soir :

* À 20h30 : The True Story of Jesse James (Rächer der Enterbten) de Nicholas Ray (1957).


 

* Par ailleurs, avec une série de films pendant 3 mois, le DFF prépare le colloque : Siegfried Kracauer : Film and Society (19-21 mai 2022), en posant une question : Que signifie aujourd’hui aller au cinéma "avec Siegfred Kracauer" ?

Siegfried Kracauer (1889-1966) fut rédacteur en chef du Frankfurter Zeitung. Il écrivait de nombreuses critiques sur le cinéma allemand de la période de Weimar dans les années 1920 et au début des années 1930, et comme théoricien, il était lié à l’École de Francfort.

Ce soir :

* Leviathan de Lucien Castaing-Taylor & Véréna Paravel (2013).


 

* Enfin, on peut encore voir son exposition Katastrophe (11 juillet 2021-22 mai 2022) ainsi que les films qui l’accompagnent.


 


À Paris, chaque mercredi, on va au ciné-club de l’ENS.

* À 20h30 : Raging Bull de Martin Scorsese (1980).


 


Les sorties sur les grands écrans

* L’Ombre d’un mensonge ((Nobody Has to Know)) de Bouli Lanners (2019).

* De nos frères blessés de Hélier Cisterne (2020).

* Bruno Reidal, confession d’un meurtrier de Vincent Le Port (2020).

* En nous de Régis Sauder (2021).

* Une mère de Sylvie Audcoeur (2021).

* Seule la terre est éternelle de François Busnel & Adrien Soland (2021).

* Le Dernier Témoignage (Final Account) de Luke Holland (2021).

* Plumes (Feathers) de Omar El Zohairy (2021).

Les ressorties en versions restaurées

* Les Doigts dans la tête de Jacques Doillon (1974).

* La Femme qui pleure de Jacques Doillon (1978).

* La Drôlesse de Jacques Doillon (1979).

* La Vie de famille de Jacques Doillon (1985).



Lundi 21 mars 2022

 

À Bruxelles, la Cinematek propose un mini cycle Simenon sur grand écran (21-30 mars 2022).

Ce soir :

* À 19h00 : De En cas de malheur à En plein cœur  : les partis pris des adaptateurs.
Conférence de Alain Boillat.

* À 20h30 : En plein cœur de Pierre Jolivet (1998).


 

On poura voir aussi :

* Feux Rouges de Cédric Kahn (2004).


 

* La Nuit du carrefour de Jean Renoir (1932).


 

Jean Renoir en parle.

Faites votre programme.


À Paris, au Salon du Panthéon, on a verni la semaine dernière, une exposition de photographies : Bruno Nuytten. Images (14 mars-13 mai 2022).


 

D’une façon générale, on connaît mal les grandes figures des métiers du cinéma, seuls apparaissent au premier plan les noms des réalisateurs, qui sont censés avoir supervisé toute l’équipe, et être, finalement, les auteurs de l’œuvre. Les autres, trop souvent, on ne les voit apparaître qu’au moment de la remise des César. Et, dans les génériques, on ne fait guère attention, même si on sait bien que, dans toute œuvre collective et tout particulièrement le cinéma, les diverses contributions, plus ou moins artistiques, plus ou moins techniques, sont aussi (plus ou moins) essentielles.

Les chefs-opérateurs sont des artistes dont le travail est capital, et parmi eux, Bruno Nuytten est un des très grands, qui a travaillé avec, notamment, Alain Resnais, Jean-Luc Godard, Marguerite Duras, Claude Miller, Jacques Doillon, Bertrand Blier, ou André Téchiné. Grand, sans doute, parce qu’il aimait les acteurs.

Sur France Culture.

Un jour, après avoir réalisé, lui-même quatre films, il a quitté le cinéma pour se consacrer à la photo, peut-être, entre autre, parce qu’il préférait la pellicule argentique au numérique.


 


 


 

Pour comprendre, il faut voir :

* Nuytten/Film de Caroline Champetier (2015).


 


 

Il y a 3 ans, la Cinémathèque française lui a consacré une rétrospective (20 mars-30 avril 2019).



Dimanche 20 mars 2022

 

Aujourd’hui, une journée particulière.

* C’est le printemps.

C’est-à-dire, l’équinoxe, sous nos latitudes, elle a lieu ce 20 mars 2022 à 16h33 et 23 secondes, heure française.

Les printemps sont diversement imaginés, selon les lieux et les époques.


 


 


 

Ils sont diversement vécus aussi, les printemps.
"Le réel, c’est quand on se cogne" disait Jacques Lacan.


 


 


 

* C’est aussi la Journée internationale du bonheur 2022. Si si.


 

L’ONU considère que le bonheur et le bien-être sont deux aspirations à caractère universel. Ce qui se discute, la définition des deux mots comme l’universalité.
Il présente une galerie de photos, des instantanés, d’humains souriant.
Pas sûr que le sourire, toujours éphémère, soit une preuve de quoi que ce soit. Mais c’est agréable à regarder, sur le moment.

Jeune Cinéma vous propose une filmographie Feelgoodmovies.
Ça peut aider. Sur le moment.


 

* C’est enfin Le Printemps du cinéma 2022.
Il revient après deux ans d’absence (20-22 mars 2022).


 

Le cinéma sur un grand écran, ça ne peut pas se comparer avec les autres façons de voir un film, à la télé ou sur son ordinateur. On ne mentionnera même pas le visionnage sur téléphone portable, inimaginable, et pourtant pratiqué.
Cela change tout : la compréhension du récit, le souvenir de l’œuvre qui perdurera, l’émotion, les larmes, l’apprentissage de la vie et des autres, les soucis est les terreurs du moment...


 

Les innovations immersives fleurissent dans les salles d’exposition, qui impressionnent superficiellement de façon passagère. Elles sont des sortes de grossiers contrepoints au portable addictif, ce sont des distractions, des drogues, de la consommation.
Le cinéma, lui, est un art qui demande une bonne durée, une bonne distance, le talent et la patience de la contemplation.


 

Du fauteuil à l’écran, il se passe dans le corps humain, quelque chose d’unique et d’irremplaçable.

Pendant trois jours, ce printemps du cinéma propose un tarif exceptionnel de 4 € la séance.

Faites votre programme.


À Lyon, à l’Institut Lumière, le ciné-concert du dimanche :

* À 14h30 : Les Vampires, de Louis Feuillade (1915).
Au piano, Nathanaël Bergèse.


 



Samedi 19 mars 2022

 

À Paris, après deux ans de pause, au cinéma Les 3 Luxembourg, revient le Festival du cinéma du monde, 8e édition (19-26 mars 2022).


 

Il est organisé par le Forum des instituts culturels étrangers parisiens (FICEP). La dernière édition, la 7e, avait eu lieu en 2020, et s’appelait encore la Semaine des cinémas étrangers.

Aujourd’hui, on inaugure avec Taïwan et la Pologne :

* À 15h00 : Happiness Road de Hsin Yin Sung (2017).


 

* À 20h00 : Varsovie 83, une affaire d’État (Zeby nie bylo sladów) de Jan P. Matuszyński (2021)
En présence de Cezary Łazarewicz.


 

Faites votre programme.


À Brooklyn, le BAM, en l’honneur du 30e anniversaire de Twin Peaks : Fire Walk With Me, programme un cycle singulier pour célébrer le monde "surréaliste, noir comique et déconcertant" de David Lynch, avec ses propres films ainsi que ceux des réalisateurs qu’il a inspirés : Lynchian (18-24 mars 2022).

Hier on a naturelllement inauguré avec Eraserhead de David Lynch (1977).


 

Aujourd’hui :

* À 14h00 : Barton Fink de Joel Coen (1991).


 

Faites votre programme lynchéen.


À Paris, à la Fondation HCB, a commencé l’exposition de printemps, un voyage photographique entre le Liban, la Syrie et l’Irak, de 1926 à nos jours : Mathieu Pernot. La ruine de sa demeure (8 mars-19 juin 2022)


 


 


À San Diego, c’est au Museum of Photographic Arts (MOPA) que se tient le San Diego Arab Film Festival 2022, 11e édition, pendant 3 semaines, chaque week end, en version hybride (11-26 mars 2022).


 

L’ouverture a eu lieu, le vendredi 11 mars 2022 avec The Stranger (Al Garib) de Ameer Fahker Eldin (2021).


 

Aujourd’hui :

* À 16h15 : Trapped (Hammam Sokhn) de Manal Khaled (2021).


 

* À 20h15 : The Daughters of Abdulrahman de Zaid Abu Hamdan (2021).

Le programme des trois week-ends.

Pendant ce temps, les expositions continuent :

* Aaron Siskind : Mid Century Modern (2 octobre 2021-1er mai 2022).


 


 

* Photographs by Jed Fielding (12 mars-25 septembre 2022).


 


 



Vendredi 18 mars 2022

 

Il y a 60 ans, étaient signés les Accords d’Évian entre les représentants du Gouvernement de la République française et du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA,) qui mettaient fin à la Guerre d’Algérie (1954-1962). Les accords furent ratifiés, en France, par le référendum du 8 avril 1962, et, en Algérie, par référendum d’autodétermination du 1er juillet 1962.
Officiellement, à l’époque, "des événements", et désormais une "guerre de libération" de plus de 8 ans, dont le terrible bilan définitif n’est pas encore établi.
En réalité, une guerre de cent ans contre la colonisation.


 

À Paris, aujourd’hui, l’Institut du monde arabe (IMA) célèbre l’événement en ouvrant gratuitement deux expositions :

* Algérie mon amour. Artistes de la fraternité algérienne 1953-202 (18 mars 2022-31 juillet 2022).


 

* Raymond Depardon / Kamel Daoud. Son œil dans ma main. Algérie 1961-2019 (8 février-17 juillet 2022).


 


Partout en France, des éléments pour une mémoire vive :

Sur Arte, un documentaire en 6 épisodes est disponible (22 février-27 août 2022) :

* En guerre(s) pour l’Algérie de Rafael Lewandowski (2022).


 

Sur France Culture, trois séries :

* La guerre d’indépendance racontée par les Algériens.

* Mohammed Harbi, une mémoire algérienne.

* Écrire l’histoire populaire et sensible de la guerre d’Algérie.

* Sur le site des Mutins de Pangée, le magnifique coffret René Vautier.


 

Sur le site de Jeune Cinéma :

* Filmographie Guerre d’Algérie.

Bonne lecture :

* Raphaëlle Branche, En guerre(s) pour l’Algérie : témoignages, Paris, Tallandier, 2022.


 


À Fribourg, commence le Festival international du film 2022, 36e édition (18-27 mars 2022).


 

Au programme :

* Un invité d’honneur : Pierre Richard.

* La compétition internationale longs métrages. et la Compétition internationale courts métrages.


 

* Les sections : Cinéma de genre : Après l’apocalypse ; Diaspora : Gjon’s Tears, l’Albanie et le Kosovo ; Hommage au cinéma afghan ; Nouveau territoire : Angola.

* Une Nuit Mad Max, avec les quatre films, Mad Max, Mad Max 2 : The Road Warrior, Mad Max beyond Thunderdome, Mad Max : Fury Road.
(à partir de minuit la nuit du 26 au 27 mars 2022 jusqu’au au petit matin, avec passage à l’heure d’été à la mi-temps).


 

Ce soir, ouverture :

* À 19h30 et à 20h30 : Escape from Mogadishu de Ryoo Seung-wan (2021).


 

Faites votre programme.


À Lille, commence le Festival international des séries de Lille / Hauts-de-France, Séries Mania 2022 12e édition (18-25 mars 2022), et gratuitement en ligne.


 

Le festival été créé à Paris au Forum des images en 2010. Depuis 2018, il s’est installé à Lille.

Au programme : Compétitions internationale et française, Panorama international, Nuit des comédies, séances spéciales...


 

Ce soir, cérémonie d’ouverture :

* À 21h00 : Drôle, série créée par Fanny Herrero (2022).


 

Faites votre programme.



Mercredi 16 mars 2022

 

À Pessac, commencent les Rencontres du cinéma latino-américain 2022, 39e édition (16-22 mars 2022).


 

Au programme :

* Un thème : la décolonialité.

* Les invités.

* La Sélection fiction.

* La Sélection documentaires.

* Des rencontres relayées par Cinémutins.


 

Ce soir, inauguration :

* À 19h00 : Dentro da Minha Pele de Val Gomes & Toni Venturi (2020).


 

Faites votre programme.


À Paris, la Cinémathèque, célèbre Romy Schneider (1938-1982), et on commémore les 40 ans de sa disparition, avec une exposition et une rétrospective.


 

Ce soir, inauguration :

* À 20h00 : La Piscine de Jacques Deray (1968).


 

Faites votre programme.


À Lyon, l’Institut Lumière propose un cinéconcert exceptionnel à l’Auditorium.

Ce soir :

* À 20h00 : Le Voleur de Bagdad (The Thief of Bagdad) de Raoul Walsh (1924).
Accompagnement par l’Orchestre national de Lyon dirigé par Mark Fitz-Gerald.
Musique d’origine du film composée par Mortimer Wilson.


 


À Paris, la Société Louise-Michel (SLM) rend hommage à Alain Krivine (1941-2022).


 

Ce soir :

* À 19h00 : Rencontre avec Patrick Silberstein.

Bonnes lectures :

* Léon Trostky, Staline, Paris Éditions Syllepse, 2021.


 

* Patrick Silberstein, La Revanche du chien enragé, Paris Éditions Syllepse, 2021.


 

Alain Krivine dans le Maitron.


 


Les sorties sur les grands écrans

* Funambules de Ilan Klipper (2020).

* Entre les vagues de Anaïs Volpé (2020).

* Un fils du Sud (Son of the South) de Barry Alexander Brown (2020).

* Trois fois rien de Nadège Loiseau (2020).

* L’Histoire de ma femme (A Felelsegém Történeté) de Ildiko Enyedi (2021).

* À plein temps de Éric Gravel (2021).

* L’Empire du silence de Thierry Michel (2021).

* L’Heure du départ de Camille de Casabianca (2021).

Les ressorties en versions restaurées

* Les Oliviers de la justice de James Blue (1962).

* Chère Louise de Philippe de Broca (1971).



Au fil du temps, tous les éditos
 

Voyage dans le temps.
 



Revue Jeune Cinéma - Contacts